Jeux Vidéo

Duelyst : le nouveau Hearthstone

Duelyst : le nouveau Hearthstone

Duelyst : le nouveau Hearthstone

 

Depuis quelques mois déjà, ce jeu tourne sur le web comme une alternative simple et intéressante à Hearthstone lorsque ce dernier devient trop prenant et/ou impossible à suivre. Et comme la Cleek™ s’intéresse beaucoup ce genre de jeu, aujourd’hui sera la jour de la critique de Duelyst. Bien entendu, il n’est pas possible d’en comprendre tous les aspects sans présenter le jeu au préalable.

 

cleek_image_jeu_vei_duelyst_pres

 

Présentation du jeu

 

Duelyst est un mix de CCG, Collectible Card Game, et de Tactical RPG, T-RPG pour offrir un modèle économique de collection calqué sur celui de Hearthstone. Pour donner une idée, c’est le système de combat d’un Fire Emblem avec le côté jeu de carte de Hearthstone.

 

cleek_image_jeu_video_duelyst_ecran_principal

 

Comme il est possible de le voir au-dessus, il existe plusieurs options sur Duelyst, « PLAY » offrira la possibilité de faire l’équivalent des aventures de Hearthstone, il sera demandé de battre l’ennemi en un tour avec les cartes proposées. Au fur et à mesure que les aventures seront débloquées, le challenge augmentera en difficulté. Pour un jeu en P2A : Pay to Accelerate, cela représente déjà une dizaine d’heures de jeu. L’autre mode de jeu disponible via ce « PLAY » est tout simplement le mode classé, comme dans Hearthstone, les joueurs auront un mois pour monter leur rang en commençant du trentième. Ce mode de jeu est important car il permet de débloquer les challenges. Il existe encore deux autres modes de jeu, le Gauntlet lui est exactement comme le mode arène de HS et enfin le mode Sandbox lui est une véritable innovation. Dans ce mode, un joueur va pouvoir incarner son opposant et donc tester ses decks de façon totale.

 

cleek_image_jeu_video_duelyst_modes_de_jeu

 

En ce qui concerne la « COLLECTION », rien de très spécial à dire, c’est exactement le même modèle que sur Hearthstone avec une U.I., User Interface, différente et des coûts de désenchantement différents. Bien entendu, il existe aussi un magasin où vous achetez un orbe de cinq cartes pour 100 de monnaie, tout comme dans Hearthstone.

Au niveau du gameplay, il y a un grande recherche. En effet, les joueurs commencent respectivement avec 2 et 3 manas, pour un maximum de 9, et jouent sur un plateau non symétrique. La phase de pioche est à la fin du tour et donne 2 cartes, c’est la première grosse innovation de Duelyst. Chaque joueur est limité à 6 cartes, mais peut en remplacer une aléatoirement par tour.

 

cleek_image_jeu_video_duelyst_in_game

 

Dans l’image ci-dessus il est possible de voir le plateau de jeu et toutes les options et informations. Cette capture d’écran vient d’un tutoriel, le premier de la deuxième série, et montre le mouvement de fin de la partie. Dans un véritable match, contre un humain, les joueurs ont chacun 25 points de vie, et il existe trois cases qui donnent un point de mana à un joueur lorsqu’une des ses unités marche dessus.

L’explication du jeu terminée, passons à l’analyse poussée des forces et des faiblesses de ce jeu.

 

L’analyse de Duelyst

 

Duelyst est un jeu qui commence à avoir une scène compétitive, il est donc supposé être équilibré. Comprenons en quoi :

Premièrement, le deuxième joueur commence avec un cristal de mana de plus et possède une orbe de mana possible à récupérer dès le premier tour. Cela lui donne un énorme avantage mais est compensé par le fait que le joueur 1 aura la chance de récupérer les deux restantes dès son deuxième tour. Ainsi, le fait qu’un joueur joue avant un autre est grandement compensé, et ce avec plus d’un tour d’effet pour que l’équilibre perdure. Malheureusement, il est vrai que si le deuxième joueur est dans l’incapacité de récupérer la première orbe, il y a beaucoup de chances qu’il n’en ait aucune.

 

 

Au niveau des classes, comme Hearthstone, il y en a 9, avec un chef de faction à choisir. La différence, c’est que ce chef de faction est jouable, et donc qu’il apporte une dimension plus stratégique. Il est possible de bouger son chef de façon à ne jamais être à portée des ennemis. C’est un peu comme aux échecs, même si l’ennemi possède de meilleures troupes, ce sont les déplacements qui comptent. Et en plus, sur Duelyst, toutes les unités, ou presque, possèdent le même déplacement, 2 cases dans tous les sens. Il s’agit donc en plus d’avoir un bon deck building, de savoir se déplacer. C’est un avantage pour les fans de stratégies, mais un gros désavantage pour ceux voulant juste se détendre sur le jeu.

Enfin, au niveau du deck building, c’est 40 cartes, 10 de plus que HS,  mais avec au maximum 3 occurrences d’une même carte. C’est donc à la fois plus diversifié et plus limité. Ainsi, les fans de theorycrafting vont pouvoir aller jusqu’au bout des choses et proposer un deck très très redondant mais qui du coup va fonctionner. Le désavantage est que certaines cartes sont tellement fortes qu’il est impossible de ne pas les jouer, et qui déséquilibre une race : les Abbysians.

 

Conclusion

 

Duelyst est un jeu qui mérite de s’y attacher mais qui possède tout de même bien des problèmes. Même si il  propose de bonnes innovations sur l’équilibrage, certaines cartes sont trop fortes.

 

cleek_image_jeu_video_duelyst_tutorial

Différence de graphismes

 

Même si ce jeu est une très bonne initiative, il va demander encore beaucoup de travail, et en plus de l’équilibrage à revoir, les graphismes en pixel art finissent par dégoûter les joueurs. Les prochaines mises à jour seront donc primordiales pour ce futur concurrent de Hearthstone !

Jeux Vidéo
Plus Jeux Vidéo