L'intérieur du Evolv Shift XT

Sommaire

L’intérieur du Evolv Shift XT 

Le châssis : 

Phanteks Evolv Shift XT

Pour passer à l’intérieur du Evolv Shift XT, c’est toute une gymnastique puisqu’il ne dispose pas de panneaux latéraux à proprement parler, mais des panneaux supérieurs et inférieurs englobants les flancs. Pour les retirer, ça se passe en façade où deux loquets derrière la partie supérieure aimantée. Ainsi, pour enlever la partie du haut, il faut les rabattre vers l’intérieur de la façade puis tirer vers le haut la partie supérieure du Evolv Shift XT.

Enfin, la partie basse est maintenue par une vis à main à l’arrière. Retirez là, puis tirez légèrement le châssis vers haut pour la retirer.

Une fois à l’intérieur, on retrouve donc une conception compartimentée avec un emplacement de carte mère d’un côté et celui de la carte graphique de l’autre. Néanmoins, ce n’est pas tout puisque l’alimentation s’installera également à côté de la carte mère. Pour rappel, un bloc SFX est fortement recommandé, même s’il sera possible de loger un modèle SFX-L. Un agencement assez similaire à celui du Q58 de Lian Li.

 

L’alimentation et le stockage

Comme nous vous le disions, l’alimentation s’installe donc à côté de la carte mère. En revanche, ce que nous ne vous avons pas dit, c’est qu’elle se monte à la verticale. Juste derrière son emplacement, on remarque la présence d’un léger espace avec la paroi centrale. Ce n’est pas un défaut de conception, au contraire, il permettra de stocker les câbles. C’est même prévu par la marque qui nous explique comment positionner les câbles en sortie de bloc. Quelques bandes velcros sont présentes afin de faciliter leur positionnement.

Vous devriez regarder aussi ça :
Test - Senso Charge 2 de Konyks

Si vous avez de nombreux support de stockage, malheureusement, cet Evolv Shift XT n’est probablement pas fait pour vous. En effet, il ne dispose que d’un seul et unique emplacement de stockage en 2,5″ via un panier dédié. Il prend place derrière l’emplacement de la carte graphique.

Du côté de la carte graphique, on notera que le riser PCIe 4.0 est déjà en place. Vulgairement, il ne reste plus qu’à insérer sa carte graphique dedans… À condition d’avoir, au préalable, retiré le bon nombre d’équerre.

En passant sous le boîtier, on remarque que les câbles du panneau de contrôle passent par deux petites ouvertures. De plus, on remarque qu’ils sont maintenus en place grâce à une languette en acier vissé directement sur le châssis.

Pour finir, dans le haut, on retrouve une platine montée sur charnière. Elle servira à accueillir les ventilateurs et autre radiateur de watercooling. L’avantage, c’est qu’elle est totalement amovible et on pourra totalement la retirer afin de dégager l’espace supérieur, facilitant le montage.

Accueil Blog

Aucun article à afficher