Les droits du Seigneur des anneaux : un sac de nœuds

La société suédoise bien connue pour ses multiples acquisitions dans le monde du jeu vidéo, vient d’élargir considérablement son champ d’action en mettant la main sur les droits du « Le Seigneur des Anneaux ». Cette opération est la conséquence de l’acquisition de l’entreprise Middle-earth Enterprises qui détenait les droits pour le film, le jeu vidéo, le jeu de société, le marchandising, la production théâtrale et les droits de parc à thème associés à la trilogie et à « Le Hobbit ».

Même si ceux qui connaissent Embracer Group ne seront pas étonnés par l’appétit du groupe  (le groupe a dépensé plus de 8 milliards de dollars pour 62 acquisitions ces deux dernières années), une opération de cette dimension a de quoi questionner alors que certains chiffrages évoquent une valeur d’au moins 2 milliards de dollars pour ces droits.

Le Seigneur des anneaux

La vérité réside essentiellement dans un montage complexe et très cadré qui ne permet pas à Embracer d’avoir toutes les clés de cette histoire. Vient se rajouter à cela un véritable sac de nœuds concernant le périmètre d’utilisation de cette licence. Une raison expliquant sans doute un prix revu à la baisse. Car Embracer ne sera pas seul et devrai tout d’abord composer avec le Tolkien Estate.

L’entité détient toujours les droits sur les livres de Tolkien, comme « Le Hobbit », la trilogie « Le Seigneur des Anneaux », « Le Silmarillion », « L’Histoire de la Terre du Milieu » et d’autres œuvres. Le Tolkien Estate détient également les droits télévisés sur des séries de plus de huit épisodes, c’est précisément pourquoi Amazon a traité avec le Tolkien Estate, et non avec Middle-earth Enterprises, pour réaliser sa série « Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir ». D’autres accords exclusifs couvrent aussi l’édition. Bref, on s’aperçoit très rapidement que la « marque » (ou la franchise si vous préférez) a été saucissonnée d’une manière très particulière. Et cerise sur le gâteau, la plupart des protagonistes sont en conflit.

Vous devriez regarder aussi ça :
Découvrez le Play Sorbonne U Festival

Mais Embracer semble disposer à chaque fois de moyen de faire du revenu. Y compris par exemple avec la future série d’Amazon où le groupe pourrait toucher sur les produits dérivés. Par contre, il y a un domaine où la route semble dégagée, c’est celui du jeu vidéo. Et cela tombe bien car le géant suédois dispose maintenant d’une quantité de studios pour travailler sur ses projets. Pour autant, la direction d’Embracer ne compte pas se limiter et pense pouvoir exploiter cette licence ailleurs.

« D’autres opportunités incluent l’exploration de films supplémentaires basés sur des personnages emblématiques tels que Gandalf, Aragorn, Gollum, Galadriel, Eowyn et d’autres personnages des œuvres littéraires de JRR Tolkien» déclare Lars Wingefors, fondateur et PDG d’ Embracer Group.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.