Culture Geek

Tajuto – spiritualité, méditation, belles pagodes et paris dans le nouveau Knizia !

Rédigé par le

Tajuto – spiritualité, méditation, belles pagodes et paris dans le nouveau Knizia !

Tajuto – spiritualité, méditation, belles pagodes et paris dans le nouveau Knizia !

 

Il y a quelques mois, en disant le plus grand bien de Couleurs de Paris, je signalais que Super Meeple y faisait une exception notable (et justifiée) à sa politique de réédition de jeux plus anciens (U.S. Telegraph, Amun-Re, le jeu de cartes, Mississippi Queen, Cuzco) en publiant pour la première fois un titre original, en plus de commencer à réaliser quelques localisations (une tendance qui va s’intensifier en 2020 pour notre plus grand plaisir !).

C’était juste, mais lacunaire : à peu près parallèlement, l’éditeur connu pour la beauté de ses productions signait la nouvelle oeuvre du mythique Reiner Knizia (El DoradoLost CitiesYelow and YangtzeAmun-ReBlue LagoonMediciSchotten TottenTigre et Euphrate), Tajuto, illustré par Damien Colboc (Mafiozoo), Maxence Burgel et Igor Polouchine, et ayant bénéficié de l’aide d’Origames.

Si l’on suppose bien que le thème ne servira que de prétexte à un jeu tactique relativement abstrait, comme Knizia nous y a habitués, la construction de pagodes bouddhistes au Japon a tout de même de quoi exercer une certaine attirance, surtout avec le soin matériel habituel de Super Meeple. L’idée est d’autant plus séduisante que l’auteur est connu pour la fluidité et l’accessibilité de ses jeux, des qualités qu’il ne partage pas nécessairement avec tous ses collègues allemands réputés. Sera-ce à nouveau le cas ici ?

Qu’il s’adresse à deux à quatre constructeurs de 10 ans et plus pour des parties de 45 minutes est en tout cas rassurant, et les 40 euros demandés paraissent parfaitement pertinents avec le contenu de la boîte. On sent très vite qu’à la manière de Tokaido, les parties seront bien moins zen que l’univers choisi ne le laisse croire…

 

Le Jardin Sacré des 8 Pagodes

Japon, 532. Enthousiasmé par la doctrine bouddhiste, le prince Shotoku (qui est en fait né… en 574, ah la la) propose à des moines d’ériger le Jardin Sacré des 8 Pagodes, qu’il inaugurera aussitôt que 4 pagodes y seront déjà achevées, accordant le titre de responsable des pèlerinages au moine ayant à ce stade atteint le plus haut niveau de spiritualité. Si on exclut la faute biographique très étrange, avouons que le thème de Tajuto (« pagode ») cherche plutôt joliment à raconter ses mécaniques.

On commence logiquement par disposer le fort joli plateau de jeu sur la table, en appréciant son découpage en espaces aérés et très clairs. On regretterait presque d’y placer des tuiles, recouvrant naturellement les illustrations !

Cinq maisons sont ainsi recouvertes par les tuiles Sagesse, une pile par Points de Spiritualité (PS ; les points de victoire du jeu) que rapportent les tuiles (entre 1 et 5), et en ordonnant chaque pile dans l’ordre croissant de leur coût en… Points de Méditation (la monnaie du jeu), de sorte que le premier à acquérir une tuile paye toujours moins cher que le suivant.

Juste en-dessous, deux emplacements sont occupés par les tuiles Transcendance Marché et Sanctuaire, et trois emplacements sont occupés par les tuiles Action supplémentaire, cette fois en distinguant les types de tuile, mais toujours en ordonnant les piles dans l’ordre croissant de leur coût en PM.

Dans la partie inférieure du plateau, on place les deux objectifs de fin de partie dans leurs emplacements dédiés, et les six objectifs de cours de partie à leur droite. Dans toutes les configurations, on pose bien l’ensemble des tuiles sans rien remettre dans la boîte : Knizia est plus amateur d’une certaine rigueur que de l’aléatoire fantaisiste auquel recourent tant de jeux pour assurer un peu de variété. Un choix intéressant qui donne une certaine saveur à Tajuto.

 

Les deux tiers du plateau représentent les fondations des huit pagodes. À côté de chacune, on pose une tuile Inauguration de la couleur correspondante (blanc, jaune, bleu, rouge, rose, marron, vert, orange).

Enfin, les joueurs choisissent une couleur (rouge, vert, jaune, bleu) et placent le moine de cette couleur sur la case 0 de la piste de méditation (permettant de savoir à tout moment combien chacun a de PM), prennent leurs trois tuiles Action et 8 cubes Offrande, une pour chaque pagode.

Il ne reste plus qu’à placer l’ensemble des 48 pièces de pagode (8 pagodes de 6 étages) dans le sac, et vous êtes prêts à commencer.

Évidemment, quand vous rangez le jeu, mettez toutes les pagodes dans le sac, cela facilitera autant la fin de la partie que la mise en place de la suivante ! Je recommanderais aussi de placer dans quatre sachets le matériel spécifique aux quatre joueurs (les trois tuiles Action, le moine et les huit cubes), afin de ne pas avoir à trier les cubes, et de pouvoir plus simplement avoir accès à vos éléments si vous jouez à moins de quatre. L’avantage, avec des pièces aussi distinctes (et agréables), c’est qu’il est aisé de demander un peu d’aide à d’autres joueurs sans perdre en consignes le temps qu’il nous aurait fallu pour mettre en place nous-même, notamment pour l’ordonnancement décroissant des piles ou les tuiles Inauguration. Vous vous apercevrez vite qu’avec un tout petit peu de pratique on peut préparer la partie de Tajuto assez rapidement !

 

 

Course et quiétude

Le joueur le plus sage (disons le plus âgé pour ne pas créer de conflit) commence la partie en réalisant des actions au moyen de ses tuiles.

Les trois tuiles Action donnent accès aux mêmes trois actions, mais si la première tuile est gratuite, la deuxième coûte 4 PM et la troisième 6 PM. Ce qui permet de commencer tout en douceur, puisqu’au début vous n’aurez guère les moyens que d’activer une tuile, souvent pour la même action d’ailleurs, et de réfléchir progressivement à la pertinence des investissements pour réaliser plusieurs actions par tour.

La première action consiste à piocher dans le sac un étage de pagode. Vous sentirez sans trop de difficulté quelle taille font les étages, sans voir leur couleur. Toutes les pagodes doivent être construites depuis l’étage le plus bas jusqu’à l’étage le plus haut. Si l’étage pioché peut être posé (parce qu’il s’agit d’un rez-de-chaussée, ou d’un étage immédiatement supérieur à un étage déjà construit dans la même couleur), il doit l’être. S’il ne le peut pas, on peut en conserver un seul, afin d’attendre une future opportunité de le poser sans avoir perdu son tour, mais sans trop bloquer ses autres joueurs, juste un peu.

Si l’on avait un étage en réserve faute de pouvoir le construire, et qu’un adversaire pose l’étage manquant, il faudra le poser pendant notre tour, sans que cela compte comme une action.

Chaque étage construit rapporte autant de PM que d’étages de la pagode en question, en incluant celui que l’on vient de poser. Tout rez-de-chaussée rapporte ainsi 1 PM, tandis que tout dernier étage en rapporte 6. Si l’on parvient dans le même tour à poser un étage pioché dans le sac et un étage conservé d’un tour antérieur, on peut évidemment avancer à pas de géant sur la piste de méditation.

 

 

La deuxième action consiste à déposer une offrande sur un étage d’une pagode, sauf le dernier (une fois la pagode complétée, il n’y a plus d’intérêt à faire d’offrandes pour favoriser sa complétion) et sauf si une offrande d’un autre joueur s’y trouve déjà (chaque étage est surmonté d’un emplacement pour le cube, ce qui permet très intuitivement d’en deviner la fonction et d’en déduire la capacité d’accueil). On gagne aussitôt autant de PM que d’étages de la pagode plus 2.

On a donc tout intérêt à attendre que la pagode soit aussi grande que possible pour y faire une offrande fructueuse… Mais à trois ou quatre joueurs, une pagode peut être achevée beaucoup plus vite que prévu, notre cube perdant alors toute utilité !

En outre, poser un étage sur un étage où trône une offrande, à qui qu’elle appartienne, octroie 2 PM de plus au joueur dont c’est le tour. On peut ainsi faire de très jolis tours en posant un étage, une offrande sur cet étage, puis un étage sur l’offrande (si on l’avait en réserve notamment, ou si on a la chance de le piocher), de même qu’on évitera de faire une offrande si un adversaire possède dans sa réserve l’étage juste supérieur…

 

 

La troisième action consiste à acheter une tuile Sagesse, Transcendance, Action supplémentaire ou Inauguration en payant son coût en PM (donc en reculant d’autant de cases son moine sur la piste de méditation).

Les tuiles Sagesse rapporteront simplement en fin de partie le nombre de PS indiqué (entre 1 et 5).

Les tuiles Inauguration coûtent 8 PM. Une seule tuile Inauguration est associée à chaque pagode non achevée (on ne peut plus acquérir les tuiles des pagodes achevées). À la fin de la partie, si la pagode correspondant aux tuiles Inauguration que l’on possède sont achevées, chacune nous octroiera 4 PS, ce qui est considérable, tandis qu’elles ne nous rapporteront rien si la pagode n’est pas achevée. Souvenez-vous que la partie s’arrête à l’achèvement de la quatrième pagode, quatre tuiles ne seront donc pas validées.

À vous de voir quand l’acquisition d’une tuile sera le plus opportun, sachant que si vous attendez qu’une pagode soit très avancée, elle risque d’être achevée avant que vous ayez pu acheter la tuile, ou un adversaire risque de l’acquérir avant vous ! Au contraire, si vous l’achetez trop tôt, il faut craindre que vos adversaires fassent tout pour achever les autres pagodes, et pas celles dont vous posséderiez les tuiles Inauguration, puisque ces 4 PS sont vraiment considérables.

Les tuiles Transcendance Marché permettent de payer toutes les tuiles (Sagesse, Transcendance, Inauguration et Action supplémentaire) 2 PM de moins. Il n’y en a que deux, donc on pourrait avoir tendance à se précipiter, mais il faut bien calculer à quel point il peut être rentable, selon l’avancement de la partie, de dépenser une action et 10 ou 12 PM pour payer moins cher ensuite. Il est d’ailleurs tout à fait possible de posséder les deux, toute tuile coûtant 4 PM ou moins étant alors gratuite – évidemment, une tuile coûtant moins de PM que la réduction octroyée par les tuiles ne rapportera pour autant pas de PM.

Les tuiles Transcendance Sanctuaire permettent de gagner 1 PS de plus pour chaque tuile Inauguration validée (une tuile Inauguration non validée rapportera toujours 0 PS) et chaque tuile Sagesse. Toutes les tuiles Sagesse ne rapportant qu’1 PS en vaudront donc désormais 2, intéressant quand, en plus, on peut les acquérir pour trois fois rien avec un marché…

Chaque tuile Action supplémentaire ne donne accès qu’à un type d’action de plus. L’une permet de poser une offrande, une autre d’acheter une tuile, une autre de piocher un nouvel étage de pagode. Si leur prix d’acquisition est élevé, les deux premières peuvent être activées gratuitement à chaque tour, et la troisième pour seulement 2 PM, ce qui est normalement très vite rentabilisé. Or il est vite évident que la victoire ne va pas tant à celui qui a le plus de chance dans le tirage des étages (même si cela joue un peu) qu’à celui qui comprend le mieux quand il est intéressant de réaliser des actions supplémentaires, pour gagner un peu plus que ce que l’on dépense aux moments les plus opportuns.

À n’importe quel moment de son tour, il peut arriver que l’on réalise un objectif de cours de partie : atteindre 5 PS, atteindre 10 PS, faire 4 offrandes, faire 8 offrandes (rarissime), atteindre 30 PM, inaugurer la première pagode. Ces objectifs ne rapportent qu’1 PS, il ne faut donc surtout pas agir seulement pour les obtenir, mais en avoir deux ou trois peut suffire à faire la différence. Quand on a complété une exigence, on prend la tuile devant soi, aucun adversaire ne pouvant plus la briguer.

 

 

La partie s’achève donc aussitôt que la quatrième pagode est inaugurée, sans qu’il soit question de finir son tour ou de laisser ses adversaires achever un tour complet de table. On pourrait spontanément croire que cela avantage le premier joueur, mais ce serait oublier que sa première action ne consiste qu’à poser un étage lui rapportant 1 PM, donnant l’occasion aux joueurs suivants d’en profiter pour une offrande en rapportant 3 ou pour tenter de construire l’étage supérieur ! Ainsi Tajuto s’équilibre-t-il lui-même sans aménagement.

On attribue alors les deux objectifs de fin de partie, ne valant eux aussi qu’1 PS : un à celui qui a inauguré la quatrième pagode et mis fin à la partie, l’autre à celui qui est le plus avancé sur la piste de méditation.

On additionne les points de toutes ses tuiles, et celui qui en a le plus remporte le titre de Grand Gardien du Jardin Sacré des 8 Pagodes (enfin des 4 pagodes achevées, en espérant que les 4 autres le seront bientôt).

 

Tajuto, nouveau sanctuaire de Reiner Knizia

On retrouve dans Tajuto une partie de ce qui faisait le charme des Couleurs de Paris : vous pouvez être certains que vos adversaires profiteront de tout ce que vous faites et ne faites pas, ce qui fait naître une grande tension autour de la table, puisque même tenter de rester dans son coin pour optimiser son jeu crée des ouvertures pour les autres et participe à la progression de la partie. C’est d’autant plus vrai dans Tajuto, puisque les différentes tuiles (toujours les mêmes de partie en partie) sont présentes en quantité très limitée, que chaque achat augmente le prix des suivantes, ce qui accroît les convoitises, tandis que chaque pioche d’un étage de pagode altère le délicat équilibre de la partie, entre ce qui est intéressant à cet instant précis de la partie et ce qui ne l’est pas.

S’il y a quelque chose de presque enfantin à fouiller le sac pour sentir la forme des étages, et tenter de déduire avec les probabilités leur couleur, donc leur intérêt, il est passionnant que cet enfantillage ait autant de conséquences sur la tactique à court terme, moyen terme et long terme de toute la tablée. Ajoutons à cette admiration pour l’intrication des mécaniques simples de Tajuto et la très grande fluidité de ses tours pourtant subtils le fait qu’il s’agit du genre de jeu qui, pratiqué en bar à jeux ou en salon, attire invinciblement les regards, tant il est curieux d’assembler ses petites pagodes.

Au prix d’un investissement massif dans le plastique, Super Meeple a en effet réitéré l’exploit de produire un jeu accessible, tendu et fin que l’on a envie de regarder et de manipuler. En voilà un qui sortira beaucoup !

 

Venez regarder nos photos du superbe Tajuto sur notre nouvel instagram dédié aux jeux de société !

Voir commentaires (2)
2 Comments
  1. PANAYE

    08/05/2020 at 8 h 21 min

    Tres chouette cet article! Ca fait envie

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.