ROG Delta S Wireless : le casque merveilleusement confortable d’Asus

Je peux passer dix heures dans la journée avec un casque sur les oreilles : la musique en fond quand je travaille, les réunions professionnelles ponctuant la semaine, les podcasts pendant le sport ou la vaisselle, les enregistrements d’émissions pour Batman Legend

Aussi n’ai-je pas besoin de préciser à quel point j’attache de l’importance à son confort : rien de pire après une longue journée devant son PC que d’avoir la tête qui explose, la fatigue du travail s’ajoutant à la pression du casque, sans parler des micro-pics de tension quand, en plein meeting, le micro ou le son coupe. Des problèmes également susceptibles de rendre une session de jeu pénible, ce qui n’est assurément pas la sensation que l’on recherche en profitant enfin de sa console…

Bref, voilà qu’Asus (via sa marque Republic of Gamers) lance le ROG Delta S Wireless, qui est la version… wireless du ROG Delta S (quelle surprise, je sais). Un casque vendu 199,99 euros et misant précisément sur le confort de l’utilisateur malgré une polyvalence revendiquée… Intrigant, pas vrai ?

 

ROG Delta S Wireless

 

 

Unboxing

La boîte elle-même est assez jolie, en misant sur un contraste rouge/blanc-argent/noir, bien que sobre, finalement plus fonctionnelle que vraiment commerciale.

Ainsi la couverture rappelle-t-elle dans un coin la compatibilité avec la PlayStation 5, dont on ne doutait pas vraiment et ses certifications Discord et Teamspeak assez classiques. Le sous-titre, sous le nom du produit, est un peu plus évocateur : « Casque de gaming sans fil 2,4 GHZ et Bluetooth » nous dit-on ainsi du ROG Delta S Wireless, de quoi expliciter un peu le nom en précisant les formes que prend ce fameux Wireless.

 

ROG Delta S Wireless

 

Paradoxalement, le dos est « trop complet », si chargé en arguments qu’il n’attire le regard sur aucun. Du moins y lit-on tout ce qu’Asus souhaite mettre en avant : une portée de 25 mètres quand le casque est connecté avec son dongle, la qualité de ses écouteurs, ses (!) micros à « filtrage spatial » (beamforming) avec une annulation du bruit par IA, sa légèreté couplée au design confortable de ses coussinets, ses 25 heures d’autonomie, avec une recharge rapide des trois premières heures en 15 minutes, sa compatibilité avec les PCs, Macs, les PS4 et 5, la Switch et les téléphones portables.

 

ROG Delta S Wireless

 

On note bien sûr tout de suite que certains arguments intriguent plus que d’autres et auraient sans doute mérité une meilleure mise en valeur, mais du moins leur variété accentue-t-elle la sensation de polyvalence solide revendiquée par le ROG Delta S Wireless, et qu’il s’agira de tester.

La boîte ouverte montre un casque soigneusement protégé, même si l’insert est loin de se signaler par sa classe, tandis qu’au dessous, on trouve le petit guide de garantie, le guide de démarrage rapide, et surtout « la boîte », celle qui pour la plupart des casques contient les petits plus qui renforcent l’envie de l’essayer au plus vite.

 

ROG Delta S Wireless

 

Outre un câble d’alimentation USB-A à C tressé, on y trouve un adaptateur USB-A/USB-C sur lequel on va revenir… et deux coussinets en tissu, pour remplacer les coussinets en similicuir (pardon, en « cuir protéiné »), toujours sympathique. Mais… pas de dongle ?

C’est que le fameux dongle… est directement intégré au casque, inséré magnétiquement dans l’un des écouteurs, donc aisé à retirer mais assez solidement pour ne pas du tout craindre qu’il tombe par inadvertance. Depuis le temps que je peste contre les casques dont le dongle est un petit truc livré séparément, dont il est évident qu’il finira perdu quelque part, en avoir un cette fois assez gros et astucieusement rangé pour ne pas l’oublier ni le perdre est une vraie joie, du genre qui fait vraiment la différence.

 

 

Le casque en lui-même est joliment sobre. Pas de RGB, rien de tape-à-l’œil, sauf à considérer que ses touches de blanc le rendent plus remarquable que s’il n’était que noir. Mais avec sa forme relativement élancée, son logo au lieu de tout nom de marque (il faut chercher Asus à l’intérieur de l’arceau), voilà un casque avec lequel on peut tout à fait sortir sans ostentation.

On pourra déplorer, selon l’utilisateur, le choix de coussinets triangulaires, qui offrent un meilleur enfermement de l’oreille… mais peuvent ne pas convenir aux grandes oreilles de ce que j’ai lu, un défaut qui semble de bon sens, même si je n’ai pas pu le tester moi-même. Un autre avantage de cette forme, dérisoire à première vue mais en fait pas tant que cela, est que l’on identifié immédiatement de quel côté est le casque, et donc où est l’oreillette droite et l’oreillette gauche, évitant à chaque fois qu’on veut le mettre de scruter les lettres R et L pour savoir comment le placer sur notre tête, une situation que l’on connaît trop bien.

 

ROG Delta S Wireless

 

Enfin, si le dongle est rangé dans l’oreillette droite, l’oreillette gauche accueille :

  • la fente pour le branchement du câble d’alimentation, sans possibilité de la recouvrir, ce qui est toujours dommage, faisant un peu moins propre, et peut-être le seul élément trahissant le fait que le ROG Delta S Wireless n’est pas tout à fait un casque « quotidien ».
  • la molette de son, fonctionnant par à-coups (j’avoue préférer les « vraies molettes »), que l’on peut presser pour éteindre ou allumer le micro. Une bonne idée pour limiter le nombre de touches… sauf que l’on n’a aucun moyen de savoir, quand on a le casque sur les oreilles, si le micro est allumé ou éteint, et si on a bien appuyé comme il fallait pour changer de fonction, là où un plus classique bouton que l’on enfonce, ou un interrupteur, sont nettement plus intuitifs – l’argument de la led que l’on ne peut pas voir à moins de retirer le micro ne suffisant bien sûr pas à satisfaire.
  • le bouton « multi-fonctions » :

ROG Delta S Wireless

  • l’interrupteur permettant de passer du Bluetooth au dongle ou à l’extinction du casque. Cela signifie bien sûr aussi que, contrairement à beaucoup d’autres casques, on ne peut pas connecter le ROG Delta S Wireless à deux sources audio simultanément, une fonction que je n’utilise personnellement pas de toute manière, mais dont il peut être bon pour certains de savoir qu’elle n’est pas possible ici.

Seulement trois « boutons » pour remplir toutes les fonctions requises, et surtout, trois boutons totalement différents dans leur fonctionnement les uns des autres, ce qui aide à éviter les fausses manipulations en apprenant très vite comment faire quoi.

Bon, hâte de l’essayer, mais d’abord, place aux caractéristiques techniques :

Caractéristiques techniques

Conception

Type de casque : fermé
Forme : circum-aural
Taille des transducteurs : 50mm
Type de transducteur : transducteur dynamique
Pliable : non
Contrôle du volume : sur le casque
Micro :oui
Type de micro : omnidirectionnel (mais à filtrage spatial)
Ergonomie du micro : fixe
Sensibilité du micro : -37 dB
Réponse en fréquence du micro : 100Hz – 10kHz
Poids : 314g

Connectivité

Compatibilité : PS5, PS4, Android, iOS, Windows, MacOS, Nintendo Switch
Sans-Fil : RF 2,4 GHz
Version bluetooth : Bluetooth 5
Distance transmission : 25m
Liaison filaire : non

Alimentation

Autonomie : 25h
Temps de charge : 4h
Connectique de charge : USB Type C
Charge rapide : oui
Batterie amovible : non
Recharge via boîtier : non

Spécifications audio

Codecs Bluetooth : SBC
High-Res audio : non
Bande passante (Fréquence Mini) : 20
Bande passante (Fréquence max) : 20000
Réduction de bruit active : oui
Logiciel compagnon : Armoury Crate
ROG Delta S Wireless

Micro

Avant d’attaquer la partie consacrée au confort du ROG Delta S Wireless, évoquons son micro, ou plutôt « ses micros », un pluriel qui a de quoi surprendre.

C’est que ces micros… sont directement intégrés dans les oreillettes, sous forme d’un petit trou sous chacune. Des micros donc presque complètement invisibles qui ont déjà l’assez évident avantage d’éviter la perche avec ce qu’elle implique de questionnements : quand elle est amovible, il faut pouvoir recouvrir la fente supposée l’accueillir, donc un petit élément perdable de plus ; quand elle est là, il faut la relever chaque fois que l’on veut boire, les maladroits doivent faire un peu plus attention à ne pas l’oublier, et surtout elle barre le visage en cas de live. Et puis l’absence de micro externe permet un allègement considérable du casque.

Vous devriez regarder aussi ça :
Vonguru part en vacances !

Donc une proposition ma foi intéressante, qui arrive aussi avec son lot de craintes. D’abord, comme on l’a dit, pèse l’incertitude de l’allumage ou non du micro, puisqu’on ne peut pas juste le retirer ou le lever pour s’assurer d’en bloquer la réception sonore. Et l’on ne peut que se demander comment ambitionner dans ces conditions la qualité d’un micro directionnel.

Ces micros fonctionnent par filtrage spatial : ils forment devant l’utilisateur une zone assez réduite dans laquelle recevoir la voix, en éliminant les sources extérieures grâce à une IA. Dans les faits… on vous conseillera dès l’acquisition du casque d’installer le logiciel Armoury Crate, qui vous permettra entre autres de paramétrer le Noise Gate, la « voix parfaite » et l’annulation du bruit, afin que vous trouviez votre équilibre, selon les situations, et parveniez à une voix qui ne serait pas trop compressée, et aisément audible malgré les bruits alentour…

Vous aurez sans doute compris que ce n’est probablement pas le casque avec lequel vous téléphonerez un samedi soir au Carrefour ou au milieu de l’Assemblée nationale, ce qui n’a de toute manière jamais été l’ambition ou l’atout d’un casque orienté gaming. Cependant, avec quelques tests, on peut arriver à quelque chose de très satisfaisant. J’ai d’ailleurs enregistré une heure de podcast sur le rôle de Bill Finger dans la création de Batman au moyen du ROG Delta S Wireless, et je posterai cette vidéo juste ici quand elle sera diffusée afin de vous donner un bon aperçu des qualités de ces microphones.

 

ROG Delta S Wireless

 

Confort physique et auditif

Puisqu’on a parlé de l’application Armoury Crate, autant commencer cette partie par là. En effet, si vous êtes un tant soit peu exigeants en termes de son, vous pourriez être désagréablement surpris par la gestion des basses notamment, et donc vous réjouir d’autant mieux de la richesse du logiciel pour affiner la retranscription du son de multiples manières, toutes très clairement détaillées.

 

ROG Delta S Wireless

 

Comme on l’a dit, le casque peut être utilisé en Bluetooth 5.0 ou avec son dongle… l’option que je privilégie systématiquement, sauf pour le téléphone portable (bien que le dongle fonctionne aussi). Il faut dire qu’il suffit de mettre le casque en mode 2,4, de brancher le dongle, et la réception du son est immédiate…

y compris sur Nintendo Switch, ce qui est tout de même assez précieux quand on se rappelle que le Bluetooth n’est pas possible en mode avion, et que l’on veut pourtant économiser la batterie de sa console pour jouer jusqu’au bout du trajet à Procession to CalvaryConcordia et The Witcher 3.

D’ailleurs (quel art de la transition !), sur l’autonomie, j’ai beaucoup apprécié la possibilité de personnaliser le temps au bout duquel le casque s’éteint automatiquement pour trouver le juste milieu entre économie… et évitement de l’extinction du casque dès qu’on écrit un petit mail entre deux musiques. Ce qui s’ajoute à l’autonomie promise de 25 heures pour faire du ROG Delta S Wireless l’un des casques que j’ai le moins souvent eu besoin de recharger.

ROG Delta S Wireless

 

Pour l’anecdote, avec ce ROG Delta S Wireless, j’ai pu savourer d’aussi belles fictions que City Hall, Joe Hill, The Unbelievable Truth, Bad TimesWit et surtout (parce que plus « spectaculaires » et rendant donc plus exigeants sur la richesse sonore, même si parfois très inférieures cinématographiquement) InunakiIp Man 3Obi-Wan Kenobi et la saison 3 de Stranger Things (qu’il fallait bien rattraper pour proposer la critique de la saison 4 prochainement).

Aussi, quelle bonne idée que d’avoir conçu un dongle USB-C (d’où la compatibilité avec la Switch ou le téléphone portable)… mais avec un tout petit adaptateur USB-A juste au cas où !

 

ROG Delta S Wireless

 

On retiendra cependant, pour finir sur la connectique, que cette « polyvalence wireless » est exclusive : vous ne pourrez rien écouter en filaire, le casque ne disposant pas de sortie jack, et même pendant l’alimentation en branchage USB. Un problème tout relatif bien sûr, puisqu’il suffit de se connecter à l’appareil voulu en Bluetooth ou via dongle pendant la recharge, mais l’absence de filaire peut davantage être regrettée, même avec la conscience que c’est le prix à payer pour un casque aussi ergonomique et léger.

Parce que non content de ne peser que 314 grammes (avec les coussinets en similicuir et sans le dongle), le ROG Delta S Wireless fait partie de ces casques dont on oublie simplement qu’on les porte, ou qu’on pourrait presque avoir la flemme de retirer quand on n’écoute plus rien tant leur présence est anecdotique. C’est que malgré un crantage précis et des coussinets enrobants, pour un casque qui ne « part » pas pendant des activités sportives basiques par exemple, le similicuir de l’arceau et des coussinets est assez important pour empêcher tout sentiment d’écrasement.

À ce titre, j’avoue (puisqu’on a le choix) ma préférence pour les coussinets en similicuir. On penserait a priori que les coussinets en tissu sont plus légers, plus respirants, bien que moins immersifs, et c’est effectivement le cas, mais je n’ai pas suffisamment senti cette « liberté supplémentaire » pour trouver nécessaire de renoncer au confort des coussinets « natifs ».

 

ROG Delta S Wireless

 

Le ROG Delta S Wireless, un modèle de confort et de polyvalence ?

Le ROG Delta S Wireless est un excellent casque pour son prix. Il ne triomphe probablement pas de toute la concurrence en termes de qualité de son et de micro, mais est parfaitement honorable dans ces domaines, en particulier avec les nombreuses possibilités de personnalisation offertes au consommateur. Et surtout, ces « limites » sont au service d’un casque qui cherche à un point assez admirable le confort de l’utilisateur.

Avoir des micros malgré l’absence de micro externe est ainsi le genre d’astuce que l’on pourrait souhaiter voir davantage pour des casques polyvalents cherchant à faire oublier qu’on les a sur le crâne, ce à quoi aucun de mes casques n’était parvenu aussi bien que le ROG Delta S Wireless.

Supposément orienté gamers, il s’avère enfin très consumer friendly : pas de RGB, une sobriété élégante, discrétion des fonctions pourtant complètes, avec des touches qu’il est singulièrement aisé de distinguer, bref pour le meilleur et le pire, il est tout à fait portable au quotidien pour les usages les plus divers, y compris en extérieur pour se rendre à la médiathèque ou subir son footing. Une expérience que je recommande donc franchement (le port du casque, pas le footing).

Argent Award Vonguru

ROG Delta S Wireless
8 Le Testeur
La communauté ( votes)
Design et Look
Confort et Ergonomie
Qualité Audio
Bundle et équipement
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.