Test du Livia – le bouton stop pour les règles douloureuses

par Laurianne « Caduce » Angeon

Test du Livia – le bouton stop pour les règles douloureuses

Test du Livia – le bouton stop pour les règles douloureuses

Laurianne « Caduce » Angeon
28 décembre 2018

Une publicité pour le dispositif Livia m’est parvenu un jour sur Facebook. En grande sceptique – autant qu’en grande martyr mensuelle – je me suis précipitée sur la page, autant pour en rire que pour satisfaire ma curiosité. Ni une ni deux, et après avoir attisé la curiosité de la première dame de la rédaction, le Livia partait à destination de Vonguru. Conçu et produit en Belgique (ô chauvinisme de la frite et de la bière), le Livia promet de répondre à la grande question que se posent beaucoup d’entre nous qui, une fois par mois, avons l’impression de passer par une EMI : peut-on donc atténuer (voire stopper ?) les douleurs menstruelles, ces douleurs bien spécifiques que peu d’analgésiques savent calmer (sous peine parfois de lourds effets secondaires). C’est ce que promet le dispositif Livia, sans peine, intuitivement, et surtout instantanément ! Après deux cycles d’essai, voilà le retour sur le Livia.

 

 

 

Unboxing

 

Le Livia nous parvient dans une petite boîte rectangulaire de 10 x 17 cm. Côté design, Le Livia opte pour un design épuré blanc aux accents turquoises, arborant un logo floral pour le produit. Sur ce point là, j’en entends déjà certains d’avance. Alors oui, le Livia prend le parti pris d’un visuel élégant et très féminin. Un choix marketing que beaucoup décrient lorsqu’il s’agit d’aborder les menstruations (on connaît tous les fameuses serviettes dans les publicités qui absorbent du sang bleu (?), ainsi que les femmes représentées comme étant dans un état d’épanouissement presque suspect lorsqu’il s’agit de représenter telle ou telle marque de tampons/serviettes/cup). Livia ne s’en éloigne pas beaucoup sans (toujours) tomber dans le kitsch, à la nuance d’une photo du produit sur fond de fleurs roses. Mais paradoxalement, il nous est tout de même difficile d’envisager la présentation d’un produit féminin sur fond de fresque tarantinesque sanglante. Un bon point à mon sens pour moi donc, car Livia demeure élégant – et clairement adressé à un public féminin – sans en faire des tonnes. Le dieu des règles soit loué, nous avons échappé à toutes les plumes, chatons, danses sur la plage et autres mignonneries faisant passer cet épisode mensuel comme étant l’éclate du mois.

Dans la boîte, nous retrouvons les dominantes bleues turquoise et blanches, avec un boîtier plastique pour contenir l’ensemble du dispositif, en blanc ainsi que deux coques souples de protection pour l’appareil Livia, en blanc et en turquoise avec en plus bien sûr, le petit appareil. L’ensemble est protégé par un film semi-rigide transparent. En dessous de ce premier étage, nous retrouvons les précieuses électrodes, deux gel pads de remplacement pour remplacer les premiers lorsque suffisamment usés, un adaptateur pour charger le dispositif, ainsi bien sûr qu’un précieux guide d’information pour mieux comprendre l’utilisation du Livia – en français et en néerlandais (l’autre langue nationale belge, m’voyez ?). Dans le fond de la boîte, un petit prospectus publicitaire nous invitant à visiter le site officiel de Livia pour découvrir les autres coloris des housses de protection.

L’appareil une fois déballé, nous voilà parti pour le test du Livia !

 

Test du Livia - Unboxing 2

Test du Livia - Unboxing

Test du Livia - Unboxing 3

 

Test du Livia - Unboxing 4

 

 

Test

 

Avant la première utilisation du Livia, il est indiqué de charger le périphérique pendant environ 12 heures. Passée cette première charge, le Livia se chargera en deux heures seulement pour environ 20 heures d’autonomie : un très bon point de ce côté-là, qui permet une utilisation longue et continue de l’appareil.

Pour commencer, il faudra donc placer d’abord les deux électrodes sur votre corps. Le dispositif Livia permet de les espacer d’environ 10 à 15 cm : si la distance peut paraître courte à première vue, c’est en fait la distance idéale pour cibler, entourer la douleur que vous localiserez vous-même sur votre bas-ventre ou dans votre dos : car Livia a également cette excellente aptitude de pouvoir soulager les douleurs et lourdeurs dorsales spécifiques à cette période du mois. Livia ne peut pas pour autant être utilisé partout sur le corps, comme l’explique le guide d’utilisation, spécifiant qu’il ne faut pas le placer sur la poitrine – ou éviter tout simplement le produit pour les personnes cardiaques, sur le cou, sur les yeux, ou à l’arrière de la tête (notamment pour les personnes ayant été atteintes d’AVC). Il faudra également veiller à ne PAS utiliser le Livia sur toute région du corps marqué de lésions. Le dispositif ne fonctionne pas non plus durant les douleurs d’ovulation à mi-cycle, et est formellement interdit pendant la grossesse ou l’allaitement. Évidemment, le Livia n’est pas étanche, ne supporte pas la chaleur, et ne dispose pas d’éléments réparables (donc ne pas ouvrir le boîtier). Livia ne fonctionnera pas non plus avec d’autres électrodes que celles fournies par la marque.

 

Côté fonctionnement, c’est limpide : un bouton power au centre, – à gauche et + à droite, ainsi qu’un voyant LED qui indique le bon fonctionnement de l’appareil.

 

Test du Livia - Unboxing 5

 

Et la question qui fâche maintenant : Livia permet-il vraiment de réduire ou de stopper les douleurs menstruelles ?

Tadam : la réponse est… Oui ! Aussi sceptique que j’ai pu être sur le produit et son fonctionnement, force est de constater que le Livia fonctionne, et même très bien, durant les épisodes particulièrement douloureux (J2-3 pour moi). Étant doté d’un dispositif TENS (stimulation nerveuse électrique transcutanée), Livia entoure la zone douloureuse, localise la douleur et la « dissipe ». Un peu plus d’explications sur ce point donc : à l’allumage du Livia, il vous est possible de régler la puissance des impulsions, de 0 qui est le niveau de démarrage auquel vous ne sentez rien, jusqu’à 20 (il me semble, mais je ne suis pas allée jusque là !!).J’ai personnellement expérimenté le Livia jusqu’au niveau 7-8 : plus devenait beaucoup trop fort à mon goût et provoquait des contractions qui – même si elles demeurent normales avec une forte stimulation – n’aident pas à la douleur d’origine. Sur ce point, chacun pourra équilibrer l’appareil comme il le souhaite, la sensibilité des uns n’étant pas celle des autres. Lorsque vous avez calibré Livia à votre convenance, vous constaterez très rapidement une diminution de la douleur : quasi immédiate en fait, puisque votre corps semble davantage se concentrer sur la sensation électrique qui se diffuse. Après 5 à 15 minutes, les impulsions seront tellement discrètes que vous les sentirez presque plus, et la douleur quant à elle aura été dissipée, comme gommée par les impulsions.  Vous remplacez donc ces atroces crampes par une sensation de légers picotements qui atténuent ces dernières.

 

Test du Livia - Une

 

Pour répondre aux personnes qui redouteraient la sensation du Livia maintenant. Je suis de celles qui ne supportent pas le moindre choc électrique. C’est une sensation vraiment pénible pour moi, et la moindre décharge d’électricité statique me fait tiquer. Mettre en route le Livia n’a donc pas été chose facile, et je reconnais – sans scrupule aucun – avoir testé le dispositif sur le ventre de deux personnes avant moi (une femme et un homme en guise de cobaye : merci d’avoir souffert pour la cause les copains !) pour savoir dans quoi je m’embarquais. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette expérimentation sur autrui ne m’a – à la base – pas rassurée du tout. Les deux cobayes ont donc testé la mise en route progressive du Livia : à partir du niveau 3-4 enclenché manuellement, chacun d’entre eux a émis un petit tressautement rehaussé d’un « Ahh ! », m’affirmant ensuite que « Non non, ça ne fait pas mal, ça surprend ! ». Et c’est vrai. Les premières utilisations pourraient bien être un peu éprouvantes – ou du moins déstabilisantes. Chaque palier d’intensité est significativement perceptible pour le corps, et chaque progression vous fera faire ce petit « Ahh ! » de surprise. On ne parle pas de douleur bien évidemment, plus d’une très légère décharge, qui provoque parfois une légère contraction de la région du corps concernée. Il faut donc accroître l’intensité sans trop réfléchir à chaque palier, jusqu’à atteindre celui qui vous sera confortable. Passée cette petite épreuve, l’expérience du Livia devient agréable et tout à fait efficace.

Son format compact vous permet de le transporter partout, et grâce à son petit clip à l’arrière, d’être embarqué sur votre ceinture ou vos vêtements. L’ensemble est tout à fait solide et ne se débranche ni ne bouge. Il faudra toutefois un certain temps d’adaptation (quelques jours je dirais) pour vous permettre de bouger en toute quiétude car on oublie l’appareil, mais on le sent à nouveau à chaque changement de posture important (assis vers debout, en se penchant, en s’étirant). Rien de douloureux néanmoins, juste une petite gêne, et sans doute la crainte au départ de faire bouger l’appareil ou les électrodes. Concernant ces dernières, elles sont fort bien fixées au corps grâce à leur pad en gel. Ces pads servirons environ pour quinze utilisations, après quoi il faudra en prendre de nouveaux, sous peine de voir vos électrodes se décoller régulièrement. Ils sont vendus par pack pour 6 mois au prix de 24,99 euros sur la boutique du site officiel du produit. L’occasion aussi si vous souhaitez customiser votre Livia d’adopter les autres housses de protection, disponibles en blanc, lavande, rose, turquoise et violet, au prix de 14,99 euros pour le pack de skins. Le pack Livia de base (celui décrit dans ce test) est disponible au prix de 159,99 euros.

 

Test du Livia - port ceinture

En conclusion, et malgré le prix fort élevé du pack de base Livia (ce qui pour l’occasion, m’avait donné plus mal au ventre qu’autre chose), le dispositif reste fort efficace, et permettra sans nul doute d’atténuer au moins, de tordre le cou tout au mieux, à vos douleurs menstruelles. Une période d’adaptation à l’utilisation du Livia (pour appréhender la progression en intensité des impulsions, tout comme pour s’habituer à le porter de façon continue). Passée cette période, le Livia deviendra sans doute un incontournable et votre meilleur allié durant ces jours difficiles.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site officiel du produit.

 

 

Silver Award

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.