Hardware

Test – EVGA Z390 DARK, une carte pour les overclockeurs

Rédigé par le

Test – EVGA Z390 DARK, une carte pour les overclockeurs

UNE SÉRIE « DARK » à DESTINATION DES OVERCLOCKEURS

 

Avant de passer en détails la Z390 DARK, faisons un petit retour en arrière sur la série « DARK » de EVGA. C’est en 2013 que EVGA propose le premier modèle, la X79 DARK qui a remis EVGA sur les bons rails après des modèles décevants et surtout qui manquaient de suivi en terme de bios. Cette série est chapeautée et conçue en grande partie par Vince, alias KingPiN, et TiN. J’ai appris dernièrement l’existence d’une X99 DARK, jamais commercialisée et réalisée en deux seuls exemplaires. La troisième fut l’excellente X299 DARK qui est notre carte de référence pour les processeurs architecturés autour du socket LGA-2066. Et enfin, cette quatrième carte, officiellement la troisième : la EVGA Z390 DARK !

 

Les cartes de la série « DARK » sont conçues dans le même esprit que les cartes graphiques « KingPiN », c’est-à-dire, obtenir les meilleures performances et proposer des outils pour les tester sous azote liquide. La Z390 ne déroge pas à la règle et les teasings sur la carte mère n’ont fait qu’enflammer la ferveur des overclockeurs. Le stock, lorsque la carte a été enfin disponible en Europe, s’est vendu en moins de deux heures ! La carte étant toujours, à l’heure actuelle, en rupture de stock.

 

 

La Z390 DARK en détails

Cette EVGA Z390 DARK est architecturée autour du chipset Z390. Elle dispose d’un socket LGA-1151 et est compatible avec les nouveaux processeurs de 9ème générations ainsi que ceux de la génération précédente. Tant que nous sommes à parler du socket, l’espace autour de celui-ci est très bien dégagé ce qui permettra une isolation simplifiée pour les tests sous LN2. Les dimensions de la carte sont de 304,8 x 276,6 mm, ce qui correspond au format E-ATX. Les couleurs dominantes sur le PCB sont le noir, le gris foncé ainsi que le doré.

 

La forme est assez particulière, avec sur l’un des côtés de la carte mère, une encoche au niveau du connecteur d’alimentation ATX 24 pins, des deux connecteurs CPU 8 pins et du port USB 3.0 interne. L’agencement du PCB dans sa partie haute a été complètement revu par EVGA. Le socket ainsi que les deux emplacements mémoires ont pivoté de 90° dans le sens anti-horlogique. Ce choix permet ainsi de réunir l’ensemble des connecteurs d’alimentation en les disposant en position horizontale afin de faciliter le rangement des câbles. Personnellement, c’est assez déroutant visuellement au premier abord mais rudement bien pensé ! La même découpe est présente pour le connecteur d’alimentation PCI-E 6 pins dont le rôle est de fournir une source d’alimentation supplémentaire lorsque vous utilisez plusieurs cartes graphiques.

 

La carte dispose de deux radiateurs qui se chevauchent. Le premier recouvre l’étage d’alimentation, qui à cause de la rotation du socket, se trouve en partie en face des différentes sorties de la carte mère ainsi qu’en position central. Cette EVGA Z390 DARK dispose d’un étage d’alimentation de 17 phases (12 Vcore, 1 VSA, 1 VCCIO, 2 VGT et 1 mémoire). Le second recouvre le chipset et ne mesure que 12 mm de hauteur afin d’assurer une compatibilité maximale avec les cartes graphiques. Même si il s’agit d’un système de refroidissement passif, la surface de dissipation est très grande afin de favoriser de bonnes températures.

 

La Z390 DARK ne dispose que de deux emplacements mémoire DDR4 permettant d’accueillir au maximum deux barrettes mémoires. Pourquoi par quatre ? C’est une carte clairement destinée aux overclockeurs et la RAM est l’un des composants que l’on cherche à overclocker un maximum afin de booster les scores dans les benchmarks. N’avoir que deux slots permet d’avoir une distance avec le socket moins importante ce qui à pour but de stabiliser plus aisément la RAM mais également de limiter les perturbations. Elle supporte les kits mémoires jusqu’à 4600 MHz+ pour une quantité maximale de 32 GB. Le fait d’avoir déplacé les deux slots mémoires sur la partie supérieure permet aussi une meilleure circulation de l’air entre la face avant de votre boitier et le ventirad placé sur le CPU, le kit mémoire ne faisant plus barrage. Maintenant la plupart des exemplaires de cette Z390 trôneront sur une table de benchs.

Au niveau des emplacements PCI-E, on retrouve trois ports PCI Express 3.0 16x ainsi qu’un PCI Express 3.0 4x. La carte n’est compatible qu’avec du SLI de deux cartes graphiques. Entre les deux premiers ports se trouvent deux emplacements permettant d’accueillir deux SSD de type M.2 jusqu’à 110mm. J’en ai d’ailleurs profité pour y insérer un Western Digital Black SN750.

 

La carte dispose d’une vaste « OC Zone », c’est-à-dire un ensemble de boutons qui faciliteront la vie des overclockeurs et qui se trouvent sur le pourtour de la carte mère. Voici les différents outils mis à votre disposition :

  • CLR CMOS : permet d’effacer les paramètres du BIOS lors d’un échec au boot.
  • 2 Debug LED : permet d’identifier le composant responsable de l’erreur lors du boot, mais aussi d’afficher la température du CPU ainsi que les tensions.
  • Status LED : qui en fonction de leur couleur vous permet d’identifier un problème ou savoir à quel niveau se trouve la tension du composant.
  • 2 ProbeIT : via des câble présents dans le bundle, vous pouvez relever très facilement à l’aide d’un multimètre les différentes tensions
  • Bios switch : afin de passer d’un bios à l’autre, ils sont au nombre de trois.
  • PCI-e 16x Switch : permet d’activer ou de désactiver les ports PCI Express 16x. Ce la permet par exemple de tester plusieurs configurations sans devoir ôter à chaque fois la carte graphique.
  • Slow mode : permet de booter avec un coefficient de 16x et une fois dans l’OS de remettre celui choisi dans le bios. Sous froid, si vous voulez atteindre 6GHz en 60x100MHz, en activant le Slow Mode, vous bootez en 16×100 et dans l’OS, hop vous revenez à 60×100. C’est surtout pour des max screens.
  • Safe Boot : permet de redémarrer la carte même si les paramètres choisis dans le bios ne permettent pas le boot. Cela évite de devoir faire un Clear CMOS et donc de perdre vos paramètres.

 

La carte dispose de trois bios avec un bouton permettant de switcher de l’un à l’autre. Le premier bios est détachable et peut donc être remplacé facilement en cas de gros pépins. Mais l’avantage principal est de pouvoir tester d’autres bios sans avoir à écraser vos paramètres. J’ai par exemple, pour ma part, le bios « standard » en position une et une version LN2 en position deux. On peut aussi distinguer un port USB placé verticalement qui permet de flasher votre carte mère sans avoir besoin d’un processeur.

En ce qui concerne les connecteurs FAN, ils sont au nombre de huit : deux PWM et six PWM/DC. Les fans inconditionnels du rétroéclairage RGB risquent d’être déçu, car ce sont soit des LEDs blanches ou rien. De plus, chaque LED à un rôle bien défini et n’est pas là dans le but de faire joli. Notez qu’il est possible via le bios de désactiver l’ensemble des LEDs afin d’avoir une carte mère réellement noire, c’est le DARK mode !

 

Enfin, cette EVGA Z390 DARK est garantie trois ans en n’oubliant pas que le SAV de la marque est sans nul doute l’un des meilleurs. Pour terminer le tour du propriétaire, sachez que l’on retrouve à l’arrière un port PS/2, deux ports Intel® GbE, six ports USB 3.0, un port USB 3.1 type A, un port USB 3.1 type C, un bouton clear CMOS, un module Wireless-AC 9560, un mini-DisplayPort ainsi que les sorties audio habituelles.

 

 

Un bios ultra complet avec un Stress Test et l’OC Robot

EVGA a mis à jour l’interface de ses bios il y a quelques mois. Pour rappel, vous accédez au bios en pressant la touche « suppr » lors du démarrage de votre PC. Comme vous pouvez le voir, on se retrouve avec un écran qui va vous proposer quatre choix :

  • ENTER SETUP (advanced configuration) qui vous permet d’accéder à l’ensemble des paramètres. C’est bien sur dans cette partie que je passe la plupart de mon temps afin de bidouiller en vue de gagner des points lors des benchs.
  • DEFAULT MODE pour rétablir votre configuration avec les paramètres par défaut.
  • GAMER MODE, qui dans notre cas, nous propose d’overclocker notre processeur à 4900 MHz
  • EVGA OC ROBOT (auto overclock) qui va tenter de pousser votre processeur au maximum en jouant sur la tension et en vérifiant la température (attention, à utiliser intelligemment, jeter un œil dans son test plus bas)

La grosse nouveauté est donc la présence de EVGA OC ROBOT. Celui-ci va permettre à la carte mère de déterminer un overclocking stable. Il s’agit là d’une bonne idée sur le principe et qui va permettre aux débutants de bénéficier d’une base de travail. Ce test se réalise sans interférence du système d’exploitation. Le bios bénéficie en plus d’un « stress test CPU » afin de vérifier la stabilité de votre overclocking. Je vous invite à lire plus bas mes impressions, pas très bonnes sur cet overclocking automatique.

 

Les différentes captures du bios de cette EVGA Z390 DARK reprennent mes paramètres si cela vous intéresse. Comme je le dis à chaque fois, n’oubliez pas de paramétrer aussi votre kit mémoire. C’est très important et très facile avec le profil XMP.

 

Dans le coin supérieur gauche se trouve l’onglet « EXTRAS ». Celui-ci vous permet de vérifier la stabilité de votre overclocking et d’activer l’OC ROBOT. Vous avez aussi la possibilité d’utiliser l‘un des quatre profils pré-enregistrés mais qui se destine principalement aux tests sous LN2. Enfin, vous pouvez mettre votre BIOS à jour en le choisissant sur votre clé USB.

 

La configuration utilisée pour les tests

Voici la configuration qui sera utilisée pour les différents tests :

  • Carte mère : EVGA Z390 DARK
  • Processeur : Intel i9 9900K à 5 GHz (50×100 MHz) 1,21 volts
  • Mémoire : GSKill Trident Z 4200 MHz 19-19-39 à 1,4 volts
  • Carte graphique : EVGA RTX 2060 XC Gaming (test)
  • Système de refroidissement : EK Velocity + radiateur de 360 mm
  • SSD : Western Digital Black SN750 500 Go + radiateur EKWB
  • Alimentation : Corsair AX1600i (merci Corsair France)
  • Pâte thermique : Arctic MX-4
  • Système d’exploitation : Windows 10 64 bits
  • Écran : Asus PG27UQ (merci Asus France)

 

TEST 1 : Gamer Mode et OC Robot du bios

Dans ce premier test, je vais tester les outils d’overclocking automatique proposés par le bios. Commençons tout d’abord par le GAMER MODE, disponible à l’ouverture du bios et qui nous propose d’overclocker notre i9-9900K à 4.9 GHz. On accepte et la carte reboot automatiquement. Voici une série de capture réalisée dans l’OS ainsi qu’avec les paramètres du bios. L’overclocking est bien effectif à 4900 MHz, avec un AVX de -3 et une tension en 1,28 volts. Le seul bémol comme pour tous les overclocking de type automatique, c’est que le kit mémoire n’est pas paramétré correctement. Il reste par défaut à 2133 MHz en 15-15-36.

 

En ce qui concerne l’OC ROBOT, le test est trop assez rapide et prend « seulement » une trentaine de secondes. Le logiciel ne dépasse pas une tension de 1,40 volts et me propose 5 GHz à 1,379 volts. L’AVX est toujours de -3 et la tension à 1,343 volts. J’ai fais une série de benchmarks, c’est parfaitement stable mais cela chauffe beaucoup trop ! Maintenant, il est vrai que je connais mon processeur et donc après une série de tests, je sais qu’il n’a pas besoin d’autant de tension pour tenir les 5 GHz.

 

Voici d’ailleurs pour terminer cette première série de tests, un Cinebench R15 Extreme avec les paramètres proposés par OC ROBOT et à droite avec mon profil. Attention les yeux !!! Comme je ne cesse de le marteler, méfiez-vous de l’overclocking automatique et cela quel que soit le fabricant ! Tous les programmes d’overclocking automatique ont la fâcheuse tendance à taper des tensions beaucoup trop importantes. L’overclocking est une chose qui prend du temps et pas mal de notes afin de trouver les bonnes fréquences et les bonnes tensions.

 

Qui plus est et heureusement, le profil chargé avec OC ROBOT dispose d’un AVX de -3, ce qui veut dire que sur des benchmarks comme Cinebench, la fréquence redescend à 4,7 GHz en lieu et place de 5 GHz. Vous pouvez lire la différence de température entre celui proposé par OC ROBOT, à gauche, et le profil que j’ai travaillé : c’est sans appel, 30 °C de différence ! Ne vous précipitez pas lorsque vous désirez overclocker votre processeur.

 

TEST 2 : l’overclocking mémoire

Afin de tester l’overclocking de la mémoire avec le kit GSKill Trident Z 4200 MHz C19, j’ai dans un premier temps utilisé le profil de Luumi. Celui-ci est disponible dans le BIOS et propose de passer la mémoire à 4300 17-18-18. J’ai légèrement modifié ce profil afin de tester l’overclocking de la mémoire en ramenant la fréquence à 5 GHz, avec un AVX de 0 et une tension de 1,21 volts. Voici quelques résultats obtenus afin de vérifier la stabilité de ce profil.

 

Comme vous pouvez le constater, c’est parfaitement stable et il peut être utilisé H24. La seconde étape va être de pousser le kit à 4000 MHz en 12-12-28. Pour ce faire, premièrement, il faut réduire la taille maximale de la mémoire dans l’OS. Ensuite, je me suis basé sur mon profil pour régler les différents timings. Au final, cela m’a pris près de 4 heures afin de régler les paramètres de mon kit avec l’aide de Radi Ty, que je remercie au passage. Je ne suis pas encore totalement satisfait car je ne parviens pas encore à serrer sur 11 le tRCD et tRP ainsi que passer en 1T mais le processeur sous froid devrait remédier à ce souci.

 

Les profils présents dans les BIOS et peu importe la marque, sont là aussi comme une base de travail. Rien ne vous empêche de les modifier selon votre kit ou vos exigences. Si vous désirez en savoir plus, KingPin propose un tutoriel très intéressant sur l’overclocking de la mémoire sur le forum de EVGA.

 

TEST 3 : l’overclocking de mon i9-9900K

Tout d’abord, je ne bénéficie pas d’un excellent i9-9900K en terme de potentiel d’overclocking. Même si il ne demande pas trop de tension pour tenir les 5 GHz, dépasser les 5.2 GHz s’avère une chose assez compliquée puisqu’il faut fournir une grande tension. Pour overclocker dans l’OS, EVGA met à disposition son très bon logiciel Eleet, qui bénéficie à présent d’une version « light ». J’ai donc réalisé une série de benchmark à 5.2 GHz avec la mémoire paramétrée en 4000 12-12-28. Voici les résultats obtenus.

 

TEST 4 : de l’azote, de l’azote, de l’azote !

Nous sommes en attente de deux nouveaux processeurs, un i99900KF et un i3-9350K, afin de réaliser la seconde partie de cette article consacré aux tests sous azote liquide. J’aurai ainsi l’occasion de tester le nouveau godet T-Rex en version gold de KingPiN avec le système KPC Inferno.

 

 

Le mot de la fin

Cette troisième carte de la série « DARK » de EVGA a encore pris de la maturité. On se retrouve enfin avec une carte qui retire le superflus et dont un overclockeur n’a aucune utilité comme le RGB, un écran OLED, une multitude d’emplacements M2, … . Bref, cette Z390 DARK va à l’essentiel et on ne peut que s’en réjouir !

La carte est parfaitement stable, le BIOS très performant et le fait d’avoir effectué une rotation du socket nous semble une excellente idée ! L’autre gros avantage, c’est la création d’une catégorie dédié à l’overclocking et gérée par KingPiN et TiN, sur le forum d’EVGA. Ils proposent des tutos, mais sont aussi disponibles afin de répondre aux différentes questions !

Les outils nécessaires à l’overclocking sont présents en nombre sur le PCB et les profils du BIOS sont conçus pour des tests sous azote liquide. Le prix annoncé sur le site de EVGA Europe est de 519.99 € ce qui est un budget assez élevé et plus chère que sa concurrente directe : l’Asus Maximus XI APEX.

 

La seconde partie sera donc consacrée aux tests sous froid avec plusieurs processeurs dont ce i9-9900K, un i9- 9900KF ainsi qu’un i3-9350K. N’hésitez pas à réagir à cette article, à poser vos questions dans les commentaires ci-dessous.

 

EVGA Z390 DARK
9 Le testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
  • le socket à 90°
  • le groupement des connecteurs d'alimentation
  • la qualité de fabrication
  • les profils LN2 du bios
  • le suivi sur le forum EVGA
Contre
  • le prix
  • bémol sur OC ROBOT
Qualité de fabrication
Performances
Overclocking
Bios
Prix
Ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware