Brèves

AMD confirme son passage au 7 nm

AMD confirme son passage au 7 nm

AMD sait tenir sa roadmap

 

AMD avait annoncé une conférence « Next Horizon » qui s’est tenue hier. Les plus optimistes s’attendaient aux nouveaux processeurs Ryzen, des cartes graphiques pour concurrencer Nvidia, etc. Bref, rien de tout ça n’est arrivé et c’est cependant bien logique.

Tout d’abord, AMD a voulu marquer le coup et annoncer qu’il tenait (lui) ses prévisions. Ainsi, le passage au 7 nm concomitamment à l’arrivée de l’architecture Zen 2 étaient les deux jalons annoncés pour la fin 2018. Le premier message que fait passer AMD concerne donc le respect et la fiabilité de ses prévisions.

 

AMD Zen 2

 

Des annonces destinées uniquement au monde professionnel

La première déclinaison de Zen 2 en 7 nm est donc destinée au monde des serveurs, un marché ultra dominé par son concurrent historique. La nouvelle plate-forme AMD Epyc Rome est déjà en cours d’échantillonnage auprès des partenaires majeurs d’AMD. Cette nouvelle plateforme ouvre la porte à des CPU disposant de 64 cœurs (8 dies + 1 contrôleur).

 

AMD Epyc Rome Zen 2

Très confiant sur le potentiel de son nouveau bébé, AMD ne le pose pas du tout en concurrent du nouveau Xeon Cascade Lake-AP qu’Intel vient tout juste d’annoncer, mais en alternative à la future plate-forme Ice Lake-SP gravée en 10 nm, et qui devrait arriver au mieux en 2020.

Enfin, on glissera un mot sur l’arrivée du 7 nm pour la partie graphique, une solution présentée là encore pour l’écosystème des datacenters. Même si AMD a envoyé quelques messages sur sa volonté de ne pas abandonner le segment « gaming hautes performances », il est difficile d’extrapoler avec les annonces Radeon Instinct de cette conférence. Pour couronner cette ambition d’occuper durablement le territoire des serveurs et des datacenters, Amazon a annoncé dans la foulée de la conférence, un partenariat majeur avec AMD pour équiper son cloud en processeur Epyc. Un signal particulièrement apprécié par la bourse dans un marché couvert à 99% par Intel.

 

Les promesses de Zen 2 pour le grand public

Alors le grand public sera servi quand du coup ? Eh bien on sait déjà qu’AMD sera en janvier au CES 2019 avec une conférence de son emblématique Présidente de l’exécutif, Liza Su. Il est plus que probable que cette conférence sera dédiée à la gamme grand public d’AMD. Là encore, le message est de confirmer que le concepteur sait tenir sa roadmap. Cependant, nous pouvons déjà nous projeter grâce aux annonces de cet événement « Next Horizon ».

Pour la gamme Threadripper notamment, il est difficile de ne pas voir dans l’Epyc Rome, le grand frère du futur Threadripper 3XXX, potentiellement 64 cœurs / 128 cœurs logiques. L’autre sujet important est la construction de l’Epyc Rome qui apporte pas mal d’éclairage sur la méthode employée par AMD pour augmenter les performances et contenir les coûts.

Par ailleurs la loi de Moore étant de plus en plus complexe (et coûteuse) à tenir, Intel comme AMD s’engagent sur la voie des MCM (Multi-Chip Module / plusieurs composants sur un même package). L’Epyc Rome embarque ainsi 9 modules. Au centre, nous retrouvons un module « I/O » (d’entrées/sorties) qui se charge de traiter l’interconnexion entre tous les cœurs, la RAM en 8 canaux DDR4, ou encore le PCI Express 4.0. Autour de ce module I/O, on retrouve les 8 dies processeurs (appelés maintenant Chiplets, un concept amené à revenir). AMD combine la gravure en 14 nm (pour le module I/O) et le 7 nm pour les chiplets, une technique lui permettant sans doute d’optimiser ses coûts.

 

AMD Zen 2 EPYC-ROME

 

Cette technique permet donc de doubler le nombre de cœurs par rapport à la génération précédente et donc théoriquement la puissance brute.

Le module central I/O se charge de réduire les latences entre les chiplets et gère les communications entre les éléments et la mémoire avec des liens d’interconnexion Infinity Fabric. AMD concentre donc ses efforts sur la réduction de la taille des cœurs tout en se laissant une certaine flexibilité pour faire évoluer ce module I/O.

Si l’architecture nous permet de comprendre où va AMD pour Zen 2 et d’anticiper les futurs Threadripper, le flou reste présent autour des prochains Ryzen 3XXX. En effet, la taille du package étant plus réduite, il parait difficile d’envisager un doublement du nombre de cœurs (un passage de 8 à 16 cœurs logiques).

Sans vouloir jouer au voyant extralucide, si un doublement des cœurs sur Ryzen 3XXX peut s’avérer possible, il ne serait pas commercialement nécessaire avant une arrivée de Zen 2+. Ainsi, AMD pourrait préserver ses marges alors que la concurrence ne s’annonce pas spécialement féroce avant quelques mois. Voilà pourquoi l’étape 12 cœurs / 24 cœurs logiques semble plus probable à cet instant.

Bref, rendez-vous début Janvier 2019 au CES de Las Vegas pour lever ces dernières interrogations !

 

Brèves
@NotDjey

Passionné par les nouvelles technologies depuis mon ZX81 je continue à aimer les extensions mémoires et les gadgets connectés.

Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Brèves