Razer Blackwidow v3 Mini Hyperspeed – Mini clavier mais maxi performances

Poursuivons notre découverte des nouveaux produits de la gamme Razer avec le Blackwidow v3 Mini Hyperspeed. Si sa version classique a été dévoilée au mois d’octobre dernier, la firme au logo vert passe au niveau supérieur. C’est donc sous une version 65% que le clavier fait son apparition. Prévu avec une autonomie de 200 heures, ce clavier mécanique se veut axé sur la performance et la durabilité. Vendu au prix maximum conseillé de 189 euros, que vaut ce petit dernier de la firme ?

Razer Blackwidow v3 mini

Unboxing du Blackwidow v3

Comme pour tout produit Razer, on retrouve le schéma classique de mise en avant du produit. Sur la façade avant, on va aller à l’essentiel avec une présentation du modèle. Ici par ailleurs, on serait presque à l’échelle 100% à quelques centimètres près. On retrouve peu d’informations à l’exception bien sûr de la mention Razer Hyperspeed comme sur la Orochi v2. Ainsi que le fait que ce dernier dispose des Razer Yellow Switches connu pour leur silence. Notez par ailleurs que si vous adorez le style clicky de ces claviers, le switch vert existe également.

L’arrière se veut plus fourni en terme d’informations puisqu’on va découvrir plusieurs points plus poussés. Dans un premier temps, on apprend que le clavier se charge via un câble USB-C fourni. Pour plus de solidité, il est tressé et dispose d’une longueur de 1 mètre 80. Ce qui va nous intéresser plus particulièrement va surtout s’orienter vers la durabilité. Annoncé pour avoir une durabilité de 200 heures sans charge. Ce qui peut s’avérer être un très fort atout que l’on va passer en revue plus tard. Enfin, comme pour tous les autres produits de la gamme Razer sans fil, une connectivité en Bluetooth ou par dongle Hyperspeed est possible.

Razer Blackwidow v3 mini
Un packaging bien compact

Enfin, le contenu de la boîte est plutôt sommaire. On va retrouver bien évidemment le clavier, emballé dans un plastique anti-statique. Le tout soigneusement calé avec des renforts en carton pour éviter tout désagrément durant le trajet. On trouvera à part le câble de charge ainsi que le manuel. Pour la deuxième partie, on la retrouvera également sur le site du constructeur. Vous l’aurez remarqué, je n’ai pas mentionné le dongle USB. Ce dernier se trouve bien caché sous le clavier dans une encoche prévue à cet effet.

Razer Blackwidow v3 mini
Caché ou bien rangé

Caractéristiques techniques

  • 3 modes de connexion : Razer HyperSpeed (2.4GHz), Bluetooth et USBC
  • Touches à double injection PBT pour plus de durabilité
  • Yellow Switchs mécaniques silencieux et précis
  • 200 heures d’autonomie maximum
  • Recharge via câble USB-C tressé d’1m80 (fourni)
  • N-Key roll-over
  • Garanti 80 millions de frappes
  • Ultrapolling 1000 Hz
  • Revêtement intégral en aluminium
  • Razer Chroma RGB 16,8 millions de couleurs
  • Garanti 2 ans

Première installation du Blackwidow v3 Mini Hyperspeed

Comme toujours, la première étape essentielle dans le bon fonctionnement des produits Razer est un passage obligatoire par la case Synapse. Ce logiciel se veut fédérateur pour l’utilisation de tous les produits de la gamme. Et dans ce cas précis, c’est d’autant plus vrai. En effet, ces nouveaux produits ont la particularité de tous partager le même dongle USB . C’est à dire que si vous disposez de plusieurs produits Razer compatibles Hyperspeed, alors un seul branchement sera nécessaire. Un gain de place considérable sur les petits espaces et même pour les plus grands. Vous allez pouvoir enfin vous passer de ce HUB encombrant !

Razer Blackwidow v3 mini
Trois connexions pour plus de liberté

Pour la première configuration, on recommandera naturellement de brancher le Blackwidow V3 en USB. Ainsi, vous êtes sûr et certains que votre ordinateur le reconnaîtra (et le chargera par la même occasion). Suite à cela, il vous suffira d’aller dans Razer Synapse et sélectionner la Synchronisation Hyperspeed. Ainsi, la détection se fait par elle-même et vos appareils sont tous détectés par le fameux dongle USB.

Enfin, il ne vous reste plus qu’à régler les quelques détails esthétiques. Que ce soit au niveau des profils en jeu ou simplement l’éclairage. Le clavier est compatible Razer Chroma et va donc pouvoir se synchroniser facilement à vos autres effets RGB. Après tout, la performance passe avant tout par l’esthétique.

 

Confort et fonctionnalités

Généralement, on se trouve vite à l’étroit avec un clavier de cette taille. Peu de place pour poser son poignet ou simplement une difficulté à poser ses doigts correctement sans un minimum d’habitude. De ce côté, Razer a efficacement prévu le coup avec un rebord inférieur relativement large. Notamment au niveau de son oblique, permettant d’appuyer la paume de la main sans grandes difficulté.

Razer Blackwidow v3 mini
Un rebord aluminium agréable au toucher

En terme d’ergonomie, le Blackwidow v3 Mini dispose d’une inclinaison réglable d’un angle de 6 ou 12° au choix. Surélevant légèrement votre appareil pour plus de confort notamment au niveau de l’utilisation prolongée.

Vous devriez regarder aussi ça :
Preview Cris Tales - Présentation du gameplay

Razer Blackwidow v3 mini

Le point sur lequel on va le plus s’attarder ici va être dans un premier temps son côté pratique. Comme tout clavier de cette catégorie, les touches FX s’activent via une combinaison avec une touche bonus Fn. Ceci étant, Razer a fait le choix ici de la placer sur le côté droit de la barre d’espace. Si pour de la bureautique, cela ne vient pas à gêner, on trouve très vite un soucis lorsqu’il s’agit du jeu. Ce côté étant très difficile à accéder tout en gardant la main sur les habituelles ZQSD, on se retrouve inexorablement à lâcher la souris et aller chercher la combinaison. Pour ainsi dire, j’ai fini par reprogrammer l’ensemble des touches assignées pour ce test et éviter cette déconvenue.

 

Un point problématique, la batterie

On en parlait initialement, le gros argument de ce clavier, c’est son autonomie maximale de 200 heures. Ceci étant, on en est très loin sur une utilisation à pleine puissance. En effet, cette durée sera facilement accessible si vous n’utilisez pas le RGB et que ce dernier est connecté en Bluetooth et non en Hyperspeed. On perd donc en performance et en beauté pour une durée accrue.

Razer Blackwidow v3 mini

48% au milieu de journée, ça descend vite

 

À pleine puissance, comptez donc plutôt une autonomie moyenne d’une dizaine d’heure. Ceci étant, il faut également prendre en compte le fait que la charge se fait extrêmement rapidement. Il faut en effet compter un peu plus d’une heure pour que la batterie soit de nouveau gonflée à bloc. On comptera donc une partie sur dix en filaire ou l’occasion idéale pour faire une pause et se reposer les yeux.

 

Et en terme de jeu, qu’est ce que ça donne ?

Si on met de côté le problème inhérent aux touches FX, le clavier se veut très agréable en jeu. Que ce soit sur nos ténors en titre que sont les FPS et les MOBA, il n’y a littéralement rien à redire. Comme sa collègue la Orochi v2, le temps de réaction est relativement bas. Ceci étant fortement appuyé par la connexion Hyperspeed que nous mentionnions plus haut. À savoir, on a affaire à une vitesse qui se mesure en millisecondes (moins de 195  ici contre 270 pour les claviers sans fils habituels).

On peut cependant reconnaitre un retour assez faible au niveau des touches. Dans leur quête de trouver un clavier mécanique le plus silencieux possible, on trouve ici un manque d’impression d’appui dans le feu de l’action. Si cette caractéristique se veut bien entendue absente sur un clavier aux switches vert, on le ressent drastiquement sur le jaune. Peut être qu’en prévoyant une pression un peu plus forte, on arriverait sur deux catégories de claviers différents mais pouvant s’adapter à plus de personnes ?

Enfin, le fait que ce clavier soit de taille mini offre clairement une perspective de confort in game qu’on ne retrouve pas avec des modèles conventionnels ou simplement son grand frère le Blackwidow v3 premier du nom. On pense notamment aux joueurs de FPS adorant positionner ce dernier de façon oblique voire complétement vertical. Avec ce genre de modèle, il est possible de le faire en toute circonstance, même avec l’écran à 20 centimètres de la rétine (on le déconseille naturellement).

 

Que penser du petit Blackwidow v3 ?

Razer a clairement passé un cap avec ce genre de produit. Si habituellement on les avait vu plutôt s’avancer sur des modèles TKL comme le Huntsman, ils avaient déjà eu un coup d’essai encourageant avec sa version Mini. Mais c’est par le biais de leur produit phare, le Blackwidow, que se retrouve tout le potentiel de ce genre de produit.

Vendu au prix maximum conseillé de 189 euros, on a affaire ici à une valeur sûre qui s’avérera être potentiellement le meilleur de sa catégorie si la durée de la vie de la batterie vient à être étendue.

Un VG d'or ! award

Razer Blackwidow v3 Mini Wireless
9 Le Testeur
La communauté ( votes)
Pour
  • Agréable à l'utilisation
  • Réactivité très proche du filaire
  • Utilise le même dongle que la Orochi v2 et d'autres
  • Charge rapide
Contre
  • La batterie s'épuise vite
  • Retour des touches un peu trop faible
  • Touche FN mal placée
  • Prix élevé pour un 65%
Design et Look
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Ailleurs sur le web

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.