Brèves

Du Ray Tracing au menu pour les GTX ?

Du Ray Tracing au menu pour les GTX ?

Changement de cap ?

 

À la sortie de la gamme Turing lors de la Gamescom 2018, Nvidia annonçait clairement que le Ray Tracing ne pouvait pas être traité par la génération Pascal.

 

Graphique Gamescom 2018 Pascal Vs Turing

 

S’en est suivi des polémiques, comme la Nvidia Titan V ayant les mêmes performances que les RTX, et très récemment l’activation du DXR sur une Vega 56 par Cryteck. Hier lors de la GTC 2019 Keynote, coup de théâtre : la marque au caméléon vert annonce l’extension du DXR à toutes ses cartes à base de GTX.

 

Du Ray Tracing oui, mais édulcoré !

En effet, Nvidia annonce un Ray Tracing plus light que celui rendu en temps réel sur ses «  cartes spécialisées », les RTX. Par ailleurs selon les graphiques, il ne faut pas non plus espérer du 60 images par seconde en DXR ON. En somme, Nvidia met en garde quant au moteur de jeux utilisé. Une 1080 Ti pourra s’en sortir en 1440p ultra à 45 images par seconde sur Battlefield V face à une 2080 trônant à 80 environ. A contrario sur Metro Exodus, il n’en sera rien. Une 1080 Ti, n’ayant pas de cœurs RT pour faciliter le traitement du DXR, aura du mal à décoller un malheureux 20 images par secondes.

 

 

Imaginons ainsi ce que cela peut représenter pour des cartes plus petites, comme une 1060 6 Go.

 

Mais qui est concerné ?

Toutes les cartes de l’architecture Pascal à partir de la GTX 1060 6 Go allant jusqu’à la Titan XP. Cela comprend les GTX 1660 et 1660 Ti sorties plus récemment.

 

Carte Graphique Compatible au DXR

 

D’ailleurs, les GTX 1660 et 1660 Ti devraient tenir la barre plus facilement grâce à leurs unités de calcul sur nombres entiers (comme INT4 et INT8).

Le paradoxe Nvidia

Mais alors pourquoi ce revirement de stratégie de l’équipe verte ? En réalité, il est double ! Nvidia peut se vanter une fois de plus d’être en avance et de mettre les pieds là où son principal concurrent a décidé le mode « stand-by ». En effet, AMD est toujours en processus de finalisation de l’architecture Navi, signant des partenariats importants avec Microsoft, Sony et Google. Par ailleurs, Nvidia peut alors justifier l’adoption des cœurs RT et de DLSS pour traiter au mieux le Ray Tracing.

 

Photo de Metro Redux DXR On Off

 

Pour terminer, l’activation de DXR devrait intervenir en avril via la mise à jour des pilotes. En attendant, nous ne manquerons pas de vous tenir informés de toute avancée et nouveauté concernant ce sujet !

Brèves
Voir comentaires (1)
1 Commentaire
  1. fanfan

    2019-03-20 at 9 h 57 min

    Désolé, mais il y a quelques erreurs de taille dans ce billet. Le Ray Tracing ne sera en rien light, il sera identique à celui obtenu avec les RTX, mais se paiera côté performances puisqu’il n’y aura pas d’accélération hardware lié au BVH (Bound Volume Hierarchy) via les RT Cores, ni les gains inhérents à l’architecture Turing dans le cas des cartes Pascal.

    Les GTX 1660 / 1660 Ti profiteront de ces gains, mais n’embarquent pas de Tensors Cores, elles sont donc incapables de réaliser des calculs sur des précisions très faibles INT4 ou INT8, qui n’ont d’ailleurs aucun intérêt pour le Ray tracing mais pour l’IA (inférence). Par contre, leur Cuda Cores sont identiques à ceux des RTX, avec une exécution simultanée des calculs sur flottants (FP32) et entiers (INT32), ce qui augmente considérablement la puissance de calcul, c’est donc utile pour le RT. Les RT Core manquent par contre à l’appel, pas d’accélération du BVH du coup. A noter aussi que les Cuda Cores des GTX 1660/TI sont capables d’exécuter des calculs en demi précision (FP16) à double vitesse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Brèves