Gadgets

Test du Opolar F801, le mini ventilateur qui en a dans le vent ?

Test du Opolar F801, le mini ventilateur qui en a dans le vent ?

Découvrez le vent de fraîcheur du ventilateur Opolar F801

 

En ces temps de grandes chaleurs, un peu d’air frais est toujours le bienvenu, et ce en toutes circonstances : chez soi, au bureau, en voiture… Surtout si votre logement n’est pas équipé d’une climatisation, que le système de climatisation de votre bureau tombe en panne, et que votre voiture n’est malheureusement pas assez récente pour bénéficier d’une climatisation. Diverses solutions sont à votre disposition, mais chez Vonguru, nous avons décidé de tester les solutions portables, et plus spécifiquement le ventilateur portatif USB OpolarF801. Découvrez dès à présent ce que ce ventilateur a dans le vent.

 

Unboxing

 

Ce qu’on peut dire, c’est que la boîte ne contient que le strict nécessaire : le ventilateur tout monté, dans un sachet à bulles (qui intéresse donc presque autant que son contenu), et le câble. Il n’y a pas de notice, rien, non pas que cela soit très embêtant, comme nous le verrons plus tard. La boite, petite et légère, sert de notice et de guide. Tout ce que vous devez savoir sur la bête se trouve sur la boîte.

 

 

Au niveau des caractéristiques, comptez un poids de 267g pour des dimensions de 205x100x195mm. Un ventilateur poids plume, donc, pas très encombrant, du moins en fonction de l’endroit où vous l’installez (mais nous y reviendrons)… La boîte affiche un diamètre de 11cm pour les lames, et un câble USB pour alimenter le ventilateur d’une longueur de 1.2m. Concernant la consommation, Opolar annonce une consommation de 1W pour la vitesse minimale et de 3.5W pour la vitesse maximale.

Et dans les faits, comment cela se traduit-il ?

 

Test

 

La première chose que l’on peut noter, c’est sa facilité d’utilisation (d’où l’absence non dommageable de notice). Le ventilateur n’est en effet doté que d’un seul et unique bouton, permettant de choisir l’une des deux vitesses ou d’éteindre la bête. Il s’oriente dans tous les sens, selon deux axes distincts, même si l’un des axes pivote plus difficilement que l’autre. À vous de le pivoter, par contre, ne vous attendez pas à ce que le ventilateur pivote de lui-même. Le plastique est assez léger, et peut paraître fragile : si l’on appuie sur la coque protectrice, on sent que la grille fléchit un peu sous la pression. Mais ça tient cependant le choc, tout en souplesse, sans se briser. Malgré cela, je ne me risquerais pas à marcher ou rouler dessus. Grâce à cette grille, les lames ne sont pas accessibles, à moins que l’envie ne vous prenne de démonter l’ensemble, puisque les vis sont bien visibles. Le ventilateur ne fonctionne que lorsqu’il est branché au courant, grâce à son câble USB. Le branchement sur l’appareil est un peu délicat à atteindre en fonction de l’orientation que vous lui donnait, et on regrettera qu’il ne s’agisse pas d’une entrée semblable à celle des smartphones, et qui implique donc que l’on conserve très précieusement le câble USB. Celui-ci semble d’ailleurs parfois un peu court si vous l’utilisez non pas devant votre ordi, mais pour autre chose.

 

 

Il faut cependant reconnaître que le ventilateur est relativement silencieux, tellement silencieux (en vitesse une) qu’on finit par l’oublier pour peu qu’on ait un peu de musique ou de bruit autour de nous. Le bruit reste tout à fait correct en vitesse maximale, mais le moteurse met alors à vibrer de façon plus intense, ce qui peut impliquer du bruit de la part du support sur lequel vous l’avez attaché. Puissante, la petite bête.

S’il ne fait pas du vrai froid (ce n’est qu’un ventilateur portatif, après tout), ce ventilateur procure suffisamment de mouvement d’air pour vous rafraîchir un peu. La force diminue rapidement à mesure que l’on s’éloigne, et l’air frais ne s’étend pas sur un angle très large. Malgré ça, il fait le boulot dans un bureau ou chez vous, tant que vous cherchez une source de fraîcheur assez ciblée. N’attendez cependant pas de miracle en voiture, surtout si votre voiture est restée plusieurs heures durant au soleil. Il y sera par ailleurs rapidement encombrant, dès lors que vous l’installez sur le tableau de bord ou que vous l’accrochez à vos pare-soleils. Notons cependant que le ventilateur peut tourner plusieurs heures durant sans qu’il ne faiblisse ou ne chauffe.

 

 

Peu importe où vous souhaitez l’utiliser, vous trouverez toujours une solution pour l’attacher. L’attache, justement, paraît robuste. Et la bonne nouvelle c’est qu’elle l’est autant qu’elle le paraît. Lorsqu’il est clipsé, le ventilateur est bien maintenu en place, et sa pince permet de l’adapter à des supports assez variés : j’ai ainsi pu l’accrocher sur ma tête de lit, mon bureau (4cm d’épaisseur), à ma lampe de salon, dans ma voiture (sur mon tableau de bord comme sur mon pare-soleil ou sur ma portière)… On peut qui plus est le poser sur une surface plane, quand bien même son équilibre semble alors un peu plus instable.

 

Conclusion

 

On s’habitue bien vite à la fraîcheur (tout de même relative) qu’apporte ce petit ventilateur. Il est vraiment polyvalent, puisque j’ai pu l’utiliser chez moi, que ce soit devant mon ordinateur, devant la télé, dans le lit, au bureau ou en voiture, même si cette expérience s’est révélée moins victorieuse. Pour son prix (15.99€ sur Amazon, $20.99 sur le site officiel d’Opolar), la qualité est au rendez-vous. On regrette seulement l’absence d’une batterie qui donnerait un peu de d’autonomie, et augmenterait le champ des possibles niveau utilisation (à la plage, en pique-nique… ou alors il faut prévoir une batterie externe). Si vous cherchez une solution de bureau, le ventilateur Opolar F801 est un candidat des plus sérieux !

Gadgets
@Marine_Wqr

Doctorante en Traitement Automatique des Langues, je n'ai de cesse de chercher, sur tout et rien. Je cherche encore ce que j'essaye de trouver.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus Gadgets