Hardware

Test – Le Carbonaut de Thermal Grizzly sur la RTX 2080 Ti (partie 2)

Rédigé par le

Test – Le Carbonaut de Thermal Grizzly sur la RTX 2080 Ti (partie 2)

Et le pad Carbonaut sur une RTX 2080 Ti, ça donne quoi ?

 

Il y a une semaine, nous vous proposions de découvrir nos impressions sur le pad thermique de Thermal Grizzly. Nous avons réalisé le test sur un 9900K en comparant les performances du Carbonaut avec différentes pâtes thermiques. Si vous désirez lire ce test, je vous invite à suivre ce lien. Thermal Grizzly a eu la gentillesse de nous fournir trois Carbonaut de tailles différentes pour des utilisations bien définies, dont l’une est de remplacer la pâte thermique de la RTX 2080 Ti. La partie théorique ci-dessous est la même que dans l’article précédent si vous l’aviez loupé.

 

Le Thermal Grizzly Carbonaut en détail

Et si nous débutions ce test par une présentation vidéo de la gamme des produits proposée par Thermal Grizzly ainsi que l’unboxing de ce nouveau produit, le Carbonaut.

 

 

Nous avons reçu de la part de Thermal Grizzly plusieurs samples afin de pouvoir réaliser un comparatif de leurs différents produits. Dans le colis reçu se trouve un tube Aeronaut, un Hydronaut, un Kryonaut, un Conductonaut et trois Carbonaut. Afin que vous puissiez vous faire une idée du rôle de chacun de ces produits, voici un tableau disponible sur le site de la marque.

 

Le packaging Thermal Grizzly est quasiment identique pour chacun de leur produit et particulièrement bien pensé avec comme couleurs dominantes, du noir, du blanc et du rouge. C’est rudement efficace visuellement. Tous les produits de la marque sont livrés dans une enveloppe fermée et disposant d’un zip de fermeture pour la refermer après ouverture. L’idée est certainement d’optimiser la conservation. On retrouve, sur la face avant, une référence à der8auer, un très célèbre overclockeur allemand, qui travaille en étroite collaboration avec la marque. Sur la face arrière, se trouvent les données techniques ainsi que les atouts de ce pad thermique en différentes langues :

  • conductivité thermique maximale
  • haute performance constante
  • réutilisable
  • ne se dessèche pas
  • flexible et facile à utiliser
  • Attention : conducteur électrique ! Suivez les instructions

 

Mais que retrouve-t-on à l’intérieur de cette enveloppe ? Bien entendu le pad thermique qui est protégé dans une fine boite afin de ne pas s’abîmer, un petit manuel d’utilisation et un code afin de vérifier que ce produit n’est pas une contrefaçon. C’est assez surprenant, Thermal Grizzly a-t-il connu ce type de souci par le passé ou ont-ils peur que leurs produits soient rapidement copiés ?

Mais revenons au nouveau produit de Thermal Grizzly : le pad thermique Carbonaut. L’idée est donc de placer ce pad en lieu et place de la pâte thermique. Sur le papier, c’est une excellente idée puisque nombreux sont ceux qui doutent de la mise en place de la pâte thermique : « en ai-je mis assez, de trop ? ». Ce pad est en réalité conçu en fibre de carbone et dispose de nombreux atouts. Il dispose d’une très bonne conductivité thermique (62,5 W/mk) et peut supporter des températures allant de -250°C à 150°C.

 

Un autre avantage, c’est qu’il est réutilisable, flexible et qu’il ne se dessèche pas ! Attention cependant, comme le metal liquid, le Carbonaut est un conducteur d’électricité. Il faudra dans certains cas, être prudent afin qu’il ne soit pas en contact avec certaines résistances présentes autour du GPU par exemple. Plusieurs d’entre vous avez réagi lors de la publication de notre news sur le Carbonaut en nous disant que cela existait déjà et notamment avec le thermal pad IC Graphite de Innovation Cooling. Je dispose aussi de ce pad pour les tests et je peux vous dire qu’en terme de conception, ce n’est pas du tout la même chose.

Le Thermal Grizzly Carbonaut est proposé pré-découpé afin de répondre à la demande. Voici les cinq versions disponibles actuellement :

  • 32 x 32 x 0,2 mm destiné aux processeurs « de bureau » comme les Intel LGA-115x (6700K, 7700K, 9900K, etc.)
  • 38 x 38 x 0,2 mm destiné aux processeurs disposant d’un IHS plus grand comme les 7900X, 7980XE, 2700X, 1800X, 6950X, etc.
  • 51 x 68 x 0,2 mm pour la gamme de processeurs Threadripper de chez AMD (1950X, 1920X, 2990WX, etc.)
  • 25 x 25 x 0,2 mm pour le Die des GPU Nvidia (RTX 2080)
  • 31 x 25 x 0,2 mm pour le Die des GPU Nvidia (RTX 2080 Ti)

Les prix varient entre 9,90 € et 25,90 € pour le modèle à destination de la gamme Threadripper. Pour rappel, l’ensemble de la gamme Thermal Grizzly est disponible chez Caseking.

 

La configuration utilisée pour les tests

Voici la configuration qui sera utilisée pour tester le Carbonaut sur les GPU :

  • Carte mère : EVGA Z390 DARK
  • Processeur : Intel i9 9900K à 5 GHz (50×100 MHz) 1,21 Volt
  • Mémoire : GSKill Trident Z 4200 MHz 19-19-39 à 1,4 Volt
  • Carte graphique : EVGA RTX 2080 Ti FTW3 Ultra Gaming (test) – ZOTAC RTX 2080 Ti ArcticStorm (test)
  • Système de refroidissement : radiateur de 480 mm
  • SSD : Western Digital Black SN750 500 Go + radiateur EKWB
  • Alimentation : Corsair AX1600i (merci Corsair France)
  • Pâte thermique : comparatif
  • Système d’exploitation : Windows 10 64 bits
  • Écran : Asus PG27UQ (merci Asus France)

 

Notre choix s’est porté sur deux RTX 2080 Ti. Tout d’abord la EVGA FTW3 Ultra Gaming qui dispose d’un système de refroidissement par air ainsi que de nombreuses sondes présentes sur son PCB. La seconde sera la ZOTAC ArcticStorm que nous venons de tester et qui possède elle, un waterblock comme système de refroidissement. Pour ce test, nous nous limiterons uniquement à la pâte thermique Thermal Grizzly Kryonaut. Nous aurions pu tester d’autres pâtes, mais les résultats se seraient situés entre la Kryonaut et le Carbonaut. L’idée ici est de mesurer l’écart entre les deux.

 

Attention de ne pas perdre de vue que le Carbonaut est conducteur électrique et que celui-ci ne doit pas être en contact avec les petites résistances qui se trouvent autour du IHS ! Surtout que lorsque l’on réinstalle le système de refroidissement d’une carte graphique, on a tendance, pour des questions de facilité, à retourner la carte afin de poser le PCB et de venir le serrer. Dans sa vidéo, der8auer lors de son test du Carbonaut sous froid a placé de la Kryonaut sur les résistances afin de maintenir le pad mais surtout éviter tous contacts. Une autre solution consiste à les recouvrir de vernis transparent comme c’est le cas lors de delid.

 

LE PROTOCOLE DE TEST

Pour « stresser » la carte graphique, nous utilisons le logiciel powerMAX en mode GPU (1920 x 1080) durant 10 minutes ce qui permet d’avoir une utilisation à 100% du GPU. Les températures des différentes sondes sont relevées via GPU-Z 2.20.0. Pour relever la température ambiante, c’est une sonde placée à 10 cm des ventilateurs qui est utilisée et la température du liquide pour la ZOTAC. Les tests sont réalisés trois fois avec un intervalle de 30 minutes. Je fais la moyenne des deltas obtenus : T° moyenne du GPU – T° de la sonde K.

J’ai décidé pour ces tests comparatifs de laisser les trois ventilateurs de la EVGA FTW3 Ultra Gaming tourner à 100% de leur vitesse. Pourquoi ? Cela évite que la carte ne baisse pas automatiquement la fréquence à un moment afin de réduire la température et donc, risquer de fausser les résultats obtenus !

 

Les résultats des TESTS

Avant toute chose, autant il est très facile de placer le Carbonaut sur un processeur autant l’installation sur un GPU se montre nettement moins aisée. Le déposer sur le IHS ne pose aucun souci mais c’est pour refixer le système de refroidissement. Il faut vraiment s’assurer que le pad ne bouge pas et surtout ne se déplace pas. Il m’a fallu trois montage successif afin d’arriver à le placer parfaitement sur le modèle EVGA. Par contre, aucun souci avec le waterblock de la ZOTAC. Un bon point pour le pad, c’est qu’il est parfaitement découpé et recouvre le IHS de nos cartes graphiques sans déborder.

Le premier test s’est déroulé sur le benchmark 3DMark Time Spy Extreme en lançant uniquement les deux tests GPU. J’ai opté pour une série de tests avec la gestion AUTO des ventilateurs et à 100% pour la EVGA RTX 2080 Ti FTW3. Pour ce qui concerne la ZOTAC, le radiateur EKWB CoolStream de 480 mm a fait le boulot.

 

Le second test réalisé est powerMAX en 1920 x 1080 pour une durée de dix minutes. Comme j’ai expliqué dans le protocole, les ventilateurs tournent à 100% de leur vitesse afin d’éviter que GPU Boost 4.0 ne modifie la fréquence afin de réduire la température.

 

Je n’ai pas indiqué de résultats en IDLE, c’est-à-dire au repos, lorsque la carte n’est pas utilisée car les écarts entre la Kryonaut et le Carbonaut sont insignifiants. Le Carbonaut se débrouille plutôt bien sur notre exemplaire EVGA disposant d’un système de refroidissement par air. Les écarts entre la Kryonaut et le pad sont de l’ordre de 2 degrés. Par contre, la combinaison du Carbonaut avec le waterblock de la ZOTAC nous apporte des résultats moins satisfaisants puisque la différence peut alors atteindre près de 4 degrés.
Un autre point positif, l’utilisation du pad Carbonaut n’a eu aucun effet négatif sur les températures des puces mémoires ou de l’étage d’alimentation.

 

Le mot de la fin

A priori peu de personnes auront l’occasion de changer la pâte thermique de leur carte graphique sauf si vous optez pour un système de refroidissement liquide. N’oublions pas que certaines marques refuseront de prendre en charge une carte graphique si celle-ci a été démontée. Par exemple lorsque le rond autocollant se trouvant sur l’une des quatre vis de maintien à été perforé. Il s’agit donc de bien se renseigner avant le démontage et de vous assurez que celui-ci ne portera pas préjudice à la garantie de votre carte graphique.

En terme de performances, le Carbonaut fait le boulot et l’écart entre la Kryonaut et le Carbonaut est moins important que lors de notre test sur le processeur i9-9900K ! Étrangement, le Carbonaut a été plus efficace avec la carte graphique EVGA et son système de refroidissement par air qu’avec la ZOTAC et son waterblock. Il s’agit donc d’un bonne alternative à la pâte thermique traditionnelle en gardant juste à l’esprit que le montage est un peu plus compliqué que pour un processeur. Dans le cadre de tests comparatifs de solutions de refroidissement, le Carbonaut permettrait d’avoir un protocole plus pointu en utilisant toujours le même pad ! Les conditions de tests serait ainsi optimal avec un pad appliqué toujours de la même manière !

Nous avons décidé de lui accorder un award d’or pour cette version destinée aux cartes graphiques au vue des ses performances !

 

N’hésitez pas à aller lire la première partie de ce test consacrée à l’utilisation du Thermal Grizzly Carbonaut sur notre exemplaire du i9-9900K comparé à l’Arctic MX-4, la Gelid GC Extreme, la Noctua NH-1 et au IC Graphite Thermal Pad. N’hésitez pas à réagir ou à poster vos questions dans les commentaires ci-dessous.

Thermal Grizzly Carbonaut GPU
9 Le testeur
0 La communauté (0 Votes)
Pour
  • facilité de mise en place selon la carte
  • nombreux formats
  • température sur un GPU
  • prix
Contre
  • durée dans le temps ?
Qualité de fabrication
Application de la pâte
Performances
Rapport qualité/prix
Ce qu'on en dit Connectez-vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware