Jeux Vidéo

Test – Final Fantasy VII Remake

Rédigé par le

Test – Final Fantasy VII Remake

Final Fantasy VII Remake est disponible

 

Lorsqu’en 2015, lors de l’E3, Sony présentait les premières images du remake de Final Fantasy VII, ce fut une bombe atomique qui était lancée dans le monde du jeu vidéo. Cinq longues années ont donc séparé cette présentation et la sortie officielle du jeu. L’attente fut longue, entrecoupée d’annonces plus ou moins encourageantes, mais nous y sommes enfin. Final Fantasy VII Remake est disponible dans nos contrées, mais le nouveau jeu proposé par Square Enix a-t-il les qualités que requiert le remake d’une telle œuvre (Spoiler : Oui !) ?

 

 

23 années après, retour à Midgar

Plaçons directement le contexte de ce test. Pour moi, Final Fantasy VII premier du nom fut une révolution à sa sortie. M’ayant permis de découvrir le monde du J-RPG, ce jeu est pour moi l’une des plus grandes créations du dixième art. Oui, ce jeu a changé ma vie, oui, j’ai rêvé durant de nombreuses années de ses scènes les plus marquantes, oui, si j’avais un tigre, il s’appellerait Red XIII, oui, tous les RPG auxquels j’ai joué par la suite ont été comparés à cette œuvre, oui, j’ai passé des dizaines d’heures à la recherche d’un Chocobo d’or, oui, lorsque j’ai appris l’existence de ce Remake j’ai tremblé de partout, oui, lorsque j’ai vu les premières images de ce jeu, j’ai eu les larmes aux yeux, oui lorsque j’ai appris que ce Remake se contenterait de Midgar, j’ai pesté, oui, lorsque j’ai appris que le système de combat serait changé, j’ai redouté… Oui, je suis vieux…

Vous débutez votre aventure en prenant le contrôle de Cloud, ancien SOLDAT (combattant ayant gagné des capacités surhumaines) devenu mercenaire à la solde de Avalanche, un groupe de bioterroristes. Ces derniers s’attellent à mettre des bâtons dans les roues de la Shinra, puissante entreprise contrôlant la cité de Midgar en l’approvisionnant en électricité. C’est en ponctionnant l’énergie de la terre, la Mako, que la Shinra arrive à ses fins et contrôle ainsi une ville de Midgar particulièrement touchée par les différences sociales. Vous vous retrouverez rapidement impliqués dans un scénario très actuel dans sa vision écologique, se rapprochant du scénario classique du J-RPG (le pouvoir de l’amitié face aux méchants voulant conquérir le monde), mais sans jamais tomber dans la caricature.

 

Une direction artistique exceptionnelle

La première chose qui marque le joueur est bien évidemment la patte graphique du jeu. Magnifique de la première séance à la dernière, le jeu propose un univers dans lequel chaque décor pourrait représenter une publicité pour la puissance de la PlayStation 4. Les jeux de lumière sont fabuleux, la mise en scène est remarquable, le jeu d’acteur est très bon et permet à tous les personnages (même les moins charismatiques) de sortir leur épingle du jeu (à noter qu’après avoir fait la démo du jeu avec les voix françaises, j’ai pris la décision de respecter l’œuvre au mieux en mettant les dialogues en japonais, l’expérience n’en fut que plus immersive). Arpenter les rues de Midgar que nous tentions d’imaginer pleines de vie au siècle dernier est un vrai plaisir pour les yeux… Mais aussi et surtout pour les oreilles.

 

 

La bande-son du jeu regroupe tout simplement quelques-uns des plus grands morceaux jamais composés pour le jeu vidéo. Chacune de ces pistes est proposée dans plusieurs versions s’adaptant à la situation dans laquelle le joueur est placé. Final Fantasy VII Remake met en scène ses moments charnières et ses combats autour d’orchestrations symphoniques d’un niveau exceptionnel. Les variations de ces dernières sont tellement nombreuses qu’il semble impossible de s’en lasser. Bien au contraire, les 7 CDs (!) composant la bande-son proposée par le génial Nobuo Uematsu risquent de beaucoup tourner dans mes playlists futures.

 

Un système de combat plus « 21ème siècle »

Le pseudo tour par tour que proposait le jeu original est un système de combat qui a marqué les joueurs mais qui pouvait difficilement être adapté directement près de 23 ans plus tard. Les jauges d’ATB sont toujours présentes, mais elles se rempliront suivant les attaques et gardes de vos personnages. En remplissant ces dernières, vous aurez l’occasion d’utiliser l’une des compétences ou l’un des sorts que vous aurez alloués à vos personnages. En effet, le jeu vous demandera de contrôler tous les personnages de votre équipe. Très grisant, surtout lors des combats de bosses, ce système de combat est excellent et demandera analyse, patience et dextérité au joueur. Si le menuing et les possibilités d’amélioration offertes par les matérias et les armes de vos personnages sont quelque peu décevants en profondeur, ils permettent tout de même d’adapter sa façon de jouer au mieux.

 

Une madeleine de Proust fourrée et pralinée

Si un joueur lançant Final Fantasy VII Remake sans avoir connu son aîné découvrira un univers Steampunk étonnant et un système de combat motivant, le jeu est un régal pour les fans de la première heure tel que moi. Les clins d’œil à l’œuvre d’origine sont nombreux sans être amenés à la pelleteuse. On passe du rire au sourire entre deux larmes. Les développeurs ont réussi à créer des chapitres entiers autour d’événements quelconques du jeu d’origine sans jamais (ou presque) se perdre dans des longueurs ennuyantes. Si les quêtes annexes ne sont pas toutes passionnantes (les fameuses quêtes Fed-Ex chères aux développeurs fainéants sont de la partie), elles ont au moins le mérite d’être scénarisées et totalement crédibles dans l’univers du jeu.

 

Je ne m’épandrai pas sur le scénario de peur de spoiler le jeu, mais sachez que l’on va de bonnes surprises en excellentes idées, et ce, même pour des joueurs connaissant le jeu originel par cœur tel que moi.

 

Final Fantasy VII Remake : un jeu parfait ?

Malgré le peu de recul que j’ai sur le jeu pour le moment et l’émotion procurée par la fin de jeu, je ne suis pas dupe : Final Fantasy VII Remake n’est pas exempt de tout reproche. En effet, je passerai sur les nombreux temps de chargement camouflés par une marche obligatoire ou autre parcelle de jeu ralentie car c’est l’adage des jeux modernes et je suis déjà assez passé pour un vieux dans ce test (« regardez, mon jeu n’a pas de temps de chargement.. Par contre, ce couloir de 50 mètres, vous le ferez exclusivement en marchant… ») !

Ce n’est pas un défaut en lui-même, mais certains joueurs pourront également se plaindre de la linéarité du jeu. Oui, le jeu est, à quelques exceptions près, très linéaire. À l’heure où le monde ouvert est la grande mode, cela pourra en surprendre quelques-uns, mais je me répète, la linéarité du jeu est un choix (qui personnellement ne m’a pas dérangé du tout), certainement pas un défaut en soi.

Par ailleurs, il reste compliqué de ne pas être déçu devant l‘endgame proposé par les développeurs. Quand, le jeu original proposait une durée de vie quasi doublée avec ses armes et autres chevaliers de la table ronde, il est, ici, simplement proposé de refaire les chapitres entièrement afin de récupérer tous les objets et analyser tous les ennemis… Quelle déception !

 

Final Fantasy VII Remake – Conclusion

Quel jeu ! Durant les 35 heures qui m’ont permis de voir les crédits finaux, je n’ai pas vu le temps passer. Que vous soyez fan de l’œuvre d’origine ou néophyte de l’univers de Midgar, ce jeu vous procurera des émotions comme rarement vous en aurez manette en main. Doté d’un mode de combat grisant, d’une direction artistique de tout premier ordre, d’un jeu d’acteur réussissant à magnifier l’univers de l’un des plus grands jeux de tous les temps et d’une fin intéressante et étonnante.  Une fois n’est pas coutume, remercions Square Enix. Ses développeurs ont tout simplement réinventé le principe même de remake, il sera désormais compliqué pour tout AAA de tenir la comparaison. Maintenant, nous attendons la suite… Et vite !

 

Final Fantasy VII Remake
9 Le testeur
0 La communauté (0 Votes)
Pour
  • 35 heures de jeu dans un Midgar plus vivant que jamais
  • Des graphismes proposant des décors se rapprochant d'artworks toutes les 5 minutes
  • Le caractère des personnages secondaires bien plus aboutis
  • Un système de combat grisant et motivant
  • La plus grande bande-son de tous les temps ?
  • Les boss impressionnants et proposant des combats très tactiques
  • Une fin surprenante qui va alimenter les débats
Contre
  • Un endgame dispensable
  • Le système de matérias et d'amélioration d'armes quelque peu décevant
  • Combien de temps allons-nous devoir attendre pour la suite ?
Graphisme
Scénario
Gameplay
Contenu
Ce qu'on en dit Connectez-vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.