Culture Geek

Escape Puzzle – Ravensburger mêle son expertise du puzzle à la mode de l’escape

Rédigé par le

Escape Puzzle – Ravensburger mêle son expertise du puzzle à la mode de l’escape

Escape Puzzle – Ravensburger mêle son expertise du puzzle à la mode de l’escape

 

Il est peu probable que vous n’ayez jamais entendu parler de Ravensburger. En tant que joueur de société, vous connaissez au moins le classique Labyrinthe de l’éditeur allemand, la trilogie des masques (TikalMexicaJava/Cuzco), plus récemment Carpe Diem et Villainous. Même en fréquentant les supermarchés vous avez assurément vu passer dans les rayonnages des rayons enfant ces beaux puzzles estampillés d’un triangle bleu qui font sa réputation auprès du grand public. Or voilà que Ravensburger mêle son expertise du puzzle à celle du jeu de société pour les mettre à la sauce escape game, dont on a déjà vu de nombreuses variations récemment sous formes de livres, de cartes, de boîtes do it yourself

Bien que l’on s’éloigne souvent de l’esprit d’enfermement dans une pièce caractérisant normalement un escape room, on les acceptait tant qu’elles livraient une expérience bien conçue et originale. Mais un escape puzzle ? Voyons rapidement de quoi il s’agit à partir de la boîte Dans le laboratoire de dragonologie conçue par Johannes Schiller et illustrée par Jonas Jödicke, que nous tâcherons autant que possible de ne pas spoiler (parce que oui, on peut spoiler un escape puzzle) tout en donnant un aperçu de ce que désigne cette étrange fusion de concepts, vendue 15 euros, soit un prix tout à fait normal pour un puzzle de 759 pièces !

 

Escape Puzzle

 

Le puzzle

Les Escape Puzzle sont… des puzzles, en l’occurrence des motifs découpés en 759 pièces cartonnées.

D’une épaisseur très correcte, ces pièces ont curieusement des formes souvent similaires, ce qui fait que l’on pourra régulièrement les assembler alors qu’elles ne vont pas du tout ensemble. Ravensburger nous avait pourtant habitués à des contours plus distincts pour un assemblage plus évident et plus technique, mais peut-être cela fait-il partie de l’expérience ? En quelque sorte pourra-t-on seulement dire pour ne pas trop gâcher l’expérience.

Si vous avez déjà réalisé des puzzles de quelques centaines de pièces, vous savez qu’il est assez frustrant d’assembler de larges plages monochromes avec des pièces s’emboîtant partout. Heureusement, le problème se pose à peine ici, puisque malgré la taille de l’ensemble (70 centimètres par 50), le motif est extrêmement détaillé, avec des couleurs et des éléments si distincts que l’on n’hésitera pas longtemps avant de déterminer à quelle partie du dessin appartient telle pièce.

 

Escape Puzzle

 

Grande originalité, le puzzle assemblé diffère en quelques endroits du modèle représenté sur la couverture. Juste assez pour constituer un petit défi sans du tout pouvoir perdre le joueur, dans une idée assez savoureuse.

La première différence que l’on repère, ce sont les numéros apparaissant sur toutes les pièces de la bordure, presque tous orientés vers l’intérieur du puzzle, ou le bas pour celles de la bordure inférieure. On ne sait longtemps pas du tout à quoi ils correspondent, et ils peuvent apporter une petite aide, puisque leur orientation peut donner un léger indice sur la bordure où il faut les placer, sans que ce soit systématiquement vrai.

Spoilons juste l’une des différences les plus évidentes pour introduire le thème, l’un des quatre œufs présents au premier plan a éclos…

 

Escape Puzzle

 

L’escape

Une fois n’est pas coutume, le puzzle s’accompagne d’un manuel, donnant en une page un contexte narratif et quelques consignes.

On y apprend ainsi qu’on est passionné de dragonologie depuis notre plus tendre enfance et que l’on rend visite à un parent éloigné justement spécialiste de ce domaine. Cependant, il n’est pas dans son laboratoire, et un carnet révèle qu’il a volé une relique que quelqu’un va venir récupérer en détruisant son travail et sa vie, à moins qu’il en désactive la magie. Mais il n’est pas là, et l’on voit soudain surgir un dragon devant soi. Pas le choix, il va falloir soi-même trouver la relique et désactiver la magie pour sauver ce parent et probablement se sauver soi-même !

L’idée est judicieuse : le joueur est enfermé avec le puzzle où il doit reconstituer le lieu où est enfermé son avatar.

 

Escape Puzzle

 

Les instructions clarifient le fait que le puzzle doit être réalisé entièrement avant de s’intéresser aux six énigmes, reposant sur les différences entre le résultat final et la couverture.

Ces énigmes sont assez peu évidentes pour justifier la mention « 12 ans et plus » sur la boîte. Individuellement, elles sont généralement assez simples, mais elles exigent de faire correspondre deux éléments de la pièce pour transformer une différence matérielle en suite de chiffres. Or on ne sait pas toujours quels éléments faire correspondre, puisque rien ne nous dit que tel élément se rapporte à l’énigme 1, tel autre à l’énigme 3, ou pire, tel autre encore à deux énigmes différentes, quand on serait tenté d’occulter tout ce qui a déjà servi.

Une énigme à base de lettres m’a d’ailleurs paru assez tordue, même si, une fois la solution connue, je dois admettre qu’avec un peu plus de méthode j’aurais dû finir par la découvrir.

Je sais que cela pourrait paraître décourageant, et c’est pour cela que Ravensburger a mis en place un très satisfaisant système d’indices, accessible en ligne, guidant assez bien vers les solutions de chaque énigme. Il peut alors s’avérer particulièrement stimulant de les faire lire progressivement par une personne ne participant pas à leur réalisation, afin qu’elle sache quoi dire pour orienter les joueurs sans gâcheur leur plaisir de la découverte.

Une fois les six énigmes résolues, on obtient les éléments pour une ultime énigme, dont la solution est cette fois donnée dans l’enveloppe scellée de la boîte. Et cette ultime énigme souffle le chaud et le froid, ou même plutôt le froid que le chaud.

Nous nous étions dit qu’il serait formidable qu’elle fonctionne d’une certaine manière, et aurions dû être ravis de découvrir qu’en effet, elle fonctionnait ainsi. Pourtant, nous nous retrouvions déçus de ne pas savoir quoi en faire. Avions-nous trouvé la relique, dissipé la magie, éloigné le dragon, sauvé notre parent ? Sans doute pour la première question, sans en être certains, et pour le reste, nous n’en savions rien du tout.

On peut imaginer plusieurs manières idéales dont l’escape puzzle aurait pu s’achever, mais toutes ne sont pas forcément compatibles avec les conditions pragmatiques de sa conception. Je dirais pour ma part qu‘il aurait suffi d’un épilogue, un court texte sur la fiche de solution, pour nous donner la sensation d’achèvement et de satisfaction finale qui nous manquait. En quelques lignes seulement on aurait pu nous expliquer ce qu’on avait découvert, quelles étaient les conséquences de cette résolution, bref à nouveau lier l’énigme et l’histoire, au lieu d’oublier soudain le parent et la relique comme s’ils n’avaient jamais existé.

 

Escape Puzzle

Escape Puzzle : un concept excitant

On pouvait être dubitatif en lisant le nom de cet étrange concept, escape puzzle, qui ressemblerait en effet à une manière opportuniste pour Ravensburger de surfer sur la mode de l’escape. Il suffit de se lancer dans l’aventure pour s’apercevoir que ce mauvais a priori est tout à fait injuste, et que l’éditeur tient plutôt là une idée prometteuse pour ajouter quelque chose aux puzzles, une production dans laquelle sa maîtrise est mondialement reconnue. De fait, il parvient à livrer plusieurs énigmes très bien thématisées, cachées dans les différences entre l’image de la couverture et le résultat final, une idée audacieuse qui fonctionne d’autant mieux que ce puzzle de 759 pièces regorge de détails qui le rendent assez facile à assembler, tandis qu’un habile système d’indices permet de guider la réflexion sur des énigmes parfois tortueuses, mais très satisfaisantes. On regrettera seulement une conclusion abrupte, soudain dénuée de toute thématisation, et dont le goût amer pourrait faire oublier le plaisir sincère pris tant dans le versant puzzle que dans le versant escape de la proposition ludique. Les escape puzzles de Ravensburger ne m’en paraissent pas moins recommandables, d’autant que tous ont leur univers foisonnant et attractif, en espérant que l’éditeur apportera à ses prochaines créations dans ce genre la petite touche finale qui leur permettrait de susciter un plaisir complet.

 

Escape Puzzle Escape Puzzle

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Culture Geek