Audio

Test – QPAD QH-92, mon nouveau casque filaire au quotidien

Rédigé par le

Test – QPAD QH-92, mon nouveau casque filaire au quotidien

Test – QPAD QH-92, nouvelle référence du milieu-de-gamme ?

 

Racheté par Darfon Electronics, le constructeur suédois QPAD entend bien revenir sur la scène gaming où ses souris, claviers et casques avaient obtenu une certaine réputation. Or la sortie du casque gaming QPAD QH-92 (pas très sexy comme nom, je suis bien d’accord) coïncide parfaitement avec un besoin personnel d’un casque très spécifique : filaire, afin d’accompagner des sessions de jeu sans aucune latence ; doté d’un micro, afin que je puisse enregistrer dans de bonnes conditions des podcasts, idéalement amovible ; proposant de gérer le son de façon intuitive, donc sans passer par le clavier/une télécommande ; évidemment confortable, afin qu’un usage répété et prolongé reste agréable. Or c’est précisément tout ce que promet ce QH-92 pour un prix de 79 euros 90, en mettant en avant un usage polyvalent plutôt orienté gaming.

Tiendra-t-il ses promesses, en se montrant capable de satisfaire toutes ces exigences et plus encore, saura-t-il s’ériger en nouvelle référence du casque milieu-de-gamme ?

 

 

Unboxing

Après un Void RGB Elite Wireless de Corsair à la boîte trop discrète sur les qualités de cet excellent casque, celle du QH-92 sait bien mieux les mettre en avant en conservant une certaine élégance. Trop bien ?

On pourra seulement s’y étonner de voir le micro coupé par les pavés informatifs, comme si les designers de l’emballage n’étaient pas parvenus à faire tenir le casque intégralement sur la couverture, mais qu’importe, il est surtout important d’en noter la sobriété, toute en noir et en tons de gris, à l’image d’un casque qui ne revendique rien de bling-bling, comme focalisé sur l’essentiel.

Ces pavés nous apprennent donc essentiellement que le casque est parfaitement adapté à la PS4 et à la XBox One, ce qui est d’ailleurs rappelé textuellement et tout aussi fortement juste à côté par la mention « POUR PS4/XBOX One/MOBILE/PC », si générale qu’elle est finalement un peu vague. Le site du Qpad y ajoute la Switch, les tablettes et laptops pour ne rien oublier, bref la QH-92 apparaît adapté à tous les usages, tout en mettant en avant son identité gamer, créant un semblant de paradoxe dont il faudra voir comment le casque prétend le résoudre.

On y lit aussi que le QH-92 propose de la « pure hi-fi », un transducteur de 53 mm, qu’il isole des sons ambiants, que ses pads sont en cuir (en fait en similicuir), que le micro est détachable, qu’il se connecte en jack 3,5 mm et qu’il est garanti deux ans.

 

 

La tranche du boitier a la bonne idée d’illustrer photographiquement certaines composantes, ajoutant ainsi que la structure est en aluminium solide (les écouteurs seraient même recouverts d’aluminium brossé), que le bandeau en cuir est très doux, que le casque est supra-aural, que les coussinets de cuir sont mémoire de forme.

Curieusement, il faut lire les petits caractères au dos de la boîte pour comprendre qu’il y a un câble, rien ne laissant supposer ni textuellement ni iconographiquement que le QH-92 est strictement filaire. On le déduit tout de même logiquement de l’appellation « gaming » régulièrement assénée… et surtout de l’absence de toute mention d’un bluetooth ou autre technologie de captation sonore à distance.

Pour l’instant, à en juger par la seule boîte (ce qu’il ne faut jamais faire), on a l’impression d’un casque assez classique, ne sachant pas réellement se mettre en avant ni quoi souligner dans ses spécificités, trop sobrement vanté par la boîte pour directement attirer l’attention.

On n’en est que plus surpris au moment de l’ouvrir par l’épais carton intérieur, présenté avec un soin et un goût certains (et donc plutôt insoupçonnés).

Elle comporte donc un guide d’utilisation rapide (effectivement assez sommaire), le casque lui-même, le microphone amovible, un boîtier que l’on peut ou non connecter au câble, et permettant de régler le son au moyen d’une molette, d’enclencher ou mettre en sourdine le microphone et d’écouter/mettre en pause la musique ou décrocher le téléphone, et enfin une extension de 10 centimètres afin de réunir les prises jack du casque et du micro en un seul.

Le QH-92 est plutôt joli dans son élégante finesse, notamment grâce à sa structure crantée en aluminium, reliant les écouteurs et le bandeau avec une discrétion inhabituelle, et au logo sur l’extérieur des deux écouteurs, immanquable mais ne choquant pas, peut-être parce qu’il n’est pas assez connu pour paraître « tape-à-l’œil ». Le nom complet de QPAD est également gravé en noir à l’extérieur du bandeau noir, et seule sa mention argentée de part et d’autre du bandeau, avec le nom peu séduisant du casque et le R et L distinguant les oreilles auxquelles chaque côté est destiné pouvant sembler plus inélégante.

Étrangement, pour placer le micro, il faut ôter une minuscule languette. Vous avez bien lu, « ôter », parce qu’elle n’est alors plus connectée au casque, et sera sans doute vite perdue, une décision assez incompréhensible. Du moins le micro s’installe et se retire-t-il très vite, en plus d’être parfaitement flexible.

Le câble du QH-92 mesure un mètre, juste ce qu’il faut (oui, je pense encore aux 2,45 mètres du ROCCAT Khan Pro !), avec une extension de presque un mètre grâce à la rallonge/boîtier. J’avoue préférer les casques disposant d’un réglage du son derrière les écouteurs, parce qu’il est alors d’un accès beaucoup plus intuitif que quand il faut, pendant une partie, suivre le câble avec ses mains jusqu’à retrouver un boîtier, mais si cela permet d’embarquer moins de technologie sur le casque lui-même et donc de le rendre plus léger, pourquoi pas.

 

 

Si le boîtier peut alors paraître assez éloigné du casque (on le trouverait plus facilement s’il était sur la câble principal), c’est probablement pour permettre de l’utiliser en ville sans compliquer cet usage par un boîtier apparent, peu pratique et peu évident à dissimuler avec une portion de câble dans une poche. Même en approuvant sa légèreté, je ne peux cependant manquer d’être un peu gêné par son ressenti très « plastique » : il est certainement bien conçu et robuste, simplement il n’en a pas l’air, et sa grosse touche centrale assez pratique donne une même impression un peu cheap.

Des premières impressions contrastées, plutôt enthousiasmées par ce que le casque promet, par ce qui touche réellement à ses fonctionnalités, mais face à un produit qui souffle le chaud et le froid, je ne suis pas d’emblée vendu et vais donc le tester très intensivement deux semaines pour voir ce qui en restera.

 

Caractéristiques techniques :

Écouteur :

  • Transducteur : 53 mm, dynamique, fermé
  • Plage de fréquence : 15 – 25 000 Hz
  • Niveau de pression : 98 dB±3dB
  • Impédance nominale : 60 Ohms±30% par système
  • Atténuation bruit ambiant : 20 dB
  • T.H.D. : 2%
  • Capacité de puissance : 150mW
  • Adaptation à l’oreille : Circumaural
  • Bande de pression : 5 N
  • Poids : 350 grammes
  • Longueur du câble : 1 mètres
  • Connecteur : Jack 3,5 mm Mâle Stéréo

Microphone :

  • Transducteur : Condensateur (black electret)
  • Méthode de fonctionnement : différence de pression
  • Type : Cardioïde

 

Le QH-92, un casque confortable et pratique ?

Avec ses 350 grammes, le QH-92 fait partie des casques qui ne sont pas exceptionnellement légers (on est loin d’un Sennheiser Momentum à 260 grammes ou d’un ROCCAT Khan Pro à 230), mais dont un bon équilibre et surtout des coussinets encadrant délicatement les oreilles parviennent à faire oublier le poids, au point que j’ai été surpris de le sentir moins agressif que mon fidèle Sennheiser Momentum, mon casque polyvalent depuis plusieurs mois.

Son test coïncidait avec la sortie… de Doom Eternal, un jeu pour lequel une bonne spatialisation, une transmission des indices sonores sans latence, et une capacité à puiser dans la bande-son métal exceptionnelle de quoi nous faire vibrer sont fondamentales, ce qui en fait sans doute l’un des meilleurs titres pour mettre à l’épreuve un casque revendiqué gaming. En sachant se faire oublier et m’immerger pleinement dans les transes sanguinolentes du slayer, le QH-92 m’a été d’une grande aide pour semer la destruction à travers plusieurs niveaux sans (trop) mourir et me faire apprécier l’oeuvre d’id Software, Bethesda et Mick Gordon.

 

 

 

Confinement oblige, la période a été propice aux appels par Skype, plusieurs discussions professionnelles et personnelles, et surtout une réunion de l’association des chercheurs français en bande dessinée La Brèche et l’enregistrement d’un podcast pour Batman Legend, deux rendez-vous importants et successifs pour lesquels j’ai osé sortir un nouveau micro plutôt que de me reposer sur des valeurs sûres. Le podcast vient d’être publié, et je le poste donc afin que vous puissiez vous faire une idée du micro dans un échange vif, où plusieurs micros cohabitent, et donc propice à la comparaison.

 

 

J’utilisais alors régulièrement la molette de son, sans trop de difficultés à la retrouver malgré la longueur du câble, et le bouton pour taire le micro ou le rallumer, peut-être un peu rigide, mais fort utile, deux fonctionnalités qui m’ont réellement permis d’apprécier la confiance placée dans le QH-92. Peut-être la grosse touche centrale du boîtier, qui permet sur mobile de décrocher le téléphone ou mettre une musique en pause, pour la relancer seulement quand le micro est allumé (bizarre, je sais), est-il un peu plus gadget ? Enfin ce n’est pas parce que j’ai moins su l’utiliser que sur d’autres casques proposant des fonctions similaires directement sur le casque qu’il n’est pas intéressant d’en disposer ici. Tout de même, je ne peux m’empêcher de penser que ces fonctionnalités pour téléphone portable perdent de leur utilité sur une rallonge, pas optimale pour les déplacements chez soi ou en ville (enfin chez soi en ce moment).

Élégant, très confortable tant dans sa matière que dans sa qualité sonore, le QH-92 est un casque auquel j’aime recourir continuellement ces derniers temps, et c’est pourquoi j’aimerais lui décerner un Award d’or alors que mes réserves devraient peut-être le faire prétendre plutôt à un Award d’argent. On ne peut pourtant pas affirmer qu’il ait de réelles imperfections, plusieurs points perfectibles assurément, mais dont l’amélioration aurait logiquement entraîné un surcoût, quand pour 80 euros on obtient un casque assez fonctionnel et agréable pour que je l’utilise davantage que les autres !

 

Review 0
7,5 Le Testeur
La communauté 0 (0 votes)
Pour
  • Le confort
  • Le micro amovible et flexible
  • Le réglage du son sur boîtier
  • La qualité du son
  • Le prix
Contre
  • La minuscule languette à perdre pour placer le micro
  • Un boîtier de commandes un peu cheap
Design et Look
Confort et Ergonomie
Qualité Audio
Bundle et équipement
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.