Hardware

Test – L’Asus RTX 2080Ti Strix en version OC Gaming

Test – L’Asus RTX 2080Ti Strix en version OC Gaming

LE HAUT DE GAMME D’ASUS : LA RTX 2080Ti STRIX OC GAMING

 

Depuis le temps que j’espérais mettre la main sur une NVIDIA RTX bénéficiant de l’architecture GPU NVIDIA Turing™, eh bien c’est-à-présent chose faite, grâce à Asus France. Le modèle que j’ai reçu est une RTX 2080Ti STRIX OC Gaming. Il s’agit d’un modèle disposant d’un overclocking d’usine ainsi que d’un PCB sur mesure conçu par les ingénieurs de chez Asus. À l’heure actuelle, Asus compte cinq modèles de RTX 2080Ti dans son catalogue :

  • ASUS GeForce RTX 2080Ti TURBO-RTX2080TI-11G
  • ASUS GeForce RTX 2080Ti DUAL-RTX2080TI-O11G
  • ASUS GeForce RTX 2080Ti DUAL-RTX2080TI-A11G
  • ASUS GeForce RTX 2080Ti ROG-STRIX-RTX2080TI-A11G-GAMING
  • ASUS GeForce RTX 2080Ti ROG-STRIX-RTX2080TI-O11G-GAMING

Passons sans plus attendre à la découverte de ce modèle STRIX OC Gaming. Merci à Asus France pour la mise à disponibilité de cette carte.

 

OBSERVONS EN DÉTAILS CETTE RTX 2080Ti OC GAMING

Le modèle qui nous occupe aujourd’hui est l’Asus RTX 2080 Ti STRIX OC Gaming. Elle fait partie de la série « ROG » (Republic Of Gamers) et dispose d’un imposant système de refroidissement composé de trois ventilateurs de 88 mm. Les pales des ventilateurs sont légèrement différentes de la génération précédente afin de leur offrir plus de puissance.

 

La carte est compatible avec la technologie 0 dB. L’idée est de faire fonctionner votre carte en mode passif et de n’activer les ventilateurs que lorsque le GPU atteint une certaine température. Je reviendrai en détails sur cette technologie lors des tests mais elle a déjà fait ses preuves sur les générations précédentes notamment sur la 1080Ti STRIX. Pour notre modèle de test, les ventilateurs se coupent lorsque la température est inférieure à 55 °C. En ce qui concerne les fréquences de la carte, elles sont de 1365 MHz pour le GPU avec un Boost à 1650 MHz et les 11 Go de GDDR6 sur un bus de 352 bits sont cadencés à 1750 MHz.

En comparaison, les fréquences d’une RTX 2080Ti de référence sont de 1350 MHz pour le GPU et 1635 MHz pour le Boost. Comme vous pouvez le constater, l’overclocking est assez minime face à la carte de référence proposée par NVIDIA. Sur le haut de la carte, on retrouve un switch pour passer du mode P (Performance) au mode Q (Quiet) et inversement. Voici les explications d’Asus sur ces deux modes :

« Le mode Performance va augmenter la vitesse des ventilateurs pour garder la carte refroidie en tous temps. Le mode Silence va garder le même Power Target et les mêmes paramètres poussés, mais présente une ventilation moins agressive pour un fonctionnement plus silencieux à des températures moyennes. »

 

La carte dispose aussi de deux connecteurs 4-pin permettant de gérer par exemple deux ventilateurs de type DC ou PWM. Les paramètres peuvent être définis via le soft d’Asus GPU Tweak II. Comme vous pouvez le constater, mon exemplaire n’en dispose pas mais ils devraient être présents sur les exemplaires du commerce. Le troisième connecteur, le rouge, est là afin de brancher un élément RGB et sera compatible avec le système AURA.

 

L’imposant radiateur est traversé par pas moins de six heatpipes en cuivre nickelé afin d’évacuer la chaleur du GPU. Les différents composants du PCB maison sont eux aussi bien au frais et l’étage d’alimentation est composé de 10 + 2 phases. Par rapport à la GTX 1080Ti Strix, le radiateur a pris de l’embonpoint afin d’améliorer la dissipation de la chaleur.

La nouvelle puce TU102 est plus imposante que sur la génération précédente. Comme vous pouvez le voir, le GPU a été littéralement tartiné de pâte thermique… Difficile à dire si cela vient du journaliste précédent qui l’a eu entre les mains ou si c’était comme cela d’origine. Le PCB de cette STRIX dispose d’emplacements permettant de connecter la 2080Ti à l’OC Panel afin de pouvoir relever les tensions et les modifier à la volée. Il bénéficie aussi d’une plaque dont le rôle est de rigidifier la carte et éviter une déformation du PCB. La carte pèse tout de même 1,46 kg.

 

Pour finir, on retrouve à l’arrière une backplate avec le logo Asus « ROG » qui s’illumine et qui peut être contrôler via le soft AURA. Plusieurs mode sont disponibles : statique, pulsation, stroboscopique, cycle de couleurs, musical et en fonction de la température. Un bouton ON/OFF permet de désactiver l’éclairage en une simple pression. L’alimentation de cette RTX 2080Ti Strix OC se fait via deux connecteurs 8-pin. Enfin, au niveau des sorties vidéos, on a droit à deux ports HDMI 2.0b, deux Display port 1.4 et un port USB de Type-C.

 

LA CONFIGURATION UTILISÉE POUR LES TESTS

Voici la configuration que j’ai utilisé pour le test de cette carte graphique :

  • Carte mère : Asus Maximus IX APEX
  • Processeur : Intel i7 7700K à 5 GHz (50×100 MHz) 1.21v
  • Mémoires : GSKill 3600MHz 15-15-15-35 (uncore 4000 MHz)
  • Carte graphique : Asus RTX 2080Ti STRIX OC Gaming
  • Alimentation : CORSAIR AX1600i
  • Pâte thermique : Arctic MX-4
  • Ecran : Acer GD245HQ
  • Système de refroidissement : Asus RYUJIN 240
  • Système d’exploitation : Windows 10 64bits

 

Pour rappel, je vais donc comparer les résultats obtenus avec notre RTX 2080Ti Strix OC Gaming face aux cartes suivantes :

  • EVGA GTX 1080Ti K|NGP|N 11GB : 1582 MHz (GPU) – 1376 MHz (MEM) – 1696 MHz (Boost)
  • Inno3D GTX 1070 Ti iChill X3 8GB : 1607 MHz (GPU) – 2002 MHz (MEM) – 1683 MHz (Boost)
  • MSI GTX 1080 Ti Gaming X 11GB : 1544 MHz (GPU) – 1376 MHz (MEM) – 1658 MHz (Boost)
  • ASUS GTX 1080 Ti STRIX OC 11GB : 1595 MHz (GPU) – 1389 MHz (MEM) – 1709 MHz (Boost)
  • Inno3D GTX 1070 iChill X3 8 GB : 1620 MHz (GPU) – 2052 MHz (MEM) – 1823 MHz (Boost)
  • ZOTAC GTX 1080 AMP! Ext Edition 8GB : 1772 MHz (GPU) – 1351 MHz (MEM) – 1911 MHz (Boost)
  • ZOTAC GTX 1080 Mini 8GB : 1620 MHz (GPU) – 1251 MHz (MEM) – 1759 MHz (Boost)
  • ZOTAC GTX 1070 AMP! Ext Edition 8GB : 1633 MHz (GPU) – 2052 MHz (MEM) – 1835 MHz (Boost)
  • ZOTAC GTX 1060 AMP! Ext Edition 6GB : 1557 MHz (GPU) – 2002 MHz (MEM) – 1772 MHz (Boost)
  • ZOTAC GTX 1050 Ti 4GB : 1304 MHz (GPU) – 1752 MHz (MEM) – 1418 MHz (Boost)
  • PNY GTX 980 Ti 6GB : 1000 MHz (GPU) – 1753 MHz (MEM) – 1076 MHz (Boost)
  • ASUS RX480 STRIX 8GB : 1310 MHz (GPU) – 2000 MHz (MEM)
  • ASUS RX470 STRIX 4GB : 1270 MHz (GPU) – 1650 MHz (MEM)
  • ASUS RX460 STRIX 4GB : 1256 MHz (GPU) – 1750 MHz (MEM)
  • ASUS R290X MATRIX : 1050 MHz (GPU) – 1350 MHz (MEM)

Pour rappel, toutes les cartes sont testées aux fréquences stock et sans aucun tweak permettant d’optimiser le score.

 

LES BENCHS COMPARATIFS : 3DMark 11 et 3DMark Vantage

Il s’agit d’un benchmark lancé en novembre 2010 par Futuremark et que j’utilise encore en 1280 x 720 (720P), permettant ainsi aux cartes d’entrée de gamme de pouvoir proposer un score honorable. Il est resté très longtemps pour pas mal de monde, le test de référence pour DirectX 11. Il se compose de quatre tests graphiques (Deep Sea 1, Deep Sea 2, High Temple 1, High Temple 2), un test de « stress » CPU ainsi qu’un test de « stress » combinant le CPU et la carte graphique.

La dernière version est la 1.0.132 datant du 7 février 2014.

 

Il s’agit d’un benchmark lancé en novembre 2008 par Futuremark et exploitant DirectX 10. Autant dire qu’il s’agit d’un test largement dépassé pour les configurations modernes mais pour lequel j’ai pas mal d’affection, raison pour laquelle, je l’utilise encore et toujours dans mes articles. La résolution utilisée est de 1280 x 1024. Il se compose de deux tests graphiques (Jane Nash et New Calico) et deux tests de « stress » CPU. À noter que si vous désiriez l’utiliser, n’oubliez pas de désactiver les 6 Feature Tests dans la partie « options » puisqu’ils ne sont pas pris en compte dans le calcul du score final.

 

LES BENCHS COMPARATIFS : 3DMark Firestrike 1080P – 4K

Il s’agit de la référence actuelle en terme de benchmark et sans doute le plus utilisé actuellement. Il se compose de 3 niveaux de « difficultés » : Fire Strike (1920 x 1080), Fire Strike Extreme (2560 x 1440 ) et Fire Strike Ultra (3840 x 2160). Pour mes tests, j’utiliserai le premier et le troisième test en 4K afin de comparer les cartes graphiques. Il n’est pas nécessaire de disposer d’un écran 4K mais votre carte graphique doit disposer d’au moins 3 GB.

Il se compose de deux tests graphiques, d’un test CPU ainsi qu’un test de « stress » combinant le CPU et la carte graphique. N’oubliez pas de désactiver la démo qui n’apporte rien dans le score final.

 

LES BENCHS COMPARATIFS : 3DMark Time SPY 1440P – 4K

Même si Time Spy fait partie du benchmark 3DMark depuis peu via une mise à jour, je préfère lui consacrer une page dédiée puisqu’il utilise DirectX 12 avec une résolution de 2560 x 1440. Il s’agit à l’heure actuelle du seul benchmark qui exploite l’API Direct3D 12. Il se compose de deux tests graphiques et d’un test CPU.

J’ai ajouté depuis la génération des RTX, le test en 3840×2160 (4K). Je prendrai le temps d’ajouter les performances avec les cartes de la génération précédente. N’oubliez pas de désactiver la démo qui n’apporte rien dans le score final.

 

LES BENCHS COMPARATIFS : superposition

Voilà un tout nouveau benchmark de chez Unigine, tout beau, tout chaud ! Il aurait été dommage de ne pas en profiter et de ne pas l’intégrer à nos tests de cartes graphiques. Il est basé sur DirectX 11 mais une version 12 devrait arriver sous peu. Pour ce benchmark, j’ai opté pour la version Performance en 1080p Extreme. Il se compose de 17 scènes et est assez costaud pour mettre à mal votre carte graphique.

 

L’OVERCLOCKING PAS A PAS VIA LE SOFT GPU TWEAK II

Pour pousser cette Asus RTX 2080Ti STRIX OC, j’ai utilisé le soft maison : GPU TWEAK II. J’y suis allé étape par étape en me basant sur le benchmark Time SPY 4K en sachant que le score @stock était de 5620 points avec un boost max de 1995 MHz.

  1. première étape, monter le Power Target au maximum, c’est-à-dire à 125%. Cette modification à pour conséquence de faire passer le boost max à 2010 MHz et monter le score à 5747 points.
  2. l’étape suivante consiste à augmenter la fréquence du boost de 50 MHz pour arriver à 1700 MHz. Le score est alors de 5830 points avec un boost max de 2055 MHz.
  3. troisième étape, je monte à 1750 MHz. Le score qui en découle est de 5868 points et un boost de 2085 MHz.
  4. on continue à monter avec une fréquence boost de 1800 MHz et j’obtiens alors 5930 points. Le boost est lui monté à 2145 MHz.
  5. cinquième étape, j’augmente le boost à 1825 MHz avec une augmentation de la tension du GPU. Le score est alors de 5950 points et le boost de 2160 MHz.
  6. enfin, dernière étape, les ventilateurs à fond et la mémoire montée à 2000 MHz. Le meilleur score obtenu est de 6024 points !

 

Au final, l’overclocking n’est pas évident. Déterminer la fréquence max où il m’est possible de bencher a pris un peu de temps. Je vous explique. Lorsque j’opte pour une fréquence de 1800 MHz, si la température ambiante est fraîche, le boost pour atteindre les 2190/2220 MHz amenant un crash du bench. Par contre, à certain moment, celle-ci ne dépasse pas 2160/2175 MHz et là, c’est parfaitement stable. Maintenant, c’est assez normal puisque j’attends les limites de la carte.

 

Finalement, ci-dessus, les scores que j’ai pu atteindre en overclockant cette Asus RTX 2080Ti Strix OC Gaming à 2145/2175 MHz pour la fréquence du GPU et à 2000 MHz pour la mémoire.

 

LE RELEVÉ DES TEMPÉRATURES

Parlons aussi des températures. Voici un tableau reprenant mes différents relevés lors des tests. Comme je l’ai dit ci-dessus, même en laissant la vitesse des ventilateurs en AUTO, les températures restent très bonnes avec un bon compris sur les nuisances sonores. Mon sonomètre ayant décidé de faire des siennes, j’ajouterai sous peu les nuisances sonores relevées.

 

J’ai installé un waterblock CPU sur le GPU pour la simple et bonne raison que l’entraxe des RTX est différent des GTX. La puce étant plus grande, l’entraxe est lui aussi plus important. L’idée était de voir si je pouvais gagner en fréquences. Au final, une température GPU plus fraiche mais pas de gains en terme d’overclocking. Je suis toujours limité à 2175 MHz.

 

LE HOTWIRE : LECTURE MAIS PAS DE MODIFICATION

Comme je l’ai expliqué plus haut, la carte possède sur son PCB les connecteurs afin d’utiliser le système « hotwire ». Pour faire simple, via l’OC Panel, vous pouvez lire et modifier la tension du GPU, de la mémoire et du PLL. En théorie malheureusement. Sur cette nouvelle génération, seule la lecture des tensions sera possible.

 

QUE PENSEZ DE CETTE RTX 2080Ti STRIX OC GAMING ?

Pas de doute, NVIDIA a franchi le cap d’une nouvelle génération ! Même si le prix n’est pas accessible pour tous, le boulot réalisé et les recherches qui ont amené à l’élaboration de ce nouveau GPU ont un cout ! De mon point de vue, je préfère le choix de NVIDIA pour une nouvelle génération que pour un simple refresh de Pascal.

Le modèle qu’Asus nous a mis à disposition est très intéressant ! Le système de refroidissement se montre particulièrement efficace même en laissant la gestion AUTO pour les ventilateurs. Le choix d’Asus d’avoir opté pour un radiateur plus imposant permet de maintenir la carte à bonnes températures. Le système RGB se montre très discret tout en étant harmonieux. Pas besoin de passer par la case « sapin de Noël » pour profiter du RGB. L’idée de prévoir un bouton sur l’arrière du PCB afin de les désactiver me semble aussi être un bon choix. Le soft permet d’atteindre facilement les limites de fréquences qui pour mon exemplaire ce sont situées à 2175 MHz pour le GPU et 2000 MHz pour la mémoire. Les performances dans les benchs sont très bonnes puisque l’on flirte la plupart du temps avec celle d’un SLI de GTX1080.

Dommage de toujours se retrouver bridé par le TDP et par les restrictions de NVIDIA. Voilà où se situe le point faible de ce modèle qui ne proposera pas d’outils supplémentaires pour un passage sous froid. Espérons revoir un jour un modèle RTX 2080Ti MATRIX ! Le prix est de 1499,95 € sur le site de LDLC mais toujours en rupture de stock à l’heure actuelle.

Merci à Asus France pour le prêt de cette RTX 2080Ti STRIX OC ainsi que pour les différentes informations. Pour terminer, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les laisser ci-dessous dans les commentaires.

Asus RTX 2080Ti STRIX OC
9 Le testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
  • les performances !
  • le refroidissement
Contre
  • l'overclocking limité
  • le prix qui pique
Qualité de fabrication
Performances
Overclocking
Refroidissement
Prix
Ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Hardware
@overclex

Fan d'overclocking, je vais tenter au fil des brèves et des articles de vous faire découvrir ma passion.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware