Gaming

Acer Predator Triton 900 : chef d’oeuvre inutile ?

Rédigé par le

Acer Predator Triton 900 : chef d’oeuvre inutile ?

Le Acer Predator Triton 900 : un truc hors normes

 

Alors que la gamme Acer ne cesse de s’étoffer et de monter en qualité, ce Triton 900 a tous les airs d’un « flagship » pour la marque. Tout d’abord, le produit n’a quasiment rien à voir avec le reste de la famille comme le Triton 500 que nous avions testé ici. Rien à voir tout d’abord à cause de sa fiche technique :

 

ProcesseurIntel Core i9-9980HK
Partie GraphiqueNvidia RTX 2080
Mémoire vive32 GB DDR4 2666 Mhz
Stockage2 x 512 GB PCIe Nvme Raid 0
Connectivité réseau802.11ac , Bluetooth 5.0, Ethernet giga
Sorties écransHDMI, DisplayPort
Autres ports2x USB 3.1 Gen 1, 1x USB 2.0, 1x Thunderbolt 3, 1x USB 3.1 Gen 2 Type-C
Ecran17,3″ tactile IPS 4K avec Nvidia G-Sync
Dimensions429,3 x 302,3 x 22,9 mm
Batterie72 Wh Li-ion
Poids4,2 Kg

Acer Predator Triton 900

 

La version testée doit allègrement dépasser les 4 600 €. On retrouve effectivement sa petite sœur avec quasiment les mêmes spécifications à l’exception d’un « petit » i7-9750H pour 4 599 € dans notre beau pays… Enfin rien à voir car on est loin d’un produit conventionnel gaming comme on peut le retrouver dans la gamme Predator.

 

Design et qualité de fabrication

Le premier contact avec le Triton 900 interpelle : il est fin, presque « petit » alors qu’on dispose d’un écran 17,3″. Le portable ne dépasse pas les 23,75 mm d’épaisseur. Second effet : la bête respire la qualité, les matériaux utilisés en témoignent. Ici difficile de trouver du plastique sur le châssis, le « top » écran et les articulations sont en aluminium, le fond (sous le clavier) est en alliage de magnésium.

 

 

Une qualité remarquable 

La conception de la partie articulée de l’écran a fait l’objet d’un grand soin. Les berceaux qui permettent l’articulation de l’écran sont ainsi fait d’une seule pièce d’aluminium. L’assemblage global est lui aussi de haut niveau : il est loin le temps des portables Acer avec des plastiques qui couinent. Au global, on dispose d’un produit extrêmement valorisant, alliant la sobriété amenée par les matériaux utilisés à une petite touche d’agressivité portée par l’association du logo Predator et de son bleu électrique.

Mais toutes ces qualités ne peuvent masquer les près de 4,2 kg de la bête. Sans compter son bloc d’alimentation conséquent. La question principale devient donc inévitable : à qui s’adresse ce Acer Triton 900 ?

 

Acer Predator Triton 900

Usage et fonctionnalités

En extérieur, le bébé d’Acer se pare de tous les attributs du gaming. Il fait partie de la gamme Predator, il dispose d’un hardware taillé pour la performance… le tout avec un écran tactile pivotant (!). Si on s’interroge quelques minutes sur le positionnement de l’objet, on assiste en fait à une tentative d’hybridation entre un concept proche du Microsoft Surface Studio et d’un « Predator » classique en tenue de gaming. Force est de constater que l’association laisse perplexe.

Si le fait de disposer d’une machine robuste, performante et bien finie avec un écran 4K (plutôt lent d’ailleurs) peut avoir du sens, c’est son positionnement au sein de la gamme Predator qui interroge. Les performances ne sont ici pas en question : la présence d’une RTX 2080 tournant à plein régime ainsi que le reste du hardware apportent toutes les garanties nécessaires à des performances de haut niveau. Cependant, comment ne pas tiquer sur cette dalle tactile incapable d’encaisser plus de 60 Hz dans les hautes résolutions ? Sans parler du positionnement pour le moins handicapant du trackpad pendant une cession gaming intensive.

 

 

Le programme PredatorSense permet de contrôler pas mal de choses sur le Triton 900, du RGB en passant par la ventilation mais aussi d’affecter des fonctions aux touches (macros) et au pavé tactile (comme le transformer en clavier numérique par exemple). On aura aussi accès à quelques possibilités (limitées) pour pousser le GPU avec 3 « positions » : Normal, Rapide et Extrême. Évidemment, la dernière position implique une ventilation de la 2080 à son maximum ce qui n’est pas vraiment plaisant pour notre confort auditif. De plus, ce mode ne sera possible qu’avec l’énorme bloc d’alimentation branché.

 

Bloc alim Acer Predator Triton 900

 

Le bloc d’alimentation conséquent nous ramène à un temps pas si lointain : celui des transportables.

 

Conclusion

Difficile de ne pas être mal à l’aise avec ce Triton 900. Mal à l’aise, car on est en face d’un très beau produit, particulièrement bien conçu mais qui est sans doute victime d’un mauvais positionnement.

En effet, si ce type de machine a toute sa place en face des solutions Surface de chez Microsoft par exemple, difficile de lui donner un positionnement gaming exclusif. Son écran et son clavier sont deux problèmes rédhibitoires quand on veut se positionner sur ce segment et qui plus est avec un prix aussi conséquent. C’est clairement la seule erreur majeure sur ce produit car si on fait abstraction de sa dénomination « gaming », il peut effectivement rencontrer son public dans la niche des produits exclusifs comme le Microsoft Surface Studio.

 

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Gaming