Jeux Vidéo

Speedrun #5 : le kit à monter soi-même

Speedrun #5 : le kit à monter soi-même

 

Maintenant qu’on sait ce qu’est un speedrun, il est temps de s’attaquer à leur fabrication. Je vais donc ici vous présenter un petit guide qui devrait vous donner une idée de comment speedrunner un jeu. Je tiens néanmoins à préciser deux choses : premièrement, les étapes ne sont pas forcément à réaliser dans l’ordre donné dans cet article, et deuxièmement, ce n’est pas une liste exhaustive des méthodes utilisables pour réaliser son speedrun.

 

Choisir un jeu

 

Lorsqu’on souhaite speedrunner, la première étape est bien évidemment de choisir un jeu. Le premier critère pour le choix du jeu est de choisir un jeu qui vous plaît. Étant donné que vous allez y jouer en boucle, il vaut mieux que le jeu vous plaise. Le deuxième critère est de choisir un jeu court, surtout lorsqu’on speedrun pour la première fois. De même, il est plus aisé de jouer de façon répétitive à un jeu court. Sachez toutefois que le type de jeu n’a pas d’importance. Jusque là j’ai surtout parlé de jeux d’aventure ou de plateforme, mais il existe des speedruns de jeux de stratégie (StarcraftAge Of Empires II, …), de jeux de puzzle tel que Tetris ou, attention les yeux, de jeux simulation comme The Sims 3. Alors n’ayez pas peur, lancez-vous.

 

Speedrun de The Sims 3, dont le but est de compléter le souhait à long terme de son personnage

 

Se faire son « propre speedrun »

Avant toute chose, je vais définir un terme important lorsqu’on monte un speedrun : le « routing ». Le routing consiste à chercher la route la plus optimale pour finir un jeu. Le routing va dépendre en grande partie de la catégorie de speedrun dans laquelle on s’inscrit, mais aussi des risques que l’on est prêt à prendre ainsi que des préférences du joueur. Cela n’est bien sûr possible que si le jeu le permet, ce qui n’est pas toujours le cas puisque certains jeux ont une structure trop linéaire pour dévier du chemin indiqué.

Une étape intéressante peut donc être de vous faire votre « propre speedrun ». Il s’agit de découvrir par vous-même les possibilités du jeu, faire votre routing, etc. L’intérêt principal de cette étape est principalement d’en apprendre plus sur le jeu. Cette étape n’est cependant pas fondamentale et vous pouvez tout à fait préférer commencer par l’étape qui suit. Néanmoins, dans tous les cas, connaître le jeu reste une priorité si vous souhaitez  speedrunner.

 

Se renseigner auprès de la communauté

 

Cette étape me paraît fondamentale. Un nombre considérable de jeux sont speedrunnés et il y a de fortes chances pour que celui que vous avez choisi le soit également. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de la communauté sur ce qu’il se fait déjà :

  • quels sont les routings actuels ?
  • quels sont les choix faits par les speedrunners ?
  • quels sont les glitchs découverts ?
  • quelles catégories existent pour ce jeu ?
  • quelles sont les performances et records actuels ?

C’est aussi l’occasion de découvrir certains secrets du jeu, ce qui peut parfois s’avérer intéressant en speedrun. De plus, on peut trouver en ligne, et notamment sur YouTube, des vidéos tutorielles pour les speedruns de certains jeux ou expliquant des techniques ou des glitchs. On pourra par exemple citer la série de vidéos Son of a Glitch de la chaîne YouTube A+ Start.

Par ailleurs, votre contribution au sein de la communauté est toujours la bienvenue : vous avez découvert un nouveau bug  ? vous pensez à une autre route ? vous estimez qu’un certain choix peut s’avérer plus utile qu’un autre ? Parlez-en ! Sachez qu’il est toujours intéressant d’essayer de nouvelles choses, même si le speedrun du jeu vous paraît avoir été déjà beaucoup travaillé : on découvre encore aujourd’hui de nouvelles méthodes pour améliorer les performances sur des jeux célèbres et beaucoup speedrunnés comme The Legend of Zelda : Ocarina of Time.

 

S’entraîner

 

Ensuite, pas de secret, l’étape la plus importante est de s’entraîner. Et pour cela, rien de plus utile qu’un émulateur qui vous permet de sauvegarder n’importe où dans le jeu et de faire plus d’une sauvegarde. Vous pouvez alors recommencer des passages du jeu sur lesquels vous souhaitez vous améliorer ou bien vous entraîner à réaliser des glitchs, par exemple, ce qui est bien plus sympathique que de recommencer le jeu à chaque fois.

De ce fait, je vous conseille de commencer par un jeu supporté par émulateur. Actuellement, les performances des ordinateurs permettent d’aller sans trop de soucis jusqu’aux jeux des consoles de la génération Playstation, Nintendo 64 et Dreamcast. Ceux des générations plus récentes ne seront probablement pas fluides, ce qui peut devenir gênant en speedrun. Si votre machine est très performante, vous pouvez néanmoins tenter l’émulation de jeux sur Game Cube, Playstation 2 et Xbox. Pour des jeux plus récents, ils sont souvent durs à trouver sur émulateur et auront certainement du mal à être fluides. Il est également à noter que les jeux sur consoles portables, même relativement récentes (disons jusqu’à la génération DS et PSP), demandent moins de ressources et tournent de façon très correcte sur des ordinateurs actuels, et sont plus faciles à dénicher que ceux des consoles de salon de la même génération.

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour devenir un véritable speedrunner et faire partie de la légende vidéoludique. C’était tout pour cette série d’article sur les speedruns, j’espère que cela vous a intéressé, moi je vous quitte (pour le moment). N’oubliez pas que vous pouvez retrouver nos précédents articles : Speedrun #1 : gotta go fast, Speedrun #2 : que choisir ?Speedrun #3 : un bug dans la matrice et pour terminer Speedrun #4 : la communauté de la run.

À vous les studios !

Jeux Vidéo
Plus Jeux Vidéo