Ciné Séries

Critique – Les Nouveaux Mutants

Rédigé par le

Critique – Les Nouveaux Mutants

Critique cinéma – Les nouveaux mutants

 

Nous l’attendions de longue date, ce film Marvel explorant la genèse de nouveaux mutants et flirtant avec le suspens et l’horreur. Après plusieurs années de tease, de report, de tease (et encore un peu de report), Les Nouveaux Mutants ont enfin vu le jour. Avec les différents effets spéciaux vendus dans la bande-annonce, cela augurait quelques beaux moment de divertissement. Qu’en est-il en réalité ? Vonguru vous livre sa critique du film Les Nouveaux Mutants, réalisé par Josh Boone.

 

 

Nouveaux mutants, nouveau succès ?

 

Pas vraiment. Et l’on pourrait en fait résumer cette séance de cinéma ainsi : tout ça… pour ça. Si cela peut sembler un peut sévère – car Les Nouveaux Mutants n’est pas foncièrement un mauvais film – c’est avant tout parce qu’avec cette idée d’un thriller horrifique autour de l’univers Marvel, il y avait tout de même une belle opportunité de marquer les esprits. Certaines idées, d’ailleurs très réussies mais toutefois trop peu exploitées confèrent au film cette sensation de succès en demie-teinte.

 

Resituons le film : Rahne Sinclair, Illyana Rasputin, Sam Guthrie et Roberto da Costa sont quatre jeunes mutants retenus dans un hôpital isolé pour suivi psychiatrique. Le Dr Cecilia Reyes, qui estime ces adolescents dangereux pour eux-mêmes comme pour la société, les surveille attentivement et s’efforce de leur apprendre à maîtriser leurs pouvoirs. Lorsqu’une nouvelle venue, Danielle Moonstar, rejoint à son tour l’établissement, d’étranges événements font leur apparition. Les jeunes mutants sont frappés d’hallucinations et de flashbacks, et leurs nouvelles capacités – ainsi que leur amitié – sont violemment mises à l’épreuve dans une lutte effrénée pour leur survie. – Allociné

 

Pour ma part, l’idée d’explorer la genèse de nouveaux personnages me rendait assez enthousiaste. Tout comme le Joker découvert l’année passée, j’apprécie toujours de découvrir le background d’un héros, afin de mieux cerner les traumas, valeurs et autres traits caractéristiques qui ont contribué à façonner le héros qu’il devient ensuite. De plus, avec un joli casting à la clé (Anya Taylor-Joy (Split, Glass, The Witch...), Maisie Williams (Game of Thrones…), Charlie Heaton (Stranger Things…),Henry Zaga (13 reasons why, Teen Wolf…) on était en droit de s’attendre à des interprétations prometteuses. Seule l’héroïne du film m’était totalement inconnue (Blu Hunt  : The Originals, Another Life…).

Dans l’ensemble, la jeune brochette d’acteurs est convaincante. Mais cela ne suffit vraiment pas. Car au-delà de l’interprétation, un acteur ne peut pas créer ce que le script s’est chargé de ne pas dire. Et c’est là que Les Nouveaux Mutants déçoit énormément. Nous savions déjà que le film avait connu de nombreux retard au niveau de sa date de sortie en raison de gros soucis de production, et qu’il avait même été raccourci. Quel dommage, car à vouloir faire bref, efficace, Les Nouveaux Mutants a perdu de ce qui aurait pu le rendre bien plus remarquable. À la place de cela, on ne peut que constater (et on l’avait un peu vu venir) l’absence de background des personnages (j’entends par-là le strict minimum : un trauma/personnage, point.), les raccourcis chaotiques rendant les péripéties peu convaincantes, autant que d’autres pistes totalement incohérentes, ou malheureusement peu ou pas explorées. Il y avait pourtant de réelles bonnes idées, et si la psychologie des personnages avait été plus fine, Les Nouveaux Mutants aurait pu faire la proposition d’un film pour adolescents bien plus mature qu’attendu, ce qui aurait aurait d’ailleurs renforcé l’efficacité des scènes horrifiques.

 

 

À ce niveau-là aussi, Les Nouveaux Mutants semble bâclé. Bien sûr, on se situe davantage dans un film qui flirte avec l’horreur et l’aventure, sans énormément de traits d’humour, mais cela aurait pu aller bien plus loin. Certains propos graves du film par exemple sont plus sous-entendus que clairement énoncés, tandis que d’autres aspects demeurent totalement inexplorées. Il y avait pourtant matière à exploiter ce background et ce décor d’asile psychiatrique abandonné.

Néanmoins, le film se rattrape avec des effets spéciaux très convaincants et réussis, dans l’ensemble (à l’exception d’une scène ou l’autre relativement clichée : la scène du confessionnal par exemple) et des scènes d’action efficaces. Et puisque le film a été raccourci, Les Nouveaux Mutants ne souffre d’aucune longueur. On ne s’ennuie pas une seconde, et le visionnage du film passe même beaucoup trop vite. De l’introduction (qui doit durer en tout et pour tout 5 minutes) en passant par les background des personnages, les combats, la résolution finale, Les Nouveaux Mutants est incisif (un peu bâclé, mais incisif).

Enfin, on pourra regretter les psychés basiques et très manichéennes des patients de l’asile. De l’ado paumée à la dure marginale et au frimeur, rien ne manque et les psychologies n’évoluent pas vraiment. Qu’il s’agisse de leur première apparition à l’écran ou après l’exposition de leurs traumatismes respectifs, les personnages ne semblent pas gagner en profondeur et l’on demeure très « en surface », un syndrome que l’on pourrait malheureusement généraliser à l’ensemble des entreprises du film (le rapport au corps, au corps médical, à la religion, à la morale, la peur…). Toutefois (et c’est presque dommage de devoir attendre d’en arriver là pour relever un beau moment), le générique de fin est magnifiquement réalisé : la musique est très belle (alors que l’ambiance musicale passe inaperçue tout au long du film), et les dessins des différents protagonistes très réussis, ce qui conclut magnifiquement le long (mais aurait souhaité plus) métrage.

 

 

Les Nouveaux Mutants, après plus de deux ans d’attente, distille donc auprès de ses spectateurs un parfum d’inachevé, comme si on avait souhaité le finir pour s’en débarrasser au plus vite. Malgré tout, le film demeure un divertissement tout à fait convenable, un teen-movie accessible qui flirte avec l’horreur pour un Marvel quelque peu différent. On regrettera néanmoins amèrement ce manque d’engagement qui nous empêche d’apprécier une galerie de personnages et un film d’horreur à la hauteur de ce qui nous avait été promis. À voir en salle donc, sans en attendre plus qu’une heure et demie de loisir plaisant.

 

 

 

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.