Jeux Vidéo

Test – Cannibal Cuisine, un Party-Game sanglant

Rédigé par le

Test – Cannibal Cuisine, un Party-Game sanglant

Cannibal Cuisine, un Party-Game dans l’ère du temps ?

 

La sortie d’Overcooked en 2016 a été une petite révolution dans le monde du jeu vidéo. Alors que la plupart des développeurs se concentrent de moins en moins sur les jeux en co-op locale, le party-game de Team 17 (heureux créateurs de Worms) en relançait l’intérêt. Depuis ce jour, de nombreux jeux très semblables sont apparus. Que ce soit la suite du jeu de cuisiniers ou encore Moving Out, les jeux du genre se sont multipliés. C’est aujourd’hui au studio de développement belge Rocket Vulture (jusque-là spécialisé dans les jeux mobiles) de se lancer dans le défi en proposant leur jeu Cannibal Cuisine. Disponible à une douzaine d’euros sur Switch et Steam depuis le 20 mai dernier, le jeu a-t-il les qualités pour devenir le digne successeur d’Overcooked ?

 

 

Cuisinez vos morts !

Comme nous vous le présentions il y a quelques jours, le scénario de Cannibal Cuisine est simple. Vous contrôlez un membre d’une tribu cannibale dont le dieu maléfique Hoochooboo a grand besoin de repas. Pour se faire, vous allez devoir arpenter une vingtaine de niveaux dans quatre environnements différents. Dans chacun de ces niveaux, des spécificités rendront votre mission plus compliquée. Que ce soit la présence de trampolines, de plateformes mobiles ou encore d’un deuxième dieu, les développeurs belges font en sorte de renouveler l’expérience du jeu à chaque niveau.

 

Le principe initial de Cannibal Cuisine n’a en effet presque aucune originalité pour toute personne ayant déjà touché Overcooked (d’ailleurs, si vous ne connaissez pas du tout ce genre de jeux, vous risquez d’être perdus devant le manque d’informations du début du jeu). Vous recevez des commandes en haut à gauche de l’écran et devez faire en sorte de créer la brochette appropriée pour la donner en pâture à votre dieu. La grande différence venant du fait que les morceaux de viande que vous utiliserez seront les restes de pauvres touristes que vous aurez sacrifiés. Apportant une certaine originalité au titre, le principe souffre malheureusement énormément des problèmes de collision du jeu… Mais nous y reviendrons.

Autre particularité du titre, vos cannibales pourront être dotés d’un pouvoir spécial. Du lance-flamme permettant d’accélérer la cuisson de vos brochettes au dash permettant d’éviter les trous en passant par une attaque de stun et un heal, Cannibal Cuisine tente d’apporter une touche d’originalité au style. Enfin, le dernier point sur lequel le jeu se démarque est la présence de bosses concluant chacun des quatre environnement composant la campagne.

 

Quelques qualités indéniables

La direction artistique du jeu est agréable. Le design des personnages et des touristes prête à sourire et, si l’on remarque rapidement que les environnements se répètent, la plupart des décors sont soignés. Malheureusement, dans un style de jeu dans lequel il est important, vital (et même grisant) de très rapidement comprendre le principe d’un niveau, Cannibal Cuisine souffre énormément de la comparaison avec ses ainés. En effet, certains niveaux possèdent des effets de profondeur difficiles à comprendre au premier abord, ce qui risque d’apporter une certaine frustration aux joueurs.

 

Le mode Versus proposé dans le jeu apporte également de la singularité au titre. Proposant quatre niveaux dans les environnements de la campagne, vous y serez amenés à créer des commandes pour votre dieu en duel (1v1, 1v2 ou encore 2v2). Sympathique au premier abord, on fait rapidement le tour du propriétaire et des modes versus plus originaux auraient été bienvenus. Les combats de bosses, quant à eux, ont le mérite de renouveler le gameplay du jeu. Proposant généralement des vagues d’ennemis vous attaquant et précédant un touriste plus gros et féroce, ces combats forcent le(s) joueur(s) à travailler en équipe et à optimiser l’utilisation des pouvoirs spéciaux afin d’être terminés.

 

Cannibale Cuisine : l’Overcooked du pauvre ?

Un party-game ne se doit pas forcément d’être original pour être apprécié. En effet, ce genre de jeu rapide à prendre en main et promettant des fous rires lors de soirées entre amis a un objectif principal : ne pas frustrer le joueur occasionnel et, pourquoi pas, proposer un défi intéressant aux joueurs en recherche de challenge. Malheureusement Cannibal Cuisine semble proche du raté sur les deux points.

La frustration a en effet été systématiquement présente lors de mes parties de Cannibal Cuisine. Non pas parce que le jeu est dur comme pouvait l’être Overcooked, mais bien parce que le jeu est bourré d’imprécisions.

Le gameplay du jeu d’abord apporte de nombreuses frustrations. En effet, de nombreux niveaux vous demanderont de vous déplacer via des plateformes mobiles aussi larges que votre personnage. Traverser les pièges via ces dernières peut devenir très frustrant car on se retrouve souvent projeté dans le trou alors qu’a priori, le personnage était sur la plateforme. La situation est d’autant plus énervante lorsque cela vous arrive avec une brochette prête à la consommation. Vous devrez alors la recommencer…

Le game design du jeu laisse également le(s) joueur(s) dans des situations précaires. En effet, dans de nombreux tableaux, un effet de profondeur est inclus afin de complexifier le niveau. Le problème étant que ce dernier n’est pas toujours lisible rapidement ce qui rend l’analyse du niveau compliquée. Pire encore, certains niveaux forcent le joueur à se suicider afin d’atteindre des ingrédients.

 

Les pouvoirs apportent une touche d’originalité au jeu mais devant l’imprécision des mouvements, on se retrouve rapidement à se contenter du dash afin d’éviter toute séquence de plateforme frustrante. Overcooked faisait fort dans la motivation apportée aux joueurs ayant terminé un niveau de le recommencer afin d’améliorer leur score et atteindre les trois étoiles. Je n’ai jamais eu cette impression grisante en jouant à Cannibal Cuisine. Bien au contraire, la frustration engendrée par le level design souvent approximatif m’a plutôt donner l’envie de voir la suite afin d’espérer tomber sur un « meilleur niveau » …

Il y a un dernier point sur lequel j’aimerais revenir. J’ai pu tester Cannibal Cuisine sur Switch. Vous savez, la console de Nintendo… Vous savez Nintendo, le constructeur japonais qui a sorti la NES au début des années 80… Console grâce à laquelle le géant japonais a mis en place de nombreuses habitudes parmi les joueurs. Vous allez dire que je m’acharne, mais, dans 99% des jeux (je ne veux pas prendre de risques mais attends vos contre-exemples) sortis sur une console Nintendo depuis 1981, le bouton de retour dans les menus est « B »… Une convention qui allait très bien à tous les joueurs… Jusqu’à Cannibal Cuisine qui choisit de revenir en arrière dans ses menus à l’aide du bouton « Y »… Un détail me direz-vous, mais les détails font la perfection… 

 

Cannibal Cuisine – Conclusion

Cannibal Cuisine nous rappelle à quel point il est compliqué de développer un party-game de qualité. En effet, l’engouement créé il y a quelques années par Overcooked ne suffit pas à créer un bon jeu. Les quelques points originaux du titre ne suffisent malheureusement pas pour compenser les imprécisions de gameplay qui rendent chaque session de jeu plus frustrante qu’autre chose. Le jeune studio de développement Rocket Vulture propose donc un premier jeu avec des idées prometteuses mais la marge de progression reste énorme. La place du vrai successeur d’Overcooked reste malheureusement vacante pour le moment…

 

Review 0
5 Le testeur
0 La communauté (0 Votes)
Pour
  • Une direction artistique agréable
  • Des pouvoirs apportant de l'originalité
  • Des combats de boss renouvellant le gameplay
Contre
  • Un level-design qui tourne rapidement en rond
  • Un gameplay imprécis et TRÈS frustrant
  • Un mode Versus dont on fait rapidement le tour
  • "Y" pour revenir en arrière dans les menus ?!?
Graphisme
Scénario
Gameplay
Contenu
Ce qu'on en dit Connectez-vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.