Ciné Séries

Ratchet et Clank le film : Youtube prend le pouvoir

Ratchet et Clank le film : Youtube prend le pouvoir

La Version Française de Ratchet et Clank : ou quand les Youtubers s’invitent à la fête

 

Cette critique du film de Ratchet et Clank sera un peu différente par rapport à ce que l’on nous vous offrons habituellement. En effet, le film, adapté d’un jeu vidéo est un peu particulier et je ne peux pas être objectif face à cette licence et ce pour plusieurs raisons :

  • Le premier Ratchet et Clank est sorti en 2002 sur PS2 et a bercé mon adolescence comme sans doute beaucoup de monde, à partir de là, j’ai suivi la saga du Lombax le plus badass des jeux vidéo et je ne peux pas combattre cet élan affectif.
  • Du fait de ma connaissance de l’univers, il est difficile pour moi d’imaginer ce qu’un néophyte peut ressentir face à ce film car je connais toutes les références.
  • Bordel, c’est Squeezie qui fait la voix de Ratchet dans ce film, SQUEEZIE.

Aussi, les petits gars, sortez votre pistro-mitrailleur doré et votre groovitron, car on va aller taper du robot avec l’un des duos les plus charismatiques de la console de Sony.

 

Présentation de l’univers et Synopsis

 

Ratchet et Clank est une série de jeux vidéo développée par Insomiac Games et exclusif à Sony. Depuis 2002 et son premier épisode, une quinzaine de jeux sont sortis sur tous les supports de la marque nippone, de la console de salon (PS2 et PS3) à la console portable (PSP et Vita). Avec l’opportunité de la sortie de ce film, les développeurs ont décidé de passer à la nouvelle génération de consoles en développant le nouvel opus sur PS4 le 15 avril 2016 (qui est un lien direct avec le film).

Depuis plus de dix ans, nous suivons donc les aventures de Ratchet, petit Lombax orphelin de la planète Veldin (du système solaire de Solana) sautant de plate-forme en plate-forme pour éclater la tronche de tous un tas d’ennemis qui veulent détruire sa planète voire la galaxie toute entière ! Équipé d’un arsenal impressionnant comprenant des armes faisant à peu près deux fois sa taille, il est également accompagné de son robot et ami Clank, lui aussi abandonné lors de sa production car défectueux et trop petit.

Tout ça, c’est bien beau, mais pourquoi cette série est-elle tellement trop bien Niks ? J’y viens chers amis, les jeux sont intelligents.

Et c’est quand même rare pour du PEGI 3 par les temps qui courent. L’entreprise d’Insomniac Games n’est pas un gros studio (effectif de 180 personnes tout de même) mais a su développer deux très bonnes licences avec Spyro the Dragon et Ratchet et Clank. Si la transition vers la Playstation 2 a été très dur pour la première série (c’est d’ailleurs l’une des craintes du passage de Ratchet sur la PS4), R&C continue de perdurer et de sortir de très bons jeux. Et les deux franchises possèdent les mêmes forces :

  • Un univers bien développé
  • Un très bon chara-design
  • Un gameplay très fluide et précis
  • Un humour omni-présent, compréhensible pour les plus jeunes et bourré de références pour les plus grands

 

Tu la sens la nostalgie ?

Tu la sens la nostalgie ?

 

Et on ne s’en lasse pas. On mitraille du pas beau à tout va en naviguant de planète en planète avec une histoire des plus simples mais le système d’upgrade des armes, de rejouabilité, des trésors cachés, des points de compétence et des gadgets est tellement au point dans tous les épisodes qu’on se réjouit de finir les jeux à 100%. Bref, Ratchet et Clank, ça marche, le Lombax est l’un des fers de lance de Sony depuis des années et la compagnie japonaise l’a bien compris en nous proposant ce film.

Le film est développé par Rainmaker Entertainment (responsable entre autre de la post-production du premier film de Spider-Man de 2002) et qui est sorti le mercredi 13 avril 2016 en France.

 

 

Synopsis : Ratchet, un jeune Lombax mécanicien qui rêve de devenir ranger galactique fait une rencontre qui bouleversera sa vie : celle de Clank, un petit robot doté d’une âme et d’une grande intelligence. À eux deux, ils chercheront un moyen d’arrêter le président Drek, ainsi que le Dr Nefarious. Ils pourront compter sur les Rangers et sur l’incompétent Capitaine Qwark, pourtant adoré dans la Galaxie de Solana.

Ce synopsis est un motif de soulagement puisque rien ne laisse à présager de mauvaises surprises avec le pitch du film qui reste fidèle au jeu vidéo, le contraire eut été étonnant car Insomniac Games reste très étroitement lié au développement du film.

 

Un gentil film d’animation bourré de références

 

Alors, que vaut ce film d’animation alors que Zootopie et Kung-Fu Panda 3 sont toujours à l’affiche ?

Pas mal. Mais, c’est un fan de la série qui parle. En effet, je vois mal une personne ne connaissant pas l’univers passer un bon moment devant ce film. En effet, comme prévu (et comme dans les jeux vidéos), le scénario est assez simpliste et la force de cet œuvre repose sur son interaction avec le jeu vidéo correspondant.

Et de ce côté, on est servi. Car sans abuser du fan service, le film parvient à réveiller nos cœurs d’ado en nous balançant des gadgets et des armes à gogo. De plus, l’univers est bien respecté et on se croirait dans une grande scène cinématique du jeu de 1h30. On retrouve donc Ratchet sur sa planète natale de Veldin en tant que mécano imprudent dès le début du film qui est une sorte de remake du premier opus de la série puisqu’on va assister à la rencontre avec le petit robot peu après.

 

cleek-image_cinema_ratchet_film

Ce qui frappe rapidement, c’est la présence en arrière-plan de Insomniac Games qui parvient à conserver sa patte sur l’humour de la série. En effet, le film est bourré de gags qui plairont aux plus petits avec moult chutes et situations grotesques mais également avec des références pour les plus grands (l’Arme fatale ou South Park) avec énormément de clins d’œil aux jeux vidéo et à la Playstation. Il est également intéressant de noter que Insomniac Games fait encore un clin d’œil à Naughty Dog en calant une image de Daxter de la série Jak & Daxter. Les deux studios sont très complices et bien que concurrents direct pour Playstation, se sont toujours fait des clins d’œil par jeux interposés. Ratchet est d’ailleurs une sorte de mix entre deux personnages des séries de Naughty Dog : Crash Bandicoot et Jak.

Graphiquement, le film est joli même si ça ne casse pas trois pattes à un Argorien. Les personnages sont bien animés et on apprécie la refonte visuelle de Chairman Drek puisque le Blarg datait quand même du premier jeu vidéo de 2002. Toutefois, on ne retrouve pas la qualité des panoramas colorés et divers des planètes du jeu original, ce qui est bien normal étant donné que l’intrigue se passe pour la majeure partie dans des vaisseaux spatiaux.

Il est agréable de noter que le film n’abuse pas du jeu vidéo et parvient à développer son propre univers, on avait par exemple peur de voir la fameuse scène du film adapté d’un jeu vidéo en vue subjective si propre à Karim Debbache (si vous n’avez pas vu sa série Crossed, eh bien, il est toujours temps de laver cet affront). Ceci dit, le jeu n’étant pas un FPS (comme Doom l’avait fait dans son film) mais on a quand même une référence directe au jeu vidéo quand la scientifique semble jouer à Ratchet et Clank en vue subjective. On note aussi que le film ne balance pas non plus à tort et à travers le nom des gadgets puisque le swingueur, le propulsopack et les bottes aimantées, bien que directement intégré à la combinaison de Ratchet ne sont pas explicitement cités. On retrouve en revanche une description détaillée de l’arsenal du Lombax avec des armes existantes dans le jeu telles le moutonator, le lamo-disque ou le pacificateur (<3) présentées sous forme de clip de Gadgetron. Seul regret personnel, l’appellation du TELT (T’Éclater La Tronche, sorte d’arme ultime dans tous les épisodes) qui a été modifié en … TELC : T’Éclater La Che-Tron ? Pourquoi diantre avoir modifié ça en balançant du verlan superflu ? Mystère. Le film se veut aussi très d’jeunz puisque les références aux technologies actuelles sont limites envahissantes (notamment Twitter).

Côté déception, on pourra noter l’absence de personnages secondaires réellement attachant et on en vient à regretter amèrement Lawrence (l’acolyte sarcastique du Docteur Néfarious), Helga (le robot entraîneur) ou Skid McMarx, Zephyr, Cronk, Tal ou encore Al’ qui étaient une véritable force dans les épisodes de Ratchet et Clank. Au lieu de ça, nous pouvons toujours profiter du Capitaine Qwark et des nouveaux personnages que sont les Rangers Galactiques.

 

Le problème de la Version Française

 

On en arrive aux choses qui fâchent : le doublage du film. Là où la version originale respecte le casting d’Insomniac Games en conservant les doubleurs de Ratchet, Clank, Nefarious et Qwark (seul Paul Giamatti vient remplacer le doubleur original de Drek), la version française a choisi de faire à sa façon. De plus, on notera que le casting anglais est absolument énorme avec l’addition de Bella Thorne, John Goodman, Rosario Dawson et Sylvester Stallone pour les personnages inédits du film ! Excusez du peu. Côté français, on a fait table rase du passé en dégageant tous les acteurs des jeux vidéo. Exit Cyril Artaux ou Phillipe Peythieu et bonjour Lucas Hauchard ou Christophe Lemoine. Quoi, vous ne connaissez pas ces noms ? Peut-être que Squeezie et la voix française de Cartman (South Park) vont éclairer votre diode.

Pour un fan inconditionnel de Ratchet et Clank, ce choix vaseux de la version française est une trahison. Et pourtant en voyant les trailers de Ratchet et Clank, j’étais totalement hyped pour le film, oui mais voilà, c’étaient des trailers en version originale. Cependant, il serait injuste de lancer la pierre sur Squeezie (un rocher devrait suffire) puisqu’il ne surjoue pas le personnage et n’abuse pas de son rire forcé (même si il balance du « allez ! » au moins dix fois dans le film et que cela en devient très énervant) comme sur ses vidéos de Youtube. Lucas a mué depuis le temps mais il est impossible pour moi de ressentir une quelconque empathie tout au long du film pour le Lombax aux oreilles tombantes car je ne peux pas m’empêcher d’imaginer la tête de Squeezie en arrière plan. Je n’ai rien contre le fait de mettre des voix de Youtubers connus dans le film (même si je n’apprécie pas spécialement Squeezie, vous l’aurez compris) si cela avait été pour de nouveaux personnages et pas touche aux personnages récurrents de la série comme Ratchet, Clank, Qwark ou Néfarious ! Le petit robot que joue Kevin Trad alias Le Rire Jaune sur Youtube est très bon et je ne l’ai même pas reconnu en voyant le film, pareil pour Jhon Rachid, aucun souci là dessus. C’est donc dommage de confier ce doublage à des amateurs alors que les gens qui doublent habituellement Ratchet ou Néfarious en ont fait leur vrai métier. C’est très dérangeant de voir cela et Norman avait été le précurseur de ce syndrome Youtube en doublant le personnage principal du film Projet X.

 

Veuillez noter qu'il est très difficile pour l'auteur d'inclure une telle image

Veuillez noter qu’il est très difficile pour l’auteur d’inclure une telle image dans un article sur Ratchet et Clank

 

Et c’est pourquoi la présence de Christophe Lemoine (qui a l’air d’être un gars génial vraiment) pour Néfarious me gêne énormément. Même si le comédien double depuis l’âge de neuf ans, on ne remplace pas la voix de Néfarious comme ça dans une saga comme Ratchet et Clank, d’autant plus que la voix du savant fou est assez spéciale. C’est un peu comme si on mettait la voix de Homer Simpson sur Harry Potter, ça ne se fait pas, ce n’est pas bien, pas bien du tout. Et pour empirer le tout, le mec des dialogues a eu l’idée horrible de faire un clin d’œil ignoble en faisant dire au Docteur Néfarious en plein film « Je vous emmerde tous et je rentre à ma maison ! », non seulement ce gros mot sied mal avec le tempo du film et l’univers de Ratchet et Clank et ensuite la voix de Christophe Lemoine est tellement reconnaissable que ce n’était vraiment pas obligé d’enfoncer le couteau dans la plaie.

Qu’on ne vienne pas me dire non plus que c’était un problème d’argent quand on voit le casting XXL anglais et le fait de prendre des gens connus (vu ce que Squeezie gagne sur Youtube, pas sûr qu’il soit bon marché à attirer) pour le reste du casting français comme les immenses Patrick Poivey et Alain Dorval qui sont les voix françaises de Bruce Willis et de Sylvester Stallone.

 

Polémiques et craquage total de Marc Saez

 

Néanmoins, il est évident de voir que ce changement ne soit pas dénué d’intérêt financièrement parlant. Ratchet et Clank ne possède sans doute pas une notoriété suffisante pour percer dans le Box-Office français et c’est sans doute ce qui a poussé le casting a être remanié. Squeezie (5.8 millions d’abonnés sur Youtube), Le Rire Jaune (2.8M) et Jhon Rachid (0.75M) pèsent dans le milieu de la culture Geek avec près de 10 millions d’abonnés sur Youtube à eux seuls (même si il est fortement possible qu’ils aient des abonnés communs) et quand on sait que Squeezie enregistre au minimum 2 millions de vues à chaque vidéo postée (et des vidéos, il en balance le saligaud), on peut comprendre la manœuvre derrière tout cela. D’autant plus que les spectateurs ciblés par le film sont assez restreint, oui il est évident que beaucoup de fans de la série comme moi iront voir la bête au cinéma mais ces gens-là ont quand même bien grandi. L’autre public visé concerne une génération beaucoup plus jeune (je dirais entre 5 et 14 ans de ce que j’ai vu dans la salle de ciné) et l’argument Squeezie aura beaucoup plus de poids que l’aura du jeu vidéo puisque c’est la « part du marché » de Squeezie.

Bref, impossible d’en vouloir objectivement à ces trois jeunes de l’Internet puisque de toute façon, ils n’ont pas poussé les producteurs à utiliser leur voix pour le film. Tout ce que Marc Saez n’a pas compris.

Ce dernier est la voix originale de Ratchet qui a prêté sa voix au jeu sur PS2 entre 2002 et 2007. Puis Marc a changé de société et n’était donc plus en contrat indirect avec Insomniac Games pour Ratchet, le Lombax ayant été doublé par Cyril Artaux ensuite et ce jusqu’à aujourd’hui. Alerté par un fan en colère, Marc Saez a été mis tardivement au courant de la création de ce film sans la participation de sa modeste personne (qui de toute façon, n’aurait pas été pris puisque le rôle actuel est tenu par le fameux Cyril) et est tombé des nues en lisant la pétition des fans qui contestaient le casting français à base de Squeezie et autres acteurs que les originaux. Le malotru a très vivement réagi par la suite et est carrément sorti de ses gonds (source) :

« Plus que 5 signatures pour arrêter de faire doubler les cartoons et autres par des pseudo vedettes à deux balles !! », « qu’ils aillent se faire youtuber et que la soucoupe finisse dans un mur, celui de la honte Ratchet et Clank forever » ou encore « Plus que 46 pour faire entendre les choix de merde ça suffit !!! » qu’il avait posté sur son profil Facebook avant de retirer ces accusations.

 

Bon okay, cette image est carrément nulle et méchante

Bon okay, cette image est carrément nulle et méchante

 

Passé cet acte de colère assez inquiétant pour la santé mentale de cet homme, le Community manager a repris la main en proposant à Sony une piste « FANS » pour le Blu-ray ou le DVD ce qui donnerait le choix entre les voix originales et les voix de Youtubers. Pas bête du tout, à voir si Sony acceptera après le dérapage de l’acteur. Lien du post et de la pétition !

 

Bonus : on a testé pour vous le nouveau jeu vidéo de Ratchet et Clank

 

Tout cet article pour vous rappeler chez amis que Ratchet et Clank, c’est avant tout un jeu vidéo de très bonne facture. Le 15 avril 2016 est donc sorti le reboot du premier épisode sur PS4 directement inspiré du film. Et qu’est-ce qu’on voit dans les premières minutes de scènes cinématiques ? Ça alors, les voix originales en ayant repris les images du film ! Incroyable, ce qui nous laisse peut-être un mince espoir pour cette fameuse piste « FANS » lors de la sortie en DVD…

Le jeu dépote et la transition sur PS4 a été bien négociée, graphiquement, ça envoie du lourd et je m’en vais péter la gueule aux Blargs dès la fin de mon récit Lombaxien…

Et je ne pourrais pas finir mieux qu’en vous proposant une partie du test de Gamkult :

 

cleek-image_cinema_ratchet_gamekult

 

 

 

Ciné Séries
@Niksounet

Rédacteur couteau-Suisse, cynique dans l'âme et fanboy sporadique.

Plus Ciné Séries