Brèves

Soirée presse de la Paris Games Week, c’est parti !

Rédigé par le

Soirée presse de la Paris Games Week, c’est parti !

La Paris Games Week a démarré ce mardi 29 octobre par une soirée presse !

 

Et nous y voilà enfin ! Le rendez-vous français du gaming par excellence, la Paris Games Week a commencé ! Et alors que la date officielle est fixée à ce 30 octobre, nous avons pu assister, loin de la foule des prochains jours, en avant-première à la découverte de quelques stands, lors d’une soirée presse réservée à quelques chanceux, et bien sûr à la presse, aux annonceurs et autres exposants.

 

Une soirée tranquille

Ce qui a surtout caractérisé ce début de semaine qui promet d’être riche en rebondissement, c’est surtout l’espace dédié à tous ces stands. Les halls 1, 2 et 3 du parc des expositions de la porte de Versailles ont été réservés pour accueillir plus de 150 exposants et potentiellement 350 000 visiteurs sur les cinq prochains jours. Bien sûr, au milieu de tout ça, on se sent vite petit, malgré le peu de monde présent ce mardi soir, laissant la possibilité de découvrir quelques stands sans avoir les éternelles attentes aux stands les plus prisés. Certains n’étaient pas encore ouverts, notamment celui de PlayStation (qui est d’ailleurs énorme cette année) et toute son annexe autour du très attendu Death Stranding. Ou encore le stand réservé à Cyberpunk 2077, qui faisait à mon grand regret porte close. Néanmoins, j’ai pu avoir entre les mains quelques petites choses qui pourraient vous plaire.

 

 

Final Fantasy 7 Remake : le messie que tout le monde attend ?

 

Bien que le stand PlayStation ait été quasiment entièrement fermé, réservé pour un petit cocktail du plus bel effet, une petite annexe avait vite été repérée par beaucoup de personnes présentes, c’était celle réservée à Final Fantasy VII Remake. Cette partie du stand, à l’image de tout le stand PlayStation avait été très soignée. De splendides décorations représentant la gare du secteur 1 de Midgard mettaient directement le joueur dans d’excellentes conditions pour le test. Vous étiez ensuite amené à l’intérieur d’une petite salle où Jessie vous fait un brief de mission et globalement sur les contrôles et spécificités du jeu. On apprend donc que le gameplay est tourné à l’image de Final Fantasy XV avec des combats en temps réel, ainsi qu’une jauge se remplissant au fil du temps et permettant en combat, de le ralentir, de faire apparaître un menu stratégique et qui permettait ainsi l’usage de compétences, de sorts ou d’objets.

 

La mission représentait quant à elle une phase de jeu au sein du réacteur Mako, où nous prenions le contrôle de Cloud et de Barett afin d’y déposer une bombe et le détruire. Et bien que nous n’ayons pas été autorisés à prendre d’image de cette phase là, il faut bien avouer que jusqu’ici le jeu en jette. Le gameplay pourra déplaire à certains, s’éloignant définitivement du traditionnel RPG tour par tour, il ne faut pas nier le fait que le tout possède un certain punch ! Les graphismes ne sont bien évidemment pas en reste, et on voit que les capacités de la PlayStation 4 sont poussées à leur maximum ! En tout cas une belle mise en bouche et on attend vite la suite, avec sa sortie prévue pour le 3 mars 2020, et c’était un ravissement de pouvoir y accéder durant cette soirée presse, avant la foule qui risque de s’y trouver les prochains jours !

 

Pokémon Épée et Bouclier : une vraie révolution ?

 

Alors que la sortie du nouvel étendard de la série Pokémon est prévue pour ce 15 novembre, beaucoup de questions restent en suspend sur le gameplay, les performances graphiques, les réelles nouveautés proposées. Cependant, bien que les sceptiques restent nombreux, il faut admettre que le nouveau jeu de Nintendo arrivant sur la Switch semble plein de bonne volonté. Avec, tout d’abord, des graphismes léchés, bien qu’encore en deçà de ce que nous avait proposé The Legend of Zelda: Breath of the Wild qui avait fait sensation, il faut noter l’amélioration par rapport à Pokemon Let’s go !. Quelques optimisations sur la gestion de la stratégie également, mais on ne peut s’empêcher de rester encore un peu sur notre faim. La démo proposée met en scène l’arène eau et ses péripéties, tandis que le joueur a entre les mains le dresseur et quelques Pokémon qui ont été dévoilés jusqu’ici : les trois starters, Flambino, Larméléon et Ouistempo, Voltoutou, Corvaillus et Moumouton ! Finalement, la résolution de l’arène reste assez simple, restant dans la veine de ce qui a été fait ces dernières années, mais on peut voir l’effort proposé.

 

Le plus intéressant étant globalement cette fois-ci le combat face au champion d’arène Donna, dans un stade rempli et qui nous remet un peu les sensations d’antan, lorsqu’on jouait à Pokémon Colosseum. La nouvelle mécanique, Dynamax, bien que décriée semble être un apport stratégique intéressant, et je suis impatient de voir les effets de toutes les attaques qui seront ainsi transformées ! Entre autres, ici, nous avons transformé notre Ouistempo, qui grâce à son attaque plante a créé un terrain herbu (qui soigne les Pokémon) tandis que notre adversaire a envoyé un Torgamord qui a créé une tempête de sable avec son attaque sol !

 

En tant que grand fan de la série, j’attends de voir plus en profondeur ce que le jeu va nous proposer, avec une certaine impatience non dissimulée, mais peut-être plus l’impatience d’un adulte à l’esprit d’enfant nostalgique que celle d’un joueur avide de nouvelles sensations.

 

Ori and the Will of the Wisps : toujours aussi enchanteur

Le test de Ori and the Will of the Wisps a été un peu plus chaotique que les autres, étant donné que je suis malheureusement tombé sur une démo un peu buguée (les aléas de ce genre de salon !), et ainsi la découverte ou redécouverte du gameplay du jeu s’est faite un peu plus difficilement. Néanmoins, lancé dans cette jungle de touches dont je ne connaissais pas l’utilité (étant pour ma part un joueur clavier et nous avions une manette), il faut bien admettre que le jeu reste facile à prendre en main. On s’aventure avec plaisir dans ce nouveau monde, toujours aussi féerique, dans une intrigue qui ne nous est pas trop dévoilée (à moins qu’une fois de plus ce soit ma démo qui ne m’ait pas donné plus d’informations), et on retrouve tous les éléments qui on fait la réussite du premier : des graphismes incroyables, un gameplay très dynamique, des puzzles qui mettent en difficulté le joueur avec des endroits cachés un peu partout. On est sur du jeu de plateforme pur et dur, et il faut dire que la formule prend. C’est donc avec une joie non dissimulée que j’attends sa sortie le 11 février 2020 !

La suite de la soirée presse s’est terminée sur une petite visite des stands présents ici et là, avec notamment le stand Cooler Master où nous commenterons la petite et la grande finale de la Millenium WonCup Community édition PGW, et un repérage également pour les prochains jours et les prochains tests, alors je vous invite à nous suivre pour le reste de cette Paris Games Week ici et sur notre chaîne Twitch : VonguruTV !

 

 

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Brèves