Hardware

Test – La MEG Z390 GODLIKE, le haut de gamme vu par MSI

Rédigé par le

Test – La MEG Z390 GODLIKE, le haut de gamme vu par MSI

MAIS POURQUOI CE MODÈLE GODLIKE ?

 

Lors du lancement d’un nouveau chipset, il y a toujours un modèle de carte mère qui me tape dans l’œil. Chez Asus, c’était la Maximus XI Extreme que j’ai testé ici-même, il y a quelques semaines. Et chez MSI alors ? Eh bien sans hésitation, c’est la MSI MEG Z390 GODLIKE ! MSI a d’ailleurs envoyé un exemplaire de cette carte mère à différents overclockeurs dans le monde entier afin de mettre ce modèle en avant.

La GODLIKE fait partie de la série « MEG » pour MSI Enthusiast Gaming. Il s’agit des cartes mères disposant des dernières avancées technologiques. L’autre carte qui fait aussi partie de cette série est la version ACE. Aujourd’hui, grâce à notre collaboration avec MSI France, j’ai pu mettre la main sur un exemplaire de cette carte hors norme à tout point de vue ! Elle sera testée avec notre exemplaire du i9-9900K mis à disposition par Intel France.

LE PCB DE CETTE MSI Z390 GODLIKE

La première chose qui frappe lorsque l’on découvre la carte, c’est sa taille XXL. En effet, la carte est au format E-ATX avec des dimensions de 305 x 272 mm. Cette MSI Z390 GODLIKE est architecturée autour du chipset Z390 qui succède ainsi au chipset Z370. Elle dispose d’un socket LGA-1151 et se montre compatible avec les nouveaux processeurs de 9ème génération ainsi que ceux de la génération précédente. Le packaging est bien conçu avec une ouverture permettant de dévoiler la carte ainsi que la citation sans équivoque : « One board to rule them all ».

 

Comme à son habitude sur le haut de gamme, MSI conserve le même code couleur avec des dominantes de noir mat et de gris sur le PCB. Une fois sous tension, elle arbore d’autres couleurs qui pourront être paramétrées via la technologie de rétroéclairage LED Mystic Light avec 16,8 millions de couleurs et 29 effets de lumière. Les effets lumineux sont concentrés sur les radiateurs ainsi qu’au centre de la carte.

 

La carte dispose de deux radiateurs : le premier qui recouvre l’étage d’alimentation et le second qui recouvre le chipset. Parlons d’abord de celui qui est chargé de tenir au frais l’étage d’alimentation. Il est volumineux et se compose de deux parties dont l’une bénéficie d’un éclairage RGB. La carte dispose de 18 phases d’alimentation numérique dont 16 pour le processeur. Le second est celui qui prend place sur le chipset. Il vient s’insérer dans une structure plastique XXL. On a l’impression que MSI a tenté de recouvrir 100 % de la surface du PCB sans laisser une seule zone vide.

La qualité des plastiques est très bonne même si de l’aluminium brossé aurait été pour moi un choix plus esthétique. L’espace autour du socket est bien aéré ce qui facilitera l’isolation pour des tests sous LN2. Les imposants systèmes de refroidissement de type aircooling devraient tout de même se fixer sans encombre.

 

Cette GODLIKE Gaming dispose de quatre emplacements mémoire DDR4 qui lui permette d’accueillir au maximum quatre barrettes en dual channel pour une quantité maximal de 64 GB. MSI assure une compatibilité pour les kits de 4600MHz (OC). Enfin, les emplacements mémoires bénéficient de la technologie DDR4 Boost avec Steel Armor et un renforcement en métal chromé. Elle dispose aussi d’une led XMP afin d’indiquer si votre profil XMP est actif.

Maintenant et il s’agit d’une nouveauté, on retrouve un écran OLED. Celui-ci à plusieurs fonctions dont l’une est le mode debug classique via un code permettant de connaitre le souci lors du boot. L’écran OLED est paramétrable et dispose de nombreuse fonctions de personnalisation dont voici quelques exemples.

 

 

Les ports PCI Express 3.0 x16 sont au nombre de quatre avec la présence de trois emplacements M.2 entre ceux-ci. Les trois emplacements M.2 sont équipés de dissipateurs thermiques à double face qui porte la référence « M.2 Shiled Frozr ». La GODLIKE se dote aussi d’un emplacement PCI Express 3.0 x1.

 

Pour alimenter tout ce petit monde, la carte dispose d’un connecteur 24-pin et de deux connecteurs 8-pin. La carte propose pas moins de neuf connecteurs pour le branchement de ventilateurs ainsi que pour alimenter la pompe d’un AIO.

Enfin pour terminer, on retrouve à l’arrière un bouton Clear CMOS, un connecteur pour les antennes Wi-Fi /Bluetooth, un port PS/2, deux ports LAN Killer™ E2500 Gigabit, les connecteurs audio, un bouton BIOS FLASHBACK, deux ports USB 3.1 Gen1, deux ports USB 3.1 Gen2 et un port USB 3.1 Gen2 Ports Type-A+C.

UNE ZONE OC SUR LE PCB ?

Attardons-nous sur les outils mis à disposition par MSI sur le PCB pour les overclockeurs. Tout d’abord, sur le bas de la carte se trouve le système « Game Boost ». L’idée est de proposer un overclocking automatique réglable via une molette ou via le bios. Les informations concernant les fréquences se trouvent à l’intérieur du bios. Je reviens en détails sur cet outil plus bas dans l’article. Le bouton de mise sous tension et reset y est accolé.

La GODLIKE dispose d’un switch permettant d’opter pour le Bios 1 ou le Bios 2. Il est intéressant de pouvoir bénéficier de deux bios afin de permettre le test d’une nouvelle version sans devoir écraser ses paramètres pour le tester. Tant que nous sommes à parler de switch, les ports PCI Express 3.0 x16 peuvent être désactivés également. Près des emplacements mémoires, il vous sera possible de mesurer à l’aide d’un multimètre une série de tensions.

 

Le « EZ DEBUG LED » se compose de quatre leds insérées sur le PCB et qui permet d’identifier lors du boot le composant qui pose problème. Le « BIOS FLASHBACK+ » autorise le flash du bios sans avoir à disposer d’un CPU, de mémoire et même de carte graphique ! On retrouve encore deux autres boutons : « OC FS1 » et « OC RT2 ». Le premier permet d’entrer dans le bios même si il y a un souci lors du boot et le second, une fois enfoncé, force le boot.

Enfin, d’autres outils sont disponibles mais ils doivent être activé en plaçant un cavalier par-dessus : activer le mode LN2, éviter le « cold boot bug » et activer le « slow mode ». Ce dernier permet de booter avec un coefficient de 16x et une fois dans l’OS de remettre celui choisi dans le bios. Sous froid, si vous voulez atteindre 6GHz en 60x100MHz, en activant le Slow Mode, vous bootez en 16×100 et dans l’OS, hop vous revenez à 60×100. C’est surtout pour des max screens.

LE MSI CLICK BIOS 5

Pas de doute, on est bien dans un bios MSI. Voici une série de screens sur lesquels vous pourrez voir les paramètres que j’ai utilisé pour les benchs, c’est-à-dire à 5 GHz avec mon kit mémoire réglé à 3600 MHz en 15-15-15. Le bios est intuitif et pour les initiés, il est assez facile de s’y retrouver. MSI offre aussi des profils mémoires en overclocking pour plusieurs types de puces mémoires B-Die.

La configuration utilisée pour les tests

  • Carte mère : MSI MEG Z390 GODLIKE (bios O18)
  • Processeur : Intel i9-9900K
  • Waterblock CPU : EK Velocity + radiateur de 360 mm
  • Mémoires : G.Skill Trident Z 3600MHz CL15
  • Carte graphique : MSI 710GT
  • Alimentation : Corsair AX1600i (merci Corsair France)
  • Pâte thermique : Grizzly Krionaut
  • Système d’exploitation : Windows 10 64bits

 

Test OC Phase 1 : la mémoire

Dans un premier temps, je vais m’assurer que mon kit G.Skill passe à 4000 MHz en 12-12-28. Pour ce faire, premièrement, il faut réduire la taille maximale de la mémoire dans l’OS. Je dois bien avouer que l’overclocking de la mémoire n’est pas ce que je maîtrise le mieux (merci Wizerty pour les infos). En plus, afin de trouver le profil le plus performant, cela prend énormément de temps. J’ai passé près de six heures afin d’arriver à quelque chose de stable tout en sachant que mon kit n’est pas le meilleur à ce petit jeu.

J’ai tout de même pu atteindre, en modifiant le profil du bios, la fréquence de 3900 MHz en 12-11-11-28 1T ou 12-11-11-28 1T. Les timings dépendent du benchs 2D que j’utilise.

 

Sous Win10, vous pouvez encore modifier les subtimings via l’utilitaire CCL Memory que vous pouvez voir ci-dessus. Voici une série de résultats obtenu avec le kit overclocké à cette fréquence et ces timings. Je vous rappelle encore et toujours l’importance de bien paramétrer votre kit mémoire dans votre bios. Sans cela, il n’y a aucun intérêt d’acheter un kit performant.

Test OC Phase 2 : la fonction Game Boost

MSI propose ce système d’overclocking automatique depuis plusieurs années sur ces modèles haut de gamme. Une fois dans le bios, vous avez le choix de gérer cette fonction soit via le bios soit via le bouton implanté sur le PCB.

C’est MSI qui a prédéfini les tensions pour chacun de ces modes.Voici les différents degrés d’overclocking proposés par l’utilisation du Game Boost. Ils sont assez surprenant, car même sous water, il sera difficile de dépasser les 5.7 GHz.

 

Personnellement, je ne suis pas trop fan de ces overclocking automatiques, que ce soit chez MSI ou pour d’autres marques. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en général, ça envoie trop de tension au processeur pour s’assurer justement de la stabilité mais en contre partie, le processeur dégage énormément de chaleur. Eh bien, sur cette carte mère, ce n’est pas le cas !

J’ai fait une série de tests du Game Boost en utilisant Cinebench R15 afin de relever le score et mesurer la température du processeur. Attention, il faut savoir qu’en optant pour Game Boost, la mémoire n’est pas réglée à sa bonne fréquence ni aux bons timings. Aussi, pour permettre de monter en fréquence, l’AVX est réglé sur « -3 ». Cela signifie que pour un Cinebench R15, qui utilise l’AVX, si la fréquence est à 5.1 GHz, le test se fera en réalité sur une fréquence de 5.1 GHz – 3, c’est-à-dire à 4.8 GHz.

 

Voici le tableau récapitulatif. Je suis allé jusqu’au « Level 8 » car après les températures deviennent trop élevées.

 

Test OC Phase 3 : le i9-9900K sous watercooling

Première impression lors des tests, le processeur semble chauffer moins… Wizerty possède une MSI MEG Z390 GODLIKE et a lui aussi constaté cette différence de température face aux modèles Asus Z390. À l’heure actuelle, difficile d’expliquer la raison et cela peut venir simplement de sondes mal calibrées. En terme d’overclocking, les performances sont identiques.

Pour overclocker votre processeur, je ne peux que vous conseiller d’utiliser Command Center mais en version « Light ». Les modifications se font à la volée et la plupart des tensions et paramètres sont disponibles sous OS.

 

En ce qui concerne les tests, je n’ai rencontré aucun problème pour être stable à 5 GHz sous watercooling avec une tension de 1,18 volts. Je n’ai appliqué aucun AVX, c’est-à-dire que dans le bios, j’ai choisi la valeur « 0 ». Cela veut dire que tous les benchs réalisés seront exécutés à la fréquence de 5000 megaherts. Si vous désirez connaître mes réglages, je vous invite à jeter un œil aux captures du bios.

 

À l’heure actuelle et par manque de temps, je n’ai pas encore pu réaliser les tests sous froid, mais je réaliserai probablement une brève d’appui à l’avenir. Nous avons d’ailleurs comme projet de réaliser un petit « fight » avec Wizerty afin de savoir qui réalisera le meilleur score sous Cinebench R15.

Conclusions

Avec cette MEG Z390 GODLIKE, MSI nous gratifie d’une excellente carte mère disposant de nombreux atouts pour l’overclocking. Les performances sont au rendez-vous et cela, grâce à un bios très stable ainsi que des utilitaires qui réagissent au quart de tour. Pour la première fois, je trouve que le Game Boost se comporte vraiment bien en proposant des fréquences et surtout des tensions maîtrisées. De plus, en cherchant un peu sur la toile, il est assez facile de trouver les derniers bios dédiés aux overclockeurs.

Le seul regret concerne son prix qui flirte avec les 700 euros chez nos confrères de LDLC et qui est difficile à justifier face à la concurrence. Maintenant en terme d’équipement, elle est vraiment ultra complète et ne manque de rien.

J’espère vraiment voir débarquer un jour une carte mère 100 % dédiés aux overclockeurs où on ferait l’impasse sur le RGB, sur la multitude d’emplacement M2, … Maintenant, soyons conscients que les utilisateurs extrêmes ne sont pas très nombreux.

 

MSI dispose aussi dans sa gamme d’autres modèles plus accessibles en terme de budget et notamment la MSI Z390 Gaming EDGE AC qui avec un prix sous la barre des 200 euros offrent des performances très convaincantes. J’ai la chance d’avoir pu la tester avec un 9700K et les performances en overclocking sont largement suffisantes pour de l’aircooling ou du watercooling.

Un merci tout particulier à MSI France pour le prêt de cette MEG Z390 GODLIKE ! Comme je vous l’ai dit, je vous donne rendez-vous sous peu pour les résultats obtenus sous azote liquide. Si vous avez la moindre questions, n’hésitez pas à me la poser ci-dessous dans les commentaires ou dans ce post que j’ai ouvert sur le forum de MSI France.

MSI MEG Z390 GODLIKE
9 Le testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
  • le bios
  • le Game Boost
  • les utilitaires d'overclocking
Contre
  • le prix
Qualité de fabrication
Performances
Overclocking
Bios
Prix
Ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware