Gaming

Test – Logitech G903 + Powerplay – Le plus ergonomique ?

Rédigé par le

Test – Logitech G903 + Powerplay – Le plus ergonomique ?

Le haut de gamme de Logitech propose t-il une solution parfaite ?

 

Il faut savoir, si vous ne le savez pas déjà, que je suis un fanatique des technologies sans fil. Que ce soit pour les claviers, les enceintes, les écrans, les casques, les ampoules, les webcams ou encore les micros, j’ai toujours souhaité m’affranchir des câbles. Ces derniers sont au cœur de nombreux problèmes comme le placement, l’arrangement, le manque d’esthétisme ou encore la fragilité.

C’est pour cela que des marques comme Corsair, Steelseries ou Logitech ont bien compris cette problématique et commencent depuis quelques temps à proposer des produits sans fil, comme les G613 et G603 par exemple. Cependant, certains ne sont pas allés jusqu’au bout de la démarche de l’amélioration de l’ergonomie. Par exemple, nous avons testé la Roccat Leadr ou le Steelseries Arctis 7 et ces deux produits sont un cas d’école parfait pour montrer cela.

 

 

La Roccat Leadr déplace le problème en introduisant un doc pour la recharger. L’Arctis 7 se doit d’être branché manuellement pour pouvoir le recharger. L’amélioration de l’ergonomie dans ce cas-là consiste à diminuer le nombre d’actions à faire pour obtenir un résultat. Dans ces deux cas précis, il se trouve que vous enlevez une étape pour en rajouter une après. Certes, dans le cas de la Roccat Leadr, l’étape est moins contraignante. Cependant, il fallait trouver une technologie capable de réellement annihiler cette étape plutôt que de déplacer le problème.

Il se trouve qu’une solution est arrivée sur le marché et avait cet objectif comme promesse marketing. J’ai tout de suite demandé à pouvoir avoir entre les mains un exemplaire de cette solution. En profitant de pouvoir tester la dernière souris sans fil de la marque, j’allais en profiter pour voir de mes yeux si cette technologie a de l’avenir. J’ai donc pu tester la Logitech G903 Lighspeed et le Logitech Powerplay.

Commençons par parler un petit peu de cette solution appelée Powerplay.

 

 

On se retrouve face à une boîte en carton carrée montrant un visuel qui parle pour lui. On voit bien que la démarche, la promesse, est exposée sans réellement l’expliciter en gros. Parfois, une image bien faite parle d’elle-même. Et, bien qu’il y ait une petite explication en dessous du nom du produit, c’est le cas ici. Vous pouvez également voir très rapidement quels périphériques sont compatibles. En plus de cela, plusieurs langues sont disponibles pour que la marque puisse distribuer ce packaging dans différents pays sans avoir à changer la langue des informations.

 

 

L’arrière du packaging nous désigne deux choses en particulier. La face avant nous montre et explicite la technologie utilisée mais manque de quelques informations pour être exhaustive. C’est le rôle de la face arrière qui montre l’intérieur du packaging et détaille chaque partie du bundle. En plus de cela, il fallait donner un peu plus d’informations sur la technologie Lightspeed. Cependant, cette explication n’avait clairement pas sa place sur la face avant et se retrouve donc logiquement sur la face arrière. Les informations sont donc très intelligemment placées et il faut reconnaître que l’aspect extérieur du packaging est très travaillé selon le code couleur et esthétique des derniers produits Logitech.

 

 

Lorsque vous ouvrez la boîte, vous retirez donc les 5 parties du bundle bien encastrées les unes dans les autres. Vous avez donc entre les mains les deux tapis de souris, le tapis en caoutchouc avec le système de rechargement, le câble pour brancher le système et le récepteur sans fil à mettre dans la souris. Les deux tapis, un en matière rigide et un en matière molle, sont là pour faire bonne figure. Il s’agit là de tapis complètement standards, tant dans les dimensions que dans la qualité de fabrication.

 

 

Le câble fourni est tressé et dispose d’un système de connectique adapté au long terme. Cette espèce de croche permet à la connectique d’être plus solide dans le temps puisque le poids est réparti sur trois points au lieu de l’être sur un.

Le petit cercle qui sert de récepteur de l’énergie pour recharger la souris a quand même un petit défaut. En ce qui concerne la G903, ce système prend la place d’une autre fonctionnalité : celui des poids. Il faudra donc choisir entre recharger votre souris sans fil ou pouvoir choisir le poids de votre souris. Il s’agit là d’un des points négatifs de cette technologie. Elle n’ajoute pas une fonctionnalité en plus, elle en remplace une autre.

 

 

Lorsque tout est finalement branché, on se rend compte finalement du potentiel de cette technologie. D’abord, un des gros points positifs est que vous pouvez utiliser n’importe quel tapis pour accueillir ce produit. Ils auraient très bien pu cantonner la technologie à ne marcher que sur des tapis badgés Logitech. En plus de cela, la technologie est monitorée par l’Assistant Gaming Logitech afin de se synchroniser avec le rétro-éclairage de la souris. Cela permet de donner une esthétique adaptée aux profils de la souris par exemple.

Vous avez également accès aux informations de rechargement via le logiciel. Enfin voilà, il faut bien comprendre qu’il s’agit là d’une solution vraiment adaptée au quotidien. L’information importante ici, c’est que vous oubliez que votre souris est sans fil. Vous oubliez qu’il faut recharger votre souris puisque SANS RIEN faire, vous êtes déjà en train de la recharger. Nous parlions d’étapes dans l’introduction. Ici, il n’y a qu’une seule étape importante qui est faite au début : il suffit de brancher le système.

 

 

Par contre, tout cela a l’air d’être la solution de rêve alors qu’il y a encore des possibilités d’évolution. Je pense qu’ajouter quelques boutons sur le boîtier raccordé à votre PC afin de changer les profils de la souris par exemple est une bonne idée. Quoi qu’il arrive, il y a une nouvelle surface que l’on peut exploiter pour proposer de nouvelles fonctionnalités. Cependant, tout cela a un coût pour moi bien trop élevé. On parle quand même de 129,99€.

Même moi qui suis plutôt habitué à craquer pour ce genre de produits, le prix m’a refroidi. Je suis conscient que les responsables marketing de Logitech ont décidé de se placer sur le ultra haut de gamme. Il faut également prendre en compte que la technologie est relativement nouvelle et qu’il faut donc rentabiliser les coûts de développement. Seulement, aujourd’hui, je pense faire parti du cœur de cible de ce produit et le prix est déjà trop prohibitif pour moi.

En plus de cela, il faut prendre en compte les possibilités d’évolution. Nous ne sommes pas sûrs que cette technologie restera la même et que les futures souris de la marque seront compatibles avec cette solution. Nous ne sommes pas sûrs de parier sur le futur en achetant ce produit puisque Logitech pourrait très bien sortir un nouveau Powerplay pour chaque génération de souris. Et à ce prix là, c’est clairement selon moi une mauvaise opération.

Il s’agit donc d’un produit exceptionnel, proche de la perfection tant dans l’idée que dans la réalisation mais… encore bien trop cher à mon goût.

 

Logitech Powerplay
9 Le Testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
Solution LA plus ergonomique du marché
Synchronisation avec la souris
Marche avec n'importe quel type de tapis
Un design sobre
Un potentiel intéressant
Contre
Très cher
Le module sans fil remplace les poids
En quelques mots...
La solution la plus ergonomique... mais aussi la plus chère!
Design et Look
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

 

 

Il est temps maintenant de nous concentrer sur la souris et on commence par son packaging. On se retrouve donc face à un enrobage en carton qui sert juste à recouvrir la véritable boîte et à afficher les informations importantes et les visuels. On peut cependant s’accorder pour dire que l’esthétique de celui-ci est encore une fois impeccable. Les informations pertinentes sont à l’arrière, le visuel aguicheur à l’avant avec le nom en relief bleu, et toutes les spécificités sur la face inférieure. C’est beau, ça donne envie d’acheter et le client désireux d’avoir des informations en rayon saura les trouver facilement.

 

 

C’est lorsque l’on enlève le carton de présentation que l’on peut voir enfin que l’on ne se fiche pas de vous. La boîte est classieuse, dispose d’une esthétique sobre avec uniquement le logo de la marque en bleu et affiche un matériau agréable au toucher. C’est là que l’on commence à sentir que le packaging a été pensé pour être digne d’un produit se situant dans le haut de gamme. Après avoir ouvert la boîte, on se retrouve face à la souris en elle-même. J’ai eu la sensation d’ouvrir un cadeau de Noël en suivant les étapes d’ouverture.

 

 

Après avoir retiré la souris, il vous faut poursuivre en enlevant son support. Le tout est assez instinctif puisque le support a un trou qui laisse entrevoir la notice. On entendra presque le designer du packaging vous dire que « ce n’est pas fini » et qu’il vous faut continuer. Lorsque vous avez enlevé le support et mis de côté la notice, vous tombez face à la boîte d’accessoires et au câble tressé bien encastré et enroulé dans la boîte.

 

 

Le câble est similaire à celui du Powerplay, il est donc tressé et dispose du même système d’accroche. Ce sera donc plus robuste et stable dans le temps. Lorsque l’on ouvre la boîte d’accessoires badgée Logitech, on retrouve : un système de poids, les deux boutons situés sur le pouce pour les gauchers et l’adaptateur USB pour faire fonctionner la souris sur des dispositifs n’ayant pas la technologie Bluetooth. Il faut également dire que l’adaptateur est bien rangé dans un étui pour que vous ne le perdiez ou ne le confondiez pas avec autre chose.

 

 

Je tiens à féliciter Logitech : il s’agit là du meilleur packaging que j’ai jamais vu. Que ce soit en terme d’ergonomie, d’esthétique, d’accessoires, d’intelligence de placement des informations et d’empathie pour celui qui va ouvrir le packaging, c’est parfait. On ressent vraiment qu’une équipe a planché pour fournir les plans afin que ce soit parfait. Chaque choix s’explique dans le bon sens et on ne ressent pas une réelle gêne.

Tous les accessoires sont badgés de la marque et aucun ne sert à rien. Après, il faut quand même relativiser. Il s’agit là d’une souris à 170€, alors il est un peu normal de retrouver un packaging travaillé. Mais quand on pense que certains, malgré le placement haut de gamme de leurs produits, se contentent du minimum…

 

 

Les quelques caractéristiques importantes sont données sur le packaging et voilà une liste provenant de la fiche technique du site de Logitech :

Suivi 
Capteur : PMW3366
Résolution : 200 – 12 000 ppp
Accélération max. : testé à plus de 40 G*
Vitesse max. : testé à plus de 400 ips*
*Tests effectués sur le tapis de souris Logitech G240 Gaming Mouse Pad
Réactivité
Format de données USB : 16 bits/axe
Taux de rapports USB : 1 000 Hz (1 ms)
Microprocesseur : 32 bits ARM
Durabilité
Boutons principaux : 50 millions de clics
PTFE Patins : > 250 kilomètres

 

 

Longévité de la batterie
Éclairage par défaut: 24 heures
Éteint: 32 heures
Caractéristiques physiques
Hauteur : 130,3 mm
Largeur : 66,5 mm
Épaisseur : 40,4 mm
Poids : 110 g, souris uniquement
Longueur du câble : 1,83 m
INFORMATIONS SUR LA GARANTIE
2 ans de garantie matérielle limitée
CONFIGURATION REQUISE
Windows® 10, Windows 8.1, Windows 8, Windows 7
Mac OS X version 10.10 ou ultérieure
Port USB
Connexion Internet pour l’assistant pour jeux vidéo de Logitech

 

 

CONTENU DU COFFRET
Souris gaming G903
Nano-récepteur ultra-discret
Câble USB/câble de données
Étui pour accessoires
Adaptateur d’extension de récepteur optionnel
Poids optionnel : 10 grammes
Boutons latéraux optionnels (2 à gauche, 2 à droite)
Capots de bouton (gauche/droite)
Documentation utilisateur

 

 

Il est temps de s’attaquer à une de mes parties préférées : le design. J’aime bien commencer par parler un peu des matériaux utilisés puisque ceux-ci ont un impact direct sur le confort et l’esthétique. Nous avons donc droit à trois plastiques différents en fonction des parties de la souris. Les parties directement en contact avec votre main sont faites dans un plastique soft touch assez agréable. Ensuite, le matériau utilisé pour la tranche et les boutons (hormis les clics) est un autre type de plastique, un plastique brillant. Enfin, un plastique rugueux est utilisé pour toutes les autres parties de la souris.

 

 

Il s’agit d’une souris destinée à être ambidextre. Il s’agit d’un choix qui se répercute forcément sur le design puisque la souris se doit d’être symétrique. Cela ajoute toujours un petit côté intéressant puisque l’être humain a un goût pour la symétrie et l’ordre. Malgré tous ces boutons et ces quelques choix douteux, le produit reste quand même très sobre. Dû au choix de ses matériaux, la souris se trouve être très légère sans donner une impression de fragilité. Bien évidemment, le logo de la marque est présent au centre sur la partie basse de la souris.

 

 

Cependant, il y a quelques choix qui m’ont laissé perplexe en terme de design. D’abord, sur la partie basse de la souris, vous retrouvez des petits traits, des petits espaces. Je trouve que cela ruine un peu l’aspect sobre de la souris et n’ajoute réellement rien de plus à l’esthétique. En plus de cela, le choix d’opérer un renfoncement sur la base des clics est selon moi une fausse bonne idée. Je pense avoir compris pourquoi ces deux choix ont été faits.

Si l’on enlève ces deux détails, on se retrouve face à une souris qui pourrait être « trop classique ». Il fallait trouver quelque chose qui permette à la souris de se démarquer. Cependant, et il s’agit d’une remarque subjective, je trouve que cela ruine l’esthétique. Si vous souhaitez procurer à votre souris un avantage comparatif en termes de design, essayez de trouver quelque chose qui a une fonction esthétique propre. En plus de cela, la sobriété, le côté classique, cela a du bon si c’est bien fait.

 

 

Enfin, il faut quand même reconnaître qu’il s’agit là d’une souris plutôt jolie. Le rétro-éclairage lui ajoute même une certaine dimension. Après, je pense qu’elle est bien moins belle que la G502 Proteus Core de l’époque. Cependant, il a fallu composer avec le côté ambidextre et les matériaux pour proposer quelque chose dans l’ère du temps avec quelques différences pour montrer que l’on a évolué. Ici, je ne pense pas que la souris est moche, loin de là. Je dis juste que, comparativement à certaines anciennes souris, la marque a déjà montré de bien meilleures idées que celles proposées ici.

 

 

Dans cette partie, nous allons voir, regarder, juger ce que la souris propose. Que peut-on faire avec la souris ? Quelles fonctionnalités propose-t-elle et pourquoi ? Bien évidemment, je vais commencer par parler du rétro-éclairage. Vous pouvez donc choisir la couleur du rétro-éclairage du logo et de la barre des profils. Cela permet plusieurs choses. D’abord, il s’agit d’un ajout esthétique qui permet de rentrer la souris dans n’importe quel setup en gardant son propre code couleur. Ensuite, vous pouvez retrouver facilement votre souris dans le noir complet et pendant la nuit. Enfin, si vous assignez une couleur à un profil, un coup d’œil rapide vous permet de savoir sur quel profil vous êtes réglé.

 

 

Le sans fil est une fonctionnalité. Que ce soit sur ma Surface Pro ou sur mon unité centrale, je n’ai jamais eu aucun problème. Pourtant, je lui ai demandé beaucoup de choses différentes, allant de la productivité bureautique au montage photo/vidéo en passant par les jeux vidéo. Elle a toujours répondu présente, quelque soit la technologie utilisée (Bluetooth, dongle USB ou Powerplay).

La souris dispose également d’un module permettant d’ajouter un poids pour l’alourdir. Par contre, il n’y a aucune modularité à cette fonctionnalité : soit vous ajoutez le poids, soit vous ne l’utilisez pas. Il n’y a donc aucune demi-mesure permettant de régler à la perfection le poids de la souris en fonction de votre utilisation. En plus de cela, vous ne pouvez pas coupler ces poids avec le rechargement sans fil Powerplay.

 

 

Les deux boutons qui sont justes en dessous de la molette sont vraiment pratiques mais uniquement dans certains cas. Lorsque vous n’avez pas besoin de les utiliser pour des réflexes rapides, ils sont vraiment pratiques pour changer de profil ou d’autres actions. Cependant, vous avez toujours besoin de les chercher en tâtonnant, du bout des doigts pour les trouver. Cela signifie qu’ils sont quasiment inutiles lors de jeux nerveux où chaque hésitation fait la différence. Par contre, dans des jeux comme Total War ou Age of Empires, c’est souvent utile.

Qui dit souris Logitech dit évidemment molette. Après avoir testé beaucoup de modèles, je peux affirmer qu’il s’agit ici de la meilleure disponible sur le marché. Elle fonctionne sur deux niveaux activables par un bouton en dessous. Celui-ci vous permet de passer du mode cranté au mode roue libre. Parfois, vous loupez des grandes conversations sur Skype et c’est dans ces moments-là que la molette en mode roue libre prend tout son sens. Le fait que Logitech dispose de ce système est quasiment de notoriété publique tellement il est bon.

 

 

Un des grands points forts de cette souris est de penser à tout le monde et de laisser le choix. Vous pouvez utiliser les boutons que vous voulez et enlever les autres. Je tiens à féliciter la démarche car j’ai toujours dit que j’aimais avoir le choix. J’ai choisi personnellement d’utiliser tous les boutons, même ceux pour les gauchers. J’ai dû m’habituer à utiliser mon petit doigt car les boutons pour gauchers ne sont pas adaptés pour les droitiers et vice-versa. Cependant, on touche là un des plus gros points négatif pour moi mais je vais plutôt en parler dans la partie suivante.

Sur les fonctionnalités, à part quelques points anecdotiques, on se retrouve quand même avec une très bonne note. Lorsque l’on ajoute toutes les technologies sans fil, le module de poids, la modularité, le rétro-éclairage, le possible Powerplay, la molette ou encore les quelques boutons en plus, on finit avec une souris qui propose une prestation haut de gamme très convaincante. Il reste quelques point à améliorer mais on sent que Logitech commence à trouver la bonne formule.

 

 

L’ergonomie, c’est l’adaptation d’un environnement à l’utilisateur. Ici, la souris doit s’adapter aux besoins de l’utilisateur et répondre à ses demandes en un minimum d’étapes possibles. Est-ce que cette souris est ergonomique ? Nous allons voir ça en décortiquant certaines spécificités de la souris. D’abord, la souris dispose de 4 surfaces de patins (en haut, en bas, à gauche, à droite, zumba). Cela lui permet d’être clairement stable et de glisser très confortablement sur la plupart des surfaces sur lesquelles la souris va être utilisée.

 

 

Ensuite, le sans fil est ultra ergonomique. Que ce soit avec ou sans le Powerplay, quel bonheur de pouvoir juste bouger la souris sans avoir à penser au fil qui va peut-être nous gêner. Ici, en plus, l’ergonomie ne vient pas prendre la place de la performance, elle la sublime. Bon, par contre, si vous n’avez pas le Powerplay, il faudra la brancher pour la recharger, ce qui est clairement dommage. J’ai réussi à tenir un peu moins d’une journée (23h) pour décharger complètement une batterie pleine. C’est plutôt intéressant mais l’ergonomie prend vraiment un up avec le Powerplay.

 

 

Les boutons, quand ils sont bien utilisés et programmés, vous permettent de gagner en productivité et en organisation. Les deux boutons (sur la droite ou la gauche en fonction de votre main dominante) sont parfaitement bien placés pour tomber sur votre pouce. J’ai dit précédemment que les boutons en dessous de la molette étaient un peu compliqués à aller chercher et c’est vrai puisqu’il faut détendre sa main pour les atteindre. Il faudra donc plus de temps pour s’y adapter et créer un mouvement fluide.

Vraiment, le seul souci que j’ai, c’est qu’il me manque des boutons. Il me manque un bouton à l’extrémité gauche pour les droitiers et l’extrémité droite pour les gauchers. La G502 proposait cela et en plus avait des boutons supplémentaires à gauche du clic gauche. Je suis conscient que le côté ambidextre rendait compliqué cette dernière fonctionnalité. Cependant, je pense réellement qu’un bouton en dessous des deux déjà présents aurait dû être là.

 

 

En ce qui concerne la prise en main, la souris s’en sort vraiment très bien. La main se pose très bien au début et on ne met vraiment pas très longtemps avant de prendre en main les boutons standards. Elle a été utilisée dans quelques jeux choisis stratégiquement pour voir si elle s’adapte bien à tous types de jeux.

D’abord, dans Counter-Strike: Global Offensive, je n’ai pu utiliser que les boutons faciles d’accès mais la performance du capteur et de la technologie sans fil a vraiment bien fait le travail. Dans Mass Effect: Andromeda, qui dispose d’énormément de fonctions, j’ai pu utiliser plus ou moins facilement tous les boutons. Enfin, dans Divinity Original Sin 2, lors de nombreuses et longues sessions de jeu, j’ai pu tester le confort de la souris sur un temps très long (#Nuitagitée). Tous ces tests ont confirmé mon avis :

Avec le Powerplay, les seules choses qu’il manque à la souris pour être parfaite sont des boutons supplémentaires bien placés. L’ergonomie prend également un sacré coup si vous avez besoin de la recharger avec le câble.

 

 

Je commence à bien connaître le logiciel de la marque : l‘assistant pour jeux vidéo de Logitech. Ici, je vais un peu vous parler du software et de ce qu’il propose. D’abord, la première chose à savoir est qu’il n’est pas obligatoire. Si vous souhaitez garder les paramètres de base, la souris est plug and play, avec ou sans Powerplay. On se retrouve donc après l’installation face à la page d’accueil où vous pouvez visualiser les produits de la marque connectés à votre ordinateur. Il faudra donc choisir sur quels périphériques vous souhaitez voir vos paramètres changer.

 

 

Lorsque l’on choisit la souris, on arrive donc logiquement en premier sur l’interface pour modifier les touches et les profils. Premièrement, en fonction de la configuration des touches que vous avez choisie, vous avez un onglet différent. Après avoir bien choisi, on se retrouve face à plusieurs choses intéressantes : la création et modification de profils, le choix de la sensibilité et le mapping des touches. Dans mon cas, je suis parti sur deux profils différents : un pour le gaming et un pour la bureautique.

 

 

Le profil bureautique a une sensibilité réglée sur 2000 DPI et un mapping des touches bien particulier. La molette permet d’ouvrir l’explorateur de fichier quand les boutons à gauche permettent de switcher entre les bureaux virtuels de Windows 10. Les deux boutons en dessous de la molette sont programmées pour l’affichage des onglets du bureau et le changement de profil. Il s’agit là clairement d’un profil orienté productivité et que j’utilise le plus souvent.

Le profil Gaming a exactement la même sensibilité bien qu’une sensibilité aussi haute soit déconseillée pour du jeu. Par contre, le mapping des touches est complètement différent puisque celui-ci doit être adaptable en jeu. J’ai donc par exemple le bouton E pour interagir sur un des boutons du pouce parce qu’il est bien plus facile à atteindre et cela me permet de garder les doigts de la main gauche sur les touches directionnelles.

Le mapping des touches est très simple à configurer, que ce soit pour les macros ou bien les combinaisons de touches. Afin de créer un environnement optimal pour jouer et travailler, Logitech a bien compris l’utilité de faire un logiciel facilement compréhensible.

 

 

Bon, sur cette partie, je ne vais clairement pas vous faire un dessin, chaque profil dispose d’un rétro-éclairage différent pour que je puisse faire la différence rapidement. Le profil que j’utilise le plus étant celui pour la bureautique, j’ai choisi le blanc puisque mon setup est basé sur le blanc et que cela permet à la souris de mieux accorder son code couleur. J’ai choisi des couleurs fixes mais il y a également de nombreux effets disponibles que vous pouvez appliquer avec 16,8 millions de couleurs. C’est à vous de choisir ce que vous préférez !

 

 

Le logiciel m’a également permis de configurer le Powerplay en mode synchronisation avec la souris pour que le rétro-éclairage de celui-ci s’ajuste en temps réel à celui de la souris. Le logiciel nous permet également de pouvoir consulter assez rapidement l’état de la batterie et de configurer certaines actions en fonction du pourcentage de la batterie. Depuis très longtemps, Logitech n’a cessé d’améliorer son outil et cela se voit puisque c’est encore le meilleur sur le marché à l’heure actuelle.

 

 

C’est clairement une des meilleures souris de ce début d’année et elle est en compétition avec les gros du marché comme la Roccat Leadr ou encore la Asus Spatha. Il n’y a pas à dire, j’ai déjà évoqué tous ces points positifs dans le corps du texte et ils sont plus que nombreux. On ressent bien que créer la souris parfaite n’est pas si simple et que Logitech a dû faire des choix. Grosse mention spéciale pour le packaging qui est vraiment topissime.

Seulement, tout n’est pas rose. La souris est proposée au doux prix de 159,99€ sur Amazon (site où elle est le moins chère). Et je ne parle là que de la souris qu’il faudra recharger avec le câble. La Roccat Leadr, avec un prix inférieur, et la Asus Spatha proposent un stand de rechargement qui est un peu plus ergonomique. À cause du prix, on en arrive à penser que :

Soit il faut se tourner vers la Roccat Leadr et la Spatha, soit il faut prendre la G903 ET le Powerplay. Ce dernier permet à la G903 de battre toutes les autres. Cependant, entre 149,99€ et 300€, mon choix est vite fait… et c’est vraiment dommage, tant j’ai adoré le combo Powerplay + G903. Et cela permet largement à ces deux produits de remporter leur award d’or

 

 

Logitech G903
9 Le Testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
Une souris ambidextre
Aucun décrochage, lag ou problème
Un logiciel toujours au point
LE packaging le plus beau et complet
Une modularité vraiment appréciable
LA meilleure molette du marché
Contre
Quelques doutes sur le design en lui-même
Les boutons pour gaucher inaccessibles aux droitiers et inversement
Un manque de boutons
Design et Look
Fonctionnalités
Ergonomie
Performances
Rapport Qualité / Prix
ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.