Culture Geek

Unlock ! Epic Adventures – la septième boîte du jeu d’escape incontournable !

Rédigé par le

Unlock ! Epic Adventures – la septième boîte du jeu d’escape incontournable !

Unlock ! Epic Adventures – la septième boîte du jeu d’escape incontournable !

 

Unlock! est l’un des jeux marquants de la décennie. Non seulement il est à l’origine d’une mode de transpositions socioludiques de l’escape room, mais son excellence lui a valu l’As d’or en 2017 et lui a donné droit à six suites, toutes plus inventives et excellentes les unes que les autres, ainsi qu’une place évidente dans mes tops. Après Escape Adventures on avait ainsi profité de Mystery Adventures, Secret Adventures, Exotic Adventures, Heroic Adventures et Timeless Adventures. Une septième vient de les rejoindre, Epic Adventures.

Comme les autres, elle est constituée de trois scénarios coopératifs pour 1 à 6 joueurs (2 à 6 pour le premier scénario, idéalement 2 à 4) de 12 ans et plus, supervisés par Cyril Demaegd et édités par Space Cowboys (T.I.M.E. StoriesCaylus, OrbisSherlock Holmes, Détective conseil)Toujours vendue 27 euros, cette septième boîte vous embarque cette fois dans le cinéma d’horreur en noir et blanc, dans la sagesse traditionnelle chinoise et dans le contre-espionnage états-unien. Petite originalité, le premier scénario en dure bien une heure (et généralement moins, plutôt 45 minutes) tandis que le chronomètre des deux suivantes est fixé sur 77 et 90 minutes.

Après une cinquième boîte extraordinaire et une sixième qui parvenait si bien à introduire les néophytes au système et à l’inventivité des Unlock!, la septième sera-t-elle de son épuisement ou parviendra-t-elle à reproduire le miracle ? Naturellement, nous n’évoquerons que très rapidement les scénarios pour ne rien en spoiler, ne vous inquiétez pas !

 

« L’affiche du dernier film d’épouvante sorti cette semaine est alléchante. Un mystérieux fantôme effraye les résidents d’une vieille maison. Vous et vos amis décidez de découvrir cette petite pépite cinématographique de vos propres yeux. Vous voilà arrivés aux portes du temple de la projection sur toile. »

Un scénario de Mathieu Casnin, auquel on devait l’inoubliable Insert Coin de Heroic Adventures, illustré par Neriac.

Retour à l’horreur, déjà joliment exploitée dans le manoir de Mystery Adventures, avec cette virée dans le cinéma fantastique en noir et blanc pour le scénario le plus accessible de la boîte.

Qui dit « noir et blanc » dit bien sûr « plus de rouge et bleu », un amusant renoncement à l’un des principes de base d’Unlock! pour surprendre les joueurs !

En outre, vous remarquerez qu’en tant que spectateur contemporain d’un vieux film, vous vivez bien, vous, dans un monde en couleurs, ce qui permet d’intéressants retours à la réalité pour encadrer la projection.

Projection par pellicule, ce qui autorise deux idées particulièrement ingénieuses, peut-être moins stimulantes que dans le scénario Arsène Lupin de Timeless Adventures, mais vraiment bien pensées.

 

 

Le scénario ne pèche en fait… que par son scénario, ou plus précisément par le scénario dans le scénario, celui du film d’horreur volontairement très « série Z ». Le dynamisme intrinsèque au système d’Unlock! empêche cependant d’en savourer toute la teneur nanardesque, pour n’en rester qu’à une succession de péripéties assez plate, heureusement prétexte à quelques clins d’œil et à de jolies énigmes. Le genre d’histoires où la limite de 60 cartes se fait assez durement sentir comme une contrainte conduisant à un certain appauvrissement narratif…

En somme une bonne introduction à la boîte, assez frais et inventif pour mettre dans les meilleures dispositions du monde pour la suite, et assez resserré pour être pleinement apprécié comme « scénario apéritif » !

 

« Tous les 7 ans, Maître Li ouvre les portes du temple des Dragons d’Or pendant un jour pour y accueillir de nouveaux disciples. Son  enseignement est réputé et le Maître forme les âmes les plus brillantes de l’Empire. Mais bien peu y ont accès, car avant d’être accepté, encore faut-il réussir toutes les épreuves. C’est le grand jour ! Le cœur battant à tout rompre, vous gravissez la montagne et arrivez enfin devant le légendaire temple des Dragons d’Or.»

Un scénario de Luna Marie, illustré par Mahulda Jelly, la très talentueuse illustratrice des scénarios sur Alice (Heroic Adventures) et le Pays d’Oz (Secret Adventures). Alors que je déplorais que son talent soit mis à contribution pour deux histoires aussi proches par leur univers, je dois avouer qu’elle m’y enchantait davantage qu dans ces 7 Épreuves du dragon. Si elle représente tout à fait joliment une certaine délicatesse extrême-orientale, elle n’a pas la place d’en faire un ensemble cohérent dans lequel on pourrait s’immerger, et ses petites touches éparses, aussi jolies soient-elles, ne suffisent pas à relever un scénario tout à fait honnête, mais un peu oubliable.

 

 

Il faut dire que le scénario fait le choix d’une Chine de carte postale, avec un Temple des Dragons d’Or et un vieux Maître Li (pourquoi pas) demandant le temps d’une courte énigme de visiter la Cité interdite et de parler à l’impératrice, rien que ça, cette dernière n’étant qu’une épreuve dans votre cheminement… Bref on n’a pas réellement l’impression de réaliser une suite d’épreuves fortes, plutôt d’être confronté à des demandes diverses et des rencontres arbitraires ne semblant pas avoir d’ordre ou d’importance particulière, et dont il faut en fait comprendre qu’elles sont les fameuses épreuves du titre.

Enfin il est tout à l’honneur du scénario de prendre le parti d’une certaine humilité, d’un enseignement de la sagesse, quand son titre laissait plutôt attendre des exploits guerriers, plus kung-fu que Tao. D’autant que cette culture tente de nourrir des énigmes aimables, notamment dans le recours un peu trop systématique (mais parfois très appréciable) au Yi-King, le livre des transformations bien connu des lecteurs et spectateurs du Maître du Haut-Château !

On regrettera surtout que la première et la dernière énigme s’avèrent un peu décevants, donnant une première et une dernière impression un peu amères, alors que le reste est parfaitement satisfaisant, et très méritoire dans sa volonté de tenter autre chose !

 

« Agents LYNX, COBRA, MULE et MORSE, votre mission, si vous l’acceptez, est d’identifier et d’arrêter l’un des membres de notre Agence EAGLE, suspecté d’être un agent double. Il est sans aucun doute au service de la terrible organisation ACCOON et a infiltré nos services afin d’utiliser nos ressources. Son identité reste une énigme, mais nous sommes parvenus à localiser sa planque. Dans ce dossier de mission, vous trouverez une liste des suspects. Allez inspecter les lieux pour recueillir des indices. »

Un scénario de Guilaine Didier et Gabriel Durnerin (Room 25, Château Aventure), les deux créateurs d’Escape Prod à Bruxelles (avec des salles L’Évasion des Dalton et Blacksad !), associés à Théo Rivière (DraftosaurusArkeis), illustré par Cyrille Bertin (When I Dream), qui avait déjà officié sur Perdus dans le ChronoWarp dans Timeless Adventures.

À première vue, voilà un synopsis désespérément classique, à la fois en comparaison avec les troisième scénario de chaque boîte, toujours très élaborés, et avec les deux autres de Epic Adventures. On semble même revenu au premier scénario de la première boîte, La Formule, plaisant mais froid dans sa succession d’énigmes mathématiques (cadenas à ouvrir, codes à décrypter) dans des tons grisâtres. Et cela permet précisément de mesurer toute la progression des Unlock! depuis lors !

On est d’emblée surpris d‘incarner quatre espions avec des spécialités, dont l’une possédant de vraies lunettes à la Ethan Hunt/James Bond, donnant accès à une réalité augmentée moins virtuose que celle d’Insert Coin, mais très cohérente thématiquement et assez discrète pour ne pas se faire trop sentir. Évidemment on sera trop souvent tenté de les utiliser à chaque énigme nous bloquant plus d’une seconde…

La deuxième surprise, c’est la division du paquet en deux, avec deux dos distincts, deux parties du scénario, retrouver l’agent double ne constituant que la première.

 

 

On utilise ainsi un dossier comportant plusieurs noms d’espions suspects, leurs caractéristiques et leur parcours, dont il va falloir intelligemment tâcher de les disculper pour trouver le dernier par élimination. Chaque énigme mène ainsi judicieusement à la suivante, et participe d’un grand tout doublement intrigant : parce qu’on est curieux de découvrir son identité, parce qu’on est curieux de savoir ce qui se passe dans la deuxième partie.

Bien sûr, Mission #07 consiste en autant de cartes que les deux autres scénarios, de sorte que la bipartition nuit à l’étendue des cartes disponible pour une intrigue avec moins de cartes à la fois, plus linéaire. D’un apparent défaut il fait pourtant une qualité : comme on se perd moins dans ce qu’on a devant soi, comme on essaye moins à l’aveugle, on ne perd pas son temps, on résout pus vite et du coup on a vraiment l’impression d’avancer sans traîner sur une mission dont on nous dit qu’elle est urgente ! Très maline consonance ludo-narrative !

Ainsi Mission #07 est-il un des scénarios les plus immersifs jamais créés pour Unlock!, l’un des plus immersifs, l’un des plus brillants dans le classicisme de ses énigmes, l’un des plus rassurants sur la capacité des Space Cowboys à continuer de se renouveler pour raconter de bonnes histoires !

 

Epic Adventures porte-t-il bien son nom ?

Epic Adventures est une boîte surprenante d’Unlock! parce qu’elle tente de revenir à un usage ingénieux mais modéré de l’application pour plus de matérialité et de réflexion que de numérique presque vidéoludique, et de dépasser dans ses trois scénarios le traditionnel (et parfois répétitif) appel à associer les vingt cartes rouges et bleues étalées sur la table. Un pari passionnant, qui permet de concentrer les joueurs sur l’histoire, de les immerger pleinement dans les histoires racontées, généralement plus linéaires que par le passé, sans aucun temps mort.

La réussite indéniable des trois scénarios invite à continuer de penser le dépassement de la formule traditionnelle des Unlock!, avec des decks plus gros, des cartes cachées sous le thermo, voire des scénarios en campagne ou abordant différents aspects d’un même thème… Avec Epic Adventures, Unlock! continue à faire rêver à ce en quoi la suite pourrait encore se muer pour nous surprendre, et ce n’est pas le moindre de ses mérites !

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.