Culture Geek

Test Caverna – devenez le nain le plus riche

Rédigé par le

Test Caverna – devenez le nain le plus riche

Caverna – un nain de fer dans un gant de labour

J’ai longtemps eu une vision très « vieux-jeu » et réductrice du jeu de société. Mon enfance sur le sujet ayant principalement tourné autour de parties de Scrabble et de Monopoly, j’ai longtemps dénigré ce loisir et imaginé que jamais un jeu de société ne pourrait « arriver à la cheville de ma Super Nes » (phrase à lire avec ma voix d’enfant de 10 ans). Ma vision sur le sujet a totalement changé lorsque mon frère m’a fait découvrir Agricola. Publié en 2007 par Lookout Games, le jeu d’Uwe Rosenberg  illustré par Klemens Franz, avait collectionné les prix les plus prestigieux (Prix du jury aux As d’or, Tric Trac d’or, le Kennerspiel des Jahres). M’ayant permis de découvrir une profondeur et un style de jeu qui m’étaient à l’époque encore inconnu, j’étais tombé amoureux d’Agricola et lorsqu’on m’a proposé de tester Caverna, sorte de Agricola 2.0 conçu par le même duo, mon excitation était grande.

Si en effet Agricola permettait des heures de jeu et d’amusement, j’avais tendance à lui reprocher une répétition dans les stratégies gagnantes entrainant le fait que les actions choisies par des joueurs avancés portaient autant sur l’avancement de leur exploitation que sur l’idée de mettre des bâtons dans les roues de la famille nain voisine. Caverna promet d’apporter une grande variété dans ses actions par rapport à Agricola. Vous sentez mon excitation grandir encore ?

Caverna est donc un jeu de gestion de ressources dans un univers médiéval/fantastique où vous contrôlerez une équipe de nains afin d’en faire la « famille » la plus riche. Créé initialement en 2013 par Uwe Rosenberg (PatchworkPatchwork Doodle) et illustré par Klemenz Franz (MontanaPort RoyalIsle of Skye, Santo DomingoGingerbread HouseNoriaBärenpark), le jeu est édité par Funforge (Foothills, Monumental, Tokaido) et propose des parties d’une trentaine de minutes par joueur pour un à sept joueurs de 12 ans au moins. Il est vendu 69 euros et justifie facilement son prix ne serait-ce que par le poids de sa boîte et ses centaines d’éléments en bois et acrylique (animaux, ressources, plateaux, jetons, etc.). Ayant dépassé de très peu son grand frère au classement BGG des meilleurs jeux de tous les temps, quel est mon avis sur Caverna ?

 

Une caverne abandonnée

Vous n’avez jamais joué à Agricola ? Pas de panique, je vais revenir sur les règles de base régissant le monde des nains de Caverna. Afin de commencer une partie, vous allez tout d’abord devoir mettre en place le plateau central (plateau d’actions de base + extensions à adapter au nombre de joueurs). Si les premières cases d’actions sont constantes (variant tout de même suivant le nombre de joueurs), on place par la suite 12 cartes actions face cachée. Ces dernières (classés de niveau 1 à 4 – 3 cartes pour chaque niveau) seront révélées au fur et à mesure des tours et assurent donc une certaine originalité à chaque partie. Les cartes Action sont donc empilées dans l’ordre des tours correspondants afin de les placer sur le plateau à chaque début de tour.

 

 

Proche de ce plateau sont placées toutes les tuiles d’aménagement que les joueurs pourront utiliser afin d’installer leur caverne au mieux. Ces dernières sont disposées sur des plateaux facilitant leur lecture et leur analyse en plein jeu. À noter que dans un souci d’ouverture du jeu au plus grand nombre, l’auteur propose deux façons de jouer différentes. Une partie « débutant » permettra d’utiliser 27 sortes d’aménagements différents quand les joueurs plus expérimentés pourront choisir entre 48 aménagements différents.

À proximité des joueurs, on place les très nombreuses ressources qu’il est possible d’accumuler dans Caverna. Des animaux (sangliers, moutons, ânes et bœufs) aux ressources de construction (pierre, bois, minerai) en passant par les ressources alimentaires (céréales, légumes et jetons repas) ou les pièces d’or, les joueurs d’Agricola seront en terrain connu. Seuls les rubis et autres armes sont pour l’instant étonnants. Nous y reviendrons.

Nous n’en avons pas fini avec les éléments de jeu. De nombreuses tuiles terrain sont également disponibles. Des tuiles d’agriculture (prairies, champs, pâturages) mais également des tuiles d’aménagement intérieur (tunnels, grottes, mines de minerais, mines de fer).

Comme nous le disions à propos d’Agricola, Caverna a la fâcheuse habitude qu’ont les « jeux allemands » de proposer des dizaines de sachets mais aucun insert. La mise en place initiale du jeu ainsi que l’entre-tours seront donc compliqués par une recherche des ressources, jetons et plateaux parmi les différents sachets. Je ne puis que vous conseiller d’opter pour une boîte supplémentaire afin de faciliter le « rôle » de la réserve.

 

Le premier joueur, tiré au sort reçoit le pion « premier joueur » et un jeton repas. Le deuxième joueur (dans le sens des aiguilles d’un montre) reçoit également un jeton repas quand les suivants seront mieux lotis (2 jetons pour le troisième joueur et 3 jetons pour les suivants).

Enfin, de nombreux détails sont présents afin de faciliter le jeu aux joueurs débutants (et permettre des rappels très bienvenus à tout joueur). En effet, chaque participant reçoit une carte résumant ses possibilités d’expédition (nous y reviendrons) ainsi que les étapes à effectuer en fin de tour (la récolte sur laquelle nous reviendrons également).

Il est dorénavant temps pour les joueurs de récupérer les deux nains qui formeront au départ leur équipe et de se lancer !

Plutôt « nain verte » ou « nain lourde » ?

Une partie de Caverna se déroule généralement en 12 tours (11 à un ou deux joueurs) à la fin desquels chaque joueur fera le compte des points accumulés.

Chaque tour commence par la pioche d’une carte action qui est ensuite placée sur la case correspondante. On approvisionne ensuite chacune des cases appelées cases d’accumulation grâce aux ressources de la réserve (à noter que ces cases sont remplies à chaque tour quoi qu’il arrive, ainsi, une carte peu intéressante de prime abord deviendra de plus en plus attractive).

Lorsque le tour est mis en place, on passe à la phase de travail. Ainsi, chacun son tour et dans le sens des aiguilles d’une montre, chaque joueur place un nain sur une action définie et ainsi la réalise. Le travail des nains se poursuit jusqu’à ce que les joueurs aient placé tous leurs nains. Chaque action est individuelle, mais peut être copiée contre de la nourriture grâce à l’action « imitation ».

Les actions sont très variées et ont des conséquences plus ou moins rapides sur la vie de vos nains. Si évidemment, choisir une action vous octroyant des jetons repas permettra de subvenir aux besoins de votre équipe à court terme, leur permettre de planter des légumes dans un champ ou de créer un pâturage afin d’y accueillir des animaux leur permettra de survivre à plus long terme.

Chaque équipe débute la partie avec une pièce permettant d’accueillir deux nains ainsi qu’une case caverne vide. Le reste n’est pour le moment que pierre et forêts. Le joueur devra donc choisir quelle action privilégier. Il existe en effet une multitude d’actions possibles dans Caverna.

Le joueur peut choisir de travailler les forêts. En défrichant autour de leur caverne, les nains peuvent y installer champs et prairies. Pour ce faire, rien de plus simple, le joueur ajoute une tuile sur la case correspondante sur son plateau habitat. Ces prairies peuvent par la suite devenir des pâturages grâce à une action bien nommée et l’échange de quelques morceaux de bois (on ajoute alors une tuile pâturage sur une tuile prairie). Les pâturages permettent d’accueillir des animaux avec des règles bien spécifiques : 2 animaux par petit pâturage, chiffre doublé si le joueur crée une étable, les chiens permettant d’accueillir des moutons supplémentaires, etc. Chaque animal a des conditions de « logement » bien spécifiques rendant l’élevage bien plus tactique qu’il n’y paraît.

La caverne de vos nains ne sera pas en reste vous pourrez dans cette dernière creuser grottes et tunnels aux caractéristiques spécifiques également. Les tunnels tout d’abord vous permettront de créer des mines de rubis ou de minerai. Ces dernières, en plus de vous apporter des points en fin de partie, vous permettront de récupérer plus de ces ressources importantes. Quand le minerai est utilisé pour créer des armes et aménagements les rubis sont une sorte de bonus pouvant être échangés contre à peu près toutes les ressources du jeu et peuvent ainsi vous sauver d’une situation compliquée.

Les grottes quant à elles vous permettront d’aménager des pièces aux effets très variables. Du menuisier permettant de diminuer les coûts de bois pour les constructions à la laiterie permettant de compter un point d’or supplémentaire pour 3 bœufs en fin de partie, ces aménagements sont nombreux mais uniques. Chaque joueur devra donc rapidement choisir quelle(s) salle(s) correspondra au mieux à sa stratégie. Vous pourrez de plus, à partir du tour 4 demander un nain supplémentaire grâce à l’action « Désir d’enfant ». Si cette action n’est possible qu’après avoir aménagé une chambre supplémentaire, elle vous permet d’avoir un nain et donc une action de plus à chaque tour.

 

D’autre part, un grand ajout du jeu vient des expéditions qu’il est possible d’effectuer avec un nain armé. En effet, un case action vous permettra d’armer l’un de vos nains contre des minerais. Contre x minerais, votre nain deviendra un nain armé niveau x et pourra ainsi effectuer des expéditions. Ces actions permettent aux nains armés de d’effectuer 1 à 4 actions suivant la case expédition choisie et le niveau votre nain, suite à quoi ce dernier gagnera un niveau. Si dans les premiers niveaux, vous ne récupèrerez que des ressources basiques, les nains de niveau élevé peuvent effectuer des actions très intéressantes telles qu’aménager une caverne ou encore planter des légumes. Dans un souci d’équilibre, les nains armés devront jouer en dernier.

D’autres actions plus variées sont également proposées et peuvent être très intéressantes. L’action « premier joueur » permet de récupérer le pion et ainsi devenir le premier joueur pour le tour suivant quand vous pourrez également choisir de planter vos céréales et/ou légumes après avoir installé des champs. Les actions sont nombreuses et si variées qu’il est très rare de se retrouver bloqué.

Lorsque tous les nains de tous les joueurs ont effectué une action, c’est le retour à la caverne. Les nains sont alors replacés dans leurs chambres respectives après cette journée de travail, afin de profiter d’un repos bien mérité.

Malheureusement pour eux, la vie de nain n’est pas si simple. En effet, avant de débuter le tour suivant, vous devrez passer par la phase de récolte. Comme son nom le laisse présager, les joueurs commencent par récolter les potentielles ressources plantées dans leurs champs et doivent par la suite s’assurer de nourrir leurs nains. Lors d’une phase de récolte normale, chacun de vos nains doit être nourri avec 2 pions repas. Chaque céréale, légume et animal pouvant être échangé à n’importe quel moment contre un nombre de pions repas spécifique, cette phase peut donner place à des choix de sacrifice. Si, malgré tous ses sacrifices, un joueur ne peut nourrir l’un de ses nains, il récupère un marqueur de mendicité par pion repas manquant (ces marqueurs équivalent à une perte de 3 d’or en fin de partie, il est indispensable de les éviter). Enfin, la phase de récolte se conclut par la reproduction de vos animaux. En effet, si vous possédez au moins 2 animaux d’une espèce et que vous avez la capacité d’accueillir le nouveau-né, vous récupérerez un nouvel animal.

À noter que les phases de récolte n’apparaissent qu’après le troisième tour et varient. En effet, après le cinquième tour, des pions sont placés face cachée et définissent la nature de la récolte. Si le pion est vert, la récolte est normale, si le pion est rouge, des événements différents interviennent. Une carte de rappel est fournie pour se souvenir de ces événements au moment opportun.

 

 

C’est alors la fin du tour. Une nouvelle carte action est placée sur le plateau, les ressources à accumuler également et le premier joueur peut lancer la première action du tour suivant.

À la fin du douzième tour, on procède au décompte des points de chaque joueur afin de déterminer le vainqueur. Si chaque case non utilisée vous fera perdre un point, les petits pâturages rapportent 2 points, les grands pâturages 4, et on y ajoute avec des valeurs variables le nombre d’animaux, de légumes, de céréales, de rubis, etc. Les éléments à prendre en compte pour le décompte sont très nombreux. De nombreux aménagement rapportent également des points (que ce soit grâce à leur simple construction ou grâce aux bonus que ces derniers confèrent à votre équipe). Si le décompte peut paraître long devant la multitude d’éléments rapportant des points, il est largement simplifié par le design de chacun des aménagements (très clair et pratique) autant que par le bloc de décompte des points permettant le décompte par catégorie et ainsi une analyse fortement facilitée.

Vous aurez toutes les cartes en nain

En plus d’ajouter de nombreuses mécaniques au déjà très complet Agricola, Caverna fait très fort dans l’équilibre de ses parties. En effet, j’ai eu la possibilité de tester le jeu dans différentes configurations (de 2 à 5 joueurs avec des débutants comme des joueurs expérimentés d’Agricola) et toutes nos parties ont été équilibrées et pleines de suspense. Mieux encore, Caverna propose tellement de stratégies différentes qu’il devient difficile (ou en tout cas moins stratégique) de mener des actions visant à mettre des bâtons dans les roues de ses adversaires. Au contraire, le jeu force chaque participant à établir une stratégie bien différente de ses adversaires afin d’optimiser les bonus offerts par les aménagements uniques.

Si un joueur ayant décidé de tout miser sur ses mines de rubis se précipitera sur l’aménagement de la salle du trésor (octroyant en fin de partie un point par rubis), son adversaire gagnera alors à se concentrer sur l’élevage de ses troupeaux et ainsi aménager le tissage (offrant 1 point par 2 moutons en fin de partie). Il sera malgré tout compliqué de déterminer le vainqueur tout au long de la partie et il ne m’a pas semblé trouver de stratégie vraiment plus intéressante que les autres (même si ne pas armer ses nains du tout semble être une mauvaise idée tellement les expéditions offrent de possibilités).

Caverna propose en outre un mode solo. Dans ce cas, le plateau est quelque peu adapté (moins d’actions sont possibles, les cartes actions sont toujours placées dans le même ordre et le nombre de ressources est capé sur les cartes actions) et le but pour le joueur est d’atteindre la barre des 100 points. Si par nature, le jeu est moins amusant en solo qu’à plusieurs, il a le mérite d’offrir une nouvelle variante.

Caverna, le Agricola 2.0 ultime ?

Caverna est-il dont le jeu de gestion ultime pour le fan d’Agricola ? Le jeu d’Uwe Rosenberg n’est pas exempt de tous défauts. Si assimiler toutes les règles et tous les détails du jeu demande de l’investissement, on ne peut pas dire que ce dernier soit aidé par le manuel du jeu. Complet, mais parfois brouillon (voire même présentant quelques traductions plus que discutables), il peine à permettre aux joueurs d’en assimiler toutes les facettes rapidement (a fortiori si vous ne connaissez pas Agricola). Heureusement de nombreuses vidéos Youtube vous permettront de comprendre tous les détails. Le fait que le jeu ne soit accompagné que de sachets pour garder ses très nombreux pions et cartes est également un point décevant. En effet, devant un jeu demandant de piocher dans la réserve a minima à chaque début de tour, il est très contraignant de devoir fouiller dans les dizaines de sachets. On regrettera également le choix fait par les auteurs sur certains designs. En effet, si les animaux et les ressources sont agréables, les pions représentant les nains ou encore les pions repas ne semblent pas au niveau.

Malgré ces quelques défauts, son côté dynamique (lorsqu’on a assimilé toutes les spécificités du jeu), la variété des stratégies qu’offrent les multiples possibilités d’actions et d’aménagements du jeu et la capacité qu’a ce dernier à s’adapter à son public (plateaux changeant suivant le nombre de joueurs, choix du nombre d’aménagements possibles) offrent au jeu une rejouabilité immense. Ajouté à cela un design en grande partie sympathique et des plateaux de jeu très pratiques et au visuel permettant de bien suivre l’avancement de ses constructions, Caverna semble avoir tout pour plaire aux joueurs appréciant Agricola. Pour peu que vous vous investissiez un minimum, le jeu saura vous récompenser en vous proposant des parties équilibrées et intéressantes.

Caverna - logo

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.