Nos impressions sur Ready Or Not :

Sommaire

Avant toute chose, nous n’avions jamais testé le jeu avant la proposition de passer en revue cette révision 1.0. Nous avons donc débuté le jeu en mode découverte totale. Pas de souci, le jeu propose pour débuter un didacticiel ainsi qu’une vidéo disponible ci-dessous et qui a pour but de vous faire prendre conscience des mécanismes du jeu. Si vous optez ensuite pour un jeu solo, vous pourrez l’aborder via une campagne de différentes missions soit en mode « commandant » soit en mode « entrainement ». L’idée est de vous mettre dans les meilleurs conditions si vous débutez le jeu pour la première fois. Le mode de « campagne entrainement » se destine aux débutants alors que la version « campagne commandant » se montre elle beaucoup plus difficile mais surtout ultra réaliste. En gros, avec le second choix, si vous veniez à mourir à la mission 7 par exemple, retour à la mission 1 sans sauvegarde.

Le principe est que les joueurs ne peuvent pas sprinter et les menaces sont plus réels. Vous devrez, que ce soit en solo avec une équipe IA ou en équipe, bien évaluer les brèches, les possibilités de sortie avant d’entrer et de débuter votre mission. Vous devrez réfléchir s’il est judicieux d’utiliser une arme ou de simplement neutraliser l’assaillant. Les blessures reçues affecteront votre déplacement si elle se situe au niveau des jambes en vous empêchant par exemple d’ouvrir une porte avec votre pied. Si c’est votre bras qui est touché, alors ce sont vos tirs qui seront plus difficiles à exécuter.

 

Maintenant que vous avez compris les différents modes qui s’offrent à vous, débutons notre test par le didacticiel afin d’être ensuite prêt pour les différentes missions notamment des prises d’otages, des alertes à la bombe, des suspects barricadés, et bien plus encore.

 

C’est parti pour le didacticiel !

Comme c’est notre première fois avec Ready Or Not, direction le didacticiel ! Lorsque l’on démarre une nouvelle campagne, le jeu nous propose de faire le didacticiel qui est accessible via l’écran de sélection du mode de jeu. Le didacticiel dure entre 10 et 15 minutes et nous explique les bases nécessaires pour bien débuter le jeu. Celui-ci commence par un stand de tir où l’on nous explique le rechargement des armes, les deux différents modes de visées, l’utilisation de consommables dans ce cas-ci les flashbangs. Le didacticiel se poursuit avec les différentes options qui s’offrent aux joueurs lorsque ceux-ci se retrouvent face à une porte, vérifier si celle-ci est ouverte ou fermée, l’ouvrir simplement, l’entrouvrir pour identifier des potentielles menaces ou encore l’ouvrir brutalement à l’aide d’un coup de pied. Le jeu nous présente ensuite la mécanique consistant à crier aux IA de se mettre à genoux pour pouvoir ensuite les maîtriser pour qu’elles ne représentent plus un potentiel danger, les civils se mettront à genoux presque instantanément cependant pour les IA armées, il faut généralement les étourdir à l’aide d’une grenade ou les toucher avec un tir non létal pour qu’elles obtempèrent.

Nous faisons ensuite connaissance avec notre équipe composée de quatre coéquipiers qui seront gérer par l’IA. Le jeu nous présente les différentes touches qui permettent de donner les ordres comme par exemple rentrer dans une pièce, avec ou sans lancer de flashbang, séparer les votre équipe en deux sous-groupes. Durant cette partie du didacticiel on nous présente également les équipements tactiques, ici le pistolet miroir qui nous permet en nous collant à une porte de regarder sous celle-ci pour voir ce qui se trouve de l’autre côté et d’optimiser l’entrée dans la pièce.

Le didacticiel se termine avec une dernière pièce que nous devons sécuriser en s’appuyant sur tout ce que vous avez appris pendant ces 15 premières minutes de jeu.

 

C’est parti pour nos deux premières missions en mode campagne

Comme nous vous le disions, en mode solo, vous démarrez une nouvelle campagne, soit en mode « commandant » soit en mode « entrainement ». Le mode « commandant » se veut bien entendu plus proche de la réalité du terrain. Pour faire simple, si vous êtes mort, vous êtes mort et pas question de revenir à la vie, la mission doit être recommencée.

Vous devriez regarder aussi ça :
Tower of Fantasy accueille son nouveau simulacre Asuka

 

Mission 1 : « Merci, revenez vite »

Cette première mission a été jouée en mode commandant, un mode ne permettant pas de recommencer les missions si celle-ci se déroule mal et où, toute perte de coéquipiers sera définitive. Nous commençons la campagne avec six coéquipiers disponibles. Au fil du jeu, vous pourrez en débloquer au maximum douze après avoir terminé les onze missions. Rappelons que seulement quatre coéquipiers peuvent être sélectionnés lors de chaque intervention. Chaque coéquipier, géré par l’IA, possède des talents uniques comme par exemple, augmenter la précision de l’équipe ou ressusciter un allié mort (une fois par mission). Ces talents se déverrouillent après quelques missions terminées avec le même agent. Vos équipiers souffrent aussi du stress ! En fonction du déroulement de la mission, le niveau de stress peut augmenter et si celui-ci est trop haut, votre coéquipier doit être envoyé en pause, le rendant inutilisable pendant cette période.

La première mission « Merci, revenez vite » se déroule dans une station-service. Celle-ci vient d’être prise d’assaut par une bande de jeunes. Les objectifs principaux sont de retrouver une enfant, localiser le corps du gérant qui a appelé les secours ainsi qu’un second corps, celui d’un vétéran. Les missions secondaires ne varient pas d’une mission à l’autre, vous devrez rester attentif afin de sécuriser les civils, arrêter ou tuer toutes les menaces ainsi que sécuriser leurs armes. L’intérêt étant bien entendu de conserver l’ensemble de son équipe en vie.

Nous avons réalisé la mission deux fois en rentrant par 2 des 3 entrées disponibles. La première fois tous les ennemis armés se sont rués un par un sur nous, nous obligeant à une minute de tirs constants. Le reste de la mission fut relativement simple puisque l’ensemble de la menace avait été neutralisée dès le début de la mission.

La deuxième fois était plus immersive. Les ennemis était mieux répartis dans la station-service, nous forçant à une avancée plus lente et plus tactique que la première fois. Cette première mission ne s’est pas montrée très compliquée.

 

Mission 2 : « 23 Megabites par secondes »

La deuxième mission « 23 Megabites par secondes » se déroule dans un immeuble à appartements, où un jeune homme vient de tuer sa mère et a pris en otage son petit frère. Les objectifs principaux sont ici évidents : garder le petit frère en vie et arrêter son grand frère, mais sans le tuer. 

Nous avons de nouveau réalisé la mission de deux manières différentes en optant pour deux approches différentes via deux entrées distinctes. Notre objectif était de monter au 2e étage pour rejoindre l’appartement où la prise d’otage a lieu. Passer par l’entrée principale, est une vraie galère, puisque le bâtiment est très ouvert et que des ennemis nous tire dessus depuis les étages supérieurs, entrainant souvent la mort de votre joueur ou celle de ses coéquipiers. L’entrée secondaire quant à elle nous fait passer par des cages d’escalier d’un étage à un autre, offrant une meilleure couverture et une avancé plus méthodique avec l’aide des IA. La partie principale de la mission reste l’appartement, puisque celui-ci est remplie d’ennemis, et que son design fait que cette fin de mission se finit la plupart du temps par fusillade.

 

Le mode multijoueur

C’est certainement celui qui vous procurera le plus de plaisir mais que nous n’avons pas encore eu l’occasion d’exploiter faute d’avoir trouver une team francophone à rejoindre. Maintenant que le jeu est lancé depuis plusieurs jours et que certains de nos amis désirent acquérir le jeu, nous y reviendrons à l’occasion d’une brève sur le site.

Accueil Blog

Aucun article à afficher