Brèves

Finale des Worlds 2019 – Bercy a vu le phénix FPX s’envoler

Rédigé par le

Finale des Worlds 2019 – Bercy a vu le phénix FPX s’envoler

Finale des Worlds 2019 – Les FPX ont écrasé les G2 Esports et remporté les Worlds de League of Legends

 

La finale des Worlds 2019 de League of Legends s’est jouée ce dimanche 11 novembre à l’AccorHotels Arena dans une ambiance démentielle. Les joueurs de FunPlus Phoenix et ceux de G2 Esports se sont affrontés au court d’un best of 5 de légende, dans une arène en feu, acquise à G2, l’équipe européenne, mais n’hésitant pas néanmoins à louer les joueurs chinois venus les défier sur leur territoire. Voici tout ce qu’il y a à savoir de cet événement incroyable.

 

La meilleure cérémonie d’ouverture ?

 

 

Riot Games a mis les petits plats dans les grands sur cette cérémonie d’ouverture. Ayant déjà annoncé au préalable sa collaboration avec Louis Vuitton pour la malle transportant la Summoner’s Cup, teasé la présence de True Damage, leur nouveau groupe musical avec des skins in game, on s’attendait déjà à en prendre plein les yeux. Néanmoins tout fût au dessus de nos espérances.

Le show fut lancé après un compte à rebours, scandé par tout le public, et ce fut Valerie Broussard, la chanteuse d’Awaken, qui ouvrit la cérémonie avec une arrivée pleine de panache. Étalant ses performances vocales, elle se dirigea sur la scène, accompagnée de danseurs à la chorégraphie léchée. Sa performance fut néanmoins interrompue par l’arrivée d’un Ekko aux couleurs de True Damage, sur un panneau « holographique ». Sous les acclamations pleines d’excitation du public, ce fut donc au tour de Becky G, Keke Palmer, SOYEON, DUCKWRTH et Thutmose de faire chavirer le cœur de l’AccorHotels Arena animée des couleurs des True Damage, avec leur chanson Giants. Une cérémonie jouant sur le son, la lumière et les hologrammes qui en a littéralement mis plein les yeux à toutes les personnes présentes dans la salle et sur le live Twitch. Un refrain entêtant, des parties rappées avec un flow et un rythme démentiels, un cocktail explosif pour mettre à mal l’hégémonie de K/DA aux yeux des fans.

Enfin, ce fut au tour de Cailin Russo et Chrissy Costanza de faire leur apparition, pour interpréter la chanson Phoenix. Décriée, cette dernière avait tout à prouver lors de cette cérémonie, et cela va sans dire, ça a été fait avec brio. Les performances vocales des deux chanteuses, accompagnées également d’hologrammes pour la performance (on notera tout particulièrement les danseurs maniant les lames d’Irelia à la perfection), ont fini de faire de ce spectacle un véritable ravissement. La cerise sur le gâteau ayant été cette ouverture de malle : cinq écrans, entourés d’un écrin marqués du célèbre « LV » de Louis Vuitton, et dévoilant via une ouverture contrôlée la Summoner’s Cup, graal que tous les joueurs de League of Legends s’arrachent.

 

Il est peut-être chauvin ou subjectif de parler de cette cérémonie d’ouverture et de la considérer comme la meilleure. Mais au vu de la représentation technique, sonore et visuelle, elle se place actuellement dans mon cœur, loin au dessus des autres.

 

FPX surclasse le monde

 

 

Les G2 Esports et les FunPlus Phoenix se sont affrontés ce dimanche pour cette finale des Worlds 2019. Et bien que les G2 aient été nommés favoris, après avoir battu SKT avec la manière, ayant en plus le 6ème homme, le public complètement acquis à leur cause, il faut clairement admettre que les FPX furent cette fois, clairement au dessus des autres.

 

Au cours de la première partie, les G2 ont voulu créer la surprise avec un Pyke mid pour Caps, utilisé pour créer la différence sur les autres lanes et ainsi proposer le surnombre et l’avantage à ses coéquipiers. Mais la réponse de FPX avec DoinB sur son Nautilus mid a été cinglante. Ne laissant aucun répit à Wunder au top, en décalant en permanence avec l’aide de son jungler, Tian, ils étouffèrent la stratégie des G2 sans ménagement. Ne prenant aucun risque, ils ne laissèrent que très peu d’ouvertures possibles à leurs adversaires. Et malgré les tentatives des G2 pour en trouver ou pout créer l’erreur chez les joueurs FPX, ces derniers punirent chaque tentative par des regroupements efficaces et des décisions chirurgicales. Bien que les dégâts aient été présents, surtout de la part Wunder sur Ryze, qui a réussi à revenir dans la partie, et Perkz sur son Varus, la gestion de la carte et des teamfights était du côté des FPX.

La deuxième partie fut encore plus à sens unique. Visiblement sonnés par cette première partie qui, bien que marquée par une adversité de leur part, avait été très clairement à l’avantage des FPX, ils se firent complètement surclasser sur la seconde. Comme tétanisés, ils n’arrivaient pas à trouver la moindre opportunité, les FPX les prenant sans ménagement à la gorge, tout au long de la partie.

Enfin, lors de la troisième partie, et alors que tout le stade scandait leur nom, leur slogan, poussant de toute leur force l’équipe européenne, les G2 n’arrivèrent pas à trouver les ressources nécessaires pour revenir dans le match. Laissant étrangement (bien que ce soit facile à dire de notre point de vue) le Lee Sin de Tian qui avait fait des miracles sur les deux premières manches, les G2 ne purent tenir leurs adversaires. Bien que la partie ait été plus disputée, les phénix réussirent à prendre l’avantage très vite sur la carte, avec des tours et des plaques, et creusèrent l’avantage aux gold sans même n’avoir eu besoin de prendre de kills, et finirent par ne plus le lâcher. Les G2 n’ont quasiment pas réussi à gagner un seul teamfight sur ces trois parties. Un cruel aveu de faiblesse.

 

En bref, difficile de contester la victoire des FPX, 3 à 0, qui ont été bien meilleurs que leurs opposants aujourd’hui. DoinB qui était intenable, Lwx l’adc qui n’est pas mort des trois matchs, et Tian qui a littéralement lu dans l’esprit de ses adversaires. Tian qui a d’ailleurs remporté le titre de MVP (most valuable player) de cette finale, tant il a été resplendissant avec son Lee Sin !

 

 

La fin cette finale des Worlds 2019 s’est terminée sur la remise du trophée, des médailles, bien sûr sous l’applaudissement chaleureux du public français. Un bel hommage, exécuté par un public au cœur lourd, mais respectant la toute puissance de ses adversaires. Il y eut également une transition sur les Worlds de l’année prochaine, avec un passage de flambeau entre les représentants de la ville de Paris, et la ville de Shanghai, hôte de la compétition l’année prochaine. Une conclusion d’une après-midi riche en émotion, mais qui valait clairement la peine d’être vécue pour les fans de League of Legends, qui peuvent espérer quelque chose de grandiose pour l’année prochaine.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.