Le FBI a « réussi à accéder aux données » stockées sur l’iPhone du tireur de San Bernardino sans l’aide d’Apple. L’information a été donnée dans un rapport d’état de trois phrases, qui indique par la même occasion l’abandon de la poursuite judiciaire contre Apple pour l’obliger à apporter son assistance dans la récupération des données.

Bien que ce soit une bonne nouvelle pour Apple en ce qui concerne la poursuite judiciaire, la firme va devoir maintenant s’interroger sur comment le FBI a réussi à briser la sécurité de l’iPhone.

L’explication la plus probable est le coup de main que le FBI a reçu d’une société informatique israélienne du nom de Cellebrite, information confirmée par cette dernière. Lorsque le FBI a reporté une audience dans l’affaire contre Apple la semaine dernière, il a mentionné un «tiers extérieur» qui avait démontré une méthode possible pour briser la sécurité de l’iPhone sans l’aide des ingénieurs d’Apple.

Cela signifie potentiellement qu’il n’a fallu qu’une semaine à l’entreprise pour accéder aux données cryptées : un exploit qui selon Apple lui-même nécessiterait six à dix ingénieurs et deux à quatre semaines pour être réalisé. Bien que nous ne sachions pas exactement combien de temps Cellebrite a travaillé avec le FBI, son site Web mentionne un outil préexistant capable de craquer le cryptage de l’iPhone 5C.

Vous devriez regarder aussi ça :
EZVIZ dévoile sa nouvelle caméra H9C à double objectif, panoramique et inclinable

Nul doute qu’Apple va chercher à tout prix à connaître la faille de son système qui a permis au FBI de briser la sécurité de l’iPhone.