Installation et prise en main

Sommaire

Premier lancement et ressenti global

Installation

Avant de prendre en main efficacement votre Basilisk V3 Pro, un petit passage par Razer Synapse s’impose. Pour cela, nul besoin d’aller le chercher sur internet ou autre. Le fait de brancher votre appareil pour la première fois lance immédiatement une recherche de ce fameux logiciel. S’il n’est pas trouvé, alors une petite fenêtre apparaît et vous propose l’installation de tout ce qui sera nécessaire au bon fonctionnement de votre appareil. De la même façon, Razer Chroma est également suggéré pour le côté esthétique de votre setup.

Par le biais de ces logiciels, nous allons pouvoir nous attaquer aux configurations des différents points. Entre la gestion de la sensibilité qui vous est propre ainsi que l’attribution des boutons latéraux. Un bon point à rappeler, la Basilisk a toujours disposé d’un petit bouton activable avec le bout du pouce. Chose que je trouve personnellement plus optimal que les deux boutons latéraux situés au dessus.

Razer Basilisk V3 PRO
Un effet néon pour briller jusqu’au bout de la nuit

Prise en main

Une fois que tout est bien paramétré et que votre souris est prête à l’emploi, on peut passer à l’utilisation. En ce qui concerne son utilisation lors de jeux de précisions comme Overwatch 2 par exemple, le produit répond très vite à nos attentes. Entre la vitesse de glisse couplée à une précision de mouvement, on ressent un réel plaisir de jeu. De la même façon, le simple fait d’appuyer légèrement sur le clic déclenche le tir. Un régal qu’on ne boude pas. Comme je vous l’indiquais plus haut, le bouton supplémentaire offre également un peu de polyvalence avec pourquoi pas l’attaque en mêlée, très utilisée lorsque les personnages rechargent trop lentement pour mettre le coup fatal.

Razer Basilisk V3 PRO

Une petite ombre au tableau vient très vite se faire ressentir par contre avec la posture obligatoire pour cette souris. En effet, si en jouant en palm grip, le confort est optimal, en claw c’est un petit calvaire. Le renfoncement devient contre productif est empêche un mouvement appréciable. Ceci étant, cela peut revenir également d’un ressenti personnel et il est sûrement possible de s’y adapter ce qui n’a pas été mon cas. De même, j’ai pu ressentir une petite baisse de réactivité lorsque la batterie arrive à 10% restants. Un soucis associé au fait que Razer ne propose pas d’indicateur de batterie dans la barre des tâches, ce qui est dommage pour la surveillance des périphériques.

Vous devriez regarder aussi ça :
Test - Dreame Roboticmower A1

Razer Basilisk V3 PRO

 

Enfin, en terme de confort pur, on aurait pu s’attendre à une certaine fatigue latente sur de longues sessions. La souris pesant 112 grammes, on est un peu au dessus des standards de poids. Celle-ci est bien présente mais il faut compter pas moins de 8 ou 9 heures pour ça. Autant dire qu’avec des pauses régulières, vous ne ressentirez rien.

 

Et niveau durée de vie ?

Évidemment, lorsque l’on achète une souris sans fil, notre premier intérêt est d’avoir un modèle qui tient la route sur une longue période. De ce côté là, Razer nous promet une durée de 90 heures en connexion Hyperspeed. Cette durée peut être atteinte dans l’éventualité où nous activons le mode économique et désactivons les effets lumineux. À pleine utilisation, on arrive plutôt autour d’une trentaine d’heure de jeu, ce qui reste relativement honorable.

De surcroît, le fabricant recommande un support de charge permettant ainsi de ne presque pas ressentir de baisse de régime. Si nous n’avons pas pu tester la charge de ce support, il faut savoir que la recharge câblée complète va prendre entre 2 et 5 heures en fonction de si la souris est utilisée ou non.

Razer Basilisk V3 PRO
Reste à savoir si les patins tiendront sur la durée

 

Accueil Blog

Aucun article à afficher