Ciné Séries

Récap’ cinéma de la semaine #17

Récap’ cinéma de la semaine #17

Les sorties cinéma de la semaine

Aujourd’hui, nous sommes mercredi, et qui dit mercredi dit sorties cinéma. Que vous soyez amateur de comédies, de frissons, de drames, ou encore d’animation, suivez le guide de Cleek et retrouvez, comme chaque semaine, le récapitulatif des sorties cinéma à ne pas manquer.

Inconditionnels des salles obscures, c’est par ici que cela se passeAu programme : « La Chute de Londres  » , « Zoolander 2 », « Célibtaire, mode d’emploi », « Saint-Amour », « Éperdument », « Moonwalkers » et « L’Orchestre de minuit ».

 

Mercredi 2 mars 2016

La Chute de Londres

La Chute de Londres – Réalisé par Babak Najafi – Avec Gerard Butler, Aaron Eckhart, Morgan Freeman / Genre : action

Durée : 1h39

Synopsis : Les plus grands dirigeants du monde occidental sont attendus à Londres aux funérailles du Premier ministre britannique, mort dans des circonstances plus que douteuses. Mais ce qui avait commencé comme l’évènement le plus sécurisé de la planète tourne rapidement au désastre. 

 

 

L’avis de Cleek : La Chute de la Maison-Blanche avait peiné à convaincre le public en son temps et il est fort peu probable que La Chute de Londres, son sequel, fasse beaucoup mieux que le mélange douteux d’effets spéciaux en cascade doublés d’un scénario vu, revu, revisité et remâché de son prédécesseur, malgré le changement de réalisateur. Surtout si, paresseux, le film s’est simplement contenté d’échanger les méchants Nord-Coréens pour une mystérieuse organisation terroriste et le cadre de Washington pour celui de Londres.

 

Zoolander 2

Zoolander 2 – Réalisé par Ben Stiller – Avec Ben Stiller, Owen Wilson, Penélope Cruz / Genre : comédie

Durée : 1h42

Synopsis : Blue Steel. Le Tigre. Magnum… Des regards si puissants qu’ils arrêtent des shuriken en plein vol et déjouent les plans de domination mondiale les plus diaboliques. Un seul top model est capable de conjurer autant de puissance et de beauté dans une duck-face : Derek Zoolander ! 

 

 

L’avis de Cleek : Près de quinze ans après la sortie de Zoolander, Zoolander 2 revient avec toujours aussi peu de sérieux. On sait désormais à quoi s’attendre : des vannes nulles et tout le savoir-faire loufoque et décalé de son réalisateur et acteur, Ben Stiller. Le film va bien sûr s’amuser à jouer sur les codes du genre tout en ne se prenant pas au sérieux (et en s’amusant au passage aux dépens du monde absurde de la mode), un cocktail détonant mais incertain qui vise à déclencher le Graal ultime : un rire franc de la part du spectateur. Pari risqué dans l’univers impitoyable de l’humour potache, mais on ne pourra pas reprocher à Stiller de ne pas avoir essayé.

 

Célibataire, mode d’emploi

Célibataire, mode d’emploi – Réalisé par Christian Ditter – Avec Dakota Johnson, Rebel Wilson, Leslie Mann / Genre : comédie

Durée : 1h50

Synopsis : New York est plein de gens seuls qui recherchent l’âme sœur – que ce soit pour une histoire d’amour, une aventure d’un soir ou une relation à mi-chemin entre les deux… Et entre les flirts par SMS et les histoires sans lendemain, ces réfractaires au mariage ont tous besoin d’apprendre comment se comporter en célibataire…

 

 

L’avis de Cleek : On reste éminemment perplexe devant la bande-annonce de Célibataire, mode d’emploi, et une succession de questions assez gênantes apparaissent immédiatement dans notre esprit cynique :
1) Le film respectera-t-il son parti pris jusqu’au bout ou finira-t-il par s’aligner tristement sur le poncif du schéma habituel des comédies romantiques (ou célibat = échec), en casant donc son héroïne à la fin ?
2) En parlant d’héroïnes, le personnage de Rebel Wilson aura-t-il une destinée scénaristique qui lui est propre ou ne servira-t-il que de faire-valoir au personnage féminin incarné par Dakota Johnson en reprenant le cliché de la « bonne copine » ?
3) Le film défend-t-il en loosedé une norme assez vaseuse de la féminité sous prétexte d’évoquer un « code » de séduction (le passage sur l’épilation obligatoire pour coucher n’aura échappé à personne) ?

Dans les réponses à ces questions tout sauf anodines tient la destinée et la valeur de ce film dans les yeux du public.

 

Saint Amour

Saint Amour – Réalisé par Benoît Delépine, Gustave Kervern – Avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Vincent Lacoste / Genre : comédie, drame

Durée : 1h41

Synopsis : Tous les ans, Bruno fait la route des vins… sans quitter le salon de l’Agriculture ! Mais cette année, son père, Jean, venu y présenter son taureau champion Nabuchodonosor, décide sur un coup de tête de l’emmener faire une vraie route des vins afin de se rapprocher de lui.

 

 

L’avis de Cleek : Saint-Amour est peut-être un excellent film mais, un chose est sûre, on vient de voir une des pires bande-annonces de toute l’histoire du cinéma. On espère que la vision pataude du film qui s’y déploie n’est qu’un leurre et que ladite bande-annonce ne rend pas hommage aux qualités du film. Sinon, fuyez.

 

Éperdument

Éperdument – Réalisé par Pierre Godeau – Avec Guillaume Gallienne, Adèle Exarchopoulos, Stéphanie Cléau / Genre : drame

Durée : 1h50

Synopsis : Un homme, une femme. Un directeur de prison, sa détenue. Un amour impossible.

 

 

L’avis de Cleek : Adèle Exarchopoulos continue d’exercer une emprise et une fascination certaines sur le cinéma français, et Éperdument n’aidera probablement pas à desserrer la prise qu’a sur notre âme cette actrice remarquable.

 

Moonwalkers

Moonwalkers – Réalisé par Antoine Bardou-Jacquet  – Avec Ron Perlman, Rupert Grint, Robert Sheehan / Genre : action, comédie

Durée : 1h47

Synopsis : Juillet 1969, Tom Kidman, l’un des meilleurs agents de la CIA de retour du Vietnam, est envoyé à Londres pour rencontrer Stanley Kubrick et le convaincre de filmer un faux alunissage au cas où la mission Apollo 11 échouerait.

 

 

L’avis de Cleek : Probablement une des sorties les plus prometteuses de la semaine, on adore l’idée culottée de départ de Moonwalkers et on soupçonne la réalisation de ladite idée d’avoir donné un film drôle, rudement efficace et à l’humour transgressif à souhait. Rupert Grint continue en tout cas d’étoffer soigneusement son répertoire de films à l’humour décapant après Petits Meurtres à l’Anglaise.

 

L’Orchestre de minuit

L’Orchestre de minuit – Réalisé par Jérôme Cohen-Olivar – Avec Gad Elmaleh, Avishay Benezra, Aziz Dades / Genre : comédie dramatique

Durée : 1h53

Synopsis : À la demande de son père, Mickael Abitbol est de retour au Maroc, son pays natal après l’avoir quitté trente plus tôt. Il n’a aucun souvenir de cette période faste pendant laquelle son père était un célèbre musicien et membre de L’Orchestre de Minuit.

 

 

L’avis de Cleek : Répertorié en tant que « comédie dramatique », le film semble pourtant pencher beaucoup plus lourdement vers le côté « dramatique » de sa promesse dans ces quelques images. Le récit d’un fils cherchant à donner un sens à sa vie d’adulte en marchant dans les pas de l’homme qu’était son père est un schéma narratif déjà beaucoup vu au cinéma, et il n’est pas sûr que L’Orchestre de Minuit apporte une fraîcheur et une originalité de traitement qui lui permettent de se démarquer du lot.

 

Source Synopsis – Allociné

Ciné Séries
Plus Ciné Séries