Ciné Séries

Récap’ cinéma : sorties du 27 juillet 2016

Récap’ cinéma : sorties du 27 juillet 2016

Les sorties cinéma de la semaine

Demain nous serons mercredi, et qui dit mercredi, dit sorties cinéma. Que vous soyez amateur de comédies, de frissons, de drames, ou encore d’animation, suivez le guide de Cleek et retrouvez, comme chaque semaine, le récapitulatif des sorties cinéma à ne pas manquer.

Inconditionnels des salles obscures, c’est par ici que cela se passe. Au programme, Insaisissables 2, Comme des bêtes, La Couleur de la victoire, Comme des bêtes, Genius et The Wave.

 

Insaisissables 2

Insaisissables 2 – Réalisé par Jon M. Chu – Avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson / Genre : thriller, action, comédie

Durée : 2h05

Synopsis – Un an après avoir déjoué le FBI et conquis le public avec leurs tours de magie à la Robin des Bois, les 4 Cavaliers refont surface avec une performance grâce à laquelle ils espèrent exposer au grand jour les pratiques malhonnêtes d’un magnat de la technologie.

L’avis de Cleek – Après la sortie d’Insaisissables en 2013 et son accueil critique mitigé, nos quatre magiciens reviennent avec un deuxième film, au générique duquel un certain Jon M. Chu a remplacé le précédent réalisateur, Louis Leterrier. Il suffit d’un visionnage bref de la bande-annonce d’Insaisissables 2 pour comprendre que celui-ci est loin d’avoir résolu toutes les critiques qui avaient été formulées à son encontre : scénario peu crédible, retournements de situation prévisibles, un manque flagrant de cohérence et un fond idéologique peu reluisant. Gageons que la suite ne dérogera pas au modèle établi par son prédécesseur.

 

 

Comme des bêtes

Comme des bêtes – Réalisé par Yarrow Cheney, Chris Renaud – Avec Philippe Lacheau, François Damiens, Willy Rovelli / Genre : animation, comédie

Durée : 1h27

Synopsis – La vie secrète que mènent nos animaux domestiques une fois que nous les laissons seuls à la maison pour partir au travail ou à l’école.

L’avis de Cleek – Une idée de film d’animation qui laisse plutôt perplexe, tant elle semble basée sur de l’anthropomorphisme à tout va et sur une idée de scénario qui tiendra difficilement 1h27 sans passer par l’itinéraire narratif habituel des films d’animation. Un bon divertissement pour les petits, assurément, mais difficilement plus pour un public adulte, plus habitué au niveau de qualité de Zootopie et autres Pixar.

La Couleur de la victoire

 

La Couleur de la victoire – Réalisé par Stephen Hopkins – Avec Stephan James, Jason Sudeikis, Eli Goree / Genre : drame, biopic, historique

Durée : 1h58

Synopsis – Dans les années 30, Jesse Owens, jeune afro-américain issu du milieu populaire, se prépare à concourir aux Jeux d’été de 1936 à Berlin.

L’avis de Cleek – La Couleur de la victoire est une traduction tout juste correcte du très bon titre original Race, et raconte l’histoire vraie de Jesse Owens, premier sportif noir à crever l’écran des Jeux Olympiques dans une Amérique encore profondément raciste et à l’époque où l’Allemagne nazie organisait les JO. Le choix du sujet du film est éminemment intéressant, et on attend avec beaucoup d’anticipation ce biopic sur la vie de Jesse Owens, de la part d’un réalisateur qui n’en est pas à son premier coup d’essai en la matière.

 

Genius

Genius – Réalisé par Michael Grandage – Avec Colin Firth, Jude Law, Nicole Kidman / Genre : biopic, drame

Durée : 1h44

Synopsis – Écrivain à la personnalité hors du commun, Thomas Wolfe est révélé par le grand éditeur Maxwell Perkins, qui a découvert F. Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway. Wolfe ne tarde pas à connaître la célébrité, séduisant les critiques grâce à son talent littéraire fulgurant.

L’avis de Cleek – Second biopic de la semaine et certainement pas le dernier de l’année, tant celui-ci semble représenter un vivier tout trouvé de scénarios faciles, Genius raconte l’histoire de l’écrivain Thomas Wolfe et de son éditeur. Si le récit a le mérite de mettre en lumière le difficile mais nécessaire travail d’édition en amont de la publication de tout livre, la difficulté de mettre en scène un travail dont la nature est avant tout foncièrement littéraire risque de ne pas épargner ce film d’un écueil certain, et de le réduire à l’état de biopic d’une facture rigoureusement classique, qui court certainement le risque d’échouer à émouvoir son public.

 

The Wave

The Wave – Réalisé par Roar Uthaug – Avec Kristoffer Joner, Thomas Bo Larsen, Ane Dahl Torp / Genre : action, drame

Durée : 1h50

Synopsis – Après plusieurs années à surveiller la montagne qui surplombe le fjord où il habite, Kristian, scientifique, s’apprête à quitter la région avec sa famille. Quand un pan de montagne se détache et provoque un Tsunami, il doit retrouver les membres de sa famille et échapper à la vague dévastatrice.

L’avis de Cleek – Un film catastrophe somme toute très classique, dont la seule originalité est de situer l’action de son récit dans les fjords norvégiens, un cadre assez exotique, peut-être, pour nous faire oublier un scénario vu et revu.

 

Source Synopsis – Allociné

Ciné Séries
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Ciné Séries