Electronique grand public

Sony affirme que l’occasion pourra tourner sur la PS4

Sony affirme que l’occasion pourra tourner sur la PS4

C'est un débat qui traîne depuis longtemps. Les fabricants de consoles voudraient tuer le business de l'occasion en développant la dématérialisation. 

Le but ici est de capter le revenu de l'occasion qui est la seule raison d'être économique des réseaux comme Micromania et autres.

Qu'elle est l'idée ?

En dématérialisant le jeu dans sa seconde partie de vie, on le propose sur un store, à un prix modique permettant ainsi à l'éditeur de récupérer un revenu qui lui échappe.

Avec ce système, c'est effectivement la mort assurée de tous les magasins physiques qui n'ont que l'occasion pour faire de la marge. C'est un point de vue indiscutable et les représentants de ces réseaux ( Game pour Micromania en tête ) ont lancé une croisade sur le thème de la liberté du consommateur et du droit à faire ce que l'on veut de son achat.

Cependant, si l'on veut être complet, ce système donnerait sans aucun doute des jeux en seconde vie bien moins chers que sur le circuit de l'occasion. Cela donnerait aussi un revenu supplémentaire aux éditeurs, permettant ainsi de meilleurs développements et des investissements plus gros.

Je pense que les deux systèmes vont cohabiter mais que la dématérialisation va s'imposer rapidement en proposant des prix sans concurrence avec l'occasion en magasin.

Néanmoins, il faut composer avec des réseaux en place et la susceptibilité des consommateurs…sans parler des contraintes techniques qui font que pour le moment, le support physique est incontournable pour les gros jeux.

Dans ces conditions, durant une interview au site Eurogamer.netShuhei Yoshida, après un grand numéro d'équilibriste, a confirmé que les jeux achetés physiquement pourront fonctionner sur d'autres PS4…une manière de dire que l'occasion fonctionnera "techniquement".

Cependant, si on peut voir dans cette déclaration une confirmation "officielle" de la possibilité de faire fonctionner un jeu PS4 acheté physiquement dans un magasin sur une autre console, il me semble que le flou artistique et la manière de présenter les choses ne devraient pas totalement rassurer les tenants du business de l'occasion.

Pour moi, comme pour les vidéo clubs il y a quelques années, leur business est en sursis.

Ce n'est pas les fabricants qui porteront le coup de grâce mais les clients. En prétendant défendre les droits des clients, ils défendent en réalité leur seule source de marge ( ce qui est évidemment légitime ).

Quand demain un jeu se téléchargera sur un store à 5€ au lieu des 25 € dans le circuit de l'occasion classique, l'affaire sera pliée.

 

Voir commentaires (2)
2 Comments

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.