Ciné Séries

La saison 4 de Sherlock repoussée en 2017

La saison 4 de Sherlock repoussée en 2017

Il y a quelques mois, la hype Internet était en deuil.
Et pour cause, on nous annonçait en novembre 2014 que la saison 4 de Sherlock ne serait pas diffusé en 2016 mais au moins un an plus tard.

Cleek_serie_sherlock holmes_control

 

Vous ne connaissez pas la série Sherlock ? Comment est-ce possible ? Faisons un petit retour sur une cette production britannique.

Une adaptation contemporaine de Sir Arthur Conan Doyle

Créée par Mark Gatiss (qui joue également le rôle de Mycroft Holmes) et Steven Moffat – qui n’en sont pas à leur coup d’essai en matière de série puisqu’ils s’occupent également de la mythique série Doctor Who – Sherlock est diffusé pour la première fois en 2010.

Malgré un format étonnant (3 épisodes de 1h30 par saison), la série marche très bien et les critiques positives fusent envers ce détective du XXIe siècle. C’est tout naturellement que la série se voit affublée d’une deuxième puis d’une troisième saison en 2012 puis 2014. L’attente est longue entre les cliffhangers et les saisons, mais les fans tiennent bon car l’intrigue ne faiblit pas et les personnages intéressants continuent d’affluer.

La Saison 4 en 2017…

Le succès de la série subit également le revers de la médaille. De plus en plus sollicités, les acteurs de la série voient leur agenda s’alourdir au cours des saisons. Il ne sera alors pas toujours évident de trouver un créneau pour tourner ces 4h30 de série tous les deux ans. Par exemple, Martin Freeman est sollicité dans la trilogie du Hobbit entre les saisons 2 et 3 de Sherlock.

 

Cleek_series_Sherlock Holmes_Martin Freeman

Watson, high as fuck, seeing dragons and dwarves.

 

Pour la Saison 4 de Sherlock, c’est Benedict Cumberbatch qui est en cause pour le retard. L’acteur principal entame les négociations pour jouer le personnage principal du prochain Marvel : Doctor Strange. La superproduction américaine officialise le rôle pour Cumberbatch le 4 décembre 2014. De plus l’acteur en course pour l’Oscar du meilleur acteur pour son interprétation de Alan Turing sera également en tournage en 2015 pour le film Black Mass.

À cause de cet agenda chargé, les fans de la série se sentent trahis par la nouvelle hype Holywoodienne. Et pour cause, il n’est pas faux d’affirmer que Benedict Cumberbatch a été révélé par la série policière. En effet, l’acteur britannique a enchaîné après 2010 les rôles importants dans La Taupe, Star Trek Into Darkness, Twelve Years a Slave et The Imitation Game ainsi que la voix digitale de Smaug dans The Hobbit donnant la réplique à Martin Freeman.

En tentant de rester le plus partial possible, il est difficile de rejeter la faute sur Benedict Cumberbatch même s’il est regrettable de voir la Saison 4 de la série autant repoussée.

Que les fans se rassurent néanmoins, l’épisode spécial de Noël prévu pour cette année est toujours d’actualité, pour le moment…

 

Tiens mais au fait, Sherlock, pourquoi ça marche ?

Sans aller loin dans les spoilers, le lecteur pourrait se sentir frustré de lire autant d’informations sur l’œuvre de Gatiss et Moffat, aussi, il est plus sage de ne pas lire la suite si vous voulez découvrir la série par vous-même.

Sherlock Holmes, un personnage travaillé et intemporel

Le détective le plus connu au monde nait en 1887 avec la plume de Sir Arthur Conan Doyle. Il n’est pas facile de compter toutes les adaptations du personnage au chapeau rigolo, tant Sherlock a été incarné au cinéma et à la télévision. De plus, beaucoup d’auteurs se sont inspirés de ce personnage peu commun pour leurs héros comme le Chevalier Auguste Dupin d’Edgar Allan Poe pour ne citer que lui.

Il n’est d’ailleurs pas anodin de continuer à trouver autant d’adaptations du détective britannique ces dernières années en série (Elementary et Sherlock) mais aussi au cinéma avec les deux films de 2009 et 2011 avec Downey JR et Jude Law dans les rôles principaux.

Gatiss et Moffat avaient à cœur de transporter le personnage de Sherlock au XXIe siècle dans un monde de l’information tout en conservant ses principaux attraits et en restant le plus fidèle possible au matériau de base. Sherlock selon Cumberbatch est toujours vif, intelligent et arrogant bien sûr, mais il est également sensibles aux drogues, capricieux, autiste et intéressé par les nouvelles technologies.

L’une des grandes réussites de la série est d’avoir incorporé ces dernières sans dénaturer le personnage. Sherlock Holmes balance de la punchline en SMS, traque les méchants par GPS et hante les chats de discussion en ligne pour résoudre les énigmes.

Des personnages attachants et intéressants

Cependant, la plus grande réussite de la série est d’avoir créé des personnages assez bien interprété pour contrebalancer le charisme de Sherlock Holmes.

Que ce soit dans l’écriture ou le choix des acteurs, tous les personnages secondaires apportent quelque chose à la série.

À commencer par le Docteur Watson bien évidemment, souvent moqué par Conan Doyle à l’époque, le personnage de Martin Freeman demeure tout de même un faire-valoir de Sherlock Holmes mais se permet de critiquer et de remettre à sa place le détective au cours de la série (pas aussi souvent que le spectateur l’aimerait, il faut l’avouer). Dans l’ombre de Sherlock (à sa décharge Martin Freeman accuse 14 cm de moins que Cumberbatch…), médecin militaire et pragmatique, ce nouveau Watson forme un duo parfait et le spectateur n’aura aucun mal à s’identifier à lui pendant les intrigues tant sa personnalité est vraie.

 

L’entourage de Sherlock est également très intéressant :

Cleek series Sherlock Holmes Hudson Mrs Hudson, propriétaire du 221B Baker Street, reste fidèle à l’œuvre de Conan Doyle. D’une patience infinie, très (trop ?) serviable, bonne cuisinière et assez âgée, elle doit endurer le désordre notable de son locataire, son entraînement au pistolet dans l’appartement, les visites inappropriées ou encore les expériences scientifiques dérangeantes. Chaque point de cette description aura un clin d’œil dans la série et on ressent même de la peine pour Una Stubbs se fait ignorer presque méchamment par les autres protagonistes.

 

 

 

Cleek series sherlock holmes Mycroft – Mycroft Holmes, le frère aîné de sept ans demeure également très fidèle à l’œuvre original. Occupant un poste important dans les Services Secrets britanniques (« il est le service secret britannique »), il possède également une capacité d’analyse supérieure à son frère cadet. La relation entre les deux frères demeure chaotique mais néanmoins forte et Mark Gatiss fait un très bon Mycroft Holmes, indolent, cynique et très puissant.

 

 

 

 

Cleek series sherlock holmes lestradeGreg Lestrade fait un inspecteur très attachant. À Scotland Yard, il sera le seul à défendre bec et ongles le détective insupportable. Rupert Graves parvient à faire prendre une autre dimension à ce second rôle alors que Sherlock se moque très souvent de lui. Déterminé et tenace, lui aussi reste fidèle à Conan Doyle.

 

 

 

 

 

Que serait un héros policier sans les criminels qu’il doit arrêter ? Pas grand chose en effet, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les vilains jouent un rôle très important dans la série. Sans entrer dans les détails pour éviter les spoilers, ils possèdent tous un charisme suffisant pour tenir la dragée haute à Sherlock tout au long des intrigues. De Moriarty à Adler en passant par Magnussen (plus connu sous le nom de Milverton sous la plume de Conan Doyle), les Némésis de Sherlock Holmes sont très bons. Voire démoniaque et psychopathes. À consommer sans modération.

 

Cleek series Sherlock Holmes moriarty

 

Le dernier personnage : la Grande-Bretagne

Le dernier point de cette réussite est sans doute le cadre. Sherlock est anglais et on se sent bien à Londres. On aime prendre les « cabs », on aime Big Ben et on aime aussi la Grande-Bretagne en général. Les créateurs de la série ont d’ailleurs modifié les enquêtes originales de Conan Doyle pour les faire coller à ce cadre contemporain. L’exemple le plus marquant d’entre toutes reste ironiquement la plus connue d’entre toutes : le Chien de Baskerville. Et si vous n’avez pas vu cet épisode, il est plus que temps de rattraper votre retard en vue de 2017 : votez SH !

Ciné Séries
@Niksounet

Rédacteur couteau-Suisse, cynique dans l'âme et fanboy sporadique.

Plus Ciné Séries