Boîtier Kolink Void X : une tour psychédélique

Pour ce nouveau test, nous proposons de découvrir la firme Kolink. Si vous n’en avez jamais entendu parler, il s’agit d’un constructeur allemand spécialisé dans les tours esthétiques. Avec comme fer de lance, un mastodonte appelé « Big Chungus ». Dans notre cas, nous allons plutôt partir sur de l’ATX standard. Avec ici, le Void X, une tour RGB au design original. Cette dernière nous est vendue sur le marché au prix moyen conseillé de 94.99 euros. Si sur le papier, son apparence nous envoie du rêve, qu’en est-il pour le reste ?

Kolink Void X
Des miroirs et des vitres pour le Void X

Unboxing

Comme pour toutes les tours, on ne va que s’attarder rapidement sur le packaging. Le Void X nous est envoyé dans un carton renforcé tout ce qu’il y a de plus standard. Cependant, on va tout de même retrouver quelques spécificités inscrites sur les façades. Nous reviendrons sur ces dernières un peu plus tard.

À l’intérieur du colis se trouve donc notre nouvelle tour. Emballée et protégée bien sûr pour toutes les parties en verre. On trouvera à l’intérieur du châssis un petit plastique comprenant les accessoires ainsi que divers colliers de serrage pour le câble management.  En dehors de cela, on ne retrouve pas de manuel de montage. Kolink a fait le choix ici de le rendre disponible en version numérique, chose étrange si votre pc n’est pas encore prêt à l’emploi ?

Kolink Void X

Et si on faisait le tour du propriétaire

Comme vous avez déjà pu le voir juste au dessus, notre Void X se veut très réfléchissant. On constate donc sur la façade avant deux miroirs jouant un rôle important dans l’esthétique future de votre appareil. En effet, ils ont été conçus pour donner un jeu de lumière très spécifique à ce module.

Sur les parties latérales, pas de grande surprise à proprement parler. Le côté gauche arbore un verre trempé pour admirer votre configuration tandis que le côté droit dispose d’une plaque en métal pour cacher tous les câbles.

Pour ce premier jet vis-à-vis de notre ATX, on va surtout noter des choses en ce qui concerne la partie supérieure de l’objet. Dans un premier temps, on découvre une aération avec filtration de l’air. Cette dernière dispose d’une plaque souple aimantée que l’on peut facilement retirer pour l’entretien. On en déduit très vite une possibilité d’ajouter des ventilateurs supplémentaires pour faciliter le flux d’air.

Kolink Void X

Ensuite vient le tour du panneau de contrôle. Là où j’ai personnellement l’habitude de voir au maximum deux ou trois prises, j’ai été surpris de voir un panel de branchements disponibles. On retrouve pas moins de quatre ports USB (2 en 3.0 et 2 en 2.0), une prise jack, une prise micro, l’allumage et enfin, une touche pour changer les lumières.

En ce qui concerne le panneau arrière, il est tout ce qu’il y a de plus standard avec les ports prévus pour une carte graphique à la verticale ou l’horizontale.

 

Spécificités techniques

  • Boîtier moyen tour
  • Fenêtre en verre trempé
  • Compatible carte mère ATX / Micro-ATX / Mini-ATX – Adaptable via les entretoises fournies
  • Emplacements des disques dur : 2 baies de 3,5” (HDD) et 2 baies internes de 2,5” (SSD)
  • Refroidissement arrière : 1 ventilateur de 120 mm
  • Panneau de commandes : 2 port USB 3.0 Type-A , 2 port USB 2.0, un bouton reset et 1 connecteur micro/casque + gestion des LED
  • Emplacement pour alimentation de taille standard ATX
  • Taille : 21 x 45.3 x 41.15 centimètres
  • Poids : 6,55 kg

Prix : 94.99 euros

Appréhender le montage du Void X

Comme indiqué un peu plus haut, on a affaire ici à un boîtier sans manuel facilement accessible. Il est donc recommandé de l’avoir à portée de main via un smartphone ou encore un autre ordinateur. Ensuite, on va passer dans un premier temps sur l’ouverture de notre future tour. De ce côté là, je dois avouer que ça m’a un peu déconcerté dans un premier temps.

Là où nous avons l’habitude maintenant de voir des habitacles bien rangés avec des rails et plusieurs passages, le Void X semble pas mal faire l’impasse là dessus. On se retrouve avec quelque chose d’un peu brouillon et des câbles emmêlés ici et là à découvrir. On identifie même rapidement le branchement du ventilateur arrière avec deux fiches dont une qui ne servira quasiment jamais.

Pour prévoir le branchement toujours, on voit sur les côtés plusieurs trous assez larges, de quoi faire passer les fils de votre alimentation. Un bon point en somme. Il faudra cependant trouver du câblage assez discret pour que l’avant se veuille agréable. Toujours dans l’esthétique par ailleurs, l’ensemble des boutons du panneau avant sont discrètement glissés sur le côté mais forment toujours un énorme bloc. On aurait je pense préféré quelque chose de plus interne pour éviter cela.

Vous devriez regarder aussi ça :
Récap' cinéma : découvrez les sorties cinéma du 6 octobre 2021

 

Justement, c’est l’heure du branchement !

Pour cette étape, après avoir installé l’ensemble de mes composants sans trop d’encombres. Je dois avouer que j’ai été quelque peu déconcerté. Dans un premier temps, il faut passer le câblage du panneau avant vers la carte mère. Vous avez à cet effet des trous sur la partie inférieure pour plus de discrétion. Le problème étant, c’est que vous n’avez plus accès à cela une fois l’alimentation posée.

On a donc une première difficulté pour organiser sa future configuration. J’ai même par ailleurs une certaine appréhension si le bloc venait à trop chauffer en été par exemple. Dans un second temps donc, une fois que tout est prêt. On passe donc au branchement de l’alimentation. Dans ce cadre là pas trop de soucis à déplorer, les trous sont assez larges et on peut ensuite gérer tout cela avec des colliers de serrages. De la même façon pour les SSD et les HDD, on s’en sort sans encombre grâce aux différentes baies prévues à cet effet.

Maintenant que tout est branché, on va quand même constater un problème dont je vous parlais plus haut. Si votre alimentation dispose d’un câblage trop volumineux, on se retrouve avec une masse informe à devoir tasser par manque de place. Un véritable casse-tête qu’il va falloir résoudre avec un espace des plus minimalistes.

Kolink Void X
Quand le Void X devient une partie de Tétris

Avec les différents colliers mis à disposition, on arrive quand même à quelque chose qui se ferme. De plus, comme je vous l’indiquais, les trous sont relativement généreux et on peut facilement tricher. Comme vous verrez ci-dessous, une configuration des plus basiques donne quelque chose de correct. À l’exception de la carte graphique où, avec un modèle plus grand on y verrait que du feu !

Kolink Void X
Aucun câble n’a été maltraité au montage

Il n’y a plus qu’à allumer

Une fois que tout fonctionne, on allume donc notre machine. Comme je vous l’ai expliqué un peu avant, il a été pensé pour disposer d’un flux d’air relativement honorable. Sans ajouter de ventilateur frontal ou supérieur, on obtient tout de même une machine qui ne chauffe pas trop pour le peu qu’elle soit basique.

Si on a la possibilité d’étendre cette dernière pour ajouter plus de refroidissement, je reste quand même dubitatif quant à la capacité du Void X à accueillir plus de composant. La question ne s’est quasiment pas posée pour ma part tant je considère qu’il se destinera surtout à des installations assez sommaires à l’image de celle utilisée.

 

Un petit passage du côté esthétique

En ce qui concerne ce point, on va le considérer comme l’argument principal du boîtier. En effet, ce dernier arbore un classique éclairage RGB. Mais là où cela se retrouve sur les ventilateurs en règle générale, Kolink fait le choix d’un miroir éclairé sur la façade.

Par conséquent, on obtient un effet unique de profondeur. En fonction du réglage choisi via la touche LED, il est possible d’obtenir un certain effet des plus agréables. On pensera notamment à ceux appréciant poser leur tour sur leur bureau. Combiné à des Nanoleaf ou simplement un setup RGB, on obtient quelque chose d’assez agréable à l’œil.

 

Que penser du Void X?

Kolink a le mérite de proposer un produit original. Si le design se veut agréable et passe-partout dans une installation. Le projet ne semble vraiment pas abouti. On sent que le constructeur souhaite apporter un maximum de fonctionnalités à son produit. Néanmoins, à force de vouloir compléter son boîtier, on se retrouve avec un Void X comportant des défauts. Que ce soit au niveau de l’optimisation filaire ou la place disponible, on aurait apprécié un produit un peu plus gros.

Compte tenu du prix de 94.99 euros, on aura sûrement de meilleurs produits au détriment peut-être de quelques loupiotes.

Silver Award

Kolink Void X
7 Le Testeur
La communauté ( votes)
Pour
    Très agréable et satisfaisant à regarder
    Panneau avant très polyvalent
    Prévu pour tout type de machine
    Petit et passe partout
Contre
    Un seul ventilateur avant bien que deux puissent être rajoutés
    Cable management cauchemardesque
    Optimisé pour des configurations basiques
Design
Silence
Refroidissement
Stockage
Assemblage
Qualité de Fabrication
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Ailleurs sur le web

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.