Ciné Séries

Récap’ cinéma : sorties du 13 juillet 2016

Récap’ cinéma : sorties du 13 juillet 2016

Les sorties cinéma de la semaine

 

Aujourd’hui, nous sommes mercredi, et qui dit mercredi dit sorties cinéma. Que vous soyez amateur de comédies, de frissons, de drames, ou encore d’animation, suivez le guide de Cleek et retrouvez, comme chaque semaine, le récapitulatif des sorties cinéma à ne pas manquer.

Inconditionnels des salles obscures, c’est par ici que cela se passe. Au programme L’Âge de glace : Les Lois de l’univers, Florence Foster Jenkins, Juillet Août, Débarquement immédiat, Bastille Day et Sparrows.

 

Mercredi 13 juillet 2016

 

L’Âge de glace : les Lois de l’univers

L’Âge de glace : les Lois de l’univers – Réalisé par Mike Thurmeier – Avec Gérard Lanvin, Élie Sémoun, Vincent Cassel / Genre : Animation, Famille

Durée : 1h34

Synopsis : alors qu’une météorite menace le monde de l’Âge de Glace, Sid, Manny, Diego et le reste de la bande vont quitter leur foyer et embarquer dans une nouvelle aventure pleine de comédie, parcourant de nouvelles terres exotiques et rencontrant une galerie de parsonnages hauts en couleur.

L’avis de Cleek : la saga de L’Âge de glace, qui a donné lieu à quelques répliques cultes de notre adolescence, semble désormais bel et bien traîner en longueur et ne vise plus désormais qu’un public assez juvénile de par un humour assez douteux et des punchlines aussi prévisibles que peu originales. Le tout serti de bons sentiments et de leçons de vie assez terriblement larmoyantes. On pourrait dire que cela convient aux enfants mais il n’est pas certain que vous vouliez réellement infliger ça à votre propre progéniture.

 

 

Florence Foster Jenkins

Florence Foster Jenkins – Réalisé par Stephen Frears – Avec Meryl Streep, Hugh Grant, Simon Helberg / Genre : Biopic, Drame, Comédie

Durée : 1h50

Synopsis : l’histoire vraie de Florence Foster Jenkins, héritière new-yorkaise et célèbre mondaine, qui n’a jamais renoncé à son rêve de devenir une grande cantatrice d’opéra. Si elle était convaincue d’avoir une très belle voix, tout son entourage la trouvait aussi atroce que risible.

L’avis de Cleek : après la Marguerite de Xavier Giannoli, Stephen Frears s’empare à son tour de la vie de la cantatrice américaine Florence Foster Jenkins pour en faire un film, biographique lui aussi, là aussi sur le ton de la comédie et du drame. Il sera extrêmement intéressant de comparer les deux versions, sorties sensiblement au même moment et traitées de la même façon par deux grands réalisateurs, l’un britannique et l’autre français, et toutes deux servies par l’interprétation de grandes actrices en la personne de Meryl Streep et Catherine Frot respectivement. Du bonheur intellectuel et cinématographique en perspective, en dépit du lot de tympans écorchés que les deux films provoqueront nécessairement.

 

 

Juillet Août

Juillet Août – Réalisé par Diastème – Avec Patrick Chesnais, Pascale Arbillot, Thierry Godard / Genre : Comédie dramatique

Durée : 1h36

Synopsis : c’est l’été. Les familles migrent et se recomposent.Laura, 14 ans, et Joséphine, 18 ans, partent en juillet avec leur mère dans le Sud, puis en août chez leur père en Bretagne.

L’avis de Cleek : un film de circonstance qui ne prétend pas bouleverser les codes du genre mais vise plutôt à saisir un instantané de ces vacances estivales si caractéristiques, de l’adolescence et des rapports familiaux qui s’entrecroisent et se heurtent. Rien de nouveau sous le soleil d’août, et pourtant, on aurait tort de dédaigner complètement ces « petits » films français et leur vérité parfois maladroite. Si vous vous sentez d’humeur indulgente, pourquoi pas, mais sinon, ayez la lucidité de consacrer vos vacances à de plus hautes œuvres cinématographiques, au vent plus vivifiant.

 

 

Débarquement immédiat

Débarquement immédiat – Réalisé par Philippe de Chauveron – Avec Ary Abittan, Medi Sadoun, Cyril Lecomte / Genre : Comédie

Durée : 1h30

Synopsis : c’est l’histoire d’un flic de la police des frontières qui ramène un gars dans son pays, sauf que ce n’est pas le bon gars et ce n’est pas le bon pays…

L’avis de Cleek : de la part de l’auteur de la dernière grande réussite populaire française en date, Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?, on s’attend à une comédie sans chichis, très (trop ?) bon public, capable de faire rire assez grassement tout en étant un minimum efficace dans ses rouages humoristiques. Pas le chef-d’œuvre du siècle mais plutôt le film de compromis, quand vos méninges vous dictent d’aller voir autre chose mais que beau-papa ne semble pas être d’accord. On aimerait éviter ce genre de productions hexagonales mais elles nous rattrapent parfois avec une facilité aussi déconcertante que leurs prétentions sont médiocres.

 

 

Bastille Day

Bastille Day – Réalisé par James Watkins – Avec Idris Elba, Richard Madden, Charlotte Le Bon / Genre : Action

Durée : 1h30

Synopsis : Michael Mason, un pickpocket américain, devient l’homme le plus recherché par la CIA à Paris lorsqu’il vole ce qu’il croyait être un simple sac. Sean Briar, l’agent chargé de l’enquête, se rend rapidement compte que Michael n’est qu’un pion dans le vaste complot qui se prépare, et il le recrute pour remonter jusqu’à la source.

L’avis de Cleek : un duo improbable flic-pickpocket, qui est également la promesse centrale du film. Qu’il fonctionne et on lui pardonnera (presque) toutes ses faiblesses et ses lieux communs. L’inspiration du duo n’est clairement pas nouvelle mais, pour peu que le film soit emmené par un rythme prenant et des scènes d’actions enlevées, on se laisserait volontiers prendre au jeu du couple Elba/ Madden, quitte à ce qu’il nous emmène dans des eaux que l’on espère pas si connues.

 

 

Sparrows

Sparrows – Réalisé par Runar Runarsson – Avec Atli Oskar Fjalarsson, Nanna Kristin Magnusdottir / Genre : Drame

Durée : 1h39

Synopsis : Ari, 16 ans, vit avec sa mère à Reykjavik lorsqu’il doit soudain retourner vivre chez son père Gunnar, dans la région isolée des fjords, au nord-ouest de l’Islande. Sa relation avec son père n’est pas des plus faciles et ses amis d’enfance semblent avoir bien changé.

L’avis de Cleek : loin du fracas de nos villes, un film qui garantit un dépaysement total, une lenteur contemplative et la beauté délicate et furtive du grand nord. Une invitation à se plonger dans les troubles adolescents sublimés par le rite de passage d’un civilisation à la fois si proche et si irrémédiablement autre, et qui n’en est que plus fascinante. Sparrows saura sans nul doute vous rafraîchir le corps et l’esprit en ces temps de canicule.

 

Source Synopsis : Allociné

Ciné Séries
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Ciné Séries