Hardware

Test – Que vaut vraiment la Vega 64 deux ans après ?

Rédigé par le

Test – Que vaut vraiment la Vega 64 deux ans après ?

La Vega 64 bon ou mauvais choix ?

 

Alors que la Vega 64 de chez AMD est sortie il y a bientôt deux ans, nous n’en avions toujours pas testé une ! Ce GPU a été souvent sujet à controverses au niveau de ses performances, sa consommation et de sa température. Avec des prix farfelus lors de l’explosion de la bulle crypto-monnaie souvent supérieur à 1000 €, cette carte n’était sûrement pas le meilleur choix. Avec sa récente baisse de prix aux alentours des 400€, nous allons ensemble essayer de décrypter si ce GPU est encore d’actualité.

 

Présentation de la Vega 64 signée Gigabyte

La Radeon RX Vega 64 Gaming OC 8G dispose d’un look racé gaming simple sans fioriture aux couleurs de la marque Gigabyte. Avec ses dimensions de 274 mm par 132 mm et d’une épaisseur de 53 mm (l’équivalent de deux slots), la Vega 64 de Gigabyte reste une carte qui en impose !

 

Vue éclaté Vega 64

 

Elle embarque la technologie Windforce 2X avec des ventilateurs à aubes de 100 mm. Ils sont semi-passifs et ne fonctionneront qu’en cas de forte charge, à partir de 50°C. Ils assurent ainsi un silence complet lors d’utilisation en bureautique ou de jeux à faible charge. Pour renforcer le tout, Gigabyte a utilisé un radiateur à ailettes angulaires permettant de canaliser au mieux le flux d’air, mais aussi d’augmenter la surface de contact tout en réduisant le bruit généré.

 

 

La conception de la carte a été étudiée afin d’accentuer l’efficacité des calo-ducs en composites, le transfert de température est amélioré de 29%. Pour renforcer le tout, ses calo-ducs sont en contact direct avec le GPU assurant le meilleur transfert thermique possible. De plus, la carte est équipée d’une backplate conductrice de chaleur passant sur tous les points clés du GPU. Enfin, un dissipateur en cuivre vient quant à lui se fixer à l’arrière du processeur graphique afin d’assurer un refroidissement passif avec la ventilation du boîtier.

 

 

Vous l’aurez compris, Gigabyte a prévu son modèle pour encaisser des températures élevées. De ce fait, le GPU profite aussi d’une fréquence boost de 1630 MHz (une fois son bios à jour) et de 8 Go de HBM2 à 945 MHz. Ainsi, ils ont aussi revu l’alimentation de la carte avec ses 12+1 phases d’alimentation, des composants de qualité supérieure, permettant au MOSFET d’assurer des tensions plus stables et une température réduite. Gigabyte assure que leur modèle est prévu pour l’overclocking !

 

 

Pour terminer sur la présentation, la carte est équipée de trois ports HDMI et de trois ports DisplayPort pouvant ainsi afficher simultanément sur six périphériques de sortie. Toutes les technologies AMD sont elles aussi présentes ainsi que sa suite logicielle. Concernant Gigabyte, ils fournissent leur logiciel Aorus Engine pour gérer la ventilation ou le mode de fonctionnement de celle-ci.

 

6 affichages possible

 

Unboxing

La Radeon RX Vega 64 Gaming OC 8G est bien emballée dans sa boîte. Le package reste quant à lui très simple comme la plupart du temps pour les cartes AMD.

 

 

Nous y retrouvons à l’intérieur :

  • La Radeon RX Vega 64 Gaming OC 8G
  • Un câble 8-pins vers 2 x 8-pins
  • Une notice d’utilisation
  • Un guide d’utilisation rapide
  • Un DVD avec les drivers et la suite logicielle

Une fois la carte en main, nous nous rendons vite compte de la qualité supérieure de l’objet ! Les finitions sont sans défaut : que ce soit la backplate en métal aux couleurs de la marque ou ses deux ventilateurs de 100 mm. Notre seul regret concerne le carénage autour du radiateur un peu trop « plastique ».

 

 

En ce qui concerne son alimentation, nous sommes sur du 2 x 8-pins. Nous remarquons aussi sa connectique et ses six ports vidéos !

 

La configuration de Test

  • Carte mère : MSI X370 Pro Carbon
  • Processeur : AMD Ryzen 7 2700x à 4,2 GHz (1,45 V)
  • Mémoire : G.skill 3000 MHz CAS 16
  • Carte graphique : Gigabyte Radeon RX Vega 64 Gaming OC 8G
  • Refroidissement : AIO GamerStorm Captain 360 mm
  • Alimentation : Corsair HX 850 Platinium
  • Système d’exploitation : Windows 10 64 bits
  • Écran : Acer 31,5”  EB32Hqironuawidp
  • Température ambiante de la pièce : 18°C env

 

Configuration de test Vega 64

 

Du côté de l’utilisation et l’installation, rien n’est à signaler. Les drivers sont aussi une partie de plaisir avec Adrenalin 2019. Nos tests se dérouleront en quatre temps :

  • Test stock
  • Test sous alimenté
  • Test overclocké
  • Face-à-face

Tous nos relevés de températures ou bien de consommations ont été croisés à l’aide de plusieurs logiciels :

Enfin, toutes nos mesures en jeu se sont faites en trois temps, à différents endroits du jeu afin d’en vérifier objectivité. Ces tests varient d’une à trois minutes chacun et sont enregistrés via les logiciels Fraps et Riva Tuner (suite logicielle de MSI Afterburner). Les images par seconde en résultant sont alors une moyenne des « FPS average » (moyennes de moyennes).

 

La Vega 64 Stock

Benchmarks comparatifs : 3DMark Firestrike et Time Spy

Plus besoin de vous les présenter ? Ah si ? Bon… ce sont certainement les bencharks les plus utilisés actuellement. Ils permettent de pousser votre configuration à bout et ainsi de savoir, grâce à un système à point, où vous vous placez face au reste du monde. Dans notre cas, ce qui nous intéresse sera le « Graphic Score ».

  • Fire Strike utilise une résolution de 1920 pixels par 1080 pixels et exploite l’API DX11
  • Time Spy utilise une résolution en 2560 pixels par 1440 pixels et exploite l’API DX12

 

 

Benchmarks Comparatifs : Unigine Valey et Superposition

Ces deux benchmarks provenant de chez Unigine sont de générations différentes (Valey 2013 et Superposition 2017). Ils sont composés de 17 scènes graphiques avec des préréglages, où seule la carte graphique est testée. Nous avons opté pour le préréglage 1080p extrem pour Valey et le préréglage 4K pour Superposition.

 

 

Les tests « In game »

Comme nous l’entendons souvent « nous ne jouons pas aux benchmarks », nous avons décidé de faire aussi des tests en jeu. Ces tests se feront en 2560 x 1440. Qui peut le plus, peut le moins, non ? Les préréglages high/ultra ont été utilisés tout au long de ces tests. Nous vous avons donc choisi une batterie de 19 jeux composés des différentes API existantes, des jeux récents et plus anciens, ainsi que des jeux avec une optimisation AMD ou Nvidia en solo et multijoueurs.

 

Graphique FPS Vega 64

 

Pour rappel, ces tests se basent principalement sur les « FPS AVG » qui correspondent aux images par seconde moyennes reçues lors du test. Les mesures ont été faites en trois fois à différents endroits, variant d’une à trois minutes. Cela a pour but de certifier la véracité de nos essais. Nous pouvons aisément remarquer qu’en préréglage high/ultra la Vega descend rarement en dessous des 60 images par seconde. Elle nous permet aussi de jouer à des jeux compétitifs sans trop de soucis à plus de 100 FPS !

 

La consommation et les températures

Nous voilà au centre des controverses, la consommation et les températures ! En effet, les Vega 56 et 64 ont la réputation de pouvoir à elles seules chauffer votre salon et faire pleurer votre compteur électrique, les deux en même temps ! Mais en réalité qu’en est-il ? L’entièreté de nos relevés ont été faits « in game » et en benchmarks. Vous aurez donc encore une fois, une moyenne des consommations et des températures ainsi que leurs pics d’utilisation.

 

Graphique consommation Stock

 

Nous pouvons voir que la Vega se stabilise aux alentours de 234 Watts de moyenne avec un pic à 270 Watts ! Cela reste acceptable pour une carte de cette gamme, malgré des résultats un peu plus haut que ces concurrentes. D’ailleurs, cela est encore plus amplifié depuis l’arrivée des RTX.

 

Graphique Température Vega 64 Stock

 

Pour les températures, là encore les résultats sont bons. Nous pouvons relever une moyenne générale de 66,5°C. De leurs côtés, les ventilateurs restent très silencieux sur la plupart des jeux et tournent à environ 2100 tr/m.

 

La Vega 64 sous-alimentée ou undervolting

Ou comme l’appellent nos amis anglophones, l’undervolting, késako ? L’undervolting consiste à baisser la tension d’alimentation de la carte. En effet, cela a pour but de réduire sa consommation et sa température de fonctionnement. Nous savons aussi que les constructeurs de cartes sur la base de circuits AMD laissent une fourchette d’alimentation plutôt confortable. Nous pouvons alors baisser cette tension et ainsi garder les mêmes performances qu’à l’initiale, voire parfois overclocker un peu le GPU.

 

MSI Afterburner undervolté

 

Ainsi, nous avons relancé Fire Strike (comme plus tôt), avec les paramètres de MSI Afterburner ci-dessus. Outre, la baisse de la tension, nous avons aussi réussi à « overclocker » le GPU de quelques MHz sans aucune conséquence sur le score final.

 

Fire Strike Vega 64 Undervolté

 

 

En ce qui concerne la température, un léger gain de 6°C est observé passant le GPU de 74°C à 68°C. Sur notre modèle de Vega 64, cela nous laisse froid. Étant déjà équipé d’un des meilleures refroidissements, les résultats ne sont pas très probants. Je pense que sur une carte de type « Founder edition » à refroidissement blower cela doit faire la différence. Au sujet de la consommation, nous passons sous la barre des 200 Watts face au 240 Watts présents à stock.

Pour conclure ce chapitre sur la sous-alimentation de la carte, nous pensons que cela est contre productif. Nous « bridons » d’une certaine manière le GPU l’empêchant ainsi de pouvoir donner son plein potentiel, tout cela pour profiter d’un gain de consommation et de température minime. Toutes les configurations « classiques » peuvent aisément utiliser la Vega 64 avec une alimentation de 650 Watts même overclockée.

 

La Vega 64 overclockée

Pour les néophytes arrivant jusqu’ici, nous allons faire un rapide point sur l’overclocking. Il s’agit d’augmenter la fréquence de fonctionnement des composants au-delà des réglages nominaux du constructeur. Cela permet alors aux composants de tourner plus rapidement et ainsi de pouvoir exécuter plus d’instructions à la seconde. En contrepartie, la température ainsi que la consommation vont considérablement augmenter. Dans notre cas, cela permet d’augmenter la performance du GPU et ainsi gagner en images par seconde.

Le logiciel utilisé pour l’overcloking sera MSI Afterburner avec la configuration suivante :

 

MSI Afterburner overclocké

 

Benchmarks comparatifs : 3DMark Firestrike et Time Spy

 

Les résultats parlent d’eux-mêmes que ce soit sur Fire Strike ou bien Time Spy. Nous constatons un gain de 25% environ sur le score graphique de notre Vega 64. Ces résultats sont plutôt de bonne augure et nous allons voir si cela se confirme sur les autres tests.

 

Benchmarks Comparatifs : Unigine Valey et Superposition

 

Là encore, nous pouvons voir un gain de performance. Concernant Valey, le gain est de 22,5% le faisant passer de 77,7 images par seconde à 95,4. De même pour Superposition, il se voit crédité d’un gain de 25,5%, les performances passent de 39,6 images par seconde à 49,6. Pour l’instant, les résultats concordent avec ce que nous a démontré 3DMark. Espérons des résultats similaires en jeux.

 

Les tests « In game »

Graphique FPS Vega 64 stock vs overcolcké

 

Voici probablement la partie qui va vous intéresser le plus. Nous pouvons remarquer une nette amélioration des performances. Le graphique parle de lui-même, sur la plupart des jeux, nous pouvons constater un gain d’environ 20 images par seconde. Je rappelle que nous sommes en 1440p avec des préréglages high/ultra. Le score général ressortant du GPU stock est de 1829 points face aux 2180 points une fois overclocké. Cela correspond à un gain de 19,5% en moyenne, un gouffre à ce niveau de technologie. Le GPU est bien plus permissif et nous permet d’atteindre sans trop de difficultés les 120/144Hz souhaités par les joueurs compétitifs sur les jeux exigeants, en mode multijoueurs et/ou à la première personne.

 

La consommation et les températures

 

Graphique Consommation Vega 64 Stock Overclocké

 

Vous vous en doutez, avec une telle marge, il n’y a pas que les images par seconde qui vont augmenter. Sur le graphique ci-dessus, la consommation explose et reste à plus de 326 Watts de moyenne. Nous sommes très loin de nos 234 Watts initiaux. En moyenne, nous avons donc une hausse de 39% !

La carte atteint sa limite de consommation autour de 372 Watts. Dans ces conditions, un bloc d’alimentation de 650 Watts (Gold 80+) ne sera pas de trop pour pouvoir profiter pleinement du GPU.

 

Graphique température stock/overclocké

 

Concernant les températures, nous nous attendions aussi à une augmentation comparable à celle de la consommation. Mais en réalité, nous en sommes loin. Il y a effectivement une hausse des températures, mais elle reste acceptable. En effet, la température moyenne est en hausse de 7% seulement.

En outre, Gigabyte nous promettait sur le papier une carte encaissant l’overclocking, le pari est tenu. Néanmoins, il faudra oublier le calme et favoriser un bon casque. En effet, les ventilateurs s’emballent afin de contenir la température en dessous des 75°C, et éviter le throttle des fréquences. En pointe, ils peuvent se permettre un 3100 tr/min, amateurs de silence passaient votre chemin ! Cela est corrigeable en partie, par un ajustement de la courbe de température/vitesse de rotation des ventilateurs dans MSI Afterburner.

 

Le face-à-face

Il nous semblait logique de vous proposer une réelle comparaison face à une carte graphique supérieure en terme de performances et ainsi se faire un avis tranché et objectif au sujet de cette Vega 64. Notre choix s’est très vite axé sur le modèle GTX 1080Ti Xtrem Edition 11G de Aorus étant un des meilleurs modèles sur le marché des Geforce série 10xx. La carte tourne donc à une fréquence oscillant entre 1880 et 1930 MHz (en boost).

 

graphique de comparaison Benchmark

 

En benchmark, nous remarquons aisément que la Vega 64 stock n’est pas au niveau de la 1080Ti. Une fois overclocké, l’étau se resserre mais la 1080Ti garde une longueur d’avance.

 

Graphique comparatif Vega 64 Vs 1080 Ti

 

En jeux, les variations sont très fortes. En effet sur certains titres, la Vega 64 overclockée se rapproche aussi de la 1080Ti. Se jouant à une dizaine d’images par seconde, la Vega 64 overclockée s’offre même à de rare occasion la première place du bench. La majeure partie du temps, la 1080Ti reste malgré tout intouchable. Finalement, il n’y a que sur DOOM 2016 tournant sous l’API Vulkan où la Vega 64 stock se sent à l’aise pour jouer du coude-à-coude avec la 1080Ti.

À ce stade, il nous paraît intéressant de vous parler du rapport performance/prix des deux cartes en question. Les prix répertoriés sont ceux de LDLC soit 424,94 € pour la Vega 64 et le dernier prix connu pour la 1080Ti étant de 992,95 €.

La Vega 64 stock/overclockée totalise donc un total de 1829 et 2180 points. La 1080ti quant à elle culmine à 2415 points. De ce fait, nous tombons sur ces résultats :

  • La 1080Ti est donc plus performante de 32% face à la Vega 64 stock
  • La 1080Ti est donc plus performante de 11% face à la Vega 64 overclockée
  • La 1080Ti est plus chère de 234% face à la Vega 64
  • Le rapport performances/prix moyen de la 1080Ti est de 7,81 €/FPS
  • Le rapport performances/prix moyen de la Vega 64 stock est de 4,41 €/FPS
  • Le rapport performance/prix moyen de la Vega 64 overclockée est de 3,70 €/FPS

Pour terminer sur ce face-à-face, les résultats sont sans appel. La Vega 64 reste une carte compétitive face à sa rivale considérée dans cette revue, la 1080Ti. Et elle l’est sûrement encore aujourd’hui, face au RTX en performance brut.

 

Conclusion

Les rumeurs sur la Vega 64 ne sont qu’en partie fondées. Les températures de notre modèle custom Radeon RX Vega 64 Gaming OC 8G restent plus qu’acceptable et sa consommation de même. Il est cependant fort possible que les modèles « Founder edition » ne présentent pas les mêmes caractéristiques à ce niveau-là.

Le GPU s’adresse aussi bien aux néophytes à la recherche d’une carte graphique pouvant assurer le 1440p à 60 Hz sans trop sourciller, qu’aux personnes plus expérimentées n’ayant pas peur de pousser leur matériel dans ses retranchement.

 

Vonguru D'or Vega 64

 

Quoiqu’il en soit, nous avons apprécié la marge d’overclocking assez impressionnante offerte par ce modèle, et ce sans avoir forcément recours à une modification quelconque du GPU. Autant dire que ce fut un jeu d’enfant. Enfin, cette carte graphique ravira sans aucun doute le plus grand nombre d’utilisateurs, mais surtout permet de pouvoir jouer avec une excellente qualité à moindre coût.

 

RX Vega 64 Gaming OC 8G
8 Le testeur
0 La communauté (0 votes)
Pour
  • L'overclocking
  • Le refroidissement
  • Le rapport performance/prix
  • Les six ports de sortie vidéo
Contre
  • Le bruit overclocké
  • Le carénage « plastique »
  • La consommation overclocké
Qualité de fabrication
Performances
Overclocking
Refroidissement
Prix
Ce qu'on en dit Connectez vous pour noter
Classé par:

Soyez le premier à donner votre avis

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Voir commentaires (2)
2 Comments
  1. Ninox

    2019-04-30 at 14 h 43 min

    Test sympathique la vega 64 à de beau jours devant elle moi perso j’ai la 64 nitro et j’en suis super content depuis un ans, pour jouer en 1440p et 4k.

  2. Existensial

    2019-09-28 at 16 h 53 min

    Carte largement sous côtée aujourd’hui, mais trop chère hier, c’est vrai. Tournant sur une Nitro+ aussi, juste undervoltée, elle est parfaite pour le 1440p.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Hardware