Confort & Performances

Sommaire

Côté confort

Une fois n’est pas coutume, nous allons commencer par le confort auditif. En effet, si vous avez l’habitude de posséder des casques sans-fil, vous êtes habitué à ce que ces derniers vous hurle dans les oreilles dès lors que le manque de jus vient à se faire ressentir. Deux points que tout oppose et venant rajouter du stress à la fin de votre ultime partie. Nul doute qu’un membre de l’équipe de R&D de chez JBL ai eu le même traumatisme. Par conséquent, l’ensemble des bruitages de connexion du Quantum 610 Wireless sont notifiés par de doux accords de guitare. De cette façon, votre matériel ne vous agresse pas ou ne vous hurle pas de le charger. À cela vient s’ajouter qu’il s’allume toujours pour vous mettre de bonne humeur. Merci JBL pour cette délicate attention.

JBL Quantum 610 Wireless

Au niveau cette fois-ci du confort physique, comme je vous l’indiquais plus haut, on nous propose ici des matériaux souples. Ainsi, on ne ressent aucune réelle pression ou douleur lors d’un usage conventionnel et ce même en portant des lunettes. Attention par contre si comme moi vous aimez ne mettre qu’une seule oreillette. Le prix à payer pour entendre votre entourage sera de faire souffrir drastiquement votre oreille. Question de répartition des masses.

À l’heure où j’écris ces lignes, la vague de chaleur du mois de mai vient de se terminer permettant d’anticiper l’été. Si vous possédez ce genre de casque, pensez à faire des pauses régulières. En effet, la transpiration vient créer un sentiment d’inconfort si cette dernière vient à s’accumuler. Un signe on ne peut plus naturel de faire un break et se ressourcer !

 

Et côté performance ?

Au niveau de ce point, deux axes vont se dessiner très facilement. En effet, le premier va directement être sur la qualité audio que va proposer le Quantum 610 Wireless. Veuillez noter par ailleurs que les tests ont été fait en filaire comme en sans-fil. Toutefois, les différences se veulent infimes pour être notées ou relevées. À l’exception bien évidemment de la perte de réactivité quand votre casque arrive à 5% de batterie.

JBL Quantum 610 Wireless
Plein de boutons pour plein de fonctions

Pour ce premier point donc, il a été nécessaire de tester la spatialisation du son. Que ce soit dans un FPS par exemple ou un jeu Triple A, ce point va déterminer grandement votre expérience de jeu. On pourra dire sans trop se tromper que ce dernier est clairement respecté. Il arrivera toutefois que des jeux plus anciens ne permettent pas ce système. Dans ce cas précis, le casque va donc simplement simuler l’orientation par tranche de 90°. Un moyen correct et astucieux de se repérer sur un vieux jeu. Côté musical, il s’agira d’un confort identique. Les basses sont correctement présentées et réparties, de quoi vous permettre un moment de détente entre deux parties.

Vous devriez regarder aussi ça :
Présentation - Bureau réglable en hauteur E7H de FlexiSpot

Toujours pour rester dans le monde du gaming, on va également faire un bref détour par le micro. Dans un premier temps, on apprécie le fait que ce dernier se coupe automatiquement dès lors qu’il est relevé. Si toutefois vous n’aimez pas ce précepte, il est également possible de le couper manuellement via un petit bouton sous l’oreillette gauche. La captation vocale se fait de façon assez naturelle. Cependant, la bonnette fournie avec le micro a tendance à facilement s’en aller. Sans celle-ci, tous les sons sont retranscrits. Par conséquent, il est difficile de se faire entendre si vous êtes plusieurs dans la pièce. Un petit morceau de mousse à ne surtout pas perdre.

JBL Quantum 610 Wireless
Un micro muté signifié par une petite diode rouge

Qu’est ce qu’on peut dire de la durée de vie ?

Comme je vous l’expliquais un peu plus haut, il dispose d’une autonomie relativement correcte. Comptez 25h avec les effets lumineux et jusqu’à une quarantaine sans ces derniers. Par ailleurs, la firme américaine a prévu le coup avec la possibilité de le charger tout en jouant. Si l’exercice peut être complexe pour certaines configuration dans notre cas, cela s’est avéré très jouable. Ceci étant, faire le choix de maintenir la charge en jouant fait passer le temps de récupération de 3 à 6 heures ce qui est dommage. Je vous conseille de le charger dès que vous n’en avez pas l’utilité et ainsi gagner en efficacité.

Sur un mois d’utilisation intensif par ailleurs, je n’ai pas ressenti de perte de durabilité au niveau de la batterie. Il s’agira toutefois d’un point à surveiller sur le long terme.

Accueil Blog

Aucun article à afficher