Hardware

[Test] – Roccat Leadr – Une souris aux fils invisibles ?

Rédigé par le

[Test] – Roccat Leadr – Une souris aux fils invisibles ?

La Roccat Leadr : une souris adaptée à un certain profil de joueurs

« Vous savez, moi, je suis un gamer au profil atypique. Le genre de personne que je vous ne croisez pas si souvent et qui est intransigeante en ce qui concerne la qualité de ses investissements. J’ai de nombreuses conditions à prendre en compte quand je dois investir pour une nouvelle souris afin de compléter mon installation. Je suis aussi ce que l’on appelle un « cablophobe » (une belle énallage, au passage). C’est-à-dire que je les trouve inconfortables mais surtout à l’opposé de mon concept personnel de l’esthétique. Pourtant, s’il y a bien une chose sur laquelle je ne fais pas de compromis, c’est sur la fiabilité du capteur qui est primordiale pour un joueur accompli ». Pour répondre à ceci, Roccat a créé la Roccat Leadr.

 

 

C’est pour ce genre de clients que des marques comme Asus, Razer ou encore MSI (qui a enfin sorti sa GM70), ont adapté leurs offres afin de satisfaire ce genre de besoin. Si vous demandez à la plupart des joueurs de jeux vidéo, ils vous diront que le filaire est irremplaçable. J’ai entre les mains le dernier produit de chez Roccat, la Leadr, afin de répondre à cette question :

Peut-on se fier à une souris sans fil en ce qui concerne le jeu vidéo ?

 

 

  • Capteur Owl Eye allant de 100 à 12 000 DPI
  • Taux de polling de 1000 Hz
  • Temps de réponse de 1 milliseconde
  • Accélération de 50G / 250 IPS
  • Processeur intégré ARM Cortex
  • Mémoire intégrée de 512 Ko
  • Batterie Li-Ion de 1000 mAh
  • Autonomie de 20H

 

 

  • Dimensions : 129 x 81 x 46 mm
  • Poids de 128 grammes
  • Accélérateur analogique X-Celerator
  • 14 boutons programmables (x2 avec EasyShift)
  • Compatibilité Roccat Swarm
  • Rétroéclairage RGB 16,8 millions de couleurs
  • Station de recharge servant de docking pour la souris
  • Câble tressé de recharge

 

 

En tout cas, la liste des caractéristiques nous dévoile de nombreuses promesses marketing. La politique « Zéro Lag », le capteur de haute précision ou encore l’utilité du bouton X-Celerator, c’est dans le test en détail que nous aller vérifier l’authenticité de ces attentes. Commençons le test détaillé par l’unboxing, c’est-à-dire le packaging.

 

 

D’abord, on retrouve une boîte en carton classique avec toutes les caractéristiques pour accrocher le regard du client. Lorsque l’on ouvre la boîte et que l’on en sort le contenu, on fait face à un rectangle de plastique noir et une protection en plastique transparent.

 

 

On a donc déjà en l’ouvrant un visuel sur la souris en elle-même. À la droite de la souris, quand on enlève la mousse de protection, on a accès à tous les accessoires. La mousse permettra de bien les protéger puisqu’ils sont parfaitement ancrés dans la mousse noire. Par contre, si un accident arrive à la boite en carton, la souris est en première ligne, bien qu’enfoncée. Ce n’est pas arrivé dans mon cas mais je pense à ceux qui vont probablement y faire face.

 

 

Ensuite, après avoir tout déballé, nous nous retrouvons avec un packaging simple et efficace. La souris, le docking, le câble tressé et un ensemble de guide et d’autocollants. La notice est en elle-même très simpliste, puisque le logiciel de Roccat intègre un espèce de didacticiel pour brancher la souris et pouvoir l’utiliser.

 

 

Lorsque l’on regarde le packaging, le mot qui vient tout de suite en tête, c’est « fonctionnel ». Il n’y a rien de superflu, même les stickers peuvent servir à certaines personnes. Par contre, pour 149,99€, le packaging pourrait respirer un peu plus le haut de gamme. Certains peuvent penser que parfois, le plus simple est le meilleur choix, mais la comparaison est dure. Quand on compare le packaging à celui des souris Logitech ou Razer, le packaging donne une impression de facilité.

Rien de rédhibitoire donc, mais je trouve le packaging un peu trop simple et pas recherché pour une souris haut de gamme.

On commence par le design de la souris en elle-même. Combinant trois matériaux de fabrication différents, cette souris donne vraiment un aspect haut de gamme et une sensation de solidité. Deux types de plastiques, un rugueux et un plus soft, surplombent un cerclage en métal qui fait le lien avec le capteur en-dessous. Quasiment tous les boutons sont en plastique rugueux sauf le X-Celerator qui lui, est plus soft et brillant.

 

 

Les broches de rechargement plaquées or ne semblent pas donner une mauvaise impression. Elle devrait donc pouvoir résister à l’usure du temps. Le bouton sur le dessus me parait beaucoup trop élevé et nuit un peu au design. Après, si cela se rattrape sur les fonctionnalités, on comprendra l’utilité. Le rétroéclairage RGB 16,8 millions de couleurs rend plutôt bien sur la souris puisque la molette et le tigre de Roccat sont programmables pour rentrer dans n’importe quelle configuration.

 

 

Par ailleurs, penchons nous un peu sur le design de la station de recharge. Elle est faite dans les mêmes matériaux que la souris. Le cerclage est en matière brillante, le milieu en plastique lisse et l’arrière en surface rugueuse. Autant je pense que la hauteur ou la largeur de la station ne me posent pas de problème, autant la profondeur pourrait vraiment être diminuée. La forme du dock est plutôt belle et sobre, alliant le nom du produit et le logo de la marque.

 

 

Le rétroéclairage de cette station de recharge fait s’allumer le logo Roccat et la barre indiquant la batterie de la souris. Par contre, c’est réellement dommage de proposer un rétroéclairage RGB uniquement sur la souris. Si l’option RGB est sérieusement envisagée, je pense qu’il faut laisser le choix du RGB sur TOUT ou RIEN. Disposant d’une configuration blanche, les lumières de la souris sont blanches mais celle du dock font clairement tache dans mon setup complètement blanc.

 

 

En terme de design, c’est donc vraiment très bon, voire excellent. Quelques améliorations sont possibles, surtout sur la station de recharge, mais l’ensemble donne vraiment une impression de qualité. Il ne faut pas oublier que c’est la première fois que Roccat s’essaye aux mulots sans fil. Il est donc très important de noter les quelques problèmes de design pour que les nouvelles versions les corrigent.

En ce qui concerne la partie prise en main et ergonomie, trois facteurs vont rentrer en compte dans la notation : le confort souris en main, le confort intrinsèque et l’ergonomie des boutons. D’abord, lors de la première prise en main, on s’aperçoit que la main tombe parfaitement sous les courbes de ce mulot destiné aux joueurs. Le matériau de fabrication qui est sur le dessus de la souris n’est pas parfaitement optimal à cause de la sueur mais je pense qu’il est compliqué de trouver mieux.

 

 

Par contre, le très très gros atout de cette souris, c’est le confort à la sortie de la boîte. La souris est déjà appairée, il suffit donc de brancher le câble USB sur le dock, d’allumer la souris et c’est bon. N’avoir aucun problème de câbles est quand même un énorme luxe, mais ce n’est pas la partie la plus incroyable. Parce qu’une souris sans fil classique ne disposerait sans doute pas de la fiabilité de cette connexion sans fil. Nous en parlerons plus tard. Pour recharger la souris ? Déposez-la sur la station très facilement grâce à la connectique liée et laissez faire… Le confort à l’état brut.

 

 

De plus, les boutons sont tous intelligemment placés pour tomber sous les doigts. Ceux sur les côtés répondent admirablement bien, puisque leurs courses d’activation sont très courtes. C’est l’inverse sur les boutons en haut sur les deux côtés qui manquent un petit peu de réactivité, puisqu’il faut appuyer jusqu’au bout pour être sur d’activer la fonctionnalité liée. Après, c’est aussi pour éviter de les activer si l’on appuie légèrement sans faire exprès. Par conséquent, j’ai un feeling très mitigé sur ces boutons-là. Le piston X-Celerator est vraiment très pratique, tant en terme de jeu que bureautique.

Le confort et l’ergonomie sont les gros points forts de cette souris, et cela se ressent déjà à la sortie de la boîte. Pas de fils, des boutons dans l’ensemble très efficaces, des connectiques bien fabriquées ou encore le rechargement très simple à utiliser, cette souris respire l’ergonomie.

Lorsque vous installez le software Roccat Swarm, la première chose à faire est de télécharger et d’installer la mise à jour du logiciel pour que celui-ci puisse supporter la Roccat Leadr. Vous avez ensuite affaire à un didacticiel, c’est-à-dire une suite de petites actions simples qui vous permettent de bien installer la souris. Et après que ceci soit fait, on vous laisse un peu devant le fait accompli et diverses fenêtres sans explications, mais la plupart des drivers sont comme ça, donc bon…

 

 

La première chose que j’ai faite sur ce driver, c’est de créer le 1er profil entièrement dédié à la bureautique. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les macros que j’ai installées afin d’optimiser les travaux classiques de la bureautique de tout les jours. Avec cette souris, je peux naviguer entre les bureaux, avoir une vue de toutes les fenêtres inter-bureau ou encore copier/coller. Le logiciel est très instinctif en ce qui concerne la mise en place de ces touches qui sont catégorisées afin de trouver plus facilement votre bonheur.

 

 

Ensuite, j’ai également pensé aux divers jeux en créant un deuxième profil pour le jeu. Beaucoup de personnes sont friandes des touches fonctions pour les raccourcis souris, mais pas moi. Je préfère directement mettre les raccourcis des lettres du clavier. Au passage, des profils pour certains jeux, comme CS : GO, sont déjà disponibles, mais ils ne me plaisent pas vraiment. Je préfère avoir mes propres macros et décider de mes propres optimisations.

 

 

Les fonctionnalités de rétroéclairage RGB sont simples, mais efficaces. J’ai directement su comment faire ce que je voulais et c’est un point pour le logiciel : l’intuitivité. Pour reconnaître les profils, j’ai appliqué un rétroéclairage différent, ce que j’aurais préféré ne pas faire. La création de macros, dont le menu est ci-dessous, est un poil compliquée sans explications, mais, au fur et à mesure d’expériences, devient plus simple. Il faut juste suivre la logique d’appui et de relâchement des touches.

 

 

Quand on regarde le logiciel dans son ensemble, c’est un bon driver. Les macros sont assez simple si vous ne regardez pas trop en profondeur. Le rétroéclairage et les options sont simples à configurer et, en terme d’esthétique et d’intuitivité, c’est plutôt très bien réalisé. 

Ce qu’il fallait clairement comprendre ici, c’est que cette partie est dédiée à l’utilisation au quotidien de la technologie dans les jeux et la bureautique. En ce qui concerne le capteur, il s’agit du Owl Eye pouvant monter jusqu’à 12 000 DPI. Un des meilleurs capteurs sur le marché qui est connu pour ses performances et sa fiabilité. Vous pouvez vous douter que ce capteur n’a eu aucun problème à encaisser tous les déplacements qu’il a dû subir.

 

 

Voilà la partie qui répond enfin à la question nouvellement posée et la réponse est un grand oui. La transmission des données sans fil ici est marketée comme étant plus rapide que l’USB. Plus rapide, je ne sais pas, en tout cas, la technologie dans ce cas en particulier est bluffante. J’ai déjà eu des souris sans fils peu fiables, et voir que ce n’est pas le cas avec la Roccat Leadr est un vrai plaisir. Même sous batterie faible, la souris continue d’être incroyablement précise. Cette souris a été utilisée dans plusieurs jeux différents. Elle n’a eu aucun problème dans Counter-Strike : Global Offensive, où le moindre réflexe peut vous sauver en 1 vs 1. Les 14 boutons programmables (28 avec EasyShift) vous seront très utile dans les MMO ou les jeux comme DA Inquisition, testé de mon côté.

D’ailleurs, parlons de la batterie. 20 h d’autonomie sont annoncées par le constructeur. Cependant, je n’ai pas pu tester cette limite à cause de nombreuses contraintes d’emploi du temps. Il est évident que Roccat, pour ses estimations, prenne le moment où la souris s’en est admirablement sortie. Si la souris, sur 50 essai, a réussi à tenir une fois 20 h, c’est cette dernière estimation qui sera gardée. Je dirai donc que prendre une marge de 10% à l’inférieur est une bonne estimation : entre 18 et 20H (je répète, ceci est une estimation et ne reflète rien d’autre qu’une expérience avec les batteries annoncées). Pas de seconde batterie ou de batterie amovible, c’est tellement dommage…

 

 

Elle récolte encore une excellente note sur la performance grâce à ses trois piliers. Ils sont formés d’un capteur exceptionnel, une transmission sans défaut et une bonne durée de batterie. Seulement, la non-présence de batterie amovible ou d’une supplémentaire est le défaut majeur de la performance. Cela force parfois les joueurs les plus ardus à la recharger et attendre.

Pour 149,99 €, on attend l’excellence en ce qui concerne cette Roccat Leadr. Et dans l’ensemble, c’est ce que l’on a. Le capteur Owl Eye et la transmission des données sont excellents. C’est le point fort de cette souris et c’était sa principale prétention. Le design est également très réussi, puisque les matériaux donnent une impression de haut de gamme et de solidité. Dans les points où la souris s’en sort très bien, il faut parler de l’ergonomie.Tout est pensé sur cette souris pour le confort : sans fil, station de recharge…

Par contre, il y a quelques problèmes anecdotiques, si l’on peut vraiment appeler cela des problèmes. Pas de batterie amovible ni de seconde batterie pour être paré face à toutes les situations, c’est dommage. La station de recharge peut poser quelques problèmes en ce qui concerne les dimensions. Compliqué de réduire la hauteur et la largeur, mais la profondeur est clairement trop présente. Le fait qu’il n’y ait pas d’indicateur sur la souris pour savoir quel profil on utilise nous oblige à changer le RGB pour savoir, ce qui est un réel problème. Un petit lag est présent lors du switch de profil mais une optimisation logicielle dans le futur pourrait régler le problème.

En conclusion, c’est un excellent produit. Je la trouve meilleure que la Logitech Proteus Spectrum G502, qui était déjà une énorme référence en ce qui concerne les souris gaming. Après, il faut relativiser, la souris coûte quand même 150€. Il faut donc que les performances soient à la hauteur du prix, ce qui est le cas. En prenant la Roccat Leadr, vous vous assurez une souris haut de gamme polyvalente en jeu et avec un sans fil irréprochable. Et vous avez le RGB en plus, qui dit mieux ?

Roccat Leadr
9,5 Le Testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
Un sans fil irréprochable avec un des meilleurs capteurs
Un très bon design avec du RGB
14 boutons programmables très accessibles
Une ergonomie quasiment parfaite
Contre
Aucun signal indiquant quel est le profil en cours
Trop grande profondeur du dock
Pas de RGB sur la station de rechargement
Petit lag au changement de profil
En quelques mots...
Déjà, quand votre ergonomie est quasiment parfaite, vous partez d'un très bon pied. Lorsqu'en plus le design est bon, les matériaux classieux, le driver efficace et les fonctionnalités diverse, le produit devient un must have. Les quelques points négatifs sont réellement anecdotiques au quotidien mais il faut quand même les souligner pour permettre à Roccat de les gommer lors d'une prochaine version. En conclusion, un excellent produit.
Design et Look
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.