Lifestyle

Qi Aerista : faut-il pousser le tout-connecté jusqu’à la bouilloire ?

Qi Aerista : faut-il pousser le tout-connecté jusqu’à la bouilloire ?

Qi Aerista : faut-il pousser le tout-connecté jusqu’à la bouilloire ?

Après les aspirateurs connectés, les prises connectées, les balances connectées, les horloges connectées, les montres connectées, les bouteilles intelligentes, et avant de connecter les arbres à chat et les pantoufles, voilà que l’on s’attaque aux bouilloires. Plus précisément – et vous verrez que cela a son importance – le modèle sur lequel nous nous penchons aujourd’hui, la Qi Aerista, est un brewer, une brasseuse si l’on veut, qui ne se contente pas de cumuler les fonctions de bouilloire et de théière.

Et pour un produit vendu 239 dollars (199 en ce moment), on est content d’apprendre qu’elle fait autre chose que la bouilloire Lidl qui en coûte 10 ! Assez pour justifier une telle dépense, extraordinaire même pour un tea freak qui aura plutôt tendance à se tourner vers des produits plus « traditionnels », réputés plus respectueux de la saveur du thé ?

Marque chinoise dont le nom joue sur la polysémie de Qi (à la fois Air, énergie, infuser du thé, commencer et unique) et sur le mot-valise Aerista (air – barista), l’infuseur Qi Aerista est issu d’une campagne de financement participatif au succès considérable (près de 150 000 euros auprès de 1180 contributeurs), preuve qu’il y avait une demande… et un résultat ?

 

 

Unboxing

L’unboxing sera vite fait… puisque n’étant pas vendu en boutiques, la Qi Aerista ne possède simplement pas de boîte et, une fois le carton du colis ouvert, s’est présentée à moi seulement entourée de son polystyrène protecteur, accompagnée d’un manuel en anglais.

 

 

La première chose à faire est donc de la monter en suivant les instructions très détaillées dudit manuel. Après rapide nettoyage, on place simplement le spray cap (tête de pulvérisation) et une gaine sur les deux extrémités d’un tube d’écoulement, dont la base est elle-même insérée dans une cavité et dont la tête est fixée au rebord du « pot ». C’est tout pour le pot, que l’on peut déjà remplir d’eau au maximum et brancher.

Au-dessus, on pose l’infuseur, en s’assurant que le filtre se trouve bien du côté du bec verseur, recouvrant deux petits tubes, tandis que du côté de l’anse un trou accueille le sommet du tube d’écoulement.

Enfin, on pose au sommet un couvercle.

On procède alors à un « nettoyage » en faisant bouillir l’eau (deux secondes sur la touche Brew pour allumer l’appareil, on s’assure que c’est bien la led pour le thé noir qui est allumée, ou l’on règle au pire avec Type, et une nouvelle pression sur Brew pour enclencher), en la vidant, en en remettant et en la faisant bouillir à nouveau.

 

 

 

Si le processus de montage est inhabituel pour une bouilloire traditionnelle, et que les quelques petites pièces (en particulier les embouts en caoutchouc) peuvent faire craindre une erreur de manipulation, on est très correctement guidé pas à pas par les instructions soigneusement illustrées, de sorte que l’erreur est difficile.

Je m’étais tout de même trompé sur le positionnement du filtre, très bêtement je dois dire, et Qi Aerista avait immédiatement et très précisément répondu à mes questions sur Facebook, estimant très spontanément qu’ils devraient revoir le manuel pour le rendre plus clair encore.

La Qi Aerista n’est pas particulièrement belle. Sans du tout faire cheap, on est habitués aujourd’hui à ce que l’électronique haut-de-gamme soit design, au moins élégante dans sa sobriété. Or l’objet est massif, pas tant pour sa contenance (qui n’est guère celle que d’une bouilloire traditionnelle) que pour la technologie dans son socle et dans la base du pot, et tout paraît plus fonctionnel que vraiment esthétique.

J’avouerais aussi, à titre personnel, aimer mieux des touches qu’un pavé tactile, ici utilisé pour sélectionner le type du thé, lancer l’infusion ou la réchauffer, parce que j’ai toujours peur que cela ne réagisse pas, sans doute bêtement, et que cela donne un peu plus de relief au tout. Pensée pour le pragmatisme, la Qi Aerista est-elle alors bel et bien pratique ?

 

La Qi Aerista, théière, bouilloire, infuseur…

À l’usage, rien de plus simple que la Qi Aerista : on verse dans le pot la quantité désirée d’eau (jusqu’à 750 ml), puis dans l’infuseur (grand récipient sous le couvercle) la quantité désirée de thé (sans boule ou filtre, sauf pour le thé vraiment poudreux, mais cela peut être un sachet si vous n’avez rien d’autre), on allume l’appareil par une pression de 2 secondes sur Brew, on sélectionne le type de thé (qui correspond à une température et à un temps d’infusion) parmi neuf options (noir, vert, blanc, pu’er, oolong, herbes, personnalisé, fort – pour les thés au lait notamment – et froid – on y revient) avec Type, puis une nouvelle pression de Brew lance l’infusion.

 

 

Vous constaterez que le thé… n’est pas en contact avec l’eau. Une fois l’eau chaude, le tube la fait remonter dans l’infuseur et mouille le thé par aspersions répétées. Une fois humidifié, le thé dégorge une eau infusée, qui traverse le filtre pour passer dans les deux petits tuyaux et couler dans le pot.

Cela vous paraît inutilement compliqué ? Est-ce que vous savez combien fréquemment un grand buveur de thé laisse infuser ses feuilles trop longtemps, parce que le temps que cela infuse, il passe à autre chose et oublie ? Est-ce que vous savez combien un thé vert infusé quelques minutes de trop peut être amer, ce qui est d’autant plus regrettable qu’en infusant trop, il sera difficile de le refaire infuser ensuite ?

Cette absence de contact du thé avec l’eau évite une trop longue infusion, et de fait, sur une bonne centaine d’usages en un mois (sans du tout exagérer, au contraire), je n’ai profité de l’amertume que d’un thé vert himalayen, volontairement assez minéral.

Mieux : si vous l’oubliez, la Qi Aerista lance régulièrement de nouvelles ébullitions de l’eau pour maintenir le thé à la température désirée pendant une heure – inutile de dire qu’il ne faudra pas en abuser, pensez au moins à votre consommation électrique. La fin de l’infusion est de toute façon marquée par un signal sonore difficile à manquer. Et aussitôt que vous aurez retiré la théière de son socle, le cycle de réchauffement s’interrompra sans aucune manipulation à effectuer.

 

 

Mieux : cette infusion raisonnée des feuilles permet de les faire infuser davantage qu’avec une théière traditionnelle. Rien de magique à cela, les feuilles sont simplement moins en contact avec l’eau que dans une théière, de sorte que vous pourrez souvent mieux optimiser une même quantité de thé – à moins d’être un control freak des temps de température, avec un chronomètre à la main pour vous assurer que votre boule à thé ne trempe pas une seconde de plus, bien sûr. J’ai même pu faire infuser certains thés trois fois, pour six mugs remplis à ras bord, avec l’équivalent d’une boule à thé, qui permettait ordinairement de faire infuser l’eau de deux théières (l’équivalent de quatre mugs) avec une perte d’intensité pour la deuxième.

La Qi Aerista étant dotée d’un bec verseur, vous pouvez verser directement dans un mug, sans passer par le truchement d’une théière.

Avec autant de micro-éléments, on pourrait craindre que son nettoyage soit assez compliqué. Personnellement, une fois les feuilles jetées, je rince simplement à grande eau l’infuseur et le pot, mais assez rapidement, et c’est tout. Certains thés particulièrement tenaces ou sucrés exigeront peut-être un coup d’éponge, rien de plus, à moins d’être plus maniaques ou sensibles, et de tenir à ce que rien du thé précédent ne reste dans le suivant. Cela dépendra de vous, même si un nettoyage « approfondi » (de cinq minutes) toutes les deux semaines me va très bien.

Dans tous les cas, il faudra tout de même de temps à autre démonter l’appareil pour un nettoyage complet. Entre le dépôt qui « fait » une théière traditionnelle mais paraît surtout sale sur une surface vitrée, et le risque de calcaire si vous utilisez une eau « municipale », il serait dommage de de risquer une altération matérielle et gustative. Le nettoyage vous demandera simplement de répéter les étapes du premier montage, en retirant tous les éléments, en les passant à l’eau savonneuse, en les rinçant bien, puis en les replaçant – bref, vous savez faire votre vaisselle, rien de sorcier.

Une cavité sous le pot, là où le tube vient chercher son eau, sera plus difficile d’accès. Après un mois d’usage de l’infuseur de Qi Aerista, l’impossibilité de bien la nettoyer ne m’est jamais apparue comme problématique, mais il va de soi que si je constate quoi que ce soit, je l’ajouterai ici.

 

 

L’une des fonctionnalités les plus surprenantes de la Qi Aerista est de proposer une infusion à froid… en une dizaine de minutes, au lieu des quelques heures voire de la demi-journée que cela exige normalement, que vous optiez pour une infusion dans de l’eau froide ou pour une infusion dans de l’eau bouillante ensuite refroidie.

Le procédé est exactement le même, sélectionnez simplement Cold, et dix minutes après, vous avez bien votre thé à température ambiante, avec toute la saveur que l’on pouvait en espérer (et craindre de ne pas retrouver après une infusion aussi courte). Je suis même parvenu… à faire infuser deux fois à froid les mêmes feuilles de thé, toujours avec une théière pleine, sans perte de saveur la seconde fois ! J’avais certes versé une bonne quantité de thé, mais moins que quand je voulais remplir une bouteille de thé glacé par des procédés plus classiques… Très impressionnant.

 

Mais on est sur Vonguru ! Et la domotique alors ?

Bon, la Qi Aerista est une super-bouilloire/théière, mettant la technologie au service d’un brassage particulièrement respectueux des feuilles de thé et donc savoureux. Le titre de l’article (et sa présence sur Vonguru) promettait cependant une dimension connectée…

En effet, une application gratuite existe dans Google Play ou sur l’App Store. Elle permet d’abord… d’acheter l’infuseur de Qi Aerista et d’en faire la promotion, puis d’accéder à une bibliothèque de thés, réalisée par Qi Aerista, avec possibilité de les noter et de les critiquer mais pas de vous les procurer (ce qui en limite grandement l’intérêt quand même), avec présentation, consignes de préparation et lancement de l’infusion. Un onglet profil permet surtout d’accéder au manuel d’utilisation.

Surtout, un onglet Brewer permet théoriquement d’enregistrer sa bouilloire. Les instructions de l’application sont limpides, une touche sur le téléphone/la tablette, quelques pressions sur le socle, le mot de passe de la Wi-Fi et c’est réglé… sauf que ce n’est pas si réglé que cela, et je ne suis manifestement pas le seul à ne pas y être parvenu, même en activant la localisation.

Deux vidéos sur la chaîne YouTube de QiAerista proposent heureusement deux solutions. Celle qui a fonctionné immédiatement pour moi a consisté à utiliser un second téléphone en partage de données et à y connecter le téléphone disposant de l’application pour lancer l’identification de l’infuseur, et là, cela s’est fait immédiatement. Ma foi…

 

 

Une fois l’appareil relié à l’application, vous pouvez lancer l’infusion à distance. Je pensais pouvoir par exemple préparer l’eau et le thé la veille, et me contenter au lever de cliquer sur mon téléphone, pratique pour qu’un thé soit chaud dès mon arrivée à la cuisine… mais la Qi Aerista s’éteint automatiquement après 15 minutes d’inactivité ! Certes une bonne chose, enfin inutile de dire que la proposition d’infusion à distance en prend un coup…

Ce n’est heureusement pas tout : vous y avez accès… au journal de toutes vos infusions, avec date, heure, temps et type d’infusion (un peu invasif comme gadget !), à la possibilité d’éliminer les bips, judicieux s’ils vous paraissent trop stridents, même s’ils sont bien commodes, de renommer l’appareil

Et surtout de personnaliser vos infusions. Pour chacun des types, vous pouvez en effet définir la température d’infusion, le temps d’infusion, la température à laquelle la Qi Aerista gardera le thé et pendant combien de temps, dans le cas où les paramètres par défaut ne vous conviendraient pas. Indispensable quand vous souhaitez faire infuser très délicatement des feuilles perdant tout arôme à une température trop forte par exemple. On appréciera que l’appareil conserve ensuite toutes ces modifications en mémoire pour en faire ses nouveaux paramètres par défaut, et ainsi se plier vraiment à nos préférences. Qu’il existe un mode « Personnalisé » vous évitera d’ailleurs de toucher aux paramètres des types d’infusion « normaux », bien vu.

Enfin, vous pourrez y surveiller en direct la température de l’eau, le temps depuis lequel elle bout, combien de temps l’infusion va encore durer et le décompte du maintien à chaud, tout cela sous une forme assez intuitive et agréable à l’œil.

 

L’infuseur Qi Aerista, indispensable à tout amateur de thé ?

Je suis un très grand buveur de thé, du genre à m’en servir des mugs pleins à longueur de journée. J’ai donc constaté avec une curiosité mêlée de scepticisme l’apparition de bouilloires connectées, utilisant jusque-là une bouilloire avec contrôle de la température et une théière, et ne voyant pas nécessairement l’intérêt de dépenser tant d’argent pour le plaisir d’y coller une application.

Évidemment c’est une phrase d’influenceur, donc prenez-la avec toutes les pincettes que vous voudrez, mais la Qi Aerista a grandement chamboulé ma vie de buveur de thé, et j’ai même un petit pincement quand je dois la quitter quelques jours et revenir à mes procédés antérieurs. C’est qu’elle facilité considérablement l’infusion du thé, déjà en combinant bouilloire et théière, en empêchant une infusion excessive des feuilles, optimisant saveur et réinfusion, en permettant une personnalisation des temps et températures d’infusion, en offrant même une infusion à froid très rapide…

Est-ce une performance qui vaut 200 dollars ? Que la technologie les vaille n’empêche pas l’appareil d’être très cher, mais je n’imagine pas qu’un véritable aficionado de thé relativement à l’aise financièrement ne se penche pas, au moins, sur ce qu’il offre.

 

 

Review 0
8 Le Testeur
La communauté 0 (0 votes)
Pour
  • La facilité d'utilisation
  • Cumule les fonctions de bouilloire et de théière
  • 9 types d'infusion
  • La personnalisation poussée des infusions
  • Évite la sur-infusion
  • Optimise la réinfusion des feuilles
  • Une réinfusion à froid assez prodigieuse
Contre
  • Pas très joli
  • Tout de même assez cher
  • Un journal des infusions étrangement invasif
  • Une connexion de l'appareil à l'application demandant quelques recherches
  • Une infusion à distance trop gadget
Design et Look
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.