Test de l’Oculus Quest 2 – La VR vers un confort ultime ?

S’il est un sujet qui me fait rêver depuis mes premières années de gamers, c’est bien la réalité virtuelle. Oui, je fais partie des gens qui ont passé des heures à me mentir à moi-même en tentant d’argumenter sur le fait que le Virtual Boy de Nintendo, ce n’est pas « si vomitif que ça… ». Oui, je suis l’une des rares personnes à avoir adoré le film Le Cobaye de 1992. Oui, je suis persuadé depuis des décennies que l’avenir du jeu vidéo n’est pas simplement autour de la recherche de la meilleure résolution et des plus beaux graphismes… Malgré mes efforts, rares ont été jusqu’à récemment les expériences finalement positives que j’ai pues avoir sur la réalité virtuelle… Et ce jusqu’à l’essai de l’Oculus Quest premier du nom développé par Oculus (dorénavant firme de Facebook) qui, malgré quelques défauts autour de son prix et de sa batterie, promettait un avenir radieux pour la réalité virtuelle pour particuliers. Après des premiers tests avec notamment le HTC Vive Cosmos, de jeux déjà très réussis ou nos analyses sur le sujet, nous avons eu la possibilité d’effectuer le test la nouvelle version du casque VR d’Oculus : l’Oculus Quest 2. Alors, l’avenir du jeu vidéo comme je le vois depuis si longtemps est-il désormais à conjuguer au présent ? Réponse en quelques lignes !

Unboxing

Dès la réception de la boîte, on ressent l’impression d’avoir affaire à un objet de luxe ou presque. La présentation du casque et des ses manettes sur la face principale de la boîte est sobre mais sait mettre en valeur l’objet. Au dos de la boîte ressortent les informations techniques de l’Oculus Quest 2 : une « technologie de pointe » ainsi que quelques-unes des fonctionnalités principales du casque (rétrocompatibilité avec les applications de la bibliothèque du premier Oculus Quest ou encore la précision quant à la simplicité d’utilisation de l’objet : pas besoin impératif de PC ou de consoles, le casque est un hardware en l’état). Enfin, quelques jeux compatibles sont présentés et nous rappellent que pour l’instant les applications et jeux disponibles seront principalement issus de la bibliothèque déjà connue de l’Oculus Quest premier du nom.

Quoi qu’il en soit, l’excitation est grande et je me suis senti comme un enfant au matin de Noël en ouvrant la boîte (ne vous en faites pas, après quelques semaines de recul, ce test sera malgré tout objectif !).

test Occulus Quest 2 - présentationd e la boîte

À l’ouverture, le casque est toujours présenté de manière attirante. Disposé dans une boîte en carton rigide esthétique et permettant le transport aisé du casque (même si Oculus n’oubliera pas de nous rappeler l’existence d’une pochette accessoire vendue sur leur site), l’impression d’ouvrir la boîte d’un objet de luxe est encore accentué. Le casque ainsi que ses manettes sont disposées dans des inserts adaptés et le tout est entouré d’un manuel, du câble USB-C associé ainsi que d’une insert permettant d’adapter le casque aux utilisateurs munis de lunettes.

test Occulus Quest 2 - Unboxing

En prenant le casque en main, on remarque rapidement les améliorations appliquées à l’objet par rapport à son ainé sorti il y a peine 18 mois. Plus petit et plus léger (nous y reviendrons plus précisément dans un paragraphe de comparaison entre les deux casques), la différence la plus notable est au niveau du design. Désormais blanc, le casque gagne à mes yeux en esthétique (même si le blanc sera forcément plus salissant). On remarque également que les systèmes d’attache ont été modifiés alors qu’ils fonctionnaient parfaitement sur le casque ainé. Ce choix permettant d’améliorer le prix de vente de l’Oculus Quest 2 est appréciable même s’il sera dorénavant nécessaire de se tourner vers des outils supplémentaires (et donc un achat supplémentaire) pour trouver facilement un confort parfait (nous y reviendrons également).

Caractéristiques techniques

  • Définition de l’écran : 1832×1920 Pixels
  • Fréquence d’affichage de l’écran : 90Hz
  • Système d’exploitation : Android
  • Fonction Standalone disponible
  • Poids : 503 grammes
  • Largeur : 191,5 millimètres
  • Hauteur : 142,5 millimètres

Test

Les outils offerts par l’Oculus Quest 2 sont nombreux. En plus de la possibilité de jouer aux jeux et autres applications proposées par la bibliothèque d’Oculus, le casque est compatible avec votre PC via son application Oculus Link. Intéressons-nous en premier lieu au confort du casque et ses outils d’ergonomie.

Confort et ergonomie

En comparaison avec son ainé, l’Oculus Quest est plus léger et petit (503 grammes contre 571). Si on peut être agréablement surpris par ce gain étant donné l’avancée technique du casque par rapport à son ainé (nous y reviendrons), on comprend rapidement qu’il a été effectué au dépend du confort d’utilisation.

Effectivement, contrairement à son ainé, l’Oculus Quest 2 ne propose comme attache qu’une sangle en tissu réduisant le confort ou en tout cas la facilité d’adaptabilité du casque à la tête de chacun. Quand l’Oculus premier du nom proposait une sangle en plastique très pratique, l’attache du nouveau Quest n’est pas très pratique, mais on arrive malgré tout à trouver sa position de confort après s’être arraché quelques cheveux. On peut donc se féliciter de ce choix ayant un impact positif sur le prix, d’autant que vous aurez la possibilité d’acheter une sangle supplémentaire afin de palier à ces problèmes.

test Oculus Quest 2 - confort
Le premier qui commente à propos de calvitie ou de cheveux blancs se verra viré du site !

Enfin, les lentilles présentes dans le casque permettent de varier suivant trois positions permettant facilement de trouver la position la plus adaptée à son crâne. Cette dernière étant primordiale afin d’avoir une bonne résolution d’affichage. On tâtonne quelques secondes, mais au final, chaque personne à qui j’ai pu faire essayer le casque a relativement rapidement trouvé sa position idéale.

Premiers pas

Lors du premier lancement du casque, vous aurez accès à différentes options permettant de mettre en place l’expérience. Indiquer la position du sol puis dessiner une zone de jeu autour de soi (ou choisir la fonction Standalone afin d’utiliser le casque en position assise). Les fonctionnalités sont simples et très intuitives, même pour une personne n’ayant jamais testé la VR (oui, j’ai fait essayer le casque à ma mère sans que cette dernière pourtant allergique à la technologie n’ait trop de problème d’adaptation !).

test Oculus Quest 2 - position

Il est par ailleurs important de préciser que, à l’instar de son ainé, l’Oculus Quest 2 propose une vue Passthrough qui vous permettra de voir le monde autour de vous lorsque vous sortez de la zone de jeu. Très intéressante (surtout si des objets dangereux se trouvent proches de vous), cette option vous sauvera de beaucoup de situations qui auraient pu s’avérer dangereuses. Dans le même acabit, si vous n’avez pas les manettes en mains, ces dernières seront éclairées lorsque vous portez le casque afin de rapidement et facilement remettre la main dessus.

Dès les options de position validées, on est transporté dans le bureau qui sert de HUB au casque. Il suffit de quelques secondes seulement pour comprendre la qualité impressionnante d’affichage de l’Oculus Quest 2. Avec une résolution proche de 2K par œil, le casque fait presque passer son ainé pour un casque vieillot (ce dernier ne proposant « que » 1440×1600 pixels par œil). L’affichage à 90Hz impressionne également beaucoup, permettant au casque une fluidité et une netteté bien supérieure à son ainé (même si ce taux d’affichage n’est pour le moment compatible qu’avec très peu d’application). Jamais je n’ai ressenti de sentiments de malaise quelque soit l’application utilisée… Même après plusieurs heures d’utilisation (enfin, les 3 heures que permettent la batterie… Nous y reviendrons…).

Vous devriez regarder aussi ça :
Teamfight Tactics : Jugement, L'Aube des Héros est enfin disponible

test Oculus Quest 2 - HUB

Logiciels PC et téléphone

En connectant le casque à votre PC, vous ouvrirez encore le champ des possibilités offertes par l’Oculus Quest 2. Via le logiciel gratuit disponible, vous aurez la possibilité de gérer les options de votre casque directement via votre PC. Nous n’allons pas nous mentir, si la navigation via les manettes du casque est pratique, elle reste moins confortable que votre bonne vieille souris. Ainsi, vous pourrez gérer les options du casque et/ou télécharger vos applications et jeux favoris directement via votre PC afin d’encore gagner en simplicité. Les mêmes options étant disponibles également via l’application sur téléphone (ce dernier sera connecté au casque par Bluetooth).

test Oculus Quest 2 - logiciel

Mieux encore, le casque vous permet d’utiliser votre PC à 100% via un bureau virtuel. Si, évidemment, l’option reste dispensable tant la navigation est moins pratique que via une souris et un clavier, la possibilité est intéressante et amusante. Vous choisirez la position de chacun de vos écrans dans votre bureau virtuelle et aurez la possibilité de naviguer tout en étant sur une plage ou n’importe où dans le monde. Accessoire mais tellement rigolo.

Comparaison et analyse technique

Vous l’aurez compris, pour un casque vendu à moins de 350 euros dans sa version 64 Go, l’Oculus Quest 2 impressionne techniquement. Alors que son ainé était doté d’un processeur Snapdragon 835 un poil limité, l’Oculus Quest 2 tourne avec un Snapdragon XR2, soit le processeur mobile le plus puissant du marché actuellement. Le processeur aidé par 6 Go de RAM (contre 4 Go pour l’ainé) permet de tirer parti de son excellente résolution sans faire de compromis.

test Oculus Quest 2 - comparaison

Le son est certainement un des points qui déçoit par ailleurs le plus. Le bouton de volume du son disponible sur la face inférieure du casque est très facilement accessible, mais le son est d’une part d’une qualité inférieure au reste du casque et est très diffusée. Vos amis se moquant de vos mouvements entendront le son presque aussi fort que vous. Si des écouteurs peuvent être connecté au casque, on perd alors tout l’intérêt d’utiliser un casque sans-fil.

La durée de vie de la batterie semble également quelque peu courte, surtout devant le confort de jeu. Proposant près de trois heures d’autonomie maximum, j’ai quelques fois été frustré de devoir m’arrêter de jouer pour devoir brancher le casque car le câble USB-C disponible est relativement court (une petite heure suffisant par ailleurs pour le recharger entièrement). Par ailleurs, les manettes sont alimentées par des piles AA. Après près d’une vingtaine d’heures d’utilisation, je n’ai atteint que la moitié de l’autonomie des manettes, on pardonnera donc ce choix discutable économiquement et écologiquement.

Quelques test de jeux de l’Oculus Quest 2

Si je suis sorti impressionné des performances du casque dès son allumage, il n’en reste pas moins un hardware qui nécessitera donc des applications de qualité pour garder de l’intérêt sur la longueur. En plus de démos gratuites, j’ai donc eu la possibilité de tester quelques jeux sur lesquels je peux donner un avis rapide (même si j’ai regretté n’avoir affaire pour le moment qu’à des jeux issus de la bibliothèque de l’Oculus Quest 1 et ne poussant donc pas le casque au bout de ses capacités).

Vader Immortal: A Star Wars VR Series

 

Disponible en trois épisodes vendus à près de 8 euros chacun, ces jeux d’actions Star Wars vous proposent de vous mettre dans la peau d’un combattant tentant de vous échapper des griffes de Vador. Si le jeu vous met principalement sur des rails et que les possibilités sont finalement assez minimes, quel plaisir de se retrouver face à Dark Vador et de manier son sabre laser devant ce dernier.

Ne proposant malheureusement qu’une aventure très courte (deux petites heures), le jeu propose en outre un mode dojo permettant de s’amuser avec le sabre laser autour de quelques niveaux dans un but de scoring exclusif. Finalement peu intéressant sur la longueur, le jeu propose malgré tout une expérience très grisante pour les fans de Star Wars.

Five Nights at Freddy’s: Help Wanted

 

Jeu mêlant horreur et énigmes, j’attendais beaucoup de l’expérience autour de ce jeu tant je pense que le genre de l’horreur est particulièrement adapté à la réalité virtuelle. Malheureusement exclusivement disponible en anglais (et sans sous-titres), le jeu perd fortement en intérêt pour un public non-anglophone (surtout pour un jeu vendu à 30 euros).

J’ai malgré tout pu expérimenter des moments mémorables de jump-scare me confirmant que le genre de jeu était tout à fait adapté à la réalité virtuelle. Vous comprenez parfaitement l’anglais et n’avez pas peur de crier ? N’hésitez plus !

Cook-Out

Sosie de Overcooked adapté à la réalité virtuelle, Cook-Out est vendu 20 euros et permet des moments de rigolade (surtout en coopération si vous avez un ami doté d’un casque également).

Le jeu perd malheureusement rapidement en intérêt tant les niveaux sont finalement semblables et ne proposent pas les originalités de gameplay qu’offre le jeu de Team 17.

 

Conclusion – La VR est là, nous n’attendons plus que les jeux !

Vous l’aurez compris, j’ai été fortement séduit par l’Oculus Quest 2. Proposant une technique très impressionnante pour un prix finalement relativement abordable, le casque propose en outre une ergonomie et un confort permettant dorénavant de longues sessions de jeu sans problème. Si quelques menus défauts comme une autonomie un peu faible lui font rater la perfection, il est clair que la technologie de l’Oculus Quest 2 en fait un produit indispensable pour fan de nouvelles technologies.

Ses possibilités sont tellement nombreuses et pratiques qu’il ne fait aucun doute que le jeu vidéo en réalité virtuelle fait dorénavant entièrement partie du présent du domaine. Si on se doit encore d’attendre que de plus en plus de développeurs s’adaptent à ce marché (les excellents The Walking Dead: Saints and Sinners et Beat Saber, par exemple, sont encore loin d’utiliser les avancées technologiques du casque au mieux), il ne fait aucun doute que mes rêves d’enfant sont désormais réalité… virtuelle.

Un VG d'or ! award

Oculus Quest 2
9 Le Testeur
La communauté ( votes)
Pour
  • De la VR en 2K par œil à un prix abordable
  • Un confort de jeu agréable même durant de longues sessions
  • Un design retravaillé
  • Un grand nombre de possibilités d'utilisation
  • L'avenir du jeu vidéo comme je l'imaginais enfant est dorénavant présent !!
Contre
  • Peu de jeux pour l'instant adaptés à ses performances
  • Des accessoires peu nombreux... Dans la boîte d'origine en tout cas
  • Une autonomie de 3 heures
  • Compte Facebook obligatoire
Design et Look
Confort et Ergonomie
Bundle et équipement
Rapport qualité/prix
Maniabilité
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Ailleurs sur le web

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.