Jeux de société

Kami – un jeu de cartes japonisant à partager entre amis

Rédigé par le

Kami – un jeu de cartes japonisant à partager entre amis

Kami, un jeu de stratégie bien huilé

 

Créé par la société Oka Luda (déjà responsable de Samsara) et dessiné par Pauline Berdal, le jeu Kami s’inspire directement du « Shõgi » , le jeu des généraux. Le jeu est totalement basé sur la stratégie pour 2 à 4 joueurs. Dans le cadre d’une partie, vous allez devoir prendre le dessus au travers de plusieurs batailles pour dominer votre adversaire. Pour l’occasion, Oka Luda nous propose ici un total de 32 cartes toutes illustrées dans l’art traditionnel japonais. Étant prévu pour une sortie ce mois de juin 2019 au prix de 15,90 euros, nous avons souhaité découvrir l’ensemble de l’univers que Kami a à nous apporter.

 

Bundle Kami

Un bundle très compact, parfait pour le transport

 

Amateur des jeux de stratégie et de plateau depuis mon plus jeune âge, j’ai très vite été curieux de savoir comment Oka Luda s’était fondé sur les échecs et le jeu des généraux. La réponse a très vite été donnée via la fonction des unités et la stratégie à appliquer seul ou en équipe.

Le principe de base est très simple, chaque joueur va disposer de 8 cartes distribuées au hasard parmi les huit unités présentes. Pour vous introduire le jeu, il va falloir ici mener une vraie guerre de position et surtout de réflexion. En effet différents modes de jeu sont proposés et parmi eux, chacune des cartes victorieuses est très importante. Par ailleurs, le jeu va se jouer par défaut à 4 joueurs pour que toutes les cartes soient utilisées. Mais, il est possible d’adapter cela pour 2 et 3 joueurs.

Dans le cas des 2 joueurs par exemple, chacun ne dispose toujours que de 8 cartes, mais 16 cartes sont posées au milieu en tant que mercenaires. Cette facette du jeu donne un aspect tout aussi tactique à la partie et permet de diversifier vos horizons.

 

Déroulement d’une partie

Pour remporter une partie de Kami, il vous faudra cumuler un total de 15 points. Ceux-ci étant représentés par la valeur de la dernière carte que vous posez, il va être crucial de réfléchir à vos stratégies. Pour l’occasion, Oka Luda nous propose trois règles possibles.

  • Soldat : finir la partie à 15 points
  • Seigneur : vous finissez la partie à 15 points, mais si vous dépassez, vous devez soustraire les points qui dépassent 15 points.
  • Kami : le mode par excellence. Vous devez atteindre exactement 15 points, si vous dépassez, vous repartez à 0.

Pour le fonctionnement, vous avez deux lignes définies, Attaque et Défense. Le premier joueur va poser une carte retournée en défense et révéler une carte en attaque. Votre adversaire doit choisir de contrer cette attaque avec une carte identique ou de passer et ainsi de suite. Si aucun joueur n’est en mesure de répondre à votre offensive, vous pouvez reposer une nouvelle formation et un autre cycle de jeu débute.

La manche se termine quand un joueur n’a plus de cartes et est donc victorieux. On comptabilise les points de son équipe et une autre manche démarre.

Vous l’aurez compris petit à petit, de nombreux paramètres de stratégie vont entrer en compte. Ne serait-ce que sur la façon dont vous allez dérouler votre stratégie. Il faudra penser aux cartes d’ores et déjà présentes sur le jeu mais aussi celles qui pourront ralentir votre adversaire.

 

Exemple de 2v2 Kami

Les parties en 1 contre 1 sont relevées par l’apparition de mercenaires

 

Pour ce qui est de la durée de jeu, on comptera à peu près une vingtaine de minutes par partie pour un mode Soldat. Par contre, si vous vous essayez au mode Kami, certaines d’entre elles pourront durer une heure ou plus en fonction de votre avancée.

Les différentes unités

Il existe au total 6 catégories de cartes qu’il faudra manier tout au long de la partie. Certaines d’entre elles n’étant disponibles qu’en deux ou quatre exemplaires, chaque choix sera bien entendu déterminant dans votre avancée.

  • Soldat : 10 exemplaires – 1 étoile de valeur
  • La lance : 4 exemplaires – 2 étoiles de valeur
  • Le cavalier : 4 exemplaires – 2 étoiles de valeur
  • Le dragon d’Argent/d’or : 4 exemplaires par dragon – 3 étoiles de valeur
  • La tour  : 2 exemplaires – 4 étoiles de valeur
  • Le fou : 2 exemplaires – 4 étoiles de valeur
  • L’impératrice : 2 exemplaires – 5 étoiles de valeur

Comme vous pouvez le constater, certaines unités sont très précieuses. Par ailleurs, on mentionnera l’Impératrice qui est une pièce littéralement maîtresse de votre jeu. À l’image d’une reine aux échecs, celle-ci peut tout faire et ici, elle peut tout contrer.

 

Et concernant la direction artistique?

À la réception du jeu, j’ai été très agréablement surpris par la qualité des designs de chacune des cartes. On retrouve vraiment cette inspiration japonaise qui vient sublimer l’expérience. Ne serait-ce que par les images présentées et leur petite légende présente dans le livret d’explication, on a envie d’en apprendre plus. Par exemple, les dragons d’argent sont présentés comme les messagers des Kami. Cela m’a donné envie d’en apprendre plus et j’ai donc découvert le mythe de Shynriu, que l’on connait également comme Shenlong (son équivalent dans le folklore chinois ndlr).

Kami cartes direction artistique

Une direction artistique bien pensée

 

Passé cette première impression, le travail de fond réalisé par Pauline Berdal donne vraiment cette sensation d’importance à chaque unité. On considère bien les soldats comme une carte commune là où l’Impératrice affiche bien son rôle de pièce maîtresse.

En dehors de l’art des cartes, le jeu se veut cependant minimaliste. Pas de tapis de jeu ou autres accessoires pour rajouter une petite touche d’ambiance. Mais cela est purement cosmétique, permet de réduire le prix et ne vient pas entacher le rôle premier de Kami.

En conclusion

Kami est un excellent jeu de stratégie qui saura ravir vos soirées de jeux entre amis. Une fois les règles assimilées, on commence très vite à chercher la stratégie imparable. Le côté aléatoire du jeu de cartes va également relever vos sessions puisque les possibilités sont pratiquement infinies. On en vient même à compter les cartes lorsque la plupart sont posées sur la table pour redéfinir sa stratégie de jeu et tenter d’engranger un maximum de points.

Le jeu étant prévu pour 2 à 4 personnes et à partir de 8 ans, il s’adapte à l’ensemble de la famille ou de vos amis. Prévoyez cependant un minimum d’espace de jeu afin de vous amuser dans les meilleures conditions.

De notre côté, c’est une confirmation des attentes que nous avions eu dès la présentation de Samsara, le premier jeu d’Oka Luda. L’éditeur reste sur sa ligne directrice de jeux simples mais aux règles subtiles.

Prévu pour un prix conseillé de 15,90 euros, vous pouvez précommander dès à présent le jeu chez Philibert.

Voir commentaires (2)
2 Comments
  1. Tom Marrow

    2019-06-18 at 12 h 16 min

    Hello !
    Et non l’imperatrice ne contre pas tout puisqu’elle reste impuissante face aux soldats et aux lances. C’est d’ailleurs toute la richesse du jeu. Aucune carte n’est fondamentalement la plus forte et aucune main n’est fondamentalement forte également.

    • Aykori

      2019-06-19 at 20 h 14 min

      Bonjour Tom !

      Effectivement l’erreur me revient là-dessus et va être corrigée immédiatement, merci pour ton retour 🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Jeux de société