Culture Geek

Ankh’or – redemandez de l’ankh dans le nouveau jeu de duel des Space Cowboys !

Rédigé par le

Ankh’or – redemandez de l’ankh dans le nouveau jeu de duel des Space Cowboys !

Ankh’or – redemandez de l’ankh dans le nouveau jeu de duel des Space Cowboys !

 

Principalement connu pour ses jeux narratifs passionnants et sa capacité à se renouveler sans cesse, l’éditeur Space Cowboys (Unlock!T.I.M.E. StoriesSherlock Holmes, Détective conseilOrbis) a récemment lancé une gamme de petits jeux pour deux. Après Jaipur et avant le très prometteur Tea for two (prévu pour mars), c’est Ankh’or qui a beaucoup fait parler de lui.

Conçu par pas moins de trois auteurs, Franck Crittin, Grégoire Largey (les deux auteurs derrière 8 Bit Box et Helvetia Cup), Sébastien Pauchon (Jaipur, CorinthJamaica, Unlock! Mystery Adventures), d’ailleurs les trois auteurs derrière le prochain Wangdo, et illustré par Gaël Lannurien (When I Dream, Amun-Re, le jeu de cartes), ce jeu de gestion de ressources se présente avec un matériel d’une qualité étonnante pour une boîte à 18 euros, et a l’originalité, malgré sa présence dans une gamme pour deux, de s’adresser à 2 à 4 joueurs (même si, soyons francs tout de suite, c’est bien à deux qu’il dévoile tout son potentiel), pour des parties d’environ 30 minutes. Alors, faut-il se lancer dans la construction de domaines égyptiens avec Ankh’or ?

 

Une Égypte miniature

Le plateau central est un plateau des prix, divisé en six zones trouées de deux ou trois emplacements. On y place aléatoirement les 15 marqueurs (représentant les cinq ressources d’Ankh’or), ce qui produit tout bêtement une vraie satisfaction matérielle, puisque les prix sont naturellement incrustés dans le plateau plutôt que posés dessus.

Ces ressources figurent aussi sur les épais jetons en plastique lourd bleus, jaunes, noirs, verts et rouges, que l’on pose en autant de piles près du plateau, en y ajoutant une pile de jetons Ankh.

Non loin, les 55 tuiles face cachée, plus précisément dos visible, puisque cela donne un indice sur ce qui apparaît sur leur face sans permettre de certitude, en deux piles. Les six premières tuiles sont révélées sous les six zones du plateau, de sorte que l’on obtient aléatoirement un prix en ressources pour chaque tuile.

Il ne reste qu’à poser à disposition des joueurs les 12 jetons Bonus, des pyramides représentant trois points, et à donner le joli jeton métallisé Premier joueur… à un premier joueur désigné au hasard. Notez que, comme dans beaucoup de jeux, ce jeton n’est en fait pas utile dans Ankh’or, il s’agit d’un joli gadget, qui n’est d’ailleurs présent que dans la première édition.

 

Bâtir des collections de… points

Un tour de jeu consiste simplement à réaliser un action parmi les deux disponibles.

La première est la récupération de trois jetons de son choix, sachant qu’à la fin du tour on ne peut en posséder plus de cinq en tout, et plus de deux jetons Ankh.

La deuxième est l’achat d’une tuile : on paye les ressources indiquées sur le plateau juste au-dessus de la tuile convoitée, et on la pose immédiatement devant soi.

Toute tuile achetée doit être posée de façon orthogonalement adjacente à l’une des tuiles déjà acquises, ou posée au-dessus d’un bloc de quatre tuiles dont l’une au moins est du même type que la tuile superposée. Construire en hauteur permet d’économiser une ressource sur son achat.

Former un groupe de cinq tuiles adjacentes de même couleur ou représentant le même animal (chacal, scarabée, faucon) octroie de surcroît un jeton Bonus (de 3 points). Une tuile placée en hauteur comptera dans le groupe à condition d’être en contact avec au moins l’une des tuiles du groupe.

En outre, l’achat d’une tuile représentant un scribe permet de rejouer aussitôt un tour complet, tandis que les dépôts représentent un emplacement vide dans un cercle de couleur, où l’on pose la ressource correspondante, ce qui augmente sa limite de ressources.

Les ankhs sont une ressource particulière, ne permettant pas l’achat de tuiles, mais qui peuvent être dépensées pour réaliser une nouvelle action, à condition de ne pas avoir été récupérées ce tour-ci.

Soit on élimine la tuile la plus à gauche, on fait glisser toutes les tuiles vers la gauche de façon à ce qu’elles ne soient plus séparées par un vide, et on complète la ligne de six tuiles avec la pile de son choix.

Soit on prend l’une des tuiles posées devant soi et on la déplace à côté d’une autre. Il est alors exceptionnellement possible de prendre une tuile de l’étage et de la poser sur un bloc de quatre tuiles, même si aucune ne partage sa couleur. Notez que désolidariser un groupe de cinq tuiles adjacentes fait perdre le jeton Bonus, de même qu’en créer un nouveau en fait gagner un. C’est assez rare, parce que plutôt déconseillé, mais il s’agit d’y prendre garde.

Ces actions sont réalisables avant ou après son action obligatoire, de sorte qu’il sera souvent intéressant de fournir le marché avant de faire une acquisition afin d’avoir plus de possibilités intéressantes, ou après pour gêner très hypothétiquement un adversaire.

On comprend aisément pourquoi Ankh’or est plus agréable et intéressant à deux : en plus d’être plus courte et fluide, les tours s’enchaînant plus vite, la configuration permet de contrôler à peu près le jeu, et de trouver de l’intérêt à gêner son adversaire. À quatre, tout a changé entre son tour et le tour suivant, et on n’a pas vraiment le luxe d’enquiquiner un adversaire en particulier.

La partie s’achève quand un joueur pose sa 13ème tuile, et que tous ont joué un semblable nombre de tours. Faute d’une manière simple de les compter au fur et à mesure, il faudra que tous les joueurs restent attentifs au nombre de tuiles posées.

On additionne alors les points de ses jetons Bonus et ceux indiqués explicitement sur certaines tuiles, 1 point par animal dans un groupe d’au moins deux animaux identiques adjacents, 1 point par tuile d’une couleur dans un groupe d’au moins deux tuiles de même couleur adjacentes, 1 point par lot restant de trois ressources, identiques ou différentes.

Cela peut faire un peu « salade de points » dit comme ça… et ce n’est pas vraiment le cas : il suffit de regarder le jeu de son adversaire pour percevoir assez vite où il en est à peu près, combien il a de jetons Bonus et dans quelle mesure sa collection est cohérence.

 

Encore Ankh’or ?

La collection de petits jeux à deux des Space Cowboys tombe à pic : on est toujours à la recherche à la fois de petits jeux très bien édités à des prix légers, et on est toujours à la recherche de bons jeux à deux. Si Ankh’or y ajoute le luxe de pouvoir être pratiqué jusqu’à quatre, il est évident que c’est à deux qu’il est le plus intéressant, juste assez rapide et opportuniste pour qu’on en apprécie la grande simplicité et la relative interactivité, assez malin (notamment avec la possibilité de construire en hauteur) pour créer tout de même une agréable tension, et astucieusement pensé pour être tout à fait rejouable. Vivement Tea for Two !

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.