Hardware

[Test] – Aorus AC300W – Une première réussite ?

Rédigé par le

[Test] – Aorus AC300W – Une première réussite ?

Un boîtier au design mélangeant sobriété et RGB

 

Après le test du boîtier View 28 de Thermaltake, nous nous attaquons aujourd’hui à un produit de chez Aorus. La marque, plutôt récente, est connue pour ses composants comme les cartes graphiques ou les cartes mères. Ils ont également sorti très récemment une souris : la Aorus M3. C’est une marque de l’entreprise Gigabyte, qui base ses produits sur le marché du gaming. Nous disposons donc du nouveau et 1er boîtier de la marque : le Aorus AC300W.

 

 

Il s’agit d’un boîtier moyenne tour avec des dimensions plutôt concentrées (Lo469 x La211 x P458 mm). Ce boîtier en acier et en plastique peut accueillir des configurations ATX, micro-ATX et mini-ITX. Le Aorus AC300W propose également un RGB sur la façade et le cache-alimentation, mais nous en parlerons plus en détail dans la partie du design. De plus, il dispose d’une vitre permettant de voir l’intérieur du boîtier et d’avoir un visuel sur la configuration.

 

 

 

 

Sorti du carton, plutôt classique

 

On se retrouve après la livraison avec une boîte en carton complètement classique. Une image du produit en noir et blanc est affichée sur la face avant. Quant aux caractéristiques de celui-ci, elles se retrouvent sur le côté. Les visuels du site internet sont également présents pour connaître les informations sur la compatibilité des alimentations, des cartes graphiques et des ventirads. Lorsque l’on retourne le carton, on fait face à un schéma très bien expliqué montrant tous les aspects du boîtier.

 

 

Après ouverture du carton et sortie du boîtier, on aperçoit celui-ci coincé entre deux blocs de polystyrène et couvert d’une fine couche de plastique. Encore une fois, il s’agit là de protection classique mais ne pas les voir aurait été rédhibitoire. Une fois tout cela enlevé, on se retrouve enfin avec le boîtier en face de nous. Le reste du packaging se trouve dans les baies H.D.D et en dessous du cache alim.

 

Un packaging très appréciable

 

 

Une fois cela sorti, on retrouve la notice et une petite boîte en carton. La notice dépliante, en anglais, est composée de nombreuses images afin de faciliter le montage. Dans la petite boîte en carton, nous retrouvons dix serre-câbles, le nécessaire pour supporter la carte graphique et 4 sachets contenants toute la visserie. Petit point négatif au niveau du support, il s’agit d’une simple pièce en métal qui est découpée sur les deux faces en longueur. On aurait aimé au moins une face pleine afin de cacher le potentiel riser. Point positif notable, chaque sachet est badgé (motherboard par exemple) pour faciliter le montage et éviter d’aller regarder dans la notice. Cela a l’air tellement simple, mais tous les boîtiers ne s’accommodent pas de ce genre d’artifices qui devraient pourtant être un standard.

 

Simplicité et RGB en façade

 

Le maître mot de ce design, c’est la sobriété. Dans un mélange d’acier et de plastique se mêlent des lignes très carrées et une intention de simplicité. L’avant du boîtier, la façade, est faite dans un aluminium brossé du plus bel effet. Quelques détails sur le haut et le bas de ce côté du boîtier sont travaillés. Ces deux surfaces sont symétriques par rapport à l’axe horizontal tracé au milieu du boîtier et sont le support des leds RGB.

 

 

Le RGB en général sur cet Aorus AC300W

 

En parlant des leds RGB, elles apportent réellement un petit quelque chose au boîtier. Elles sont localisées à 2 endroits en particulier : la façade et le cache alimentation. Elles prennent également la forme du logo, comme sur beaucoup de boîtiers. L’effet par défaut est une suite de couleurs, comme un spectre, et avec un effet de fondu. Le rouge passe à l’orange, qui lui-même passe au jaune, jusqu’à un nouveau rouge.

 

 

L’effet en lui-même est très design mais j’aurais aimé pouvoir choisir la couleur pour l’inclure dans les couleurs de mon installation. Eh oui, il n’est pas directement paramétrable via les commandes du boîtier. Le seul bouton sur le haut du boîtier permet d’allumer et d’éteindre le RGB. De plus, le placement du câble de connexion de la LED en dessous n’est clairement pas optimisé. J’ai dû l’enlever pour pouvoir le replacer dans la meilleure position possible.

 

Une vitre pour admirer un intérieur spacieux

 

 

La vitre apporte également vraiment quelque chose de plus. Pour un boîtier appelant à la configuration RGB, il fallait que l’on puisse admirer cette dernière. Il ne s’agit pas d’une vitre qui recourbe toute la longueur du boîtier mais elle fait clairement le travail. Par contre, la vitre est entièrement sujette à tous les reflets possibles et imaginables. Cela signifie qu’elle n’a pas été traitée contre ces mêmes reflets. Cela empêche quand même d’apprécier à sa juste valeur les choix esthétiques du monteur.

 

Un cache alimentation des plus qualitatifs

 

 

Pour pouvoir disposer d’une vitre comme celle-ci, il est vraiment conseillé d’avoir un cache pour l’alimentation afin de cacher les câbles ou encore de passer outre certains designs d’alimentation vraiment pauvres. Ici, il est vraiment optimisé et beau puisqu’il ne limite en aucun cas le potentiel de refroidissement du Aorus AC300W. De plus, sur le dessus, il y a un espace pour passer quelques câbles, comme celui de la carte graphique, afin d’améliorer les possibilités de rangement des câbles.

Montage de la carte graphique ventilateurs face à la vitre disponible !

 

 

Ce boîtier est également compatible avec l’installation verticale d’une carte graphique double slots. À l’arrière du boîtier, juste en dessous de l’emplacement pour la carte mère, deux équerres PCI-E pour cela sont disponibles en plus des 7 déjà présentes. Dans le packaging se trouve également une petite pièce à visser pour supporter le GPU ainsi positionné. Par contre, encore une fois, le riser PCI-E n’est pas fourni pour avoir un montage clé en main. Il faudra encore débourser une vingtaine d’euros pour s’en procurer un, quel dommage…

 

Les différentes connectiques en façade

 

 

En façade, de nombreuses connectiques sont disponibles. Et en plus, les options proposées sont vraiment extrêmement alléchantes. Nous avons les classiques boutons power on, reset, deux USB 3.0 et les jacks pour brancher casques et micros.

Deux choses sont réellement à signaler lorsque l’on considère les connectiques : l’USB-C et le port HDMI. D’abord, à l’aube du remplacement de l’USB classique sur les appareils haut de gamme portables, pouvoir les brancher directement sans adaptateur est d‘un confort très agréable. La VR étant ce qu’elle est, la présence d’un port HDMI est appréciable.

 

 

Le boîtier permet d’accueillir des ventirads assez volumineux mais c’est surtout l’espace ouvert à l’intérieur qui permet de s’amuser. La plupart des cartes graphiques font moins que 380mm de long. Il est donc possible d’avoir la plupart des cartes graphiques à l’intérieur. Par contre, il faudra faire attention puisque les alimentations au dessus de 180mm ne pourront pas être intégrées.

 

 

Un airflow étudié pour la performance

 

 

Le site internet de Gigabyte dispose d’une page sur ce produit et j’ai utilisé bon nombre de visuels de celle-ci pour ce test. Il compare la capacité de dégagement et de flux d’air sur le Aorus AC300W et les autres boîtiers. De nombreux boîtiers ont choisi ce genre de fonctionnement, mais il faut reconnaître qu’il est absolument optimisé.

 

 

Les deux ventilateurs qui sont fournis sont de très bonne qualité : ils font leur travail sans fioritures. Il y en a un à l’avant pour gérer l’entrée d’air et un à l’arrière pour l’expulser. Ils ont un rapport qualité de fabrication / ventilation / nuisances sonores très satisfaisant pour un boîtier de cette gamme de prix.

 

 

Et là, on attaque encore un aspect très bon du boîtier : les possibilités de refroidissement. Pour du watercooling all-In-One, vous avez 4 positions pour du 120mm, 2 positions pour du 240mm et même une position pour du 360mm. Vous avez bien sûr la possibilité pour faire du push-pull sans aucun problème. Même avec la présence d’un cache alimentation et l’impossibilité de placer des ventilateurs derrière la façade, le push and pull est possible.

 

 

En ce qui concerne le silence, rien à réellement signaler. Il y a un bruit de fond quasiment impossible à distinguer mais qui peut se faire sentir dans certaines conditions. Quand la température ambiante est un peu élevée ou quand on demande un petit peu de travail au CPU ou au GPU, les ventilateurs PWM commencent à se faire un tout petit peu entendre. Mais dans l’ensemble, seuls les ventilateurs et les boîtiers spécialisés sur l’isolation et le silence battent à plate couture le Aorus AC300W.

 

Stockage HDD

 

 

En terme de stockage, on aura ici droit à deux baies HDD afin de brancher des disques durs. Si vous disposez d’adaptateurs de baies, vous pourrez également installer 2 SSD ou disque durs de laptop supplémentaires. La meilleure option si vous souhaitez avoir beaucoup de place pour vos programmes, c’est de prendre des disques durs disposant déjà d’une grande capacité intrinsèque de stockage. Le système d’attache à vis est très simple et n’importe qui pourrait visser le disque sur la baie sans même regarder la notice.

 

Stockage SSD

 

 

Pareil pour les SSD, on a ici le même système d’attache à un détail près. Ceux-ci se glissent directement sur l’arrière du Aorus AC300W et se fixent grâce à des vis à mains. En ce qui concerne le nombre de slots réservés pour du stockage à mémoire flash, ils sont au nombre de trois. Il y en a deux sur la droite, juste au dessus des H.D.D et un autre au dessus de l’alimentation. Quand on prend le temps d’y penser, leurs places sont vraiment optimales pour le cable management. Ils sont à la même hauteur que les connectiques SATA et cela réduit grandement les efforts pour faire un cable management esthétique et pratique. Vous pourrez donc brancher 3 SSD sur les emplacements, deux supplémentaires si vous adaptez les baies HDD et un autre en mSATA directement sur la carte mère.

 

 

Nous avons donc un maximum de 6 disques branchés si tout est exploité. Cela laisse quand même de nombreuses possibilités, surtout à une époque où se démocratisent des disques à haute quantité de mémoire. 

 

Composants installés dans la bête

 

 

  • Carte mère MSI H81M-P33 Micro-ATX
  • Intel Core I5 – 4690K Quadri-core
  • Corsair VS450W
  • Ventilateurs fournis + Bitfenix Spectre
  • Seagate Barracuda
  • Asus Strix Nvidia GTX 970
  • Corsair H80i GT
  • Kingston HyperX fury 16 Go DDR3

 

 

En terme de montage, c’est encore RAS. La notice explique tout ce dont vous avez besoin pour monter votre configuration et l’explique bien en plus. Les sachets sont badgés avec leurs utilisations et de nombreux serres-câbles sont livrés avec. Les petits interstices sont bien placés et rendent bien une fois l’installation effectuée. Les nombreuses connectiques en façade impliquent de nombreux câbles à gérer.

 

 

 

Un superbe boîtier !

 

Lorsque que l’on m’a proposé ce produit en test, j’étais loin de m’attendre à quelque chose d’aussi bon. Au fur et à mesure de la prise de photos et de l’enregistrement de la vidéo, je me suis aperçu que ce boîtier n’a réellement aucun défaut rédhibitoire. Et encore plus, ces points positifs sont dans les domaines importants en ce qui concerne les boîtiers. Regardons ensemble et faisons la synthèse de cet Aorus AC300W qui a gagné de nombreux points au fur et à mesure du test.

En terme de design, la note de ce boîtier parle pour lui. Il s’agit là du plus beau boîtier que j’ai eu entre les mains pour l’instant. La qualité de fabrication est vraiment impressionnante pour un produit de cette gamme de prix. Une des choses les plus incroyables, c’est que, contrairement au View 28 de Thermaltake, les choix en terme d’esthétique ne se payent pas sur les possibilités de refroidissement. Le montage est également très instinctif grâce notamment aux sachets badgés.

Mais comme rien n’est parfait, il me faut parler un peu en détails des points que l’on appelle « négatifs ». L’absence de traitement anti-reflets pour la vitre est vraiment dommage mais logique sur cette gamme de prix. Quelque chose qui aurait pu et qui, je l’espère, sera corrigé, c’est le support pour mettre la carte graphique ventilateurs face à nous, qui laisse transparaître le riser. Enfin, j’aurais vraiment aimé que le rétroéclairage soit directement paramétrable sur le boîtier du Aorus AC300W. En l’état actuel des choses, seule une synchronisation avec une carte mère permet de piloter le RGB. C’est vraiment quelque chose qu’il faudra proposer sur la prochaine version.

Enfin, pour une centaine d’euro, il s’agit là d’un excellent boîtier qui brille par sa sobriété et sa solidité. C’est pour cela qu’il mérite grandement son VG d’or.

Review 0
9 Le Testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
Un design vraiment très travaillé
Une excellente conception et qualité de fabrication
Possibilités de refroidissement optimales
La configuration se monte sans aucun problèmes
Contre
Pas de riser Pci-Express livré
Support pour GPU horizontal laisse entrevoir le riser
Aucun moyen sur le boitier de contrôler le RGB
Vitre avant sujette à de nombreux reflets
En quelques mots...
Un excellent boitier pour une centaine d'euro !
Design
Silence
Refroidissement
Stockage
Assemblage
Qualité de Fabrication
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware