Ciné Séries

Critique – Série Netflix : Russian Doll

Rédigé par le

Critique – Série Netflix : Russian Doll

Russian Doll, la série où la mort semble omniprésente

 

Là encore, l’expression « Netflix and chill » est tout à fait appropriée quant à ma découverte de la série Russian Girl. Ne sachant pas quoi regarder par ce temps pluvieux et maussade, et après avoir terminé Derry Girls dont je vous parlais la semaine passée juste ici, j’ai jeté mon dévolu sur cette série de ET avec la fabuleuse Natasha Lyonne, que vous connaissez forcément pour son rôle de Nicky Nichols dans Orange is the New Black. Russian Doll, ou Poupée russe en français, se compose pour le moment d’une saison de 8 épisodes. Diffusée depuis le 1er février 2019, elle traite avec humour d’un sujet pourtant pas si drôle : la mort. En effet, il s’agit de l’histoire d’une trentenaire fêtarde prise au piège d’une mystérieuse boucle, où elle revit sans cesse sa fête d’anniversaire à l’issue de laquelle, indubitablement, elle meurt, avant de se réveiller à cette même fête, dans cette même salle de bain.

Avec un tel scénario, difficile de ne pas accrocher car dès le premier épisode, on veut savoir « what the fuck is going on here? ». C’est donc en deux soirées binge watching que je suis venue à bout de cette série, que je vais vous recommander chaudement dès maintenant, mais avant, voici le trailer !

 

 

Nadia, trentenaire proche de la quarantaine, développeuse qui n’a pas eu une enfance facile, n’en finit pas de mourir dans les 24 heures qui suivent sa fête d’anniversaire et de recommencer cette infernale soirée. Après avoir découvert, en rencontrant Alan, control freak qui semble avoir du mal avec le contact avec les autres et qui refuse toute aide en bloc, qu’elle n’était pas seule à vivre en boucle cette période, pendant laquelle, d’ailleurs, son entourage disparaît un peu plus à chaque fois, ce qui commence à la faire paniquer, elle confronte enfin ses démons intérieurs en espérant rompre cette boucle infernale. Nous allons donc ici de rebondissements en rebondissements, essayant de notre côté, nous spectateurs, de comprendre avec nos personnages le pourquoi du comment. On essaie d’avancer, de chercher, mais rien ne semble casser ce cercle sans fin, surtout que vous commencerez à prêter attention aux moindres petits détails pouvant vous aider. Par exemple, les fruits vont commencer à pourrir, mais pourquoi ? Pourquoi les fruits pourrissent-ils ? Qu’est ce que cela veut dire ? Faut-il trouver un signe ? Ou une métaphore ? J’avoue que ce petit détail m’a pris la tête pendant plus de 24h…

 

 

La puissance de cette série, ce sont tous ses sens cachés. Il y ici une grille de lecture totalement dingue et vaste, et vous aurez ici de quoi vous amuser en théorisant à gogo. Même le nom du dernier épisode est une énigme à lui tout seul. En effet, il s’appelle « Ariadne », qui n’est autre qu’un mythe grec ancien où Ariane veille sur un labyrinthe avec un monstre à l’intérieur. Elle sauve l’homme qu’elle aime en lui donnant une épée pour combattre le monstre et une boule de ficelle pour trouver son chemin hors dudit labyrinthe. Le titre en soi est aussi une image très sympa de la série, et donc une représentation assez inventive du concept même qu’on nous présente ici. On aurait pu imaginer aussi un oignon mais bon… ça n’aurait pas été aussi poétique.

 

 

Impossible pour moi de théoriser plus ici de peur de vous spoiler, en revanche, n’hésitez pas à nous faire part en commentaire de ce que vous avez pensé de cette série, et de comment vous l’avez appréhendée !

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Ciné Séries