Audio

Test – Steelseries Arctis Pro – Du son High-Res pour le roi ?

Rédigé par le

Test – Steelseries Arctis Pro – Du son High-Res pour le roi ?

Le High-Res sur un casque Arctis : que du bonheur ?

 

Joueur, amateur de musiques toutes différentes les unes des autres ou encore fou de cinéma, nous sommes d’accord pour dire que la plus ou moins bonne qualité du son influe sur l’expérience globale. De cela découlent souvent des débats basés sur une expérience biaisée puisque chacun, sur un même support, a finalement eu une expérience différente. Nous avons tous déjà fait l’expérience de ce genre de choses.

N’avez-vous jamais frissonné lors du générique de votre film préféré dans une salle de cinéma pour au final ne pas ressentir la même chose lors du visionnage à la maison ? Après, certaines personnes ont clairement plus intérêt à avoir la meilleure expérience sonore possible car ceux-ci savent qu’ils vont disposer d’une expérience bien plus adaptée. D’autres ont d’autres objectifs plus importants et on les comprend totalement.

 

 

Le label « High-Res » est une dénomination marketing qui indique la présence d’une technologie semblant améliorer sensiblement la richesse du son. SteelSeries, marque très implantée dans la gaming, a décidé d’implanter cette technologie dans un nouvel arrivant de sa gamme Arctis : le Arctis Pro. Je précise que cette gamme m’est familière puisque je dispose du casque sans fil Steelseries Arctis 7 sans fil, dont vous pouvez d’ailleurs retrouver le test juste ici. Nous avions par ailleurs également testé la version 3 en bluetooth.

 

 

Nous allons donc découvrir et regarder comment SteelSeries a implanté cette technologie et quels compromis ont été effectués pour cela. Commençons d’ailleurs par parler de l’enrobage, donc du packaging.

 

Un packaging typiquement SteelSeries : basé sur le fond

 

Après l’achat, vous vous retrouverez donc devant une boite en carton rectangulaire disposant d’une ouverture coulissante. Il n’y a donc aucun système permettant de voir en direct le produit. Cela est très commun avec les packagings de SteelSeries qui restent quasiment à chaque fois basés sur le fond. La forme est habituellement très classique quand les équipements présents à l’intérieur sont souvent parfaits. Regardons si ce cas se reproduit après avoir fait un petit point sur l’esthétique globale.

 

 

En ce qui concerne l’esthétique, cela reste très basique. La face avant met en scène le casque, le GameDac, les technologies disponibles, les supports sur lesquels utiliser ce casque et la phrase marketing qui claque : « Le premier système audio gaming certifié haute résolution ». Au passage, le Roccat Khan Pro, certifié High-Res aussi, est sorti un chouilla avant. Peut-être que SteelSeries a débuté son projet en premier mais Roccat a sorti son casque d’abord.

La face à droite nous expose un petit paragraphe censé vendre du rêve et vous convaincre d’acheter le casque. Utile en grande surface, ce paragraphe est quand même assez efficace. La face gauche vous montre l’intégralité du packaging ainsi que certaines caractéristiques chiffrées vous permettant de savoir si oui ou non ce casque est fait pour vous. Ensuite, l’arrière nous expose un autre angle du casque accompagné de caractéristiques transformées en avantages dans 3 langues différentes (ce qui reste la base de la vente). Enfin, en dessous, l’information la plus importante est que la recherche et le développement ont été faits au Danemark, et que la production à la chaîne est faite en Chine.

 

 

Lorsque vous faites coulisser la face avant vers la haut et que vous l’enlevez, vous faites directement face au casque et au boîtier GameDac. Après avoir mis de côté ces derniers, vous vous trouvez en face d’une boite badgée « Accessoires » qui contient tout ce dont vous avez besoin pour faire fonctionner le casque. La première chose qui est vraiment bien de la part de SteelSeries et de ceux qui ont designé le packaging, c’est que chaque accessoire dispose d’un édito permettant d’identifier ses utilisations.

 

 

D’abord, vous trouvez trois câbles, deux servant à relier le boîtier GameDac au support que vous allez utiliser. Le dernier câble permet bien évidemment de relier le GameDac au casque en question. Par contre, comme il s’agit d’une connectique propriétaire, si jamais le câble vient à être endommagé, il sera difficilement remplaçable. Ensuite, vous trouverez un adaptateur pour utiliser le casque avec votre smartphone. De plus, une mousse faite pour couvrir les bruits environnants que pourrait enregistrer le micro est présente. Cela nous rappelle à quel point il n’y en avait pas dans le packaging de l’Arctis 7, preuve que SteelSeries continue de s’améliorer. Enfin, les notices d’utilisation sont intégralement textuelles mais cela a très peu d’importance compte-tenu de l’aide à l’installation comprise dans le GameDac.

 

 

Le packaging de ce casque est relativement classique en ce qui concerne l’esthétique. Quand Logitech semble avoir fait quelques efforts en ce qui concerne cet aspect, la forme du packaging de cet Arctis n’a lui pas changé depuis la dernière version. Pour moi en tout cas, il n’y a pas assez de prise de risques sur cet aspect.

Par contre, en ce qui concerne le fond et l’ergonomie, c’est comme d’habitude très bon. Le casque et les accessoires sont facilement atteignables et l’on ne ressent pas le manque d’un accessoire en particulier. La seule chose qui pourrait manquer, c’est une petite serviette en tissu pour nettoyer la poussière sur l’écran du GameDac. Cependant, à part ce petit accessoire, le packaging reste quand même dans l’ensemble très correct.

 

La gamme SteelSeries accompagnée de la technologie High-Res : aussi simple que ça

 

Gamedac : 

  • DAC/Amp : ESS Sabre 9018Q2C
  • Audio Formats : 44.1-96 kHz / 16 6 24 bit
  • THD+N : < 0,0032%
  • Signal to noise ratio : 109 dB

 

Headphone :

  • Nominal Inpendace : 32 Ω
  • Frequency response : 10 – 40,000 Hz
  • THD : < 1%
  • Sensitivity : 92 dBSPL (@1kHz / 1 mW)

 

Microphone :

  • Type : Bidirectionnal noise cancelling
  • Frequency Response : 100 – 10,000 Hz
  • Sensitivity : – 38 dBV / Pa

 

Included Cables :

  • Mobile Adapter
  • Optimal Audio Cable
  • Main Headset Cable
  • USB AUdio Cable

 

 

Un design mis de côté pour laisser place à l’ergonomie et au confort

 

D’abord, je commence par parler un peu des matériaux de fabrication. Le casque en lui-même est fait à partir de pièces contenant différents matériaux. L’arceau est fait d’un alliage de métaux légers quand la partie basse est prise par du caoutchouc et un plastique dur de très bonne qualité. Cependant, cela reste du plastique et un matériau un peu plus haut de gamme aurait pu être attendu. Le GameDac est lui un mélange entre plastique et verre dû à l’écran OLED. En ce qui concerne les matériaux, il n’y a eu aucune différence flagrante avec les anciennes références.

 

 

Le casque en lui-même est symétrique sauf en ce qui concerne les boutons. L’arceau et la bande pour supporter la tête et la partie écouteurs sont clairement plus fonctionnels qu’esthétiques. Cela est quasiment un standard : en ce qui concerne la partie haute du casque, cela ne sert à rien de faire quelque chose d’esthétiquement recherché si c’est un clavaire à porter pendant une longue période. C’est souvent sur la partie des écouteurs que les constructeurs se lâchent davantage. La mousse qui va recouvrir les oreilles a l’air d’être bas de gamme à l’extérieur mais se révèle confortable donc on passe…

 

 

Les écouteurs ont une forme ronde un peu allongée et sont faits d’un plastique noir rugueux. Le premier avantage, c’est que ceux-ci, dû à leur qualité de fabrication, ne prennent pas du tout les traces de doigts. Les boutons se retrouvent sur le dessous de cette partie et gênent relativement peu l’esthétique globale. Le micro est fait de telle sorte qu’il rentre dans le casque et que l’on n’en voit que le bout, ne gênant pas non plus le design dans sa globalité. Je ne partageais pas le goût de l’art moderne sur le bandeau de l’Arctis 7 et j’apprécie beaucoup mieux le classique sur cette nouvelle référence.

 

 

En plus de cela, sur la partie extérieure des écouteurs, vous pouvez enlever la partie badgée du logo Steelseries pour laisser plus de place au RGB. Lorsque cette partie est présente, le liseré se révèle plutôt discret tandis que lorsqu’elle n’est pas là, ce dernier prend plus de place. Bien évidemment, le RGB est paramétrable de deux façons différentes : directement via le GameDac et avec le logiciel de la maison SteelSeries Engine. Les effets sont nombreux, allant de la suite de couleur à l’affichage simple.

 

 

Le GameDac est un hub qui contient toutes les connectivités et la carte gérant le High-Res. En termes de design, il est en forme d’hippodrome dont la hauteur augmente avec la profondeur. Le plastique est de rigueur mais la face avant est prise par une molette, un bouton et l’écran. Il s’agit d’ailleurs d’un écran OLED qui est, en termes de design pur, parfait pour son utilisation. Lorsque la luminosité est mise en minimum, nous n’avons même pas l’impression d’avoir un écran en façade.

 

 

Clairement ici, le design ultra-classique et éprouvé de cette gamme est encore présent. Je pense qu’il s’agit ici de la moins bonne note que je vais donner à ce casque. Pourquoi ? Parce que l’esthétique n’a quasiment pas évolué et n’est pas la priorité. Sur cette gamme, le confort et l’ergonomie prennent le pas sur le design, qui est souvent sacrifié. Il n’y a que l’effort mis sur le GameDac qui me hype un petit peu.

 

À part le High-Res, tout est fait pour le confort et l’ergonomie

 

Clairement, lorsque j’ai vu pour la première fois ce produit, je me suis demandé comment les équipes de SteelSeries s’en sont sorties pour rendre l’installation facile. Je m’attendais à faire face à une notice de la taille d’un pavé contenant une quantité non-négligeable de schémas. J’ai été très surpris par l’ergonomie et le confort de l’installation. En fait, la première chose que tout le monde fait est de brancher le GameDac à la source, ce qui dévoile une des grandes forces de ce GameDac : l’installation.

En fait, à la manière de Navi dans The Legend of Zelda, ce GameDac vous interpelle avec un « Hey, listen  » et vous explique comment brancher et prendre en main votre casque de la meilleure des manières, avec humour. Je tiens à féliciter les équipes de SteelSeries pour avoir pris des risques et rendu l’installation de ce dispositif amusant et ultra-ludique. Il s’agit clairement de la meilleure méthode d’installation que j’ai jamais vu.

 

 

La première chose que j’ai vu et compris, c’est que d’une certaine manière, ce casque allait à contre-courant de l’ergonomie. Les casques ont tendance à réduire le nombre de câbles, allant même jusqu’à s’en passer parfois. Ici, la technologie High-Res ne permet pas de faire du sans-fils sans perte de qualité, ce qui va à contre la volonté de SteelSeries de produire le son le plus riche possible. Il s’agit donc d’un compromis d’ergonomie et de confort pour améliorer la qualité sonore. En plus de cela, tout le monde n’a pas la haine des câbles et au final, on se dit que c’est un sacrifice qui peut valoir le coup.

 

 

Les boutons en dessous des écouteurs ont subi une légère amélioration en terme d’utilisation, notamment celui de l’activation ou la désactivation du micro. Ce dernier n’a pas besoin que l’on pousse jusqu’au bout pour être activé en plus d’avoir désormais un relief permettant de le reconnaître. La molette pour le son est également très bonne et réactive mais ne diffère en rien des Arctis précédent. Le fait que le micro soit rétractable permet de ne pas le perdre mais de toujours l’avoir à portée.

 

 

La prise en main du casque et son confort sont dignes de la série Arctis. Malgré un poids supérieur et des écouteurs plus larges, il est toujours très agréable à porter sur de longues sessions de gaming ou de montage. Cela est dû principalement au bout de tissu qui ne fait pas mal au-dessus de la tête et qui permet une adaptation à toutes les morphologies. J’avais parlé tout à l’heure de la mousse pour les oreilles qui paraissait cheap mais qui participe au confort global du casque quand on le porte. Alors que le simili-cuir procure une sensation de chaleur aux oreilles après un marathon de jeu, cette mousse ne fait pas du tout le même effet.

 

 

Par contre, cet article étant sorti le jour et l’heure de la sortie officielle, le driver officiel du casque n’était pas disponible lors de ce test. Cependant, le SteelSeries Engine permet habituellement de paramétrer plus en profondeur le rétroéclairage, de paramétrer des profils et de prendre plus facilement en main les réglages avancés. Je ne peux que m’avancer sur ce point mais l’expérience a prouvé que SteelSeries gérait avec son logiciel de paramétrage. Vous pouvez également régler la plupart des réglages de base.

Clairement, tout est fait pour que le casque soit facile d’installation, de paramétrage et d’utilisation. Les boutons sont très accessibles et efficaces, le GameDac est juste parfait et le confort d’utilisation est grandement au niveau, normal pour du SteelSeries Arctis. Cependant, la surabondance de câbles va à l’encontre des standards actuels qui sont de réduire voire éliminer les câbles, comme sur le Arctis 3 Bluetooth.

 

Une richesse stupéfiante mais réservée à un certain public

 

D’abord, vous pouvez utiliser ce casque sur PS4 ou sur PC. Pas de compatibilité Xbox, ce qui est foncièrement dommage. Il faut savoir que j’ai testé ce casque principalement sur PC, avec le paramètre « High-Res ». J’ai par ailleurs testé ce casque dans différentes situations pour voir comment ce casque s’en sortait. Montage, jeux vidéo, films, séries ou encore musique, chaque utilisation permet de voir une dimension différente du son que sort ce casque.

D’abord, lors de la lecture de fichiers audio de mes artistes préférés, j’ai pu voir comment ce casque permettait de ressentir des sensations différentes par rapport à mes autres casques. Que ce soit des morceaux de musique classique, de musiques de films ou encore de musiques d’ambiance, ce qui frappe en premier lieu, c’est la richesse du son. Chaque visionnage vous fait comprendre quelque chose qui vous avait échappé avant : un bruitage particulier, un instrument discret ou encore un bruitage occasionnel. 

 

 

Lors de longues sessions de jeux vidéo, c’est encore la richesse du son qui frappe mais d’une manière encore plus flagrante. Cette fois, la spatialisation du son haute résolution permet d’être encore plus bluffé par la justesse du son. Et ce n’est toujours pas fini puisqu’une autre chose a attiré mon attention : c’est la non-déformation du son malgré le volume maximum. Un volume à fond sans distorsion du son et en haute résolution vous permet de déceler certains sons, certains détails qu’il serait impossible de remarquer sans. Cependant, il vous faut être particulièrement attentif. C’est d’ailleurs le même cas pour les films et les séries.

 

 

La dernière partie que je voulais mettre en avant sur ce casque est la justesse lors de montages vidéo. Il faut le dire, les streamers et youtubers ont souvent un casque confortable pour apprécier le son pendant le stream et l’enregistrement et un autre casque professionnel quand ils font le montage eux-même. Cet Arctis Pro High-Res permettrait potentiellement d’avoir un casque pour les deux utilisations, ce qui est bien plus confortable. En plus de cela, la justesse du son permet de s’amuser avec certains bruitages en arrière-plan et de jouer avec certains effets sonores discrets. 

 

 

Pour les gens capable de l’apprécier, il y a réellement une différence. Le fait que la qualité du son ne soit pas inversement proportionnelle au volume (ce qui se passe sur la plupart des casques) est un énorme gage de qualité. La différence est là mais justifie t-elle un prix supérieur ? La réponse se trouve dans chacun de nous. Êtes-vous un audiophile exigeant, un youtubeur, un streamer ou encore un monteur ? Est-ce le genre de produits adaptés à votre profil ? Je ne peux malheureusement pas répondre à cette question pour vous, juste juger de la qualité intrinsèque du produit. Mais en terme de son pur, je n’ai aucun scrupule à lui mettre la note maximale. 

 

Les qualités intrinsèques de la série Arctis accompagnées de la richesse du High-Res

 

Il y avait beaucoup à dire sur ce casque, tant sur son fond que sur sa forme. La série de produits Arctis est reconnue comme étant une des offres les plus qualitatives puisqu’elle détient le record du nombre de prix accordés. Le Arctis Pro + GameDac se devait donc de suivre cette tendance. Est-ce réellement le cas ? Oui clairement. On ne peut nier les qualités du produit mais apporter quelques nuances quant à une potentielle amélioration.

 

D’abord, lorsque votre produit intègre un écran, il est logique de proposer une petite serviette en tissu afin de prendre soin de celui-ci. Ensuite, certaines personnes ne peuvent pas utiliser ce casque puisqu’il ne marche pas avec les consoles Xbox. De plus, on se retrouve quand même avec un GameDac et deux câbles. Une petite solution de câble management par exemple, comme un adhésif double face pour coller le Dac quelque part, n’aurait pas été de refus. Le casque est également un peu plus lourd que les versions précédentes, ce qui est logique puisqu’il doit embarquer une technologie un peu plus avancée. Enfin, je trouve qu’un travail supplémentaire sur l’esthétique aurait pu être fait afin de ne pas se reposer sur ses lauriers.

 

Cependant, il est clair que ce casque a des immenses qualités qui font plus que contrebalancer les points à améliorer. Pour les gens capables de faire la différence, le High-Res est une réussite claire et nette. L’ergonomie et le confort sont quasiment parfaits bien que la présence de beaucoup de matériel sur le bureau puisse être décisive au moment de l’achat. L’installation est tout simplement nickel, je tiens à dire bravo. Le bundle est plutôt complet et ce qui vient en tête directement à son sujet est : RAS.

Pour ceux qui vont avoir l’utilisation ou l’appréciation du High-Res, je lui donne sans problème son VG d’Or puisqu’il sera parfait dans ce cadre précis. Après, pour les autres, rien n’empêche de vous faire plaisir puisque son prix atteint quand même 250$, mais il se peut qu’il existe d’autres produits plus adaptés à votre profil.

 

 

Steelseries Arctis Pro
9 Le Testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
Un son parfaitement équilibré et pur
Pas de distorsion au volume maximum
Le confort lors du port du casque
Prise en main facile qui donne le sourire
Quelques améliorations notables par rapport à l'Arctis 7
Contre
Beaucoup de câbles à gérer
Un peu plus lourd que les versions précédentes
Pas de compatibilité Xbox
En quelques mots...
Pour les expert du domaine de l'audiovisuel et les amateurs de son exigeants !
Design et Look
Confort et Ergonomie
Qualité Audio
Bundle et équipement
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}