Ciné Séries

Récap’ cinéma : sorties du 1er juin 2016

Récap’ cinéma : sorties du 1er juin 2016

Les sorties cinéma de la semaine

 

Aujourd’hui, nous sommes mercredi, et qui dit mercredi dit sorties cinéma. Que vous soyez amateur de comédies, de frissons, de drames, ou encore d’animation, suivez le guide de Cleek et retrouvez, comme chaque semaine, le récapitulatif des sorties cinéma à ne pas manquer.

Inconditionnels des salles obscures, c’est par ici que cela se passe. Au programme : Alice de l’autre côté du miroir, Retour chez ma mère, Ils sont partout, The Door, Le Lendemain, Apprentice et A War.

 

Mercredi 1 juin 2016

 

Alice de l’autre côté du miroir

Alice de l’autre côté du miroir : réalisé par James Bobin – avec Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham Carter / Genre : fantastique, comédie

Durée : 1h50

Synopsis : les nouvelles aventures d’Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps.

L’avis de Cleek : Tim Burton laisse la main au réalisateur des Muppets, après avoir lancé avec succès une saga certes pauvre scénaristiquement, mais visuellement très fidèle à son univers. On vous dira demain si Bobin imprègne ce nouvel épisode d’un univers plus propre ou se contente de profiter des acquis de l’opus précédent, et si Sacha Baron Cohen sera un antagoniste plus intéressant (en incarnant pas moins que le Temps), que le Jabberwocky.

 

 

Retour chez ma mère

Retour chez ma mère : réalisé par Eric Lavaine – avec Josiane Balasko, Alexandra Lamy, Mathilde Seigner / Genre : comédie

Durée : 1h37

Synopsis : à 40 ans, Stéphanie est contrainte de retourner vivre chez sa mère. Elle est accueillie les bras ouverts : à elle les joies de l’appartement surchauffé, de Francis Cabrel en boucle, des parties de Scrabble endiablées et des précieux conseils maternels sur la façon de se tenir à table et de mener sa vie…

L’avis de Cleek : le génial réalisateur d’œuvres aussi marquantes que Barbecue et Poltergay tente de redéfinir le genre de la comédie poussive, pour prouver que l’on n’a besoin pour attirer le public dans les salles ni d’un pitch intéressant, ni d’un scénario, ni même d’humour. On espère lui donner tort, ou qu’il parviendra à nous donner tort…

 

 

Ils sont partout

Ils sont partout : réalisé par Yvan Attal – avec Yvan Attal, Benoît Poelvoorde, Valérie Bonneton / Genre : comédie

Durée : 1h51

Synopsis : Yvan se sent persécuté par un antisémitisme grandissant et il a l’habitude de s’entendre dire qu’il exagère, qu’il est paranoïaque. Lors de séances chez son psy, Yvan parle donc de ce qui le concerne : son identité, être français et juif aujourd’hui.

L’avis de Cleek : Yvan Attal s’entoure d’un casting quatre étoiles (Poelvoorde, Dany Boon, Bonneton, Denis Podalydès, Charlotte Gainsbourg, François Damiens, Gilles Lellouche, Gadebois) dans cette comédie qui prétend démonter les stéréotypes antisémites. Et quand on voit le nombre d’insultes auxquelles il a eu droit pour avoir réalisé ce film, on comprend que ce n’est pas un combat si en retard sur son temps qu’on l’aurait espéré. Même s’il est toujours difficile de présager de la réussite d’une comédie française, on semble tenir là un anti-Retour chez ma mère (pitch sympa, vrais acteurs, sujet propice à l’humour et intéressant), qui inspire confiance.

 

 

The Door

The Door : réalisé par Johannes Roberts – avec Sarah Wayne Callies, Jeremy Sisto, Suchitra Pillai-Malik / Genre : épouvante-horreur

Durée : 1h36

Synopsis : une famille vit une vie parfaite jusqu’à ce que leur jeune fils décède dans un tragique accident. Inconsolable, la mère apprend l’existence d’un ancien rituel permettant de dire adieu aux êtres aimés…

L’avis de Cleek : petit film d’horreur un peu cheap, tant dans son scénario que dans ses effets, qui paraît se reposer sur les seules jump scares constantes pour inspirer de l’horreur à son public. À voir seulement si vous ne pouvez patienter jusqu’à la fin du mois, la suite du très satisfaisant Conjuring permettant aux spectateurs de retrouver le réalisateur James Wan dans un genre qu’il maîtrise. Reportez-vous sinon à l’article de la rédaction sur nos films d’horreur préférés pour avoir votre dose de frissons en attendant le 29 juin !

 

 

Apprentice

Apprentice : réalisé par Boo Junfeng – avec Fir Rahman, Wan Hanafi Su, Ahmad Mastura / Genre : drame

Durée : 1h36

Synopsis : Aiman officie dans une prison de haute sécurité. Rahim, le bourreau en chef, y accompagne les derniers jours des condamnés. Rapidement, il prend le jeune gardien sous son aile et lui apprend les ficelles du métier.

L’avis de Cleek : On connaît mal le cinéma singapourien (en comparaison avec les cinémas hongkongais, chinois et taïwanais), très avare de productions et soumis à une censure qui limite évidemment la qualité des films. La sortie de The Apprentice, diffusé à Cannes, est d’autant plus surprenante, les thématiques abordées semblant étonnamment dures pour un cinéma si surveillé. On est en tout cas très curieux des promesses d’un film sur les prisons sans misérabilisme ni sentimentalisme, sur la vengeance sans bagarres ni violence physique (puisqu’il s’avère que Rahim a exécuté le père d’Aiman), bref qui annonce une fascinante retenue à l’égard au sujet.

 

 

Le Lendemain

Le Lendemain : réalisé par Magnus von Horn – avec Ulrik Munther, Mats Blomgren, Alexander Nordgren / Genre : drame

Durée : 1h41

Synopsis : lorsque John retourne chez son père après avoir purgé sa peine de prison, il aspire à prendre un nouveau départ. Mais son crime reste présent dans les mémoires des habitants de la commune et semble impardonnable. Son retour attise la colère de chacun et lentement s’installe une atmosphère pesante…

L’avis de Cleek : le film suédois de l’année, un drame poignant sur les répercussions dans la sphère publique et l’intimité du rejet d’un membre de la communauté. Le genre de sujet que le cinéma scandinave affectionne et sait rendre poignants.

 

 

A War

A War : réalisé par Tobias Lindholm – avec Pilou Asbæk, Tuva Novotny, Dar Salim / Genre : drame, guerre

Durée : 1h41

Synopsis : Le commandant Claus M. Pedersen et ses hommes sont affectés dans une province d’Afghanistan, tandis qu’au Danemark, sa femme, Maria, tente de faire face au quotidien et d’élever seule leurs trois enfants. Au cours d’une mission de routine, les soldats sont la cible d’une grave attaque. Pour sauver ses hommes, Claus va prendre une décision qui aura de lourdes conséquences pour lui, mais également pour sa famille…

L’avis de Cleek : Tobias Lindholm avait scénarisé la série Borgen et le film La Chasse de Vinterberg, en plus d’avoir réalisé il y a quatre ans l’excellent Hijacking. Inutile de dire que son retour aux manettes était très attendu, et que sa nomination aux Oscars une année où la sélection pour le meilleur film étranger était si riche pourrait l’annoncer comme l’un des films marquants de l’année (l’article de la rédaction sur les films les plus attendus de 2016 ici).

 

https://www.youtube.com/watch?v=BeW37kQJVyU

Source synopsis – Allociné

Ciné Séries
Cliquer pour ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus Ciné Séries