Hardware

Test – ROCCAT Vulcan 120 AIMO

Test – ROCCAT Vulcan 120 AIMO

ROCCAT sort une nouvelle gamme de clavier, les Vulcan, équipés de switches mécaniques maisons

 

ROCCAT revient avec un nouveau clavier sorti durant les vacances d’été. Ce clavier a la particularité d’utiliser des switches confectionnés par la marque elle-même, qui veut répondre aux problématiques de vitesse d’exécution, de durabilité et de rétroéclairage des claviers mécaniques. Nous avons eu l’occasion de tester la déclinaison 120 AIMO du Vulcan, la version la plus haut de gamme parmi une série de trois claviers relativement similaires.

 

 

La gamme ROCCAT Vulcan

 

En plus du Vulcan 120 AIMO, il existe 2 autres déclinaisons du clavier de la marque, le Vulcan 100 AIMO et le Vulcan 80. Pour le premier, la seule différence réside dans le fait que le repose-poignets n’est pas fourni avec le clavier, sinon il est identique au Vulcan 120 AIMO. Pour le Vulcan 80, celui-ci est un peu plus simple que les deux autres, les switches mécaniques n’auront qu’un rétroéclairage bleu au lieu de RGB et la molette ainsi que les trois boutons associés seront remplacés par quatre switches, situés en haut du pavé numérique, pour la gestion du volume et du rétroéclairage.

 

Le switch ROCCAT Titan

 

Le switch Titan est un switch maison déjà brièvement introduit ici, il a été conçu par ROCCAT et est fabriqué par une entreprise chinoise spécialisée dans ce domaine, TTC. Il a été pensé pour répondre à plusieurs problématiques liées aux performances : le switch a un seuil d’activation de 1,8 mm, une distance un peu plus courte que les 2 mm des Cherry MX Brown auxquels le constructeur se compare, et une distance de course maximale de 3,6 mm (au lieu de 4 mm pour les brown). Il possède aussi une légère résistance à l’activation pour un meilleur retour tactile.

ROCCAT semble avoir beaucoup travaillé sur la question du rebond des contacts car c’est un des points les plus mis en avant par la marque. Ainsi, l’interrupteur a tendance à rebondir sur le contact électrique et perturber ses cycles d’activation/désactivation ce qui oblige les constructeurs à prendre en compte se phénomène, en créant artificiellement du délai entre chaque pression, pour éviter,  par exemple, qu’une touche ne soit comptée plusieurs fois. Ainsi, en réduisant le problème de rebond du contact et en tenant compte de cette particularité dans le firmware du clavier, ROCCAT promet un switch jusqu’à 20% plus réactif que ses concurrents (il est donné à 4 ms).

Concernant le rétroéclairage, le switch est totalement transparent et possède une LED RGB configurable et compatible avec l’environnement AIMO. Il est surmonté d’une touche plate, ce qui permet à la lumière de la LED de se disperser plus fortement et plus loin que la normale.

 

Le clavier ROCCAT Vulcan 120 AIMO

 

 

Nous sommes en présence d’un clavier mécanique à 105 touches utilisant donc les switches Titan avec rétroéclairage RGB présentés plus haut. Les dimensions du clavier sont de 462 mm (L) x 160 mm (l) x 32 mm (h) auxquels il faudra rajouter 75 mm de largeur avec l’utilisation du repose-poignets, portant celle-ci à 235 mm au total. Le clavier est donné pour un poids de 950 grammes, le repose-poignets, quand à lui, est donnée pour un poids de 200 g. Le clavier est articulé autour d’un processeur ARM Cortex-M0 32 bits ainsi que 512 Kbits pour retenir et effectuer les différents paramètres et macros.

Comme on peut le voir sur les images ci-dessus, le repose-poignets n’a pas d’attache, car celui-ci est magnétique. Cela permet de l’enlever ou le remettre très facilement. Moins visible, le câble du clavier est tressé et fait 1,8 m, par contre, son connecteur n’est pas plaqué or (même si cela n’a que très peu d’importance). Les LED d’indication de verrous (maj, num, etc.) se trouvent en bas du pavé numérique et sont plutôt bien intégrées.

Au dos du clavier, on peut voir que ROCCAT a été généreux sur les revêtements anti-dérapant. On peut voir au bas du clavier une bande faisant la longueur de celui-ci ainsi que deux plus petites en haut du clavier. Celles-ci sont d’ailleurs plutôt larges, ce qui promet d’avoir un clavier qui ne bougera pas ou peu à l’utilisation. On peut aussi noter la présence de petites bandes sur les pattes du clavier, qu’elles soient rétractées ou non, et qui devraient aider au maintien du clavier en toutes circonstances.

Comme écrit plus haut, les touches du clavier sont plates (le switch ayant un taille standard), ainsi celles-ci ne recouvrent pas les switches, ce qui permet d’obtenir un rétroéclairage plus prononcé. Couplé à une surface en aluminium brossée, la lumière se réfléchie en partie pour un effet pour le moins réussi car cela permet une certaine continuité des effets de lumière. La luminosité du clavier est assez importante et il est bien sur possible de la régler avec pas loin de 70 niveaux de luminosité.

Les touches F1 à F12 couplées à l’utilisation de la touche « FN » permettent par défaut de changer rapidement de profil pour les 4 premières touches, d’avoir des raccourcis pour les applications explorer, navigateur Internet, messagerie et calculatrice. Les quatre dernières sont des actions multimédia avec précédent, stop, lecture/pause et suivant. Tout en haut à droite, on peut voir trois bouton et une molette, le premier bouton sert à couper le volume et les deux autres permettent de modifier le niveau de luminosité du clavier ou le volume (par pas de 2) selon lequel vous avez sélectionné. On peut aussi voir la présence de six macros en fonctions secondaires des six touches au dessus des flèches directionnelles (mais étrangement elle ne semblent pas être attribuables dans Swarm). Le clavier est aussi compatible Easy-Shift (touche verrouillage maj en mode jeu), ce qui permettra de changer ou rajouter une fonction secondaire pour un certain nombre de touches (toutes les touches Fxx ainsi que les cinq premières touches alphanumériques de chaque ligne). Mais vous pouvez aussi réattribuer n’importes quelles touches à l’aide du logiciel ROCCAT Swarm.

Ce clavier possède une base relativement fine pour un clavier mécanique car les switches ne sont pas incrustés dans celle-ci. Cela donne par ailleurs une impression que les touches flottent au dessus du clavier. La base du clavier reste néanmoins robuste grâce à l’utilisation de plastiques de qualité et la présence de la plaque d’aluminium qui doit faire pas loin d’un millimètre d’épaisseur. Chose étonnante, on peut voir la présence de deux vis au dessus des touches F1 et F4 qui semble n’avoir aucune utilité mais cela est peut-être un parti pris servant au design du clavier.

Concernant l’inclinaison du clavier, elle est de 2,5° sans les pattes et de 7,5° avec : ce qui donne une hauteur maximale de 31 mm pour les touches supérieures sans les pattes et 46 mm avec.

 

 

À l’usage

Le clavier est très agréable à l’utilisation, les switches répondent vite et bien. Le fait qu’ils aient une résistance à l’activation permet de savoir qu’une touche à été pressé bien avant d’atteindre la fin de la course du switch (le seuil d’activation est à peine plus bas). Ainsi il est indéniable que cela pourra faire gagner du temps lors de l’écriture de textes comparé à un clavier à membranes. Par contre, il est difficile de valider la réactivité du clavier par rapport à un autre mécanique : le délai de prise en compte des touches est imperceptible au point que l’on pourrait se dire qu’il est inexistant.

Concernant le bruit généré par les switches, on reste dans des nuisances sonores acceptables. Pour peu que vous accompagnez un minimum les touches, il est possible de limité le bruit généré, sinon vous obtiendrez inévitablement le bruit de claquement caractéristique des claviers mécaniques (et plus particulièrement pour les grandes touches).

Le rétroéclairage de ce clavier est puissant, voir même un peu trop à mon goût. Il est parfaitement visible même en pleine journée (image ci-dessous à gauche avec réglage de la luminosité au maximum) mais prévoyez tout de même une source de lumière le soir car cela peut faire mal aux yeux (en tout cas pour ma part). L’image ci-dessous à droite montre le rétroéclairage dans la nuit avec un réglage à 15 pour le niveau de luminosité. De plus, un petit point qui peut avoir son importance, si une personne se tient à coté de vous il est possible qu’elle soit gênée par le rétroéclairage car les touches ne couvrent pas les switches et il n’est pas impossible d’avoir des LED en vue directe pour cette personne. Par contre, aucun soucis pour celles qui se tiennent devant le clavier. Vous pourrez aussi apercevoir que les fonctions secondaires des touches ne sont pas ou très peu illuminées. Cela est majoritairement du au fait que la LED se trouve au dessus de l’axe du switch, cela semble néanmoins un effet voulu par la marque.

 

 

Avec le logiciel ROCCAT Swarm

Les effets proposés pour ce clavier sont au nombre de huit plus un mode personnalisé :

  • Éclairage harmonique : les touches changent périodiquement de couleurs et le rétroéclairage fait se déplacer un cercle de couleur différente. Lorsque vous appuyez sur une touche, celle-ci s’éclaire d’une couleur différente aux deux autres. Si vous laissez cette touche enfoncée un certain temps, cette couleur va se propager progressivement aux autres touches adjacentes et inversement lorsqu’elle sera relâchée. Le réglage de la luminosité ne semble pas être disponible avec cet effet.
  • Vague : couleurs arc-en-ciel se déplaçant de la droite vers la gauche. Il est possible de régler la vitesse de l’effet et même le figer si la vitesse est au minimum.
  • Serpent : seules 6 touches vont s’illuminer et l’effet lumineux va se déplacer tel un serpent. 10 thèmes de couleurs sont disponibles pour cet effet et il est possible de régler sa vitesse.
  • Plein éclairage : un éclairage simple. En plus des 10 thèmes comme pour l’effet « Serpent », vous pouvez choisir les couleurs de votre choix mais cela est limité à 6 régions (séparations verticales) du clavier.
  • Battement 2.0 : l’éclairage va alternativement commencer à droite ou à gauche et va progressivement se propager jusqu’au centre du clavier. Les choix des couleurs sont les même que précédemment et l’on peut choisir la vitesse de l’effet.
  • Respiration 2.0 : l’éclairage commence en haut du clavier, centré sur la touche F8 puis va progressivement se propager sur toutes les touches et inversement. Les réglages sont les mêmes que pour « Battement 2.0 ».
  • Extinction : l’éclairage ne se fait que sur les touches sur lesquelles vous appuyez. Mêmes réglages que précédemment pour les couleurs ainsi que le temps durant lequel la touche restera éclairée.
  • Effet onde : lorsque que vous appuyez sur une touche, une onde va se propager sur toutes les autres touches (pour les épileptiques, cela peut clignoter pas mal). Toujours les mêmes réglages de couleurs ainsi que la possibilité de régler la vitesse de l’onde.

Ainsi, certains effets sont plus adaptés avec une lumière ambiante comme « Serpent » ou encore « Extinction ». Les plus intéressants, selon moi, sont : « Éclairage harmonique » qui est le plus abouti, « Vague » car je trouve l’effet relaxant et « Extinction » car il permet d’avoir un retour visuel des touches pressées (le premier cité le permet aussi mais est moins visible).

Dans le mode personnalisé, vous pouvez régler l’éclairage de chaque touche individuellement autant pour la couleur que la luminosité. Il est possible de sélectionner un groupe de touches pour appliquer des paramètres en commun pour aller plus vite.

Il est possible d’attribuer plusieurs couleurs de transition à une même touche, comme dans l’image ci-dessous (droite), la touche sélectionnée va commencer en rouge, puis va transiter sur du jaune, puis vert et enfin bleu avant de recommencer en rouge. Pour profiter de cette transition, il faut choisir un sens pour l’effet de flux (gauche, droite, haut ou bas) . Ainsi lorsque vous configurez plusieurs touches avec les mêmes paramètres, vous verrez les changements de couleurs se faire dans le sens choisi. Sinon le logiciel utilisera la plage de couleurs pour mapper le clavier. Par exemple si vous donnez à toutes les touches les mêmes paramètres, celles les plus à gauche seront rouge et celles les plus à droite seront bleu et les transitions seront reparties sur les touches au centre du clavier. À cela, vous pouvez rajouter un effet de respiration ou de battement. Le paramètre de vitesse s’applique aussi bien à l’effet de flux que celui de battement ou de respiration. En somme, il y a déjà matière à faire des mappages bien sympathiques mais il aurait été intéressant de pouvoir réutiliser plus d’effets venant des modes pré-établis.

Il est aussi possible de créer ses propres macros avec le logiciel, pour cela il suffit d’enregistrer une première fois une séquence, puis si besoin, définir des délais entre les différentes pressions et relâchements avant de l’attribuer à l’une des touches du clavier.

 

 

Conclusion

 

Pour conclure, le ROCCAT Vulcan 120 AIMO se veut un clavier haut de gamme. Cela peut déjà se voir de par son aspect, le clavier revête une plaque en aluminium brossé qui lui donne un look assez unique et la qualité de fabrication est vraiment bonne. Les switches sont plaisants à l’utilisation et savent rester suffisamment silencieux lorsque l’on ne va pas jusqu’au bout de la course et/ou que l’on accompagne la touche lors de la remonté.

Les effets de lumière proposés par le logiciel sont intéressants pour certains et plus classiques pour d’autres mais cela aurait été un plus considérable de pouvoir réutiliser plus d’effets dans le mode personnalisé, qui, en restant simple, offre déjà de quoi faire à qui prendra le temps de s’y intéresser.

Le ROCCAT Vulcan 120 AIMO est proposé au prix de 159,95 € (chez LDLC ou encore Materiel.net). Si vous trouvez cela un peu trop cher, vous pouvez toujours vous orienter vers les autres déclinaisons, à savoir les Vulcan 100 AIMO et 80 si vous voulez tout de même profiter d’un clavier de très bonne facture. Ils sont respectivement vendus aux prix de 149,95 € et 129,95 €.

 

 

Review 0
9 Le Testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
  • Look assez unique
  • Switches maisons efficaces
  • Matériaux de qualités
  • Rétroéclairage diffus et puissant (peut être un peu trop)
Contre
  • Prix un peu trop élevé
  • Plus de choix de personnalisation avec le logiciel
Design et Look
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Hardware
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware