Hardware

[Test] – Roccat Leadr – Une souris aux fils invisibles ?

[Test] – Roccat Leadr – Une souris aux fils invisibles ?

Partie logicielle : Roccat Swarm

Lorsque vous installez le software Roccat Swarm, la première chose à faire est de télécharger et d’installer la mise à jour du logiciel pour que celui-ci puisse supporter la Roccat Leadr. Vous avez ensuite affaire à un didacticiel, c’est-à-dire une suite de petites actions simples qui vous permettent de bien installer la souris. Et après que ceci soit fait, on vous laisse un peu devant le fait accompli et diverses fenêtres sans explications, mais la plupart des drivers sont comme ça, donc bon…

 

 

La première chose que j’ai faite sur ce driver, c’est de créer le 1er profil entièrement dédié à la bureautique. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les macros que j’ai installées afin d’optimiser les travaux classiques de la bureautique de tout les jours. Avec cette souris, je peux naviguer entre les bureaux, avoir une vue de toutes les fenêtres inter-bureau ou encore copier/coller. Le logiciel est très instinctif en ce qui concerne la mise en place de ces touches qui sont catégorisées afin de trouver plus facilement votre bonheur.

 

 

Ensuite, j’ai également pensé aux divers jeux en créant un deuxième profil pour le jeu. Beaucoup de personnes sont friandes des touches fonctions pour les raccourcis souris, mais pas moi. Je préfère directement mettre les raccourcis des lettres du clavier. Au passage, des profils pour certains jeux, comme CS : GO, sont déjà disponibles, mais ils ne me plaisent pas vraiment. Je préfère avoir mes propres macros et décider de mes propres optimisations.

 

 

Les fonctionnalités de rétroéclairage RGB sont simples, mais efficaces. J’ai directement su comment faire ce que je voulais et c’est un point pour le logiciel : l’intuitivité. Pour reconnaître les profils, j’ai appliqué un rétroéclairage différent, ce que j’aurais préféré ne pas faire. La création de macros, dont le menu est ci-dessous, est un poil compliquée sans explications, mais, au fur et à mesure d’expériences, devient plus simple. Il faut juste suivre la logique d’appui et de relâchement des touches.

 

 

Quand on regarde le logiciel dans son ensemble, c’est un bon driver. Les macros sont assez simple si vous ne regardez pas trop en profondeur. Le rétroéclairage et les options sont simples à configurer et, en terme d’esthétique et d’intuitivité, c’est plutôt très bien réalisé. 

Hardware

Testeur de matériel High-tech, monteur de PC et vidéaste à temps partiel.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware