Culture Geek

Team VG : vos idées de cadeaux pour Noël

Team VG : vos idées de cadeaux pour Noël

Team VG : quelles sont vos idées cadeaux pour Noël ?

 

Chez Vonguru, nous sommes des passionnés, aux goûts différents. Cependant, si nous avons bien une chose en commun (parmi tant d’autres), c’est notre amour pour l’univers geek au sens très large du terme. Jeux vidéo, films, séries, romans, comics, mangas, la technologie et j’en passe. C’est avec cette passion commune que nous avons décidé il y a quelques temps maintenant de vous proposer une série d’articles un peu particuliers, afin de partager avec vous nos avis sur certaines thématiques.

Si dernièrement pour coller à l’actualité nous vous parlions de films d’horreurs pour Halloween, aujourd’hui nous nous dirigeons vers les fêtes de fin d’années avec Noël ! En parlant de ça, n’hésitez pas à jeter un œil à notre sélection d’idées cadeaux : #1, #2, #3.

Pour connaître nos débats précédents, découvrez sans plus tarder nos derniers Team VG, avec nos configs PC, les meilleurs méchants à nos yeux et nos consoles préférées. Redécouvrez aussi notre vision des vacances connectées, de la saga Mass Effect, de nos héroïnes geek préférées, de notre Disney préféré du Second âge d’or, de nos smartphones coup de cœur et les jeux qui nous ont fait craquer pendant les soldes Steam, ainsi que notre X-Men favori, nos théories sur la saison 7 de Game of Thrones puis notre avis sur cette saisonnotre top et flop 2016 en ce qui concerne le cinéma et les séries, des adaptations de zombiesdes gadgets dont on ne peut plus se passer, du média qui domine à la maison, de Blade Runner 2049, de notre programme pour une fête d’Halloween parfaite, de la série Mindhunterdes saisons 1 et 2 de Stranger Things, du film A Beautiful Day, de notre style de jeu préféré, de la loi et de l’image des femmes dans le dixième art, de nos films, de nos séries préférées préférées de 2017, de la saison 4 de Black Mirror, de notre bilan de la Nintendo Switch, de nos YouTubeurs préférés, de la configuration de nos PC, de notre notre rapport aux crypto-monnaiesdes casques utilisés au quotidien, de nos applis préférées, d’Infinity War sans oublier nos héros Marvel préférés ainsi que le Computex 2018. Dernièrement, nous vous parlions vacances et autres activités geeks, rentrée, mais aussi nos coup de cœur high-tech de l’année et nos livres SF préférés !

 

 

Moyocoyani


 

Noël n’a jamais été particulièrement associé aux cadeaux dans ma culture familiale, mais il est difficile d’échapper complètement à la tourmente consumériste quand se multiplient habilement les appels à se faire plaisir et les produits désirables. Dans le monde du capital, résister n’a même plus réellement de sens, créateurs, concepteurs, fabricants, producteurs, éditeurs, s’arrangeant pour divulguer leurs plus gros projets à l’approche des fêtes. À moins de simplement renoncer à la nouveauté (ce qui est possible), on n’échappe plus au phénomène Noël. Au moins que ce soit pour susciter une véritable satisfaction, d’où quelques « recommandations », naturellement très personnelles, mais assez variées peut-être pour faire naître des intuitions ou des révélations.

Mon Noël, c’est d’abord l’Avent, avec deux calendriers à base de thés, celui de la Thé Box, dont je ne doute pas que je serai conquis (comme je suis chaque mois conquis par leur box), et celui de Colors of Tea, qui a eu la bonne idée de cette cascade de sachets anonymisés : vous saurez seulement en le prenant s’il contient un thé blanc, un thé noir, un thé vert, un rooibos ou des chocolats, mais ce sera à vous d’en deviner les parfums à l’ouverture (ou de vous reporter au site le jour même). Ludique et probablement délicieux. L’an passé, c’est au calendrier Dammann que je m’étais fié, à raison. Cela change délicieusement et sainement des calendriers chocolatés, dont je n’ai jamais été friand, Funko Pop ou bières, des concepts séduisants mais chers, et difficiles à tenir en ce qui concerne le deuxième.

Colors of Tea Avent

 

Si ce sont plutôt des cadeaux de Noël que vous cherchez, regardez comme les studios de jeux vidéo font bien les choses : avec les sorties de Red Dead Redemption 2, de Pokemon Let’s Go Evoli et Pikachu et de Super Smash Bros. Ultimate peu avant les fêtes, inutile de vous creuser la tête trop longtemps, et ce n’est sans doute pas un hasard si les Game Awards (où Red Dead et God of War devraient triompher) se tiennent quelques semaines avant Noël.

Consacrant tout mon temps et mon énergie aux comics, je ne peux pas vous priver de conseils en matière d’art séquentiel états-unien. Si les connaisseurs seront attirés par la grosse sortie de ces derniers mois, le White Knight de Sean Murphy, je me dis que vous pourriez être plutôt en quête de cadeaux à offrir à des personnes non-initiées. Batman Black and White est une anthologie d’histoires courtes consacrées au chevalier noir par ce que la Terre porte de meilleurs scénaristes et de meilleurs dessinateurs. Du plus cartoony au plus pictural et au plus sombre, ces histoires adoptent tous les styles, tous les registres, et constituent une excellente découverte de la richesse du comics super-héroïque via l’un de ses représentants les plus connus. Identity Crisis et Kingdom Come peuvent paraître très touffus, mais connaître Batman et Superman peut suffire à accrocher à ces récits amples et passionnants, le premier étant particulièrement exceptionnel par la qualité de sa narration, le deuxième par la beauté des aquarelles d’Alex Ross (dont le Marvels peut aussi servir d’introduction au panthéon… Marvel).

Parce que les comics ne parlent pas que de personnages portant leur slip au-dessus de leur pantalon en lycra, le premier volume de Fables évoque l’histoire des personnages de contes après leur arrivée forcée dans notre monde contemporain, un comics culte auquel la récente édition par Urban Comics rend honneur. Enfin, je suis toujours surpris du petit nombre de personnes, y compris parmi les lecteurs de comics, connaissant et lisant Cerebus. Commencez directement par le deuxième volume, High Society, pour vous plonger dans l’une des plus profondes créations d’univers de la fiction récente, avec un récit aussi intelligent que drôle (il est tout de même question d’un oryctérope participant aux élections, puis devenant Pape). Un incontournable de la bande dessinée indépendante et l’un de ms livres préférés, tous genres confondus.

Cerebus pape

Très porté sur les jeux de société, vous l’aurez compris, je ne pourrai résister à l’attrait de la cinquième boîte d’Unlock!Heroic Adventurestrois scénarios à réaliser en une heure avec vos amis, portant sur Sherlock Holmes, Alice au Pays des Merveilles et l’ambiance des jeux 8-bits. Unlock! est LA valeur sûre, accessible, magnifique, immersif, malin sans être trop tortueux, un excellent cadeau à faire et à se faire (je sais qu’on dirait une mauvaise publicité, mais je suis vraiment conquis). Pour jouer avec des enfants, ou pour s’amuser entre adultes avec des règles simples, sans du tout renoncer à une certaine perversité, KingdominoPatchwork, ont été légitimement très médiatisés. Moins stratégique et plus orienté manipulation et ambiance, Meeple Circus ne s’avérera pas moins plaisant. Et pour les amateurs de DixitDécrypto est la nouvelle sensation du jeu sémantique, mais en période de Noël on pourrait assez naturellement lui préférer When I Dream, l’héritier le plus direct du classique de Libellud, aussi bien pour ses règles simples et carrées que pour sa profusion d’illustrations oniriques très inspirées.

When I Dream lit

Les nippophiles omniprésents adoreront Tokaido. Personne ne résistera sinon à Chronicles of Crime, jeu d’enquêtes dont le fonctionnement (avec une application et des cartes physiques à scanner) est assez fascinant, et dont les deux extensions très (très) prometteuses (l’une dans l’univers des films noirs, l’autre sur une bande d’enfants en proie à des événements surnaturels) sortent justement ces temps-ci, ou au jeu le plus beau de l’année, le somptueux Imaginarium. Et mon coup de cœur de 2018 va dans le domaine socioludique à Betrayal Legacy, une expérience narrative et horrifique extraordinaire, même si le jeu n’existe malheureusement pour l’heure qu’en anglais.

Mais imaginons que vous souhaitiez une vraie belle et grosse surprise (c’est aussi ça, le plaisir des cadeaux), sans toutefois prendre trop de risques. Rappelez-vous alors que le Coffre des joueurs propose chaque trimestre une box de jeux de société. Vous ne découvrez les jeux qu’en ouvrant la boîte, mais il est peu probable que vous soyez déçu, et aurez de plus la garantie d’économiser 25, 40 ou 80 euros par rapport au prix total des jeux selon la box choisie (Classique, Premium, de Noël) en commandant avant le 10 décembre ! Nos articles sur la sixième et la septième boîtes vous donneront plus de détails sur le fonctionnement du Coffre, vous rappelleront à quel point nous avions été conquis, et devraient achever de vous convaincre !

Coffre des joueurs Noel

N’hésitez pas à nous dire si votre Noël sera geek, et bons préparatifs pour les fêtes !

 

AymericAbrac


En toute modestie, permettez-moi de vous proposer ce contre-pied historico-culturel. Que ce soit par les Rois Mages, les Saturnales, Santa Claus ou encore Saint Nicolas, lors des fêtes de Noël, les barrières sociales tombent. Il reste alors un point commun fort : « le cadeau de Noël ». C’est le titre que Martyne Perrot, chercheuse au CNRS, a donné à son livre édité en 2013 aux éditions Autrement. Dans celui-ci, l’auteure nous apprend que le cadeau de Noël est initialement assimilé aux étrennes et aux dons alimentaires destinés à tenir durant les longues nuits du solstice d’hivers. En effet en Rome Antique, Steria (d’où le terme « étrenne »), déesse de la santé, était célébrée aux calendes de janvier. Les siècles passant, et surtout ceux de l’industrialisation des pays développés, à l’heure des Black Friday et autre Cyber Monday, le cadeau de Noël devint alors un objet de consommation. Les mêmes questions nous taraudent tous les ans : que vais-je bien pouvoir lui offrir ? Le cadeau de Noël doit-il être utile ou inutile ? Quel budget ? Ici, la classe sociale et le genre vont nécessairement influencer la nature du cadeau. De plus, notre monde contemporain et les innovations technologiques vont nous guider et fortement nous suggérer ces idées de cadeaux. Parfois deux mois à l’avance, l’improvisation ne fait pas souvent bon ménage pour dénicher l’ultime surprise. Aujourd’hui et depuis une vingtaine d’années, nous pouvons alors nous demander quelle place prend Internet dans cette quête aux idées de cadeaux et, avec Martyne Perrot, à quel point Internet peut transformer petit à petit « les enfants en gestionnaires de leur liste de cadeaux au Père Noël ».

 

Le Cadeau de Noël

 

Certains résistent, comme en Scandinavie ou encore au Venezuela, les gens conservent une tradition séculaire et simple, parfois faute de moyens : un petit cadeau (maximum 1 ou 2€) par personne, avec tirage au sort de chaque cadeau. Ainsi tout le monde repart avec un petit quelque chose sur le cœur sans verser dans l’orgie consumériste. Pays tropicaux ou pays froids, avec ou sans cadeau, la fête de Noël se fera en chanson, intense et chaleureuse, toujours familiale, parfois collégiale, dans les ruelles illuminées. Ne pourrions-nous pas penser à nouveau le cadeau de Noël comme une étrenne et nous concentrer sur l’essentiel : l’Autre ?

 

Macky


L’âge avançant, la distance géographique s’installant, Noël chez moi ne rime plus forcément avec cadeaux comme quand j’étais enfant et que je me pressais au pied du sapin pour découvrir les présents. Cette dimension là a changé avec le temps, et fêtes de fin d’années rime bien avec le fait de se retrouver enfin en famille pour profiter de bons mets préparés avec amour, mais aussi de chill devant Netflix avec un bon chocolat chaud, l’occasion aussi de regarder de vieux Disney et de ressortir la Nintendo 64 pour faire des parties enflammées de Mario Kart ou Mario Tennis, qui sont de vraies traditions chez nous.

Cette année, je redescends d’ailleurs plus longtemps que prévu, comme toujours avec le chéri, mais aussi avec nos chats, en voiture. J’imagine déjà le trajet à travers la France, du nord au sud, avec deux boules de poils à cran… Deux semaines donc avec la famille au grand complet. Évidemment les cadeaux seront de la partie. Comme toujours, nous nous sommes échangés nos listes de Noël, plus sur papier comme avant, mais bien via Keep et Hangouts. Je ne mettrai pas ici les cadeaux que je vais offrir, de peur que certains regards indiscrets viennent jeter un œil à cet article ! De mon côté comme depuis plusieurs années, je vise des cadeaux utiles, peu encombrants, qui faciliteront mon quotidien.

 

Cookie le chat

Cookie veut des huîtres, Noël 2017

 

Orla


Ha… Noël ! En Corse, on s’offre des cadeaux depuis récemment, mon père me raconte que ses parents n’avaient pas la culture du présent, plutôt du bon repas dans la maison du village. Aujourd’hui, difficile d’échapper à la vague consumériste qui commence dès le Black Friday et s’étale jusqu’en décembre. Avant d’enchaîner avec la Saint Valentin… Bref, pour Noël on offre des cadeaux et on attend d’en recevoir. Depuis trois ans la magie revient plus encore grâce à ma nièce. Celui qui incarnera le Babbu Natale (le Père Noël) cette année, c’est moi.

Au-delà de cet aparté intimiste, j’ai toujours un penchant pour les objets connectés, les petits gadgets et les petites bêtises. Par exemple, je sais que je peux faire mouche en offrant un drone à mon père, cela lui rappelle ses années de jeunesse devant son train électrique, ou bien une maquette d’un avion de la Seconde Guerre mondiale. Pour ma mère et ma sœur, ce sera plutôt une montre pour le sport, mon frère, une Echo ou une Kindle parce que sa passion de la littérature dépasse le cadre de sa bibliothèque bien rangée. Enfin, ma nièce se tient loin des écrans, elle est encore jeune, donc peut-être quelques jouets ou ses premières histoires pour l’endormir (ou un chapitre de ma thèse qui peut endormir un troupeau d’éléphants sur trois kilomètres). Sinon, pour moi c’est relativement facile : cet excellent casque audio Master & Dynamics, Assassin’s Creed Odyssey ou un jeu de société, parce qu’à lire toutes ces récentes critiques, ici et notamment (et il y en a bien d’autres), j’ai bien le sentiment que le genre a été totalement réinventé. À bon entendeur ! Et surtout, n’oubliez pas : une orange peut faire l’affaire, les vitamines protègent de la grippe. Allez, de bonnes fêtes !

 

Grippe

 

 

 

Culture Geek
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Culture Geek